Cardinal Sarah: Les Nigérians tués par des terroristes sont des «martyrs»

CATHOLIC HERALD 

« Au Nigeria, le meurtre de onze chrétiens par des islamistes fous nous rappelle combien de mes frères africains en Christ vivent la foi au péril de leur vie », a écrit Sarah.

Les dirigeants des Eglises africaines ont réagi à l’exécution de 11 chrétiens nigérians par un groupe terroriste affilié à l’Etat islamique.

” Nous nous sommes réveillés un jour après Noël avec l’horrible nouvelle de la décapitation horrible d’otages chrétiens par les terroristes de l’Etat islamique “, a déclaré le P. Benjamin Achi à ACI Afrique le 28 décembre. Continuer la lecture de « Cardinal Sarah: Les Nigérians tués par des terroristes sont des «martyrs» »

LE CDL. BURKE MET EN GARDE CONTRE LA PRESSION DU VATICAN EN FAVEUR D’UN GOUVERNEMENT MONDIAL

par Jules Gomes ChurchMilitant

‘La voie synodale ‘ est un cheval de Troie pour protestantiser l’Eglise catholique

L’appel du pape François pour un pacte mondial sur l’éducation au Vatican en mai 2020 est potentiellement un événement pour promouvoir un gouvernement mondial unique, avertit un cardinal traditionaliste de premier plan.

Le cardinal Raymond Burke, ancien préfet de la Signature Apostolique, excore également le motif de ” conversion écologique ” du synode d’Amazonie comme un subterfuge maçonnique pour faire avancer un gouvernement mondial unique et le jargon de ” conversion synodale ” dans les synodes d’Amazonie et d’Allemagne comme une tromperie pour protester contre l’Église catholique. Continuer la lecture de « LE CDL. BURKE MET EN GARDE CONTRE LA PRESSION DU VATICAN EN FAVEUR D’UN GOUVERNEMENT MONDIAL »

La gaffe papale du 31 décembre côté coulisses

François avec Andrea Tornielli

Pour rire un peu (pas méchamment). Giuseppe Rusconi (Rosso Porpora) nous régale d’un récit ironique, où le premier rôle est joué par ceux qu’il appelle les « thuriféraires »: comment le dérapage de François les a cueillis par surprise, et comment ils ont essayé de gérer la catastrophe de com’.


Thuriféraires. Le réveillon gâché. Le Maalox épuisé. La contre-offensive

Giuseppe Rusconi
www.rossoporpora.org

Quelques notes sur l’épisode de la fin de l’après-midi du Nouvel An, où Jorge Mario Bergoglio a lâché deux mini-papagni (gifles, en dialecte napolitain) sur la main d’une fidèle qui voulait le retenir de force.

Quel malheur! Il fallait que cela se produisît en fin d’après-midi, le soir du Nouvel An, alors qu’en général, on est dans l’attente plus ou moins fébrile du traditionnel et tant espéré réveillon. Il est certain que pour de nombreux adeptes de la secte primée des thuriféraires, le cotechino était indigeste. Les pharmacies qui, hier soir, n’avaient plus de Maalox, le médicament qui neutralise l’acidité de l’estomac, en savent quelque chose. Continuer la lecture de « La gaffe papale du 31 décembre côté coulisses »

Communication vaticane: image du Pape et annonce de l’Évangile

En plus du rendez-vous hebdomadaire de son site en anglais « Monday Vatican » et de ses activités de Vaticaniste (en général bien informé) pour l’agence catholique ACI, Andrea Gagliarducci a ouvert en septembre dernier un blog intitulé « Vatican Reporting« , plus centré sur la com’. Le 17 décembre, jour où François célébrait son 83e anniversaire était pour lui l’occasion de faire un bilan non exempt de critiques de fond, soulignant le risque d’une focalisation excessive sur la personne du Pape (ce qui, on l’a vu le 31 décembre, peut comporter un effet boomerang dévastateur!!).

On peut regretter que le journaliste élude la question de fond, qui est le rapport viscéral que ce Pape entretient avec SON image; en ce sens, son staf communicatif ne fait que répondre à ses souhaits, et l’image d’humilité affichée et de proximité des gens que perçoit l’opinion DEPUIS LE PREMIER JOUR, c’est lui qui l’a construite avec ostentation: eux n’ont fait que fonction de caisse de résonance. Continuer la lecture de « Communication vaticane: image du Pape et annonce de l’Évangile »

« QUE LE MONDE SACHE » : le Génocide des Chrétiens au Nigéria

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari (photo) « mène ouvertement une politique anti-chrétienne qui a entraîné d’innombrables meurtres et la destruction de communautés chrétiennes vulnérables un peu partout dans le pays » a affirmé Bosun Emmanuel, secrétaire du Forum national des aînés chrétiens du Nigéria. (Photo par Olivier Douliery-Pool / Getty Images)

GATESTONEpar Raymond Ibrahim

  • « Allez expliquer aux chrétiens nigérians qu’ils ne sont pas victimes d’un conflit religieux, quand ils voient des combattants Peuls entièrement vêtus de noir, qui scandent « Allahu Akbar ! » et crient ‘Mort aux chrétiens’ » – Sœur Monica Chikwe, rapporté par John. L. Allen Jr., Crux, 4 août 2019.

  • « Des centaines de Chrétiens Numan de l’Etat d’Adamawa ont été attaqués et tués par des pasteurs Peuls djihadistes. Quand ils se sont défendus, le gouvernement Buhari a envoyé l’armée de l’air pour les bombarder. Est-ce juste ?! » – Femi Fani-Kayode, ancien ministre de l’Aviation, Daily Post (Nigéria), 6 décembre 2017.

  • Telle est la situation : un djihad à vocation génocidaire vise la population chrétienne du Nigéria. Et à en croire les responsables chrétiens, ce djihad est piloté par le président du Nigeria lui-même et ses compatriotes de la tribu des Fulani. Les médias et les analystes occidentaux affirment que les vraies « causes de tout cela » sont des problèmes d’ « inégalité » ou de « pauvreté », pour citer l’ancien président américain Bill Clinton.

Muhammadu Buhari, le président musulman du Nigéria – il doit d’occuper cette position en partie au soutien que lui a apporté l’ancien président américain Barack H. Obama – encourage au « génocide » des chrétiens, affirment aujourd’hui les responsables de la communauté chrétienne du Nigeria.

Ainsi, le père Valentine Obinna, prêtre du diocèse Aba, affirme que les massacres des chrétiens participent à l’ « islamisation du Nigéria » :

« Les gens en ont le pressentiment. C’est évident. C’est clandestin. Ils veulent transformer le Nigeria en pays musulman. Mais le contexte est celui d’un pays ou une grande partie de la population est chrétienne et c’est pourquoi cela devient très difficile pour lui [Buhari]. »

La population du Nigeria est à peu près équitablement répartie entre chrétiens et musulmans. Mais en 2011, ABC News a tenté d’expliquer les tenants et les aboutissants de la colère musulmane au Nigeria:

La vague d’émeutes [musulmanes] a été déclenchée par la Commission électorale nationale indépendante (INEC) qui a annoncé, lundi [18 avril 2011], que M. Goodluck Jonathan [un chrétien], était arrivé en tête du premier tour de scrutin. Des émeutes ont alors éclaté dans les États du Nord peuplés majoritairement de musulmans. La défaite du candidat musulman, Muhammadu Buhari, leur a paru intolérable. Les musulmans du Nord ont pensé qu’après le décès l’an dernier, du président musulman Umaru Yar’Adua, la succession revenait de droit à un autre musulman. Des groupes radicaux dans le nord [Boko Haram], ont donc entrepris de corriger l’anomalie d’un président chrétien. Leur colère est d’autant plus grande que les experts et les observateurs s’échinent à faire remarquer que l’élection a été la plus indépendante et la plus équilibrée de toute l’histoire du Nigeria.

Entre 2011 et 2015, Boko Haram – un groupe djihadiste qui a commis des atrocités de type Daech avant Daech –a terrorisé et massacré des milliers de chrétiens, notamment ceux qui vivaient en tant que minorités dans les régions musulmanes du nord. En 2015, les musulmans du Nigéria ont finalement obtenu ce qu’ils voulaient : un président musulman en la personne de Muhammadu Buhari. Mais loin de se calmer, la violence n’a fait qu’empirer. Les bergers musulmans Peuls – la tribu dont Buhari est originaire – ont rejoint et même dépassé Boko Haram dans le massacre de chrétiens.

En un an seulement, de juin 2017 à juin 2018, les musulmans Fulani ont massacré environ 9 000 chrétiens et détruit au moins un millier d’églises. (Sous la présidence de Jonathan, les Fulani avaient mis trois fois plus de temps pour tuer seulement une fraction [1 484] des chrétiens récemment assassiné.) Sur les six premiers mois de 2019, 52 attaques terroristes ont été menées contre des villages chrétiens. « Pas un jour ne passe sans qu’un SMS ne m’arrive en provenance de nos associés au Nigeria. Ce matin, c’était : « Des bergers ont poignardé à mort un fermier de 49 ans à Ogan », a déclaré en juillet, Ann Buwalda, avocate spécialisée dans les droits de l’homme.

Chaque fois que les médias grand public traitent de la violence qui sévit au Nigeria, ils reprennent la rengaine de Johnnie Carson, secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines d’Obama. A Pâques 2012, après le bombardement d’une église ou 40 chrétiens avaient trouvé la mort, Carson avait déclaré : « je profite de cette occasion pour souligner un point clé, à savoir qu’au Nigeria, le moteur de la violence extrémiste n’est pas la religion ».

Comme l’a récemment expliqué sœur Monica Chikwe , « allez donc expliquer aux chrétiens nigérians qu’ils ne sont pas victimes d’un conflit religieux alors qu’ils voient des combattants Fulani tout vêtus de noir, scander « Allahu Akbar! » et hurler « Mort aux chrétiens ».

L’Association chrétienne du Nigéria s’est elle aussi, interrogé :

« Comment affirmer qu’il s’agit d’un affrontement [laïque ou économique] quand un groupe [de musulmans] attaque, tue, mutile, détruit, et qu’un autre groupe [uniquement composé de chrétiens] subit assassinats, mutilations et destruction de ses lieux de culte ? »

En résumé, les bergers Fulani et Boko Haram prennent les chrétiens pour cible parce que, pour citer le père Valentine Obinna, le président Buhari et son cabinet musulman « se proposent d’islamiser le pays ».

Les citations suivantes montrent que le père Obinna n’est pas seul à accuser le président Buhari d’inciter en sous-main son clan Fulani à mener le djihad contre les chrétiens :

  • « [L] e président musulman [Buhari] préfère accorder l’impunité aux meurtriers plutôt que rendre la justice. Il a truffé son gouvernement de responsables musulmans, sans se préoccuper que les chrétiens qui représentent la moitié de la population, soient dûment représentés. … Des centaines de chrétiens Numan dans l’Etat d’Adamawa ont été attaqués et tués par des éleveurs peuls djihadistes. Et lorsqu’ils ont tenté de se défendre, le gouvernement Buhari a envoyé l’armée de l’air pour les bombarder. Est-ce équitable ? QUE LE MONDE PRENNE NOTE ! » – Ancien ministre de l’aviation, Femi Fani-Kayode, 2017 (les majuscules sont dans la citation originale ; voir ici aussi).
  • « Sous la présidence Buhari, les bergers meurtriers Fulani ont bénéficié d’une protection et d’un favoritisme sans précédent … Plutôt que d’arrêter et de poursuivre les bergers Fulani, les forces de sécurité (généralement contrôlées par des musulmans du Nord) les protègent, libérant ainsi la terreur contre le peuple nigérian. » – Rév. Musa Asake, secrétaire général de l’Association chrétienne du Nigéria, 2018.
  • Buhari « est lui-même de la tribu des Fulani, des djihadistes ! Alors à quoi pouvez-vous vous attendre ? » – Emmanuel Ogebe, avocat des droits de l’homme basé à Washington DC, entretien avec Gatestone, 2018.
  • « Ils veulent frapper les chrétiens et le gouvernement ne fait rien pour les arrêter, car le président Buhari appartient également à l’ethnie des Fulani. » – Mgr Matthew Ishaya Audu, évêque de Lafia, 2018.
  • Buhari « poursuit ouvertement une politique antichrétienne qui a généré d’innombrables meurtres dans tout le pays et la destruction de communautés chrétiennes vulnérables. » – Bosun Emmanuel, secrétaire du Forum national des aînés chrétiens, 2018.

Sans aucunement nier le rôle du président Buhari, le Forum national des anciens, une association chrétienne, a pointé du doigt, ce qui lui paraissait être la cause première de violence au Nigéria :

« Le JIHAD a été déclenché au Nigeria par les islamistes du nord à la tête desquels se trouve l’ethnie Fulani. Ce Jihad est basé sur la haine enseignée dans les mosquées et les madrassas islamiques du nord du Nigeria, ainsi que sur l’idéologie suprémaciste des Fulani. Utilisant le djihad conventionnel (violent) et le djihad furtif (civilisationnel), les islamistes du nord apparaissent déterminés à faire du Nigéria un sultanat islamique et à remplacer la démocratie libérale par la charia… Nous voulons un Nigéria où les citoyens sont traités également devant la loi à tous les niveaux … »

Bien que les chrétiens représentent depuis peu, la majorité de la population nigériane, le génocide perpétré à leur encontre a provoqué une baisse de la démographie telle que le christianisme au Nigéria est, selon le Forum national des aînés « en voie d’extinction », en raison de la progression de la charia au Nigeria [qui] sonne le glas de l’église nigériane. »

Telle est la situation actuelle : un djihad de type génocidaires frappe la population chrétienne du Nigéria – et, selon les dirigeants chrétiens nigérians, ce djihad est piloté par le président du Nigeria et ses compatriotes de la tribu des Fulani. Parallèlement, les médias et les analystes occidentaux présentent les conflits du Nigéria comme la conséquence des « inégalités », de la « pauvreté » et des problèmes économiques pour reprendre les termes de l’ancien président américain Bill Clinton sur « l’origine de tout cela ».

Raymond Ibrahim , auteur de Sword and Scimitar, Fourteen Centuries of War between Islam and the West (Sabre et Cimeterre : 14 siècles de guerre entre Islam et Occident), est Distinguished Senior Fellow du Gatestone Institute, Shillman Fellow du David Horowitz Freedom Centre et Fellow Judith Rosen Friedman du Middle East Forum.

LE CARDINAL MÜLLER JOUE DES TROMPETTES COMME ANTIDOTE À LA CRISE MODERNE

par William Mahoney, Ph.D. ChurchMilitant

Donnez une solution divine à la détresse “artificielle”

Le cardinal Gerhard Müller a commencé l’année 2020 en mettant en lumière la guérison céleste de la maladie moderniste qui sévit actuellement dans l’Église catholique dans une homélie de la solennité de Marie, Mère de Dieu.

“La crise dans l’Eglise est causée par l’homme “, a dit le cardinal Müller mercredi à la messe pour SLS20, une conférence de cinq jours organisée par FOCUS (Fellowship of Catholic University Students). Continuer la lecture de « LE CARDINAL MÜLLER JOUE DES TROMPETTES COMME ANTIDOTE À LA CRISE MODERNE »

La gifle papale entendue autour du monde. Pourquoi est-ce une telle affaire?

THE FATIMA CENTER – Chris Ferrara

Lors d’un rassemblement sur la place Saint-Pierre pour la célébration du Nouvel An, le pape François serrait la main de diverses personnes derrière la barricade à la manière d’un politicien qui ” presse la chair ” lors d’une apparition de campagne. Aucune bénédiction papale n’a été administrée, seulement des poignées de main, comme d’habitude.

Une femme manifestement asiatique a fait le signe de croix alors que François descendait la ligne vers elle, espérant et priant évidemment qu’elle puisse avoir un contact avec lui dans un moment. Mais juste au moment où il l’atteignit, François se détourna de la foule. Elle a alors saisi sa main droite et a essayé de le tirer vers elle tout en disant quelque chose qui est difficile à déchiffrer, bien que certains prétendent que c’était une référence à la persécution des catholiques en Chine. François a réagi avec rage, en lui donnant deux gifles et en criant “Mains ! Mains !”, avec un air renfrogné et en colère, qui était bien en vue de la caméra lorsqu’il s’est éloigné. Continuer la lecture de « La gifle papale entendue autour du monde. Pourquoi est-ce une telle affaire? »

Lettres du purgatoire. Recycler la Bible

Des représentants autochtones des communautés amazoniennes se produisent devant le pape François, le 4 octobre 2019 dans les jardins du Vatican avant le synode amazonien qui aura lieu le 6 octobre 2019. – Les communautés autochtones de la région amazonienne auront une voix au Vatican à partir du 6 octobre 2019 avec un synode d’évêques des neuf pays de la région panaméenne pour discuter des questions sociales et environnementales, y compris l’augmentation du taux de déforestation dans la région. (Photo par Andreas SOLARO / AFP)

Adelante La FePour Fray Gerundio de Tormes

La possibilité de faire un voyage occasionnel autour de la terre en tant qu’âme en détresse n’annule pas – mais plutôt augmente – ma capacité à apprécier les contradictions des mortels. Les péchés, les trahisons, l’insensibilité et les hypocrisies mondaines qui abondent dans tous les coins de la planète sont plus clairement visibles. On peut déjà le voir sans possibilité de tentation et avec un réalisme qui échappe aux yeux des vivants. Et avec une sérénité qui est hors de toute perturbation, être dans une autre dimension. Continuer la lecture de « Lettres du purgatoire. Recycler la Bible »

Le pape François, le changement d’une époque

MondayVaticanpar ANDREA GAGLIARDUCCI

Un vieil adage latin note : motus en vélocior fin, le mouvement est plus rapide vers la fin. Nous ne savons pas si nous approchons de la fin du pontificat du pape François. Cela ne dépendra que de la volonté de Dieu ou de l’intention du pape de décider un jour de renoncer à la papauté. Cependant, il est à noter que le pape François a accéléré certains processus à la fin de l’année, et cela ne peut pas être sous-estimé.

Dans son traditionnel discours de Noël à la Curie romaine, le pape François a fourni une sorte de programme pour le gouvernement. Il a répondu aux critiques et a souligné que la réforme n’a jamais eu pour but de naître dans un vide qui ignorait ce qui avait été fait dans le passé. Continuer la lecture de « Le pape François, le changement d’une époque »

L’année de Pachamama

INFOVATICANA – Par Carlos Esteban

L’année qui se termine maintenant se termine marquée par cette figure, ce nom et cette sculpture sur bois brut qui a été placée au centre d’une bataille pour l’âme de l’Église. 2019 a été, sans aucun doute, l’année de Pachamama.

Ce fut aussi, pour la même raison, l’année de la destruction d’un certain catholicisme que nous pourrions abusivement appeler – pour emprunter un terme de la politique – “conservateur” ou “centriste”. Qui dois-je appeler “conservateur”, dans ce sens ? Continuer la lecture de « L’année de Pachamama »