NOTRE-DAME DE FATIMA : DES APPARITIONS EXCEPTIONNELLES

NOTRE HISTOIRE AVEC MARIE

Le 13 mai 1917, il y a 100 ans aujourd’hui, en pleine Première Guerre mondiale, la Vierge Marie apparaît dans un village du centre du Portugal à trois jeunes bergers : Francisco, Jacinta et Lucia. Entre mai et octobre de la même année, les enfants assistent ensemble à six apparitions au cours desquelles Notre Dame de Fatima transmet un message essentiel, rapidement diffusé au monde entier.

Yves de Lassus Auteur du site www.fatima100.fr

Yves de Lassus
Trois jeunes bergers au Portugal. Alors que la guerre fait rage en Europe depuis l’été 1914, le Portugal, pays fortement catholique mais dominé par un gouvernement anticlérical depuis 1911, n’entre dans le conflit aux côtés de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie) qu’en mars 1916. Si le pays envoie en France un contingent de plus de 50 000 soldats, les affrontements ne touchent pas le sol portugais. Le pays reste largement rural et peu cultivé. Dans la petite paroisse (200 habitants) de Fatima, dont le nom vient d’une Arabe musulmane convertie au catholicisme au Moyen Âge, à 170 km au nord de Lisbonne, les enfants passent plus de temps auprès des troupeaux qu’à l’école. Parmi eux, figurent Lucia de Jesus dos Santos (née le 22 mars 1907), son cousin Francisco Marto (né le 11 juin 1908) et la sœur de celui-ci, Jacinta Marto (née le 11 mars 1910), qui gardent souvent les moutons au lieu-dit la Cova da Iria. Continuer la lecture de « NOTRE-DAME DE FATIMA : DES APPARITIONS EXCEPTIONNELLES »

L’erreur radicale de notre époque

L’égalitarisme est l’erreur radicale de notre époque. Si nous ne l’attaquons pas à la racine, nous découvrirons que nous n’avons plus aucune valeur culturelle ou spirituelle à conserver.

La position du conservateur, qu’il soit libéral ou autrement en politique, suppose l’inégalité. Un homme devrait aimer sa patrie davantage qu’il n’aime un autre pays, ainsi il la défend contre la disparition. Certaines œuvres culturelles sont meilleures que d’autres et exigent que nous en prenions spécialement soin.

Quand nous aimons d’un cœur reconnaissant, l’image de Dieu en nous brille plus clairement. Par sa gratitude, la créature ressemble au Créateur, qui donne gratuitement à travers un abîme infini d’être, qui n’a besoin de rien, et qui ne demande rien à part l’amour. La gratitude reconnaît l’excellence du donneur et du don, et se réjouit des deux. Continuer la lecture de « L’erreur radicale de notre époque »

Cardinal Eijk: “L’idéologie du genre menace l’unité familiale traditionnelle et la foi chrétienne”

Le “Rome Life Forum” de l’Université Pontificale de Santo Tomas de Aquino a commencé ce jeudi à Rome. Le Cardinal Willem Eijk a ouvert l’événement en mettant en garde contre la menace que représente la “théorie du genre” pour la cellule familiale traditionnelle et pour la foi chrétienne.

L’archevêque d’Utrecht, qui a blâmé Amoris Laetitia pour avoir “fracturé” l’Église, a soutenu que la vision de l’homme proposée par l’idéologie du genre – qui préconise que chacun puisse choisir son propre genre – est “radicalement opposée à la vision de la personne humaine qui soutient le christianisme. Continuer la lecture de « Cardinal Eijk: “L’idéologie du genre menace l’unité familiale traditionnelle et la foi chrétienne” »

Pourquoi la liturgie est vraiment la clé de tout

1P5

Il n’y a rien de plus grand que l’Eucharistie. Si Dieu avait quelque chose de plus précieux, Il nous l’aurait donné.

Saint Jean-Marie Vianney

La première fois que j’ai franchi les portes de la basilique Saint-Pierre de Rome, j’ai été conquis. Ce plus grand trésor de l’architecture chrétienne m’a imprimé un sentiment de petitesse incroyable et impressionnant. Alors que je passais de la place ensoleillée de l’extérieur vers l’intérieur caverneux de cette église d’églises, j’ai été engloutie. Ici, dans ce majestueux testament de pierre et de marbre, d’or et d’or, à la gloire écrasante de Dieu, mon insignifiance est devenue claire.

Aucune religion dans l’histoire du monde n’a jamais inspiré de tels temples ; aucune divinité païenne ne pourrait prétendre à l’effusion de l’innovation humaine, de l’artisanat et de l’accomplissement qui a été rendu manifeste au service de l’honneur du vrai Dieu. La quantité et la qualité de l’architecture, de l’art, de la musique, de la poésie et de l’exposition théologique que vingt siècles de catholicisme ont fait naître dans le monde bouleversent l’esprit. Il n’y a pas de plus grande source d’inspiration que Celui qui nous donne tout – nos vies, nos talents, nos joies, notre éternité. En l’honorant par les plus belles œuvres de notre propre capacité de création, nous ne faisons que rendre tout ce que nous sommes et avons à Celui de qui nous l’avons reçu. “Tout don meilleur, et tout don parfait, vient d’en haut, descendant du Père des lumières, avec lequel il n’y a ni changement, ni ombre d’altération” (Jas. 1:17). Continuer la lecture de « Pourquoi la liturgie est vraiment la clé de tout »

Un pontificat d’hypocrisie et de mensonge – DE MATTEI: “CETTE CRISE VIENT DE TRÈS LOIN”

www.aldomariavalli.it
3 avril 2019
Ma traduction

* * *

La Déclaration d’Abu Dhabi? «Elle contredit l’enseignement de l’Église». Comment résumer le pontificat de François en deux mots? «Hypocrisie et mensonge». Comment juger les nouvelles normes sur la vie dans les monastères? «Un plan pour détruire la vie contemplative».

On ne peut certes pas dire que le professeur Roberto de Mattei ne parle pas clairement. Avec lui, spécialiste du Concile Vatican II et observateur attentif de la réalité de l’Église catholique, nous tentons une large analyse de la situation, aussi pour répondre à la désorientation croissante. Continuer la lecture de « Un pontificat d’hypocrisie et de mensonge – DE MATTEI: “CETTE CRISE VIENT DE TRÈS LOIN” »

UN ANNIVERSAIRE OUBLIÉ : 150e anniversaire du Syllabus

Pie IX

LE Syllabus constitue un des actes du magistère pontifical les plus importants du dix-neuvième siècle  : c’est la condamnation des erreurs modernes par le bienheureux pape Pie IX.

En 2014, son cent cinquantième anniversaire fut négligé, oublié. Pourtant, notre Père, l’abbé de Nantes, l’a toujours considéré et célébré comme la charte de la Chrétienté des temps passés, mais aussi de celle qui renaîtra demain, certes moderne, mais gouvernée par les mêmes principes, dans la lumière vivifiante du Saint-Esprit, pour favoriser et prolonger le redressement de l’Église. Oui, cela se fera. Dieu le veut  !

C’était déjà la pensée et l’espérance des ultramontains et des légitimistes du dix-neuvième siècle, particulièrement de Mgr Freppel. Celui-ci écrivait  : «  Pour vaincre dans les luttes de la doctrine, il faut un guide sûr et qui ne puisse pas se tromper.  » Ce guide, nous l’avons, c’est Pie IX qui fit «  entendre au monde moderne ses solennels avertissements, dans un document fameux, vrai palladium de la société humaine en péril. Épouvantail pour ceux qui ne l’ont pas lu et qui ne le liront jamais, pierre d’achoppement pour ceux qui, l’ayant lu, n’ont pas eu l’esprit de le comprendre, colonne de lumière pour les hommes de bonne foi et de bonne volonté, qui, l’ayant lu et compris, ont eu la force et le courage de proclamer que le Syllabus porte dans ses flancs la restauration de la société chrétienne.  » (frère Pascal du Saint-­Sacrement,Mgr Freppel, t. 2, éd. CRC, p. 290) Continuer la lecture de « UN ANNIVERSAIRE OUBLIÉ : 150e anniversaire du Syllabus »