Tucho, sur les déclarations du Pape: « Bergoglio a toujours eu cette opinion »

INFOVATICANA – “Ce que le pape François tient de l’union civile des homosexuels”. C’est le titre d’une publication de Victor Manuel Fernandez sur les réseaux sociaux dans laquelle il explique la position de Bergoglio sur cette question qui a suscité tant d’émoi. L’archevêque de La Plata, connu sous le nom de Tucho, a toujours été connu pour sa proximité avec le pape François et pour connaître ses pensées en profondeur.

“Ce que le pape a dit sur cette question est ce qu’il a également tenu lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires”, écrit M. Tucho sur sa page Facebook. Selon le prélat argentin, les propos du pape impliquent deux choses différentes.

Pour lui, l’expression “mariage” a un sens précis et ne s’applique qu’à une union stable entre un homme et une femme ouverts à la communication de la vie”, explique l’une des personnes les plus proches du pape François. “Cette union est unique, car elle implique la différence entre l’homme et la femme qui sont unis dans la réciprocité et s’enrichissent de cette différence, naturellement capable d’engendrer la vie. Il existe donc un mot, “mariage”, qui ne s’applique qu’à cette réalité. Tout autre syndicat similaire a besoin d’un autre nom”, dit Fernandez.

“Cependant, Bergoglio a toujours reconnu que, sans l’appeler “mariage”, il existe en fait des unions très étroites entre personnes du même sexe, qui n’impliquent pas en elles-mêmes des relations sexuelles, mais une alliance très intense et stable”, écrit l’archevêque de La Plata.

“Ils se connaissent bien, ils partagent le même toit depuis de nombreuses années, ils prennent soin les uns des autres, ils se sacrifient les uns pour les autres. Il peut alors arriver qu’ils préfèrent que, dans un cas extrême ou en cas de maladie, ils ne consultent pas leurs proches, mais cette personne qui connaît leurs intentions en profondeur. Ils préfèrent donc que cette personne hérite de tous leurs biens, et ainsi de suite. Cela peut être envisagé dans la loi et s’appelle “union civile” ou “loi de coexistence civile”, et non mariage”, dit Fernandez.

“Bergoglio a toujours eu cette opinion, et même il y a quelques années, il y a eu une discussion dans l’épiscopat argentin, où Bergoglio a défendu cela, mais a perdu. La majorité a dit que cela serait confondu avec le mariage et ils ont préféré ne pas innover”, a conclu l’archevêque.