L’église de Bergoglian, perdue entre idéologies et lieux communs

Par INFOVATICANA – L’interview que le Pape François a accordée à La Stampa, publiée le 9 août, est la déclaration politique la plus explicite et la plus organique de tout son pontificat. Dans la conversation, le pape revient sur de nombreux sujets qu’il avait déjà abordés précédemment. Mais jamais auparavant il n’avait unifié ses thèses sur les grands thèmes de la politique européenne et mondiale dans une synthèse unitaire aussi complète : de l’état de l’intégration européenne à l’immigration, de la dialectique entre globalisme et souveraineté à la sauvegarde de l’environnement. Continuer la lecture de « L’église de Bergoglian, perdue entre idéologies et lieux communs »

Le pape François pleure le glacier islandais fondu… la nation qui avorte près de 100% des bébés atteints du syndrome de Down

Dorothy Cummings McLean
Dorothy Cummings McLean

ISLANDE (LifeSiteNews) – L’Islande, qui avorte près de 100 % des bébés atteints du syndrome de Down, a organisé des funérailles pour un glacier.

Le glacier, connu sous le nom d’Okjökull ou “Ok”, couvrait 6,2 milles carrés en 1890. Cependant, en 2012, elle avait chuté à moins de 0,3 mille et, en 2014, les scientifiques islandais ont décidé qu’elle ne bougeait plus.

Un géologue islandais, Oddur Sigurðsson, a déclaré à l’Agence France-Presse que “….Nous avons décidé que ce n’était plus un glacier vivant, c’était seulement de la glace morte, elle ne bougeait pas.”

C’est pourquoi une centaine de personnes, dont le premier ministre islandais, Katrín Jakobsdóttir, et l’ancienne présidente irlandaise, Mary Robinson, ont tenu une cérémonie commémorant le passage du glacier dimanche. Une plaque bilingue islandais-anglais intitulée “A letter to the future” a été apposée sur un affleurement rocheux.

“Ok est le premier glacier islandais à perdre son statut de glacier.

“Dans les 200 prochaines années, tous nos glaciers devraient suivre le même chemin. Ce monument vise à reconnaître que nous savons ce qui se passe et ce qui doit être fait. Tu es le seul à savoir si on l’a fait.”

Selon Breitbart, Sigurðsson “a apporté un certificat de décès au service commémoratif pour attirer l’attention sur la’crise climatique'”.

Le pape François a fait allusion au glacier éteint au début du mois lorsqu’il a été interviewé par le journal italien La Stampa. En expliquant la relation entre son encyclique Laudato Si’ et le prochain Synode sur l’Amazonie, Francis a dit : “L’autre jour, j’ai lu qu’un énorme glacier en Islande avait fondu presque complètement : ils ont construit un monument funéraire.

Mais une triste ironie de la disparition des glaciers islandais est que les bébés atteints du syndrome de Down disparaissent régulièrement d’Islande. En fait, presque toutes les personnes atteintes du syndrome de Down sont avortées avant leur naissance. En 2009, seulement trois bébés en Islande sont nés avec cette condition génétique. En 2017, aucun bébé atteint du syndrome de Down n’y était né depuis cinq ans.

En 2017, Breitbart a rapporté qu’un généticien islandais s’était vanté de l’éradication du syndrome de Down dans son pays.

“Je crois comprendre que nous avons pratiquement éradiqué le syndrome de Down de notre société – qu’il n’y a pratiquement plus d’enfants atteints du syndrome de Down en Islande “, a déclaré Kari Stefansson.

Helga Sol Olafsdottir, conseillère à l’hôpital universitaire Landspitali, a indiqué qu’elle ne pensait pas que l’avortement des bébés atteints du syndrome de Down était une erreur.

“Nous ne considérons pas l’avortement comme un meurtre”, dit-elle. “Nous le considérons comme une chose à laquelle nous avons mis fin.”

7 prêtres et plus de 100 catholiques prient devant la «messe noire» satanique à Ottawa

Lianne Laurence
Lianne Laurence

OTTAWA (LifeSiteNews) – Sept prêtres et plus de 120 catholiques ont prié à l’extérieur du bar The Koven samedi soir alors qu’une messe noire satanique y avait lieu.

Les catholiques se sont rencontrés sur les marches de la cathédrale Notre-Dame, à environ cinq minutes à pied du Koven, où l’archevêque d’Ottawa, Mgr Terrence Prendergast, et l’évêque auxiliaire Guy Desrochers, de Cornwall, les ont bénis avant leur départ, comme l’indique Catholicnewsworld. Continuer la lecture de « 7 prêtres et plus de 100 catholiques prient devant la «messe noire» satanique à Ottawa »

Evêque missionnaire amazonien: les véritables problèmes manquent aux projets du Synode

Un évêque missionnaire de longue date a déclaré que les auteurs de l’Intrumentum Laboris “annulaient l’évangile du salut”

Un évêque missionnaire de longue date du delta du fleuve Amazone a déclaré que le document de travail pour un prochain synode des évêques sur la région ne traite pas des problèmes réels auxquels l’Église est confrontée dans la région.

Mgr José Luis Azcona, évêque missionnaire émérite de Marajó, diocèse qui comprend des dizaines d’îles dans le delta du fleuve Amazone. Au cours de ses années de service dans la région, Azcona a vécu sous la menace de mort pour avoir dénoncé la traite des êtres humains et pour avoir défendu les droits humains des peuples autochtones. Continuer la lecture de « Evêque missionnaire amazonien: les véritables problèmes manquent aux projets du Synode »

L’arrivée du Pape François et la fin d’une Eglise dogmatique

ATALANTICO – Jean‐Paul II était un philosophe, lecteur de Levinas, Benoît XVI était un théologien, lecteur de Buber. Le Pape François est plutôt un interlocuteur en relation face à un lecteur solitaire.Sa relation avec le Recteur du Séminaire Rabbinique latino‐américain de Buenos Aires durant de nombreuses années, n’est pas simplement un dialogue philosophique et théologique, c’est surtout la rencontre entre deux hommes décidés à agir dans le monde, et à montrer que la foi au XXIe siècle a quelque chose à dire au monde.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Argentine, le chef spirituel du catholicisme et l’un des maîtres du judaïsme se rencontraient pour réfléchir ensemble à la reconstruction d’une société profondément blessée et meurtrie par la violence, la dictature, le terrorisme et la haine.
Mon ami Franklin Rausky, né au Paraguay, et qui a étudié au séminaire latino-américain en Argentine, me donnait un éclairage sur cette mutation incroyable avec François. L’Église est sortie d’une attitude dogmatique, prétendant dire la vérité et combattre l’erreur dans tous les ordres de la vie, pour adopter une nouvelle attitude grâce à un homme d’Église qui se propose d’éclairer la société et non plus de légiférer pour la société.
Dans l’itinéraire biographique du Pape François, cette mutation révolutionnaire n’est pas étrangère à sa rencontre avec le judaïsme. Juifs et chrétiens, à un moment de l’histoire, sont capables de briser les murs qui les séparent, de se rencontrer et de penser ensemble à l’avenir de la société et du monde. Sa visite en Israël va bien au-delà des visites des précédents pontifes romains. Il se rend sur la tombe de Herzl pour rendre hommage au père fondateur de l’idéal sioniste. Ce même père fondateur auquel le Pape de son temps avait refusé tout soutien et toute sympathie en lui déclarant : « Non possemus » (nous ne pouvons pas), c’est-à-dire refusant de reconnaître une quelconque légitimité à l’idée d’un retour du peuple d’Israël sur sa terre natale.
Avec le Pape François, cette page est tournée. Mis à part les gestes forts (Yad Vachem, le Kotel) que ses prédécesseurs avaient déjà accomplis, François va plus loin en se recueillant devant le Mémorial des victimes israéliennes du terrorisme. On ne saurait nier l’importance historique considérable de ces gestes. En se rendant sur la tombe de Herzl, le Pape François reconnaît le droit du peuple juif à bâtir un État souverain en terre sainte. C’est le geste que personne n’avait imaginé quelques années auparavant.

Le Supérieur général jésuite: Satan est une “réalité symbolique”

“Le diable existe en tant que réalité symbolique et non en tant que réalité personnelle”, a déclaré le père Arturo Sosa.

Le supérieur général de la Compagnie de Jésus a dit que le diable est un symbole, mais pas une personne.

Le diable, “existe comme la personnification du mal dans différentes structures, mais pas dans les personnes, parce que n’est pas une personne, est une manière d’agir mal. Il n’est pas une personne comme une personne humaine. C’est une manière de mal d’être présent dans la vie humaine”, a déclaré le Père Arturo Sosa, SJ, mercredi, dans une interview au magazine italien Tempi. Continuer la lecture de « Le Supérieur général jésuite: Satan est une “réalité symbolique” »

Obstacles linguistiques: latin ecclésiastique

1P5Andrew Meszaros 

Pour beaucoup de catholiques, il n’est pas facile de comprendre l’importance du latin dans la vie de l’Église. En février 1962, à la veille de l’ouverture du Concile Vatican II, le Pape Jean XXIII écrivait : “Les principales sciences sacrées[dans les séminaires] seront enseignées en latin, qui, comme nous le savons depuis des siècles, doit être considéré comme le plus approprié pour expliquer avec la plus grande facilité et clarté les idées et concepts les plus difficiles et profonds. Car, outre le fait que le latin s’est longtemps enrichi d’un vocabulaire de termes appropriés et sans équivoque, mieux calculé pour sauvegarder l’intégrité de la foi catholique, il sert aussi, dans une large mesure, à élaguer le verbiage inutile.” Continuer la lecture de « Obstacles linguistiques: latin ecclésiastique »

Le naufrage d’une congrégation religieuse

Les religieuses Oblates du Très Saint Rédempteur ont été fondées à la fin du XIXe siècle par un ancien évêque auxiliaire de Perth (Australie).

Josep Benet Serra i Julià (1810-1896) avait été auparavant religieux bénédictin. A son retour en Espagne, après plusieurs années passées en Australie, il se préoccupe de la situation des femmes tombées ou en grande difficulté. Dès 1864, il ouvre un asile pour la réinsertion des femmes de mauvaise vie.

Afin de donner une stabilité à cette œuvre, il fonde malgré de nombreuses difficultés une congrégation religieuse, avec l’aide d’Antonia Maria de Oviedo y Schöntal (1822-1898). Cette femme, née dans l’aristocratie, était pourvue d’une éducation remarquable puisqu’elle avait été préceptrice des enfants royaux à Madrid pendant douze ans.

Dès l’origine, la nouvelle famille religieuse est liée aux Rédemptoristes, d’où son titre. L’institut est reconnu en 1895, et les constitutions approuvées par le Saint-Siège en 1906.

Pendant des décennies, cette congrégation a poursuivi son noble but, s’efforçant de venir en aide aux femmes perdues et de les relever au prix de grands efforts. Mais c’était avant le “nouveau souffle” de Vatican II et de son aggiornamento, c’est-à-dire l’adaptation de la vraie religion au monde apostat, à ses pompes et à ses œuvres…

Quand une religieuse se met à délirer…

Aujourd’hui, cette congrégation fait parler d’elle. Les déviations effarantes qui s’y commettent dans le domaine moral manifestent la profondeur de la crise que traverse l’Eglise.

Dans une interview au journal La Voz de Almería, une sœur ayant 50 ans de vie religieuse raconte son apostolat auprès des pauvres femmes, des pécheresses qu’elle est censée aider à changer de vie. Hélas, certains des moyens employés par son institut sont réprouvés par la morale catholique – FSSPX.Actualités ne s’étendra pas sur ce sujet.

A la question : « Etes-vous partisane de l’avortement ? », la religieuse n’hésite pas à répondre : « On ne peut pas forcer une femme à mettre un enfant au monde si elle n’en a pas envie pour une raison quelconque. C’est une décision totalement personnelle. Qui suis-je pour lui dire qu’elle doit le mettre au monde ? »

L’on aura reconnu la tournure de l’expression utilisée par le pape François au sujet des invertis : « Qui suis-je pour juger ? ». Et certes, c’est Dieu qui juge. Mais le péché dont il s’agit, c’est au bon pasteur de le condamner, pour sauver les brebis confiées à sa garde par le Seigneur.

De même, qu’une religieuse prétende que décider de garder ou ne pas garder un enfant, et qui plus est pour une raison quelconque, relève de la seule conscience privée, est une abomination. C’est aller directement contre la loi de Dieu et donner un pouvoir de vie ou de mort à la femme enceinte sur l’enfant qu’elle porte.

Nous voyons là l’aboutissement de la primauté de la conscience sur la loi, non seulement humaine, mais divine. L’homme se dresse face à Dieu et s’affirme son égal. C’est proprement le péché du démon. Que des personnes consacrées à Dieu dénaturent à ce point la morale, la vertu et le message de l’Evangile, voilà qui relève de l’obscurcissement de l’intelligence et de l’endurcissement du cœur.

Actualités

Continuer la lecture de « Le naufrage d’une congrégation religieuse »

Vers le Synode pour l’Amazonie avec la bénédiction du sorcier

MPI – Une photographie extravagante est en train de faire le tour du monde : celle montrant un sorcier de l’Amazonie « bénissant » des religieux et religieuses colombiens durant le troisième forum de préparation au Synode pour l’Amazonie qui s’est déroulé au siège de la Conférence épiscopale colombienne.

Isidoro Jajoy, le sorcier qui apparaît sur la photographie, est un chaman de la tribu desInga de Colombie. Il apparaît « bénissant » des sœurs, des prêtres et des laïcs, tous dans une attitude révérencieuse pendant qu’ils reçoivent cette soi-disant bénédiction. Au cours de ce forum promu par l’Assemblée des évêques colombiens et ayant pour thème Nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale. L’objectif, totalement naturaliste, de cette rencontre préparatoire au Synode voulu par le pape François consistait à réfléchir sur la réalité actuelle du territoire et des populations amazoniennes, ses lumières et ses ombres, en analysant l’Instrumentum laboris, tout aussi naturaliste. A cette bénédiction de sorcier assistait également le cardinal Barreto, prêtre jésuite péruvien et actuel archevêque de Huancayo.

A la Nouvelle Église conciliaire œcuménique et plurielle se prête cette nouvelle bénédiction multi-religieuse ! Cette photographie illustre mieux que des paroles le visage de l’Église conciliaire, une nouvelle Eglise dans laquelle règne le panthéisme, l’animisme, le spiritisme, le chamanisme, la sorcellerie, le New Age, les rituels païens… Une Église sans Dieu, sans Croix, avec des hostie de yucca, relativiste et satanique !

Francesca de Villasmundo

Pell, une autre tentative ratée d’assainir les finances du Vatican

INFOVATICANA – Par Gabriel Ariza

Le 27 février, le cardinal George Pell a été condamné en Australie pour abus sexuel il y a deux décennies et aujourd’hui, en attente d’appel, il reste emprisonné, isolé 23 heures par jour et sans la possibilité de célébrer la Sainte Messe.

Le jour même de son arrestation, le Vatican a décidé de ne pas renouveler le mandat de Pell en tant que préfet du Secrétariat à l’économie du Saint-Siège ; une décision annoncée d’une manière au moins déconcertante : le porte-parole intérimaire du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a écrit un bref commentaire sur Twitter, le réseau social, assurant que cela était dû à la simple expiration de son mandat. Continuer la lecture de « Pell, une autre tentative ratée d’assainir les finances du Vatican »