UNIONS HOMOSEXUELLES: LE VATICAN ORDONNE LE BLACK-OUT DES MÉDIAS

par Jules Gomes ChurchMilitant

Les déclarations complètes du pape François sur les partenariats homosexuels censurées

VILLE DU VATICAN (ChurchMilitant.com) – Le Vatican a imposé un black-out médiatique après de nouvelles révélations selon lesquelles l’approbation par le pape des unions civiles homosexuelles dans une interview de 2019 a été censurée, pour ensuite réapparaître sans autorisation dans le nouveau film de Francesco.

Image
Ruffini, préfet des communications du Vatican, avec Afineevsky

“En ce qui concerne la crise [des médias actuels] déclenchée par le film Francesco du réalisateur russe Evgeny Afineevsky, pour l’instant nous ne diffusons AUCUNE information, ni à la radio ni sur le web”, a déclaré Massimiliano Menichetti, directeur de Radio Vatican et de Vatican News, dans un courriel.

“De même, rien sur le film ou sur la cérémonie de remise des prix au Vatican”, indique le courriel, alors que le cinéaste Afineevsky a reçu jeudi le prix Kinéo Movie for Humanity dans les jardins du Vatican.

“Une discussion est en cours pour aborder la crise actuelle des médias. Nous n’avons pas exclu une déclaration du Bureau de presse [du Saint-Siège]. Si vous le pouvez, veuillez nous faire part de toute réaction des auditeurs et des spectateurs en milieu ou en fin de journée”, indique le communiqué.

“Il n’est pas nécessaire de rapporter les commentaires [dans leur intégralité], un résumé de deux lignes suffira”, a écrit M. Menichetti, dans le courriel obtenu par le journal italien Il Fatto Quotidiano.

Mercredi, le pape François a accueilli ouvertement Afineevsky et l’équipe du film devant son audience générale dans une salle adjacente à la salle Paul VI, un geste interprété comme une bénédiction du pape pour le documentaire.

Un militant de l’Église a contacté le bureau de presse du Saint-Siège pour demander des précisions, mais n’a reçu aucune réponse.

Entre-temps, la chaîne de télévision mexicaine Televisa a déclaré au Washington Post que la citation du pape approuvant les unions civiles homosexuelles était tirée d’une interview réalisée par la journaliste mexicaine Valentina Alazraki en 2019.

Cependant, le porte-parole de Televisa, Ruben Acosta Montoya, a également révélé que le Vatican, qui possédait et contrôlait les caméras, avait censuré les commentaires controversés du pape.


Les services pastoraux pour les personnes vivant dans des relations de même sexe sont un sujet de discussion sérieux par l’Eglise.


“Quelqu’un au Vatican nous a donné la partie que nous avons diffusée, et plus tard ils ont donné le reste du matériel à quelqu’un d’autre”, a remarqué Montoya.

Alazraki, “notre correspondant, nous a dit que ce n’était pas la première fois que le pape abordait la question de l’union entre les personnes de même sexe”, a confirmé Montoya.

L’archevêque de San Francisco, Salvatore J. Cordileone, a publié mercredi un communiqué indiquant que le pape avait parlé d’unions civiles pour les couples homosexuels avec les évêques de Californie lors de leur visite ad limina à Rome en janvier.

En tant qu’archevêque de Buenos Aires, le pape François a soutenu les unions civiles pour les homosexuels. Les déclarations incontestées du pontife dans des interviews publiées en 2014 et 2017 sont enregistrées.

Ces révélations sont un coup dur pour les partisans conservateurs du pape François qui mènent une campagne de limitation des dégâts en affirmant que les médias ont déformé et déformé les propos du pontife.

La conférence des évêques catholiques du Kerala en Inde, qui comprend des évêques des églises syro-malabare, latine et syro-malankare, a qualifié de “sans fondement et trompeurs” les rapports de Francis justifiant les mariages entre personnes du même sexe.

Image
Le pape François avec le réalisateur de films gay Evgeny Afineevsky

“Les services pastoraux pour les personnes vivant dans des relations homosexuelles sont un sujet de discussion sérieux pour l’Eglise”, a-t-il ajouté.

Mais la Congrégation pour la doctrine de la foi a déclaré catégoriquement en 2003 “que le respect des personnes homosexuelles ne peut en aucun cas conduire à l’approbation d’un comportement homosexuel ou à la reconnaissance légale des unions homosexuelles”.

Dans une déclaration vidéo, le Bp. Gregory Parkes du diocèse de St. Petersburg, Floride, a précisé qu'”il n’y a pas eu de changement dans l’enseignement de l’Eglise catholique”. Les critiques ont noté que l’évêque répondait à un “homme de paille”, car aucun grand média ne prétendait que le pape François ou l’Église catholique avait changé son enseignement.

L’évêque Parkes a également mal cité l’article 2358 du Catéchisme catholique : “L’Église catholique enseigne que les hommes et les femmes, quelle que soit leur orientation sexuelle, sont des enfants de Dieu”.

Mais l’écrivain catholique Carl E. Olson a souligné que le pape Francis a utilisé à plusieurs reprises l’expression “enfants de Dieu” de manière ambiguë.


Le respect des personnes homosexuelles ne peut en aucun cas conduire à l’approbation d’un comportement homosexuel ou à la reconnaissance légale des unions homosexuelles.


“Tout d’abord, Francis parle-t-il des catholiques qui sont homosexuels ? Luttant contre les attirances envers le même sexe ? Ou de tous les homosexuels ? Encore une fois, ce n’est pas clair. Mais le slogan “nous sommes tous des enfants de Dieu” a été une caractéristique importante de ce pontificat”, a noté Olson.

“Est-il vrai que nous sommes tous des enfants de Dieu”, a-t-il demandé. “Eh bien, oui – mais non. Chaque fois que j’entends l’affirmation “nous sommes tous enfants de Dieu”, je pense immédiatement à ce que l’apôtre Jean a écrit dans sa première épître”, qui dit

Personne né de Dieu ne commet de péché ; car la nature de Dieu demeure en lui, et il ne peut pas pécher parce qu’il est né de Dieu. On peut voir par là qui sont les enfants de Dieu et qui sont les enfants du diable : celui qui ne fait pas le bien n’est pas de Dieu, ni celui qui n’aime pas son frère. (1 Jn 3, 9-10)

Il ne suffit donc pas de dire qu’un homosexuel – ou n’importe qui d’autre – est “un enfant de Dieu” et d’en rester là”, a-t-il poursuivi, “comme si les mystères centraux de la Trinité et de l’Incarnation n’étaient que des subtilités poétiques ou des distractions doctrinales”, a noté M. Olson.

En 2012, le pape Benoît XVI a noté que nous ne sommes “enfants de Dieu” que lorsque “nous nous ouvrons à l’Esprit Saint et qu’il nous fait nous tourner vers Dieu en disant Abba ! Père”.