Bilderberg 2019 : ce que l’on sait de la réunion la plus secrète au monde

RT France – Le groupe Bilderberg se réunit à Montreux, sur les rives du lac Léman, pour sa 67e édition. Comme de coutume, de nombreuses personnalités influentes sont présentes afin de discuter de thèmes comme l’Europe, le climat ou la Russie.

La réunion annuelle du groupe Bilderberg suscite comme chaque année de nombreux commentaires. Que sait-on de ce mystérieux raout ?

Où et quand ?

Après Turin l’an dernier, le groupe Bilderberg se rassemble, du 30 mai au 2 juin, pour sa 67e réunion annuelle à Montreux, en Suisse – commune située sur les rives du lac Léman, près de la frontière française – plus précisément dans l’enceinte du Fairmont Le Montreux Palace, un hôtel de luxe de la cité helvétique.

Qui ?

Selon le site internet de l’organisation, ce sont «130 dirigeants politiques et experts de l’industrie, de la finance, du monde du travail, de l’université et des médias» qui y participent en moyenne chaque année. Le club Bilderberg a mis en ligne la liste des participants pour 2019, laquelle compte dans ses rangs neuf Français. Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, devrait par exemple être de la partie tout comme Clément Beaune, conseiller Europe et G20 d’Emmanuel Macron.

Les PDG de Total (Patrick Pouyanné), Thales (Patrice Caine) et Axa (Thomas Buberl) ont aussi été invités. L’historien François Godement, spécialiste de la Chine et de l’Asie de l’Est – par ailleurs conseiller pour l’Asie à l’Institut Montaigne et consultant externe au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères française, selon le site de l’institut – sera lui aussi présent. A noter que le groupe Bilderberg est présidé, depuis 2012, par celui qui assure la direction de l’Institut Montaigne, l’ancien PDG d’Axa Henri de Castries.

Côté médias, le club comptera sur la présence de la directrice de la rédaction de L’Obs, la journaliste Dominique Nora. La France aura également comme représentant Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO et ancienne ministre de la Culture sous François Hollande, qui est invitée sous le pavillon «international» et non pas en tant que ressortissante française.

Parmi les autres convives apparaissent nombre de personnalités connues. José Manuel Barroso – ancien président de la Commission européenne – devenu depuis 2016 président non exécutif du conseil d’administration de la banque d’affaires Goldman Sachs, Borge Brende, président du Forum économique mondial, Mark J.Carney, gouverneur de la Bank of England, Henri Kissinger, ancien secrétaire d’Etat américain sous Nixon puis sous Ford, Satya Nadella, PDG de Microsoft, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, Matteo Renzi, ancien chef du gouvernement italien ou encore les Premiers ministres estonien ou hollandais. Le groupe Bilderberg a également reçu une visite «surprise» puisque Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain de Donald Trump, s’est lui aussi rendu en Suisse le 1er juin, comme le rapporte le quotidien belge L’Echo. Il n’était pas inscrit sur la liste présentée sur le site du club Bilderberg.

Pourquoi ?

Toujours d’après le site de l’événement, onze grand thèmes ont été dégagés pour cette édition : «un ordre stratégique stable», « quelle suite pour l’Europe ?», «changement climatique et développement durable», «la Chine», «la Russie», «le futur du capitalisme», «le Brexit», «l’éthique dans l’intelligence artificielle», «les réseaux sociaux comme arme», «l’importance de l’espace» et «les cybermenaces».

Ni l’identité des intervenants ou des participants, ni leurs origines, ne peuvent être révélées

Fondé en 1954, le groupe Bilderberg se définit comme «un forum de discussion informel à propos de sujets majeurs». Deux-tiers des participants viennent d’Europe et le reste d’Amérique du Nord, selon son site internet, dont un quart de la politique et des gouvernements. Il est précisé que «ni l’identité des intervenants ou des participants, ni leurs origines, ne peuvent être révélées», cela afin de «n’être pas liés» à des «positions préétablies».

Alexis Le Meur

100 ans de la consécration de l’Espagne au Sacré Cœur de Jésus sont célébrés

Par INFOVATICANA | 03 mars 2019
(Blog de Don Manuel Guerra)- Hier, 30 mai, au Cerro de los Ángeles, un siècle s’est écoulé depuis la consécration de l’Espagne au Sacré-Cœur de Jésus. La formule a été lue par le roi Alphonse XIII : cet anniversaire sera-t-il commémoré uniquement par le diocèse de Getafe, où se trouve le Cerro de los Ángeles, qui est considéré comme le centre géographique de la péninsule ibérique (Espagne et Portugal) ?

La Colline des Anges[1]
“Cerro” est une colline isolée, entourée d’un terrain plat. Los Angeles se trouve à environ 10 kilomètres au sud de Madrid, dans le district municipal et dans le diocèse de Getafe. Son altitude est de 666 mètres au-dessus du niveau de la mer, le nombre fatidique de l’Apocalypse (13,18). Continuer la lecture de « 100 ans de la consécration de l’Espagne au Sacré Cœur de Jésus sont célébrés »

UNE BRÈVE HISTOIRE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL : Partie II

Moment of the assassination attempt
Moment de la tentative d’assassinat

Le “DP” de Ronald Reagan et Manly P. Hall

Le 30 mars 1981, alors qu’il revenait d’une réunion avec des représentants syndicaux à l’hôtel Hilton de Washington, le président Ronald Reagan a reçu une balle de calibre.22. Après avoir été transporté d’urgence au George Washington University Hospital et avoir subi deux heures de chirurgie, 1Ronald Reagan a été déclaré en “excellent” état.

L’assassinat de Reagan est considéré comme unique parmi les tentatives d’assassinat présidentiel, principalement parce que Reagan a été abattu et a survécu, mais il y a un certain nombre d’éléments curieux parmi les attentats sur la vie du Gipper qui correspondent aux meurtres plus célèbres de présidents tels que Abraham Lincoln et John F. Kennedy.

D’abord et avant tout, certains ont critiqué l’action de certains membres des services secrets, qui semblaient agir d’une manière étourdie et retardée, permettant à six coups de feu d’être tirés, causant la blessure du secrétaire de presse James S. Brady qui, après avoir survécu, allait continuer à hanter les militants des droits de l’homme sous la forme du “Brady Bill” de 1993, l’ère Clinton.

D’autres ont noté la très longue distance de 300 pieds que Reagan a été forcé de marcher à cause de l’incapacité de la Lincoln Continental de 1972 de Reagan, populairement connue sous le nom de “The Beast”, à s’arrêter devant les portes de l’hôtel.

Cependant, l’élément le plus étrange de la tentative d’assassinat de Reagan est peut-être l’assassin potentiel, John Hinkley Jr. qui, comme Lee Harvey Oswald et Sirhan Sirhan Sirhan, semblait être un tireur d’élite, prêt pour la télévision de jour. Comme l’assassin de John Lennon, Mark David Chapman, Hinkley s’intéressait au roman étrange The Catcher in the Rye, un roman de solitaire et il était notoirement obsédé par Jodi Foster.

Cependant, ce qu’il y a d’étrange chez John Hinkley Jr., c’est que sa famille était proche et intime de celle du vice-président de l’époque, George H.W. Bush-en fait, comme l’a rapporté le New York Times le 1er avril 1981, deux jours seulement après la tentative d’assassinat, son frère Scott devait dîner avec Neil, le fils du vice-président Bush, le lendemain de cet attentat.

Cette étrange coïncidence, qui serait répétée par une autre étrange coïncidence, la rencontre entre George H.W. Bush et Shafiq bin Laden, frère d’Oussama ben Laden, le 11 septembre 2001, n’était qu’une des très nombreuses fois dans l’histoire américaine récente où la famille Bush se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment.

Cependant, une telle conversation est pour un autre endroit et à un autre moment.

Une personne qui a pris une animosité spéciale pour la famille Bush après la tentative d’assassinat à n’était autre que Nancy Reagan.

reagan dw 4
Ronald et Nancy Reagan

Non seulement la Première Dame a développé une hostilité amère envers les buissons, mais elle s’est aussi tournée vers des sources ” surnaturelles ” pour se protéger contre des ennemis hostiles, employant l’astrologue Joan Quigley pour aider son mari, Ronald Reagan, à établir l’emploi du temps, le rendant favorable aux influences astrologiques et occultes.

Ce sombre secret à la Maison-Blanche de Reagan est communément connu du citoyen américain moyen, depuis que l’ancien secrétaire au Trésor et chef d’état-major de la Maison-Blanche, Donald Regan, a publié ces détails dans ses mémoires de 1988 Pour mémoire : De Wall Street à Washington.

L’astrologie et la magie qui l’accompagne est un péché grave. Cependant, un tel intérêt n’est pas particulièrement hors de l’ordinaire, même chez les Premières Dames.

Pas tout à fait aussi bien connu, mais néanmoins rapporté par les médias de l’establishment tels que Salon et le Washington Post, Ronald Reagan lui-même était consacré à l’enseignement de l’occultiste et de haut niveau franc-maçon, P. Manly Hall, dont les écrits ont contribué à façonner non seulement Reagan la vie personnelle mais ses politiques administratives ainsi.

En 1944, Hall élabore sa vision d’une Amérique d’après-guerre intitulée “Le destin secret de l’Amérique”. Dans cet ouvrage, le mage franc-maçonnique plaide pour un rôle particulier des Etats-Unis dans la création d’une “démocratie mondiale”, un peu comme le langage d’un “ancien espoir” ou d’un “nouvel ordre mondial” de George H.W. et W. Bush.

Pour Hall, le “rêve secret” d’une démocratie mondiale que l’on prétend trouver dans les artefacts culturels des peuples anciens tels que les Egyptiens, les Chinois et les Grecs classiques serait réalisé sur le continent américain, connu dans le monde antique sous le nom d'”Atlantide”.

manly p hall

Pour Hall, l’Amérique est un lieu où l’âge d’or de l’antiquité a été reconstruit et où “tous ont eu la possibilité de s’instruire, d’entreprendre librement et de mener une vie digne de l’espoir et de la conscience”. Ces nobles idéaux libéraux sont inscrits dans la Déclaration d’indépendance qui, pour Hall, est une “Toison d’or” et contient “la formule magique de l’espoir humain”.

Très à propos à notre époque de crise migratoire et de fusion culturelle alchimique forcée, Manly P. Hall considérait les Américains comme une nouvelle “race” magique de gens éclairés et libres. Bien qu’il prétende s’abstenir de toute compréhension biologique de la race ici, Hall décrit clairement cette nouvelle race comme étant une race spirituelle née d’un mélange ethnique :

Si, dans un laps de temps relativement court, de nombreux courants raciaux se sont rencontrés et se sont mêlés, et qu’une nouvelle race est née, la race américaine ne doit pas être déterminée par une analyse du sang ou des proportions du crâne. Les Américains sont une race déterminée par la mesure d’une conviction, mise à part par cette conviction ; c’est la conviction que les êtres humains sont créés libres et ont droit à des chances égales de se perfectionner dans la vie, la liberté et la recherche du bonheur.

Selon Hall, la nouvelle race américaine est chargée de répandre la démocratie et l’illumination dans le monde entier, écrit-il, “des Bienheureuses Iles de l’Ouest doit venir l’accomplissement de la promesse des siècles”.

De l’Amérique, explique Hall, viendra une “démocratie mondiale” qui sera enracinée dans “la religion, la philosophie et la science”.

Ce langage est non seulement presque identique à celui utilisé par les présidences Bush pour vendre la guerre contre la terreur, mais il est en accord – comme le note Hall lui-même dans The Secret Destiny of America – avec l’ensemble du projet libéral aux Etats-Unis, condamné comme “américanisme” par le pape Léon XIII dans son encyclique Testem Benevolentiae Nostrae de 1899 mais vendu ensuite aux catholiques par les néothomistes comme Jacques Maritain et leurs enfants intellectuels parmi les néoconservateurs catholiques.

En fait, un écrivain catholique néoconservateur, Paul Kengor, dans son livre de 2017, A Pope and a President : Jean-Paul II, Ronald Reagan, et l’Extraordinary Untold Story of the 20th Century, soutient que la croyance du président Reagan en la victoire des États-Unis et de la démocratie libérale sur le communisme soviétique par le PDD ou Plan divin était un accomplissement du triomphe du Cœur immaculé de Notre-Dame de Fatima.

Cependant, en regardant les racines occultes de la pensée de Reagan dans les écrits de Manly P. Hall, qui étaient partagés par de nombreux autres présidents et personnalités publiques américaines, il est difficile de dire que le PDD de Ronald Reagan était le même PDD de Notre-Dame de Fatima.

De plus, l’énorme destruction causée par la culture hollywoodienne, qui a corrodé une grande partie de l’Occident et qui s’est immédiatement répandue dans les pays chrétiens et musulmans après avoir été libérée par les forces militaires américaines, est un signe que l’âge d’or prédit par Manly P. Hall ne sera pas une période de véritable liberté et d’illumination spirituelle mais plutôt une dégénérescence, de cruauté et d’esclavage.

Est-il possible que le PDD du libéralisme américain pour apporter la liberté, l’illumination, et laisser faire le capitalisme dans le monde entier ait en effet une source spirituelle, mais une source située sous la terre par opposition à au-dessus d’elle, et le but de ce projet n’est pas une véritable liberté chrétienne mais un esclavage spirituel ?

Restez à l’écoute pour la troisième partie de Une brève histoire du nouvel ordre mondial : “Le néothomisme et la création de l’ordre mondial après la Seconde Guerre mondiale.”

Deux mille ans de complot contre l’Eglise

Cet ouvrage essentiel est paru pour la première fois à Rome en 1962 et avait été distribué à tous les Pères conciliaires dans l’espoir que cette somme d’informations les prémunirait contre les tentatives de reniement annoncées de la Tradition et des vingt siècles de l’histoire de l’Eglise. Il n’en fut hélas rien.

Ce monument d’érudition historique fut en réalité, sous le pseudonyme de Maurice Pinay, l’œuvre collective de clercs sans aucun doute suscitée par des membres de la Curie restés fidèles. Continuer la lecture de « Deux mille ans de complot contre l’Eglise »

Cru 2019 du groupe Bilderberg réuni à Montreux, en Suisse

Alerte Info– La liste des nominés pour la France, est ;

COMITÉ DE DIRECTION DU PRÉSIDENT 
Castries, Henri de (FRA), Président de l’Institut Montaigne ; Ancien président et chef de la direction, AXA [NdJBL ► AXA financeur de la colonisationentre autres !]

Participants pour la France :

    • Castries, Henri de (FRA), Président de l’Institut Montaigne ; Ancien président et chef de la direction, AXA
    • Barbizet, Patricia (FRA), Chairwoman and CEO, Temaris & Associés
    • Beaune, Clément (FRA), Adviser Europe and G20, Office of the President of the Republic of France30

Continuer la lecture de « Cru 2019 du groupe Bilderberg réuni à Montreux, en Suisse »

Jamais les gens ne se rebelleront tant que leur conditionnement s’exercera aussi efficacement

Notre problème est simple à décrire.


Par Caitlin Johnstone − Le 1er avril 2019 − Source Medium.com

Depuis l’aube de la civilisation, les puissants contrôlent les récits que les gens se racontent sur leur identité : qui dirige, ce qu’est un bon citoyen, quels groupes doivent être aimés, quels groupes doivent être détestés et ce qui se passe dans le monde en général. En étudiant l’histoire, la plupart du temps, on ne fait que lire la vieille proto-propagande de tel ou tel royaume qui a gagné la dernière guerre durant telle ou telle période. En étudiant la religion, la plupart du temps, on n’étudie que des récits qui ont été forgés par d’anciens gouvernements, qui expliquent pourquoi il faut être docile, accepter de payer des impôts au lieu de se lever pour tuer les riches exploiteurs. Continuer la lecture de « Jamais les gens ne se rebelleront tant que leur conditionnement s’exercera aussi efficacement »

Pierre-Antoine Plaquevent – Soros et la société ouverte

Par Hervé – Source le Saker Francophone

Résultat de recherche d'images pour "Pierre-Antoine Plaquevent"
Pierre-Antoine Plaquevent

Pierre-Antoine Plaquevent anime un portail méta-politique les-non-alignés.fr. Il nous avait déjà contacté pour proposer un article sur Soros il y a 1 an. Depuis c’est dans un livre qu’il développe son propos déconstruisant cet homme, George Soros, qui derrière sa fondation, l’Open Society, semble de tous les combats de la mondialisation, des révolutions de couleurs, aux marches LGBT et même maintenant derrière les vagues de migrants qui ont fait récemment la une des journaux.

Ce livre est clairement un manuel de contre-insurrection contre ce que l’auteur appelle le « globalitarisme », une volonté palpable d’en finir par la force si nécessaire avec les États-nations, la liquidation de siècles d’histoires, notamment en Europe, avec la promesse d’un avenir radieux sans violence, égalitaire, dans le respect de toutes les minorités. Continuer la lecture de « Pierre-Antoine Plaquevent – Soros et la société ouverte »

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : Bref historique (première partie)

Écrit par Jesse Russell, Ph.D. | THE REMNANT

Henry Wallace, la famille Bush et le Novus Ordo Seclorum

Lors de son discours inaugural de 2005, prononcé au plus fort de la Seconde Guerre en Irak, le président George W. Bush, au milieu d’une vague rythmée de nobles sentiments patriotiques, a dit quelque chose de très étrange :

“Nous allons de l’avant en toute confiance dans le triomphe final de la liberté. Non pas parce que l’histoire tourne sur les roues de l’inévitable ; ce sont les choix humains qui font bouger les événements. Non pas parce que nous nous considérons comme une nation élue, mais parce que Dieu agit et choisit comme Il veut. Nous avons confiance parce que la liberté est l’espoir permanent de l’humanité, la faim dans les endroits sombres, le désir de l’âme. Quand nos fondateurs ont déclaré un nouvel ordre des âges, quand les soldats sont morts vague après vague pour une union basée sur la liberté, quand les citoyens ont marché dans l’indignation pacifique sous la bannière “Freedom Now”, ils ont agi sur un espoir ancien qui est censé être réalisé. L’histoire a un flux et un reflux de justice, mais l’histoire a aussi une direction visible, fixée par la liberté et l’Auteur de la Liberté.” Continuer la lecture de « LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : Bref historique (première partie) »

Serge Abad-Gallardo, « Euthanasie, la franc maçonnerie est à la manœuvre »

Entretien exclusif avec Armel Joubert des Ouches

Près de 1, 6 million de vues à ce jour sur la chaine YouTube de RITV (et plus de 100 000 vues sur Facebook) : Serge Abad-Gallardo s’était illustré il y a un an avec la sortie de son livre « Je servais Lucifer sans le savoir » et avec l’entretien-documentaire exclusif qu’il avait réservé à reinformation.tv. Continuer la lecture de « Serge Abad-Gallardo, « Euthanasie, la franc maçonnerie est à la manœuvre » »