En 2015, une émission grand public italienne évoquait les recherches chinoises d’un super-virus qui s’attaque aux poumons

MPI

Le 16 novembre 2015, la Rai, télévision d’État italienne, diffusait l’émission Leonardo, un programme TV concernant l’actualité scientifique.

Le thème abordé par le présentateur : le développement d’un super-virus par des scientifiques chinois, c’est-à-dire la création d’une chimère, un organisme modifié en greffant la protéine de surface d’un coronavirus trouvé dans les chauves-souris de l’espèce plutôt commune, appelée « nez en fer à cheval », sur un virus qui provoque le SARS, une pneumonie aiguë, bien que sous une forme non mortelle chez la souris. Continuer la lecture de « En 2015, une émission grand public italienne évoquait les recherches chinoises d’un super-virus qui s’attaque aux poumons »

Coronavirus – Une bombe explose au nez du monde entier

MPI – J’avais travaillé pendant une semaine pour traduire le très long rapport de Harvard sur l’origine du coronarovirus. L’idée était de le publier en Français.

J’avais mis en chapeau de cette traduction les mots suivants :

On veut nous faire croire que l’infestation par le Covid-19 est issue d’une mutation naturelle d’un virus provenant d’un animal (chauve-souris ou pangolin). Les généticiens de Harvard expliquent que ce n’est pas possible. Pour eux le Covid-19 est issu d’une manipulation génétique effectuée dans le laboratoire P4 de Wuhan. Bien sûr la Chine veut s’en dédouaner.

J’avoue que je me sentais un peu seul face au déferlement médiatique accréditant l’idée que le virus n’était pas né dans le laboratoire de Wuhan, mais était issu de la consommation de chauves-souris ou de pangolins infectés Continuer la lecture de « Coronavirus – Une bombe explose au nez du monde entier »

Pr Isaac Ben Israël : Le virus disparaît de lui-même après 70 jours

Strategika

Le professeur Isaac Ben Israël est le chef du programme d’études sécuritaires à l’Université de Tel Aviv. Scientifique militaire, il est général et ex-politicien israélien. Entre 2010 et 2012, il a été conseiller principal en cybernétique auprès du Premier ministre Netanyahu, période durant laquelle il a fondé le Israel National Cyber Bureau (INCB). Isaac Ben Israël est actuellement président de l’Agence spatiale israélienne et du Conseil national pour la recherche et le développement, sous les auspices du ministère israélien de la science, de la technologie et de l’espace. Il est l’auteur de “Philosophie du Renseignement – Logique et morale de l’espionnage” aux éditions de l’éclat.

« Je conseille vivement de ne pas laisser les mathématiciens – qui ne connaissent rien à la biologie – déterminer quand nous allons lever le confinement ».

Continuer la lecture de « Pr Isaac Ben Israël : Le virus disparaît de lui-même après 70 jours »

Une pandémie virale ou une scène de crime?

UR – GILAD ATZMON

Nous avons récemment entendu des médecins de première ligne dire que la crise sanitaire mondiale actuelle est une chose pour laquelle ils n’ont pas été formés et qu’ils ne comprennent pas tout le spectre des symptômes qu’ils rencontrent dans les hôpitaux et les centres d’urgence. Au début de cette semaine, le Dr Cameron Kyle-Sidell, médecin urgentiste affilié au centre médical de Maimonides (Brooklyn), a mis en ligne deux vidéos perspicaces exhortant les praticiens de la santé à accepter que le COVID-19 ne provoque aucune forme de pneumonie. Au contraire, le virus provoque une privation d’oxygène, et les ventilateurs tels qu’ils sont utilisés actuellement peuvent causer plus de mal que de bien à certains patients.

Ce que le Dr Kyle-Sidell suggère est un changement de paradigme dans la perception de l’endémie actuelle. Kyle-Sidell n’est pas le seul, les quelques médecins qui se permettent de discuter de la situation de manière critique admettent que la science médicale est perplexe face au virus.

On pourrait supposer que si le virus au centre de l’épidémie actuelle était un cadeau peu recommandable de “mère nature”, nous serions en mesure de retracer son évolution. Nous aurions probablement vu l’apparition progressive de certains des nouveaux symptômes qui ont pris notre establishment médical au dépourvu. Il ne semble pas que cela se soit produit. De l’avis de nombreux médecins, la nouvelle maladie est dans une catégorie à part. Il s’agit d’une nouveauté.

Cela signifie qu’il est possible que le virus Corona n’ait pas été créé par la nature mais par des créatures qui se croient plus grandes que la nature.

À la lumière de ce qui précède, je propose mon changement de paradigme, qui est probablement plus radical que ce que le Dr Kyle-Sidell a pu avoir à l’esprit.

Comme nous ne connaissons pas sa provenance, nous devrions traiter l’épidémie actuelle comme un acte potentiellement criminel ainsi que comme un événement médical. Nous devons commencer à rechercher les auteurs qui pourraient être au centre de ce crime possible aux proportions génocidaires mondiales.

Alors que le diagnostic médical est défini par :

    1. une détermination de la nature de la cause d’une maladie.
      une description technique concise de la cause, de la nature et/ou des manifestations des symptômes.
    2. Les enquêtes criminelles sont principalement engagées avec l’élément humain. L’enquêteur criminel cherche à établir les méthodes, les motifs et l’identité des criminels, l’identité des victimes et peut également rechercher et interroger les témoins du crime.

Traiter le virus Corona comme un crime reviendrait à rechercher les éventuels délinquants : des individus, des institutions ou des États qui pourraient avoir créé le virus mortel dans le cadre d’un programme de recherche ou, plus directement, comme agent de guerre biologique.

Les forces de l’ordre affectent souvent des dizaines d’enquêteurs, d’officiers, de détectives et d’agents pour démêler un seul homicide. On pourrait s’attendre à ce qu’après la mort de dizaines de milliers de personnes dans le monde, toutes les forces de police, les gouvernements et les services de renseignement unissent leurs forces pour tenter d’identifier le ou les coupables possibles à l’origine de la crise des coronavirus. Il se peut que nous soyons confrontés à un événement négligent ou criminel à grande échelle.

Alors que les scientifiques et les experts médicaux ont du mal à expliquer exactement comment fonctionne Covid-19 ou comment il est apparu, quelques voix critiques au sein de la communauté scientifique et des médias dissidents ont avancé des explications alternatives qui semblent plus explicatives que tout ce que la pensée médicale conventionnelle a offert jusqu’à présent.

Certains prétendent que les radiations G5 sont au cœur de la nouvelle épidémie. Je n’ai pas l’intention et je ne suis pas en mesure de commenter le sujet, cependant, étant donné l’ampleur des décès auxquels nous sommes confrontés, une enquête criminelle pourrait devoir examiner de près une telle possibilité : identifier le danger, déterminer le motif possible et repérer les bienfaiteurs financiers ainsi que les bénéficiaires.

Un certain nombre de scientifiques ont indiqué que des laboratoires et des centres de recherche ont été engagés dans l’étude des virus corona et ont expérimenté des modèles qui ressemblent au virus actuel. Plus précisément, certains ont cité un laboratoire de Caroline du Nord qui a expérimenté les virus extraits de chauves-souris en 2015.

En 2015, USA Today a publié des recherches approfondies sur les problèmes de sécurité actuels dans les laboratoires biologiques en Amérique et ailleurs. “Des flacons de bactéries bioterroristes ont disparu. Des souris de laboratoire infectées par des virus mortels se sont échappées, et des rongeurs sauvages ont été trouvés en train de faire des nids avec les déchets de la recherche. Des bovins infectés lors d’expériences de vaccination menées par une université ont été envoyés à plusieurs reprises à l’abattoir et leur viande a été vendue pour la consommation humaine. Les équipements destinés à protéger les travailleurs de laboratoire contre des virus mortels tels que le virus Ebola et la grippe aviaire ont échoué, à plusieurs reprises”. Le quotidien américain a révélé que “des centaines d’erreurs de laboratoire, de violations de la sécurité et de quasi-accidents se sont produits dans les laboratoires biologiques d’un océan à l’autre ces dernières années, mettant en danger les scientifiques, leurs collègues et parfois même le public”. Naturellement, les défaillances en matière de sécurité dans les laboratoires biologiques ne sont pas un problème uniquement américain. “Une petite épidémie mortelle de syndrome respiratoire aigu sévère en Chine en 2004 a été attribuée à des employés de laboratoire de l’Institut national de virologie à Pékin. En 2007, une épidémie de fièvre aphteuse chez le bétail en Angleterre, qui a nécessité l’abattage des troupeaux, a été attribuée à des fuites dans les tuyaux d’évacuation d’un complexe de recherche voisin”.

En 2014, l’Institut national de la santé des États-Unis a supprimé son financement des expériences de gain de fonction (GOF) concernant les virus de la grippe, du SRAS et MERS. Le gain de fonction consiste à activer des mutations pour modifier le produit du gène afin d’améliorer son effet ou pour que ses actions normales soient remplacées par une fonction différente et anormale. Apparemment, le moratoire du National Institute of Health a pris fin le 19 décembre 2017 lorsque les États-Unis ont annoncé qu’ils reprenaient le financement des expériences américaines de gain de fonction impliquant ces virus. Cela signifie que depuis 2017, certains laboratoires américains expérimentent les virus Corona, créant des mutants avec le soutien financier du gouvernement.

Traiter l’épidémie du virus Corona comme un crime devrait inclure une visite du FBI au bureau de l’Institut national de la santé et un examen minutieux de tous les dossiers relatifs aux laboratoires américains menant des expériences de gain de fonction avec le Coronavirus. Cette procédure d’enquête doit être appliquée dans toutes les régions et tous les pays du monde qui se sont livrés à des expériences sur le coronavirus.

Dès que le virus Corona est devenu la nouvelle catastrophe, Dany Shoham, un ancien officier de renseignement militaire israélien, n’a pas tardé à pointer du doigt le programme de guerre biologique de la Chine comme étant l’origine possible du virus.

À l’heure actuelle, à l’exception du président Trump et de son personnage de Pompeo, peu de gens sont convaincus que Covid-19 est un virus chinois (comme Trump l’appelle lorsqu’il veut contrarier les progressistes). Une enquête criminelle devrait examiner les laboratoires chinois ainsi que les laboratoires russes, britanniques, français, allemands, etc. et leurs dossiers de sécurité. Elle devrait également vérifier si Dany Shoham avait des preuves de ses affirmations concernant la Chine ou s’il tentait de détourner l’attention d’un autre suspect possible dans cette affaire Corona.

Israël, avec ses vastes laboratoires de guerre biologique et ses installations d’ADM, doit également être soumis à un examen approfondi.

Au cours de son premier mandat à la tête d’Israël, M. Netanyahu a autorisé une tentative risquée d’assassinat de l’étoile montante palestinienne et leader du Hamas, M. Khaled Meshaal, dans la capitale jordanienne, Amman. Cinq agents du Mossad, se faisant passer pour des touristes canadiens, ont été envoyés à Amman. Ils ont tendu une embuscade à M. Meshaal à un coin de rue et ont pulvérisé du poison dans son oreille gauche en s’attendant à ce qu’il meure dans les 48 heures.

Mais leur plan a échoué. Un des gardes du corps de M. Meshaal a poursuivi les deux agents du Mossad qui avaient mené l’opération et, avec l’aide d’un officier de l’Armée de libération de la Palestine de passage, a réussi à les capturer.

Au lieu de s’échapper par la frontière comme ils l’avaient prévu, le reste de l’équipe du Mossad a été piégé dans l’ambassade israélienne à Amman. M. Netanyahu n’a eu d’autre choix que de négocier avec le roi Hussein de Jordanie et de plaider pour le retour de ses assassins. Le roi, qui était en train de mourir d’un cancer, a mené une négociation difficile. Israël devait fournir immédiatement l’antidote au poison qui tuait M. Meshaal. Nétanyahou a également dû accepter de libérer neuf Jordaniens et soixante et un prisonniers palestiniens, dont le cheikh Ahmed Yassine, le chef spirituel du Hamas et, à l’époque, l’ennemi le plus détesté d’Israël.

Mais voici l’étonnant morceau de cette saga. Le poison utilisé par Israël est un poison à action lente mais mortelle qui ferme progressivement le centre respiratoire du cerveau, entraînant la mort. Le médecin qui a réanimé Meshaal a décrit son état comme un manque d’oxygène respiratoire. À ce jour, on ne sait pas exactement quel type d’agent a été utilisé par le Mossad contre Meshaal, mais quelques faits sont connus. Israël a employé un agent biologique/chimique ayant un effet respiratoire. Israël possédait l’antidote à son agent mortel. Benjamin Netanyahu, en tant que Premier ministre israélien, a autorisé l’assassinat raté et l’utilisation d’une arme biologique/chimique.

Le taux de mortalité COVID-19 est-il une fausse nouvelle?

LIFESITENEWS – Par Robert L. Kinney III

En lisant le commentaire suivant, il convient de garder quelques citations à l’esprit. Tout d’abord, une citation de Carl Heneghan, épidémiologiste et directeur du Centre de médecine factuelle de l’Université d’Oxford :

Nous savons qu’au cours d’une épidémie, les gens appellent chaque décès comme s’il était lié au Covid-19. Mais ce n’est pas le cas… Toujours, lorsque les gens regardent les notes de cas et attribuent une cause, ils se rendent compte qu’ils auront surestimé le taux de mortalité par rapport à la maladie. Continuer la lecture de « Le taux de mortalité COVID-19 est-il une fausse nouvelle? »

Douze experts s’interrogent sur la panique autour du coronavirus

Ndlr : Un autre son de cloche à aussi considérer !

Strategika

Voici une liste de douze experts médicaux dont les avis diffèrent de la narration officielle sur l’épidémie de coronavirus.

Un article traduit et présenté par la rédaction de Strategika.

Source : 12 Experts Questioning the Coronavirus Panic

* * *

Le Dr Sucharit Bhakdi  est un spécialiste en microbiologie. Il a été professeur à l’université Johannes Gutenberg de Mayence et directeur de l’Institut de microbiologie médicale et d’hygiène. Il est l’un des chercheurs les plus cités de l’histoire allemande.

Voici ce qu’il dit :

Nous craignons qu’un million d’infections par le nouveau virus n’entraînent 30 décès par jour au cours des 100 prochains jours. Mais nous ne réalisons pas que 20, 30, 40 ou 100 patients positifs pour des coronavirus normaux meurent déjà chaque jour. Continuer la lecture de « Douze experts s’interrogent sur la panique autour du coronavirus »

Coronavirus – Pour le Professeur Raoult, il faudra une enquête parlementaire… “Et elle sera sanglante”

MPI

Le Professeur Didier Raoult a accordé un entretien au site Marcelle dont voici quelques morceaux choisis.

Les critiques et les conversations de bar sur les plateaux télé, je m’en fous à un point que vous n’imaginez pas. Ce qui m’ennuie, en revanche, c’est que la France, mon pays, ne suive pas ce qui est raisonnable et prenne du retard parce que des gens qui se pensent importants ne veulent pas se dédire.

. Dans le domaine qui est le mien, je sais ce que je dis, je sais ce que font mes équipes, j’accumule des données – donc du savoir supplémentaire – et je mesure tous les jours l’effet clinique de ce que je préconise. Certains ne veulent pas y croire ? C’est leur problème. Les politiques et leurs décisions, c’est l’Histoire qui les juge. On verra très vite ce qu’il en est pour cette crise. On connaîtra la vérité.

. Il y aura une enquête parlementaire après tout ça, et elle sera sanglante, autant que l’affaire du sang contaminé. Et ce sera pire si le gouvernement décide de refuser l’accès au médicament.

Continuer la lecture de « Coronavirus – Pour le Professeur Raoult, il faudra une enquête parlementaire… “Et elle sera sanglante” »

ILS VOULAIENT CONFINER L’INFO …

La Sélection du Jour (LSDJ)

C’est l’homme dont tout le monde parle : le professeur Didier Raoult. Grâce à lui, les Français savent que la chloroquine peut probablement guérir le coronavirus. Sans les réseaux sociaux, cette info serait restée confinée. Aujourd’hui, sa viralité est telle qu’elle oblige les autorités à en tenir compte.

Hier, le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, annonçait que la chloroquine serait analysée à grande échelle dans le cadre de l’étude Discovery. Ce programme va mobiliser 3200 patients en Europe dont 800 en France, avec cinq hôpitaux français. Si l’IHU Méditerranée Infection du Pr Raoult ne figure pas sur la liste, c’est tout de même une victoire pour lui. Continuer la lecture de « ILS VOULAIENT CONFINER L’INFO … »

Stupidité climatique et survie humaine

Par Denis Rancourt – Le 26 mars 2015 – Source Dissident Voice

L’animal humain a l’instinct d’identifier les dangers potentiels et d’avertir les autres. Il s’agit d’un mécanisme de survie intégré à tout animal qui vit en groupe. Et c’est une activité forte et constante, renforcée par des facteurs de stress environnementaux.


Cela se déroule sur plusieurs échelles de temps, de l’immédiat en cas d’agression physique potentielle, à l’hebdomadaire pour vérifier les prévisions météorologiques, au saisonnier pour se préparer à l’hiver, à la vie entière pour planifier le vieillissement inévitable, pour laisser de bonnes choses à nos petits-enfants….

Il est dans notre fibre de regarder vers l’avenir et de planifier, en particulier face aux dangers prévisibles ou détectés. Continuer la lecture de « Stupidité climatique et survie humaine »