«Égalité menstruelle»: des étudiants pro-LGBT exigent des tampons pour les toilettes des hommes

(LifeSiteNews) – L’année de notre Seigneur 2019 a jusqu’à présent été une année où les candidats démocrates à la présidence promettent des avortements pour les personnes transgenres sans utérus, où le socialisme est à nouveau à la mode et où une fraction entière du Parti démocrate se détache du corps politique américain et court vers la gauche, où le Drag Queen Storytime, les trucs gratuits et la confusion sexuelle sont à la mode.

Mais les choses peuvent toujours devenir plus insidieusement ridicules. Ridicule, parce qu’aucune personne saine d’esprit à aucun autre stade de la civilisation occidentale n’aurait accepté ce non-sens. Insidieux, parce que le mouvement LGBT veut vous emprisonner si vous riez vraiment. Nous sommes en 2019, et même la plupart des partis politiques soi-disant conservateurs du monde occidental laissent une poignée d’eunuques et de travestis mener la barque. Continuer la lecture de « «Égalité menstruelle»: des étudiants pro-LGBT exigent des tampons pour les toilettes des hommes »

Il y a 100 ans, GK Chesterton avait prédit notre sombre époque

1P5 – Il y a plus d’un siècle, G.K. Chesterton a écrit un chef-d’œuvre poétique intitulé The Ballad of the White Horse. Aujourd’hui plus que jamais, elle touche les cœurs de tous ceux qui aiment l’Église catholique et ses traditions. Dans des rimes émouvantes, Chesterton raconte l’histoire du roi Alfred, en haillons, qui erre dans son royaume autrefois catholique, maintenant envahi par les Danois païens. La ballade tisse une tapisserie de légendes médiévales, mais son essence est aussi vraie que le fait historique. C’est l’histoire de la lutte pour la vérité, la bonté et la beauté dans un monde déchu. Le profond chagrin d’Alfred à la vue de son royaume affligé ressemble de façon frappante au chagrin des catholiques d’aujourd’hui qui, réalisant ce que l’Église a perdu, aspirent à la restauration de la beauté, de la tradition et de la véritable culture catholique. Continuer la lecture de « Il y a 100 ans, GK Chesterton avait prédit notre sombre époque »

Photos choquantes: des enfants sont allongés sur un homme habillé en femme au «Drag Queen Story Time»

Doug Mainwaring
Doug Mainwaring

PORTLAND, Oregon, 1er juillet 2019 (LifeSiteNews) – Une bibliothèque publique de la côte ouest “Drag Queen Story Time” a évolué au-delà de la lecture de livres pro-gay et pro-transgenre aux enfants pour permettre aux enfants de s’amuser sur le sol et s’allonger sur un homme habillé en femme.

John’s Library en octobre dernier a été portée à l’attention de LifeSiteNews. Les photos sont affichées sur le compte Flickr de la bibliothèque du comté de Multnomah.

Image Continuer la lecture de « Photos choquantes: des enfants sont allongés sur un homme habillé en femme au «Drag Queen Story Time» »

Comment les gauchistes ont transformé Internet en une zone interdite pour les conservateurs

REBEL PRIEST – La discrimination contre les chrétiens conservateurs et traditionalistes devient de plus en plus normale et acceptable parmi notre élite et nos institutions. Sous la rubrique ” haine ” et ” discrimination ” (pour lesquelles on peut lire ” conservateur ” et ” morale traditionnelle “), les institutions et les plateformes en ligne s’opposent fermement à l’expression de points de vue en dehors du gauche progressiste favorisé par notre élite politique et culturelle.

La dernière illustration du parti pris en ligne contre les conservateurs est la fermeture cette semaine d’une page GoFundMe pour Israel Folau, la star australienne du rugby interdite en mai par Rugby Australia pour un tweet qui incluait “homosexuels” dans une liste de gens pour qui il disait “l’enfer attend”. Continuer la lecture de « Comment les gauchistes ont transformé Internet en une zone interdite pour les conservateurs »

George Orwell expliquait comment les socialistes modifient le langage pour modifier l’histoire

Des gens passent devant une murale représentant le romancier britannique George Orwell avec la citation : ” « La liberté n’a de sens que si cela implique le droit de dire aux gens ce qu’ils ne veulent pas entendre”, à Belgrade, le 8 mai 2018. (Oliver Bunic/AFP/Getty Images)

Epoch TimesGeorge Orwell a écrit qu’en modifiant le passé et en dépeignant le souvenir restant de l’histoire comme maléfique – ou favorable uniquement au régime socialiste – il était possible de manipuler les gens dans le présent . Les gens seraient ainsi incapables de comprendre la réalité des faits comme ils avaient été prévus à l’origine.

Et comme pour montrer à quel point la société d’aujourd’hui s’est rapprochée de ce dont George Orwellmentionnait, la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique a été signalée en 2018, par les censeurs de Facebook comme ayant un contenu inapproprié selon les nouvelles définitions de « discours haineux ».

Pour montrer toute l’ampleur de l’ironie, regardons ce qu’Orwell avait prédit dans son roman dystopique « 1984 » : « En pratique, cela signifie qu’aucun livre écrit avant 1960 environ ne peut être traduit dans son ensemble. La littérature pré-révolutionnaire ne pouvait faire l’objet que d’une traduction idéologique, c’est-à-dire d’une altération du sens aussi bien que de la langue. Prenons par exemple le passage bien connu de la Déclaration d’indépendance »

George Orwell cite le passage qui dit : « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur.

« Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés. »

Par cette déclaration, les pères fondateurs des États-Unis ont décrit des vérités qu’ils estimaient évidentes : que les droits des hommes – et l’égalité des chances dans le monde – sont donnés aux hommes par leur créateur divin. Et que parmi ces droits naturels figurent le droit de vivre, le droit à la liberté et le droit de rechercher le bonheur.

Les Pères fondateurs affirment que les hommes du gouvernement sont là pour garantir ces droits naturels, et le gouvernement de l’État tire son pouvoir du consentement de ceux qu’il gouverne. Ce concept, en soi, va à l’encontre de la trinité totalitaire du socialisme, du fascisme et du communisme qui a fait son apparition dans le monde au XXe siècle.

Miner le totalitarisme

Dans ces systèmes totalitaires modernes, c’est le gouvernement qui alloue des droits à la population, et non l’inverse. En vertu de ces lois, il n’y a pas de droits naturels, il n’y a pas de créateur au-delà des couloirs du gouvernement, le bonheur est dans l’argent et l’indulgence immorale, plutôt que dans la vertu, et l’homme moyen est considéré comme trop naïf pour avoir droit à la liberté.

G. Orwell a anticipé le problème. Son régime totalitaire fictif était spécifiquement un régime socialiste, avec « INGSOC » étant son acronyme pour « socialisme anglais ».

G. Orwell poursuit en citant la Déclaration d’indépendance, notant la phrase suivante :  » Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement… »

En d’autres termes, si un régime s’oppose aux droits naturels qu’il propose et va à l’encontre de la pensée que le gouvernement découle du « consentement des gouvernés », précisément pour défendre ces droits naturels, alors le peuple de ce pays a le droit de modifier ou d’abolir ce gouvernement, et d’en établir un nouveau.

Avec cette proposition, aucun des régimes totalitaires du XXe siècle ne pouvait tenir longtemps.

Le newspeak (novlangue)

Comprenant cela, G. Orwell a imaginé comment un régime socialiste pourrait gérer de telles valeurs subversives. La réponse d’Orwell était l’idée d’un langage modifié par le gouvernement et d’un système de valeurs déformé qui pourrait modifier la façon dont les gens interprètent l’information. Et ce n’est pas non plus de la pure fiction, car modifier la façon dont les gens interprètent l’information est le but de la guerre psychologique.

G. Orwell appelait cette forme de langage modifié, et méthode de perception trafiquée, « Newspeak (le novlangue)« .

Pour illustrer le fonctionnement de ce système, G. Orwell a expliqué comment il serait appliqué par le socialisme pour modifier la façon dont les gens interprètent la Déclaration d’indépendance. Il a dit qu’avec un document comme celui-ci, les concepts mêmes devraient être considérés comme criminels, et « une traduction intégrale ne pourrait être qu’une traduction idéologique, où les mots de T. Jefferson seraient transformés en panégyrique sur le gouvernement absolu ».

Il a expliqué que l’expression « tous les hommes sont créés égaux » pourrait être une phrase utilisée par le régime, mais qu’il la changerait en « tous les hommes sont égaux », et son sens serait interprété différemment pour exprimer une « vérité palpable » comme l’idée que « tous les hommes sont de taille, poids ou force égale ».

De même, dans nos systèmes modernes, le sens de « tous les hommes sont créés égaux » a été changé. Certains l’interprètent à travers le prisme de la politique identitaire, à savoir que les prétendues différences d’égalité entre les races devraient être résolues par une tyrannie gouvernementale pour obtenir des résultats égaux. Plutôt que d’avoir une part égale dans la vie, les totalitaristes modernes estiment que l’égalité devrait être appliquée afin que tout effort mène au même résultat égal.

Cela s’écarte bien sûr de l’idée que les gens sont « créés » égaux par le divin, et que le gouvernement ne devrait pas entraver l’autonomie, la liberté et la « poursuite du bonheur » d’un individu ou d’un groupe – surtout pas par une ingénierie sociale de masse qui classerait et réglementerait les gens par race.

Le concept du mot « noirblanc »

D’autres aujourd’hui tentent de discréditer complètement la Déclaration d’indépendance en attaquant la légitimité des Pères fondateurs et le système de gouvernement qu’ils ont créé pour les États-Unis.

Ceci est basé sur l’idée de critiquer le passé, souvent à travers une lentille de perception modifiée par la politique socialiste. La « théorie critique » devient alors le principal outil utilisé dans les académies socialistes modernes en enseignant aux étudiants à interpréter toute l’histoire à travers le prisme marxiste de la prétendue lutte entre « l’oppresseur » et « l’opprimé ».

Sous le prisme marxiste, les Pères fondateurs deviennent les « opprimés » qui luttent contre les « oppresseurs » de Grande-Bretagne, ce qui en fait des figures révolutionnaires communistes aux yeux des gens endoctrinés par cette idéologie. Ils deviennent aussi les « oppresseurs » qui détenaient des esclaves, discréditant ainsi leurs actions ou leurs revendications aux yeux des gens qui utilisent ce genre de logique. Par le biais de ce système, les perceptions des Pères fondateurs peuvent être utilisées de différentes manières, selon la demande de l’intérêt politique.

G. Orwell a également expliqué comment cela fonctionnerait. Il appelait ce concept « NoirBlanc ». Il a écrit : « Comme tant de mots novlangues, ce mot a deux significations contradictoires. » Appliqué à un ennemi  « c’est l’habitude de prétendre impudemment que le noir est blanc, en contradiction avec les faits évidents « , et appliqué à un membre du Parti,  » c’est une volonté loyale de dire que le noir est blanc quand la discipline du Parti l’exige ».

En d’autres termes, cela signifie que les gens peuvent dire que quelque chose est mauvais quand cela correspond à leur intérêt idéologique. Et dire que la même chose est bien quand cela correspond à d’autres intérêts idéologiques. La perception du bien et du mal ne repose plus sur un système de valeurs défini, mais sur ce que la politique socialiste exige à ce moment-là.

Ce concept est au cœur des « deux poids, deux mesures » actuelles de la politique socialiste – où quelque chose est bon ou excusable alors qu’il est fait par son propre camp, mais mal et digne d’une attaque constante si c’est fait par ses opposants. Pourtant, comme G. Orwell l’a expliqué, il ne s’agit pas d’un système conscient de deux poids, deux mesures, mais plutôt d’une croyance intériorisée : « Cela implique la capacité de CROIRE que le noir est blanc, et plus encore, de SAVOIR que le noir est blanc, et d’oublier qu’on a toujours cru le contraire. »

La double-pensée

« Cela exige une altération continue du passé, rendue possible par le système de pensée qui englobe réellement tout le reste et qui est connu dans le langage courant sous le nom de DOUBLE-PENSÉE », a écrit G. Orwell.

G. Orwell explique que modifier la perception du passé est une partie importante de la tyrannie socialiste. Sans une bonne connaissance du passé, les gens tolèrent leurs conditions actuelles, « en partie parce qu’il n’a pas de normes de comparaison ».

Comme moyen de contrôle sous le socialisme, a-t-il expliqué, le citoyen doit « croire qu’il est mieux loti que ses ancêtres et que le niveau moyen de confort matériel est en constante augmentation. Mais la raison de loin la plus importante pour le réajustement du passé est la nécessité de sauvegarder l’infaillibilité du Parti. »

« La mutabilité du passé est le principe central d’Ingsoc », écrit-il. « Les événements passés, affirme-t-on, n’ont pas d’existence objective, mais ne survivent que dans des documents écrits et dans la mémoire humaine. Le passé, c’est le passé, quels que soient les documents et les souvenirs sur lesquels les gens s’entendent. »

C’est le logo Ingsoc basé sur celui de 1984 d’Orwell. Vu dans le film Nineteen Eighty-Four. G. Orwell s’est appuyé sur les systèmes politiques existants pour créer l’idéologie politique Ingsoc.

« Et puisque le Parti est préposé à la garde et au contrôle des documents et l’esprit de ses membres, il s’ensuit que le passé devient ce que le Parti décide d’en faire. »

HOMOPHILIE DANS LES HAUTS LIEUX: VOUS AVEZ FAIT DE ROME UN REPAIRE DE LOUEURS DE GARÇONS

Jules Gomes  •  ChurchMilitant

“Bienvenue à Sodoma”, raconte avec un ton laconique Don Julius, confesseur à la Basilique Saint-Pierre, à Frédéric Martel, qui décrit en détail la vie nocturne gay au Vatican.

“Chaque soir, les prêtres ont ces deux options, dit Julius. “Vatican’in’ ou Vatican’out’ – le premier est un code pour les relations sexuelles avec des coreligionnaires ou de jeunes séminaristes ; le second est un code pour les croisières dans les parcs publics, les saunas ou sur Internet pour prendre des escorts masculins.

Les cardinaux et les évêques préfèrent généralement la première option prudente de croisière dans l’Église. Le grand public ignore en grande partie la deuxième option des relations homosexuelles commerciales qui constituent une option de grande portée, écrit le journaliste Frédéric Martel dans son exposé explosif intitulé In the Closet of the Vatican : Pouvoir, homosexualité, hypocrisie. Continuer la lecture de « HOMOPHILIE DANS LES HAUTS LIEUX: VOUS AVEZ FAIT DE ROME UN REPAIRE DE LOUEURS DE GARÇONS »

La “sagesse ancestrale” de la spiritualité amazonienne

INFOVATICANA – Par Carlos Esteban | 22 juin 2019
Les Yanomami sont l’un des groupes ethniques les plus nombreux parmi les différents peuples autochtones de l’Amazonie, composé d’environ 20 000 à 30 000 personnes vivant dans des villages d’une cinquantaine de personnes dans la jungle équatoriale, entre le Brésil et le Venezuela.

A la puberté, les hommes de la tribu, qui consomment régulièrement de l’epená, une substance hallucinogène, ont souvent plusieurs femmes. Les chamans utilisent la drogue dans leurs rituels pour communiquer avec les esprits. L’infanticide est l’une des ” traditions ” les plus profondément enracinées chez les Yanomami. La mère, après l’accouchement, peut recevoir l’enfant ou l’enterrer vivant. Ce dernier cas est plus probable si l’enfant naît avec une malformation quelconque ou comme moyen de sélection sexuelle (les hommes sont préférés dans le cas d’une première naissance). Si des jumeaux naissent, un seul peut survivre ; dans le cas des mâles, le plus faible est généralement sacrifié. La raison en est que deux bébés consomment trop de lait maternel, d’autant plus qu’ils sont allaités jusqu’à l’âge de trois ans en moyenne. Continuer la lecture de « La “sagesse ancestrale” de la spiritualité amazonienne »

Les évêques américains accordent une subvention de 750 000 dollars à un groupe militant pour l’homosexualité et la propagande LGBT

Michael Hichborn
Michael Hichborn

LIFESITE – 20 juin 2019 (Institut Lepanto) – La Campagne catholique pour le développement humain (CCHD), un organisme anti-pauvreté de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), accorde une subvention de 750 000 $ au Réseau ignatien de solidarité (ISN) sur les trois prochaines années. En annonçant la subvention sur son site web, le président du RIS, Christopher Kerr, a déclaré : “Le personnel et le conseil d’administration du Réseau de solidarité ignatien sont reconnaissants de l’appui de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis”. Continuer la lecture de « Les évêques américains accordent une subvention de 750 000 dollars à un groupe militant pour l’homosexualité et la propagande LGBT »

FLASHBACK: Saint Jean-Paul II a qualifié les célébrations de «fierté» d’attaque des valeurs chrétiennes

Dorothy Cummings McLean
Dorothy Cummings McLean

VILLE DU VATICAN, 17 juin 2019 (LifeSiteNews) – Le témoignage du pape Jean-Paul II s’oppose aux prêtres et aux évêques catholiques qui encouragent la participation des LGBT aux célébrations du “Mois de la fierté”.

Le 9 juillet 2000, le pontife polonais a qualifié les provocations LGBT qui ont marqué l’année sainte à Rome d'”affront” au Jubilé et d'”offense” aux “valeurs chrétiennes” de la ville.

Dans son discours de l’Angélus dominical, Saint Jean Paul II a reconnu les scènes choquantes après avoir abordé les graves questions de la réforme pénale et du dialogue œcuménique entre l’Église catholique et les Églises orthodoxes. Continuer la lecture de « FLASHBACK: Saint Jean-Paul II a qualifié les célébrations de «fierté» d’attaque des valeurs chrétiennes »