Comment savons-nous que Jésus est ressuscité d’entre les morts ? Voici la preuve

LIFESITENEWS – Par Mgr Charles Pope

C’est le témoignage des Apôtres sur lequel notre foi en la Résurrection de Jésus-Christ est fondée.

A la question “Comment savez-vous que Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts ?”, la plupart répondront : “Parce qu’il est dit dans la Bible”. Bien que cela soit vrai, il y a une bien meilleure réponse : “Nous savons que Jésus est ressuscité d’entre les morts parce que les Apôtres l’ont dit.” Ils étaient des témoins oculaires. Jésus lui-même l’a attesté lorsqu’il a dit

C’est ainsi qu’il est écrit : Le Christ souffrira et ressuscitera des morts le troisième jour, et en Son nom la repentance et le pardon des péchés seront proclamés à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses (Luc 24:46-48).

Et nous lisons dans les Actes des Apôtres :

Mais vous recevrez une puissance quand le Saint-Esprit viendra sur vous, et vous serez Mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. (Actes 1:8).

Les Apôtres ont également dit d’eux-mêmes,

Nous sommes témoins de ces choses, tout comme le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent (Actes 5:32).

Et encore, d’après les Actes des Apôtres,

Dieu l’a ressuscité le troisième jour et l’a fait voir, non pas par tout le peuple, mais par les témoins que Dieu avait choisis au préalable, par nous qui avons mangé et bu avec lui après qu’il soit ressuscité des morts. Il nous a ordonné de prêcher au peuple et de témoigner qu’Il est Celui qui a été désigné par Dieu pour juger les vivants et les morts … (Actes 10:40-42).

C’est donc sur le témoignage des apôtres que se fonde notre foi en la résurrection de Jésus-Christ. Il est certain que le Saint-Esprit nous aide aussi, nous qui avons la Foi, à accepter cette vérité et à nous y accrocher.

Certains peuvent se demander : “Comment pouvons-nous savoir que ce que les Apôtres, et ce qu’ils ont écrit plus tard, est vrai ? Et s’ils avaient tout inventé ou s’ils étaient dans l’illusion ? Et si, par “Résurrection”, ils entendaient simplement que Jésus vivait dans leur cœur et dans leur mémoire ?

La meilleure réponse à ces questions a été donnée par saint Jean Chrysostome et a été lue par le clergé et les religieux récemment dans le bréviaire :

Comment douze hommes sans instruction, qui vivaient sur des lacs, des rivières et des terres en friche, ont-ils pu avoir l’idée d’une entreprise aussi immense [de diffusion de l’Évangile dans le monde] ? Comment des hommes qui n’avaient peut-être jamais été dans une ville ou sur une place publique pouvaient-ils penser à se lancer dans un combat contre le monde entier ? L’évangéliste montre clairement qu’il s’agissait d’hommes craintifs et timides ; il n’a pas rejeté ce fait ni essayé de cacher leurs faiblesses. En effet, il en a fait une preuve de la vérité. Qu’a-t-il dit d’eux ? Que lorsque le Christ a été arrêté, ils ont fui, malgré tous les miracles qu’ils avaient vus, alors que celui qui était le chef des autres le reniait !

Comment expliquer alors que ces hommes qui, du vivant du Christ, n’ont pas pu résister aux attaques des Juifs, se soient lancés dans la bataille contre le monde entier si le Christ était mort – si, comme vous le prétendez, le Christ n’est pas ressuscité, ne leur a pas parlé et n’a pas suscité leur courage ? Se disaient-ils peut-être : “Qu’est-ce que c’est ? Il n’a pas pu se sauver lui-même, mais maintenant il nous protégera ? Il ne s’est pas aidé lui-même lorsqu’il était vivant, mais maintenant qu’il est mort, il nous tendra une main secourable ? De son vivant, il n’a amené aucune nation sous sa bannière, mais en prononçant son nom, nous allons gagner le monde entier ? Ne serait-il pas totalement irrationnel de penser à de telles pensées, et encore moins d’agir en conséquence ?

Il est donc évident que s’ils ne l’avaient pas vu ressuscité et n’avaient pas eu la preuve de sa puissance, ils n’auraient pas pris autant de risques (Hom. 4,3.4 : PG 61,34-36).

En effet, et non seulement ils ont tant risqué, mais ils ont tellement souffert ! Tous, sauf peut-être Jean, sont morts en martyrs. Je doute fort qu’ils aient fait cela pour un mensonge qu’ils avaient concocté ou pour une vague notion que Jésus vivait d’une certaine manière dans leur coeur. Il est clair qu’ils étaient tellement convaincus et émus par la Résurrection que leur vie en a été profondément changée. En argot moderne, “Ça a vraiment bouleversé leur monde !” Saint Paul, lui aussi, a vu le Christ non seulement ressuscité mais aussi monté et à la droite du Père. Il n’a plus jamais été le même et a consacré sa vie à l’annonce incessante de l’Évangile malgré les coups, les lapidations, les emprisonnements, les naufrages et finalement le martyre. Qui ferait une telle chose pour une histoire inventée ou un vague espoir ? La réponse de leur vie montre clairement que la Résurrection était quelque chose de réel et de profondément animé. Ils ne pouvaient s’empêcher de parler de ce qu’ils avaient vu et entendu :

Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos propres yeux, ce que nous avons regardé et touché de nos propres mains, voilà le Verbe de la vie. Et c’est la vie qui a été révélée ; nous l’avons vue et nous en avons rendu témoignage, et nous vous proclamons la vie éternelle qui était avec le Père et qui nous a été révélée. Nous vous annonçons ce que nous avons vu et entendu (1 Jean 1:1-3).

Quant à l’accusation d’illusion, il est possible qu’un homme soit dans l’illusion, peut-être même deux, mais que douze hommes aient collectivement la même illusion ? Il faudrait plus de foi pour croire cela que de simplement croire qu’ils disent la vérité. Rappelez-vous que Thomas a d’abord incrédulité les autres apôtres, pensant peut-être qu’ils mentaient ou même qu’ils étaient fous. Mais ensuite, il a lui aussi vu le Seigneur ressuscité et a été changé à jamais. Il a voyagé au loin, en Inde, pour prêcher le Christ et est finalement mort pour la vérité qu’il a proclamée.

Ce n’était pas un mensonge, ni une espérance fantaisiste, ni une illusion – seul l’événement réel de la Résurrection peut expliquer de manière adéquate l’héroïsme et la ténacité des Apôtres à aller de l’avant pour proclamer la vérité. Les Apôtres sont des témoins oculaires dignes de confiance. Le Christ est vraiment ressuscité !