COVID 19 – Épidémie de fraude 2/2

Par Iain − Le 6 septembre 2020 − Source  In This Together

Dans la première partie, nous avons défini l’État britannique et examiné les forces motrices de sa réponse avec le confinement à la pandémie « mondiale » de la COVID-19 déclarée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il semble que la COVID-19 ait été exploitée pour susciter un nouveau paradigme économique, social, culturel et politique mondial. Encapsulé sous le nom de « Grand Reset« , il permet à une classe parasitaire technocratique, souvent appelée à tort « élite », d’exercer un contrôle mondial centralisé sur toutes les ressources, y compris les ressources humaines.

 

Bien qu’influent, l’État britannique n’est qu’une composante nationale de ce programme mondial. Afin de nous préparer à la technocratie mondiale, qui sera une dictature, nous devons nous habituer à obéir aux ordres sans poser de questions. Par conséquent, la réponse au confinement a été caractérisée par des conseils contradictoires, toujours changeants, à la fois pour conditionner les gens à un diktat arbitraire et pour déséquilibrer psychologiquement le public afin de mieux faciliter le changement de comportement.

Nous allons couvrir beaucoup de terrain dans cet article et je dois vous avertir qu’il n’est pas très agréable à lire. Mais s’il vous plaît, si vous avez le temps, prenez un café et nous discuterons de ces questions importantes.

Le WEF utilise la COVID-19 pour sa grande remise à zéro

L’État britannique et le changement de comportement autour de la COVID-19

Les techniques de changement de comportement à l’échelle de la population ont été encouragées dans le document Mindspace 2010 du Bureau du Cabinet britannique : Influencer le comportement par la politique publique. Le changement de comportement (modification) a été largement adopté par l’État britannique comme moyen de contrôler la population.

L’« unité de biaisement des comportements » qui a suivi a connu un tel succès que l’État britannique l’a ensuite privatisée, formant ainsi l’équipe Behavioural Insights Team. Elle a ainsi pu faire des bénéfices en vendant son expertise en matière de modification du comportement à d’autres États, cherchant de la même manière à contrôler leur propre population.

Il n’est peut-être pas surprenant que les principaux auteurs du document Mindspace aient été des représentants de l’Imperial College, dont les modèles informatiques autour de la COVID-19, extrêmement imprécis, ont servi de base aux politiques de confinement, des deux côtés de l’Atlantique, ainsi qu’à la Rand Corporation, un groupe de réflexion du complexe militaro-industriel américain que l’ancien chancelier britannique Denis Healey a décrit comme « le principal groupe de réflexion du Pentagone ». Les auteurs de Mindspace déclarent :

Les approches basées sur des « contextes changeants » – l’environnement dans lequel nous prenons des décisions et répondons à des indices – peuvent entraîner des changements de comportement importants… Notre comportement est fortement influencé par ce sur quoi notre attention est attirée… Les gens sont plus susceptibles d’enregistrer des stimuli qui sont nouveaux (messages dans des lumières clignotantes), accessibles (articles en vente à côté des caisses) et simples (un slogan accrocheur)… Nous trouvons que les pertes sont plus importantes que les gains, nous réagissons différemment lorsque des informations identiques sont formulées en termes de l’un ou l’autre (comme une chance de survie de 20% ou une chance de décès de 80%)… Cela détourne l’attention des faits et des informations, et la porte sur la modification du contexte dans lequel les gens agissent…. Les approches comportementales incarnent une ligne de pensée qui passe de l’idée d’un individu autonome, prenant des décisions rationnelles, à celle d’un décideur « situé », dont le comportement est en grande partie automatique et influencé par son « environnement de choix ». Cela soulève la question suivante : qui décide de cet environnement de choix ?

En réponse au nouveau coronavirus, l’État britannique a défini notre environnement de choix. C’est l’environnement qui convient le mieux à ses objectifs politiques, un environnement créé en exploitant la pandémie de la COVID-19 afin de nous préparer tous au Grand Reset.

Cette approche de changement de comportement évite d’avoir à présenter des arguments convaincants avec des faits et des informations. Cela pourrait entraîner des difficultés. Un débat basé sur des faits n’est pas le bienvenu et ne fait pas partie du changement de comportement.

Il est préférable de cibler la population en faisant de la propagande centrée sur la peur, de censurer toute dissidence et d’encadrer l’opinion publique dans un contexte modifié. Ainsi, les gens cesseront d’être des individus autonomes, qui prennent des décisions rationnelles, pour devenir des décideurs contrôlés par leur environnement de choix.

Les risques réels de la COVID-19 étant bien connus, le 19 mars 2020, un peu plus d’une semaine après la déclaration d’une pandémie mondiale par l’OMS, Public Health England (PHE) et le Comité consultatif du gouvernement britannique sur les agents pathogènes dangereux (ACDP) ont convenu que la COVID-19 n’était pas une maladie infectieuse à haute conséquence (HCID).

L’État britannique savait que la COVID-19 n’était pas susceptible de tuer un nombre suffisant de personnes pour justifier le remaniement massif de la société et la destruction économique nécessaires au Grand Reset. Il a donc eu recours à la coercition, à la manipulation statistique et à la propagande pour convaincre la population d’être terrifiée par le niveau relativement faible des risques liés à la COVID-19.

Avec le soutien des grands médias (MSM), toujours obéissants, qui ont été directement financés par le gouvernement britannique tout au long de la crise, l’État britannique s’est tourné vers ses experts en changement de comportement. Parmi eux, le groupe scientifique sur le comportement en cas de pandémie de grippe (Spi-B en abrégé).

Le rôle du Spi-B, pendant la crise, a été de conseiller l’État sur la manière d’utiliser les techniques de changement de comportement pour convaincre la population d’obéir à ses ordres sans poser de questions. Trois jours après le déclassement de la COVID-19 en HCID, Spi-B a fait les recommandations suivantes :

  1. Utiliser les médias (MSM) pour accroître le sentiment de menace personnelle.
  2. Utiliser les médias (MSM) pour augmenter le sentiment de responsabilité envers les autres.
  3. Envisager le recours à la désapprobation sociale (via les MSM) en cas de non-respect des règles.

Un média libre et indépendant ne pourrait pas être « utilisé » de cette manière pour effrayer les gens sans raison. Seule une machine de propagande contrôlée via les médias peut y parvenir. Le mythe convaincant selon lequel les médias occidentaux sont des médias libres et indépendants est l’un des plus grands coups de propagande de l’histoire.

Le Spi-B ne croit pas que quiconque en désaccord, et qui donc refuse par la suite de se conformer avec la politique de confinement de l’État britannique, ait des préoccupations légitimes. Ils les qualifient plutôt de personnes suffisantes.

Pour éviter que le non-respect de ces politiques ne s’installe, ceux qui s’opposent à la tyrannie de l’intérêt commun doivent être marginalisés en les soumettant à la désapprobation sociale de la majorité terrifiée. le Spi-B a recommandé :

Les directives doivent maintenant être reformulées pour être spécifiques au comportement… Le niveau perçu de menace personnelle doit être augmenté parmi ceux qui sont suffisants, en utilisant des messages émotionnels percutants… Les messages doivent souligner et expliquer le devoir de protéger les autres… Il faut envisager de recourir à la désapprobation sociale.

Vidéo : COVID-19 : Does this make sense to you ?

Dirigé par rien

Grâce aux efforts de changement de comportement de l’État britannique et des médias aux ordres, si vous scrutez les statistiques officielles de la COVID-19, la désapprobation sociale, alléguant que vous ne vous souciez pas des personnes qui meurent, vous tombera dessus. C’est absurde, mais efficace. Non pas parce qu’elle met fin aux critiques, mais parce qu’elle présente ces objections comme des actes monstrueux. D’où la dépendance des médias à l’égard de messages émotionnels percutants.

De très tristes pertes exploitées à des fins de propagande

Au début de la crise, un exemple du message émotionnel percutant est apparu sous la forme d’histoires concernant le personnel du NHS qui était censé être mort de la COVID-19. Dans toute société rationnelle, il va sans dire que la mort de ces personnes était une tragédie.

L’analyse du Health Service Journal a montré que, avec des millions d’employés, le personnel du NHS était statistiquement moins susceptible de mourir de la COVID-19 que le grand public. Bien que les médias n’aient pas rapporté ces résultats, il a été laissé, comme d’habitude, aux médias dits alternatifs de remettre en question le pouvoir, et de révéler l’utilisation trompeuse des statistiques au plus grand nombre de personnes possible.

En utilisant des slogans percutants, l’État britannique a encouragé la nation à « applaudir le NHS ». En combinaison avec les messages émotionnels percutants, cela a fait partie du processus de création d’un environnement de choix contrôlé.

Pour un public plus large de décideurs, cela a renforcé la désapprobation sociale de tous ceux qui remettaient en question les politiques de santé de confinement. Faire remarquer que les impacts sanitaires du confinement seraient bien pires que ceux de la COVID-19, c’était remettre en question le NHS. Un acte d’hérésie.

Cette stratégie était essentielle pour l’État britannique car les statistiques de la COVID-19 ne soutiennent pas son propre récit craintif. Même si vous acceptez les comptes officiels, si vous contractez la COVID-19 au Royaume-Uni, les chances qu’elle conduise à la mort se situent entre 0,3 et 0,4 %. Si vous êtes infecté, vous avez au moins 99,6 % de chances de survie.

Cela explique presque certainement pourquoi l’État britannique a décidé de ne pas communiquer le taux de guérison. La raison invoquée était que « la modélisation utilisée pour le calculer était complexe ».

Toutefois, à ce jour, malgré sa promesse de publier cette statistique, l’État britannique ne communique toujours pas les taux de guérison. Il semble que compter les personnes diagnostiquées avec la COVID-19, qui ne meurent pas, soit trop complexe. Bien qu’il soit impossible de faire une simple soustraction, la plupart des gens sont prêts à accepter toutes les autres statistiques autour de la  COVID-19 de l’État britannique sur lesquelles les médias communiquent ad nauseam.

Les décès déclarés au Royaume-Uni à la suite de la COVID-19 sont théoriquement de 41 486 (au moment de la rédaction du présent rapport). Cela signifie que, selon les statistiques de l’État britannique, la pandémie mondiale aurait entraîné la mort de 0,06% de la population britannique, l’âge médian de la mort étant de 82 ans en Angleterre et au Pays de Galles.

Comme presque tous les autres risques de mortalité, les chances de mourir de la COVID-19 augmentent considérablement avec l’âge. La distribution de la mortalité est pratiquement indissociable du risque standard de la population. La croyance que la COVID-19 représente une sorte de menace grave, de type peste, est irrationnelle et ne repose sur rien d’autre qu’une pornographie persistante de la peur.

Au départ, les médias britanniques ont largement rapporté que la COVID-19 pourrait tuer plus d’un demi-million de Britanniques. Le 12 mars, le Premier ministre britannique Boris Johnson a donné une conférence de presse dans laquelle il a mis en garde contre d’importantes pertes en vies humaines. Précédée par le conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique, Sir Patrick Vallance, qui a répété la suggestion absurde selon laquelle plus d’un demi-million de personnes pourraient mourir, Boris Johnson a déclaré au public britannique :

Cela va s’étendre encore et je dois être franc avec vous, je dois être franc avec le public britannique : beaucoup plus de familles vont perdre des êtres chers avant leur temps.

Cette déclaration terrifiante n’était pas basée sur la déclaration de pandémie de l’OMS. L’OMS n’a rien à dire sur la mortalité, mais seulement sur la propagation mondiale d’une maladie. La déclaration de Johnson n’était pas non plus basée sur les données disponibles.

Elle était entièrement fondée sur les prédictions modélisées par ordinateur de l’équipe d’intervention pour la COVID-19 de l’Imperial College. Jusqu’à présent, en 2020, la Fondation Bill et Melinda Gates (BMFG) a donné à l’Imperial College plus de 86 millions de dollars.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson terrifiant la nation

Comme c’est la norme pour les prévisions de pandémie modélisées de l’Imperial College, elles étaient désespérément inexactes. À chaque fois, ils ont surestimé la mortalité de manière flagrante et n’ont jamais commis d’erreur de sous-estimation. Toujours pour le gain financier des sociétés pharmaceutiques.

Les prédictions lunatiques de la COVID-19 de l’Imperial College ont été remises en question par la communauté scientifique au sens large à l’époque. Le biophysicien Michael Levitt, lauréat du prix Nobel, a immédiatement mis en évidence les problèmes de leurs modèles ; le professeur de santé publique mondiale Devi Sridhar a fait remarquer que l’Imperial College n’avait présenté qu’une hypothèse et le microbiologiste Dr Sucharit Bhakdi, remettant en question les prévisions, a qualifié de « grotesque » la réponse d’un confinement mondial et a averti qu’il serait bien plus dangereuse que la COVID-19.

Des scientifiques du monde entier ont fait part de leurs inquiétudes. Ils ont averti à plusieurs reprises que la science qui sous-tendait l’alarme était faible. Cependant, leurs voix ont été largement censurées, car les médias britanniques ont avancé le récit de l’État britannique sans poser de question. Peut-être, en partie, parce qu’ils ont été payés pour le faire par l’État britannique.

Les prévisions de pandémie de l’Imperial College n’ont toujours rien donné d’autre que de la crasse statistique. Il est ridicule d’imaginer que personne au sein de l’État britannique ne le savait, avant de choisir leur rapport comme justification de leur confinement ultérieur.

Qu’elles aient été rédigées dans ce but ou qu’elles aient été taillées pour répondre à ce but, il semble que les prévisions fantaisistes de l’Imperial College aient été choisies uniquement pour promouvoir les politiques de confinement. En contrôlant étroitement le récit des médias, l’État britannique a tout simplement ignoré la vraie science et a sorti son discours de propagande insignifiant « mené par la science ». Un slogan simple et percutant qui maintient le contexte modifié du public dans son environnement de choix.

Il n’est pas crédible que le professeur Mark Woolhouse, membre du Spi-B, déclare aujourd’hui que le verrouillage des frontières était une erreur monumentale. Pratiquement le seul corps d’opinion scientifique qui croyait l’Imperial College était ceux qui était fermement attachés à l’État britannique, y compris le Spi-B, tout aussi engagés dans des politiques de confinement absurdes.

L’État britannique a dû ignorer le poids de l’opinion scientifique mondiale, choisir délibérément les modèles informatiques fictifs et tromper activement le public, en prétendant à tort que sa politique était « dirigée par la science ».

Ce n’était pas une erreur.

Fixer les chiffres

En raison de l’absence d’une menace sans précédent, il semble que l’État britannique ait plutôt pré-déterminé les statistiques, maximisé le nombre de cas et les chiffres de mortalité, introduit ses déchets statistiques dans sa machine de propagande médiatiaaue, puis exploité la peur résultante, d’une fausse menace sans précédent, pour parvenir au changement de comportement souhaité. Cela a nécessité un récit en perpétuel changement, à la fois pour compenser l’empiétement sur la réalité et pour maintenir la population constamment confuse et psychologiquement ouverte aux suggestions qui en découlent.

L’une des premières réponses de l’État britannique à la pandémie a été de créer un nouveau processus d’enregistrement des décès, totalement inutile. Si opaque et si sujet à la manipulation et à l’erreur, il garantissait pratiquement les statistiques non signifiantes qui nous ont été données.

Fin mars, avant le pic de mortalité enregistré au cours de la deuxième semaine d’avril, l’État britannique a donné instruction à l’Office of National Statistics (ONS) d’enregistrer toutes les « mentions » de COVID-19 sur les certificats de décès comme preuve de décès de COVID-19. Le nouveau système d’enregistrement des décès permettait d’enregistrer un décès COVID-19 sans que le défunt ne soit testé positif ou ne reçoive d’examen par un médecin qualifié, que ce soit avant ou post mortem.

Les statistiques du gouvernement britannique – PHE n’enregistre que depuis peu la mortalité à 28 jours – nous n’avons aucune idée réelle de ce que ces statistiques de mortalité enregistrent.

L’État britannique a divisé son régime de tests en « piliers ». Le pilier 1 se concentrait sur les tests par écouvillonnage (RT-PCR) pour les personnes les plus vulnérables, les personnes gravement malades et les travailleurs de première ligne dans les établissements de soins de santé de l’État. Le pilier 2 a étendu le dépistage aux travailleurs essentiels des secteurs de l’aide sociale et autres. Cependant, la RT-PCR, utilisée dans les piliers 1 et 2, est incapable d’identifier un virus et n’a pas été conçue comme un test de diagnostic.

Le troisième pilier de l’État britannique repose sur les tests d’anticorps. Jusqu’à présent, c’est un désastre complet, caractérisé principalement par des dépenses coûteuses pour des tests qui ne fonctionnent pas et qui, s’ils fonctionnaient, ne révéleraient de toute façon rien d’utile.

Le Royal College of Pathologists (RCP) a adressé une pétition au gouvernement britannique, soulevant de nombreuses inquiétudes. Tout d’abord, ils ont souligné que les tests d’anticorps actuels étaient cliniquement incapables d’indiquer le niveau d’infection (taux asymptomatiques) ou une éventuelle immunité acquise. Il n’existe pas de tests de référence, ni de données pour assurer la qualité de ces tests non fondés sur des preuves, qui n’ont donc aucune valeur pour les professionnels de la santé qui tentent de traiter les patients. Le RCP a conclu que leur seule utilisation perceptible était à des fins de recherche très larges. Ces conclusions ont été confirmées par le prestigieux Cochrane Review, qui a déclaré

Nous sommes donc incertains quant à l’utilité de ces tests pour les enquêtes de séroprévalence à des fins de gestion de la santé publique. Les inquiétudes concernant le risque élevé de biais et d’applicabilité font qu’il est probable que la précision des tests, lorsqu’ils sont utilisés dans le cadre de soins cliniques, sera inférieure à celle rapportée dans les études incluses……Il n’est pas clair si les tests sont capables de détecter des niveaux d’anticorps inférieurs probablement observés avec la maladie COVID-19 plus légère et asymptomatique. La conception, l’exécution et le compte rendu des études sur la précision des tests COVID-19 doivent être considérablement améliorés.

Le pilier 4 (tests de surveillance) reprend les tests des piliers 1 à 3, qu’il s’agisse de prélèvements de salive ou de tests sanguins de détection des anticorps, que l’État britannique prétend ensuite utiliser pour en savoir plus sur la prévalence et la propagation du virus. Bien que les chances que les tests RT-PCR et les tests d’anticorps défectueux produisent quelque chose de convaincant semblent négligeables. Ce qui est plus certain, c’est qu’il existe des multinationales qui maîtrisent parfaitement les procédures de test de l’État britannique et l’analyse des données qui en découle.

Même si une personne est testée positive, jusqu’à 80 % de ces personnes sont asymptomatiques. Cela signifie qu’elles n’ont pas le COVID-19, le syndrome qui peut, dans 20 % des cas seulement, résulter d’une infection par le SRAS-CoV-2.

Déclarer un soi-disant pic dans les « cas » est une affirmation vide de sens. Un grand nombre de tests RT-PCR positifs seront erronés, jusqu’à 80 % des personnes dont le test est positif ne développeront pas le COVID-19 et, parmi celles qui le feront, 99,6 % survivront, dont plus de 80 % auront comme symptôme de la COVID-19 à peine plus qu’un rhume.

La menace réelle d’un « pic dans les cas » allégué est minime. L’éternel alarmisme des médias, qui font état de nombres de cas terrifiants et de causes de décès hautement spéculatives, n’est que pure propagande.

C’est le deuxième pilier qui a mis en place les tests communautaires, offrant aux sociétés pharmaceutiques une influence significative sur la politique et la réponse physique. Les prélèvements collectés sont analysés par les laboratoires britanniques Lighthouse Labs. Les données et les ressources sont fournies par les producteurs de vaccins, les géants pharmaceutiques Astrazeneca et GlaxoSmithKline (GSK). Ce qui crée un énorme conflit d’intérêts financiers au sein du programme de test Pillar.

A Lighthouse Lab

Dès le début, la collecte de données du deuxième pilier a connu des problèmes. Par exemple, plusieurs tests effectués sur une personne ont été comptés comme des cas positifs distincts et les tests ont été prématurément comptés comme complets, avant même que les résultats ne soient disponibles. Les tests du pilier 2 étaient si médiocres que l’État britannique a simplement effacé 30 302 cas signalés en raison d’erreurs méthodologiques et a été contraint de suspendre toute communication des résultats des tests du pilier 2 à la fin du mois de mai.

Tout au long de la crise, Public Health England, une agence du ministère de la santé du gouvernement britannique, a reçu la notification de chaque décès. Ils ont ensuite recoupé les données des tests, dont une grande partie provenait de Lighthouse Labs, pour vérifier si le défunt avait déjà été testé positif pour le SRAS-CoV-2. Jusqu’à 80 % d’entre eux auraient pu être totalement exempts de COVID-19.

Quelle que soit la cause du décès, qu’il s’agisse d’un cancer ou d’un accident de la route, et quelle que soit la date du test positif, éventuellement plusieurs mois avant le décès, PHE l’a enregistré comme un décès COVID-19. Ce n’est qu’après la découverte de cette pratique que la PHE a modifié sa méthodologie, en retirant du jour au lendemain 5 377 décès des chiffres officiels de la mortalité.

Le Grand Reset vise à centraliser tout le pouvoir et l’autorité. C’est pourquoi, en réponse à la performance soi-disant déplorable de son propre ministère (PHE), l’État britannique a saisi cette occasion pour centraliser davantage son pouvoir et son autorité. Il a créé le nouveau Centre Commun de Biosécurité (JBC) qui sera initialement dirigé par le Dr Clare Gardiner, ancien agent du GCHQ et ancien directeur du Centre national de cybersécurité.

Le JBC émettra les alertes de biosécurité qui contrôleront notre vie quotidienne. En fusionnant le PHE avec le NHS Test and Trace et le JBC, l’État britannique a supprimé la notion de santé publique et l’a remplacée par celle de biosécurité.

Dans le futur, il est difficile de voir comment quelqu’un pourrait ne pas avoir la COVID-19. La définition du JBC va de « confirmé », pour inclure les cas asymptomatiques, aux « cas liés », aux personnes qui peuvent ou non avoir la COVID-19 mais qui peuvent avoir rencontré une fois quelqu’un qui a été testé positif, « probable », une personne dans une zone de confinement avec des symptômes possibles et « possible », une personne qui peut avoir des symptômes.

Seules les personnes « écartées », celles qui n’ont pas été suivies et tracées, qui ne vivent pas dans les zones de confinement et qui n’ont aucun symptôme (c’est-à-dire qu’elles n’ont pas de rhume) seront libérées des griffes du JBC. Mais seulement après avoir passé leurs contrôles de surveillance pour être écartés.

Le taux de mortalité déclaré ayant fortement baissé, l’État britannique a chargé fin avril la Care Quality Commission (CQC) de signaler à l’ONS les décès « suspects » dans les foyers de soins de la COVID-19, ajoutant ainsi des milliers de décès aux chiffres de mortalité de la COVID-19 en un instant.

À partir de ce moment, il n’était même plus nécessaire de mentionner la COVID-19 sur le certificat de décès d’un résident de maison de soins pour qu’il soit ajouté au décompte de mortalité de l’ONS. Les médias ont ensuite rapporté l’horreur de la COVID-19 à un public terrifié, sans aucun examen ni hésitation.

Il n’y a aucune raison valable de croire les statistiques officielles de l’État britannique sur la COVID-19. De l’enregistrement des décès, en passant par les tests, la collecte des données, l’analyse et la notification, l’ensemble du système est soit un véritable fouillis, soit irrémédiablement corrompu, soit une combinaison des deux. Personne, surtout les médias, ne connaît les véritables statistiques de mortalité ou le nombre de cas de la COVID-19.

Malheureusement, tout ce que nous pouvons faire, c’est compter les morts. Ce qui soulève une possibilité d’un retournement de situation.

À partir de la mortalité toutes causes confondues, nous pouvons estimer quelque chose qui se rapproche du véritable chiffre de mortalité de la COVID-19. Des recherches menées par le ministère italien de la santé ont montré qu’environ 12 % des décès dus à la COVID-19 enregistrés en Italie pouvaient être décrits avec précision comme tels. De même, des chercheurs du Centre américain de contrôle des maladies (CDC) ont découvert qu’environ 6 % des décès déclarés « COVID-19 » étaient sans équivoque attribuables à la maladie.

Tous les États mondialistes, tels que l’Italie, les États-Unis et le Royaume-Uni, ont des processus statistiques et d’enregistrement des décès légèrement différents. En outre, pour un certain nombre de personnes décédées, alors que leur principale cause de décès était leur comorbidité préexistante, la COVID-19 a probablement accéléré leur décès.

En accordant le bénéfice du doute à l’État britannique, une estimation de 30 %, pour les véritables décès de la COVID-19, peut raisonnablement être appliquée aux statistiques de mortalité déclarées. Ce qui suggère que le chiffre réel est plus proche de 12 500 plutôt que de 41 500. Cela place le risque réel de de la COVID-19 pour la santé publique bien en dessous de la grippe saisonnière récente.

En Angleterre, en 2014-2015, les estimations de la PHE attribuaient plus de 34 000 décès à la grippe au cours des 15 premières semaines de l’année, et en 2015-2017 plus de 17 000. La COVID-19 n’est pas, et n’a jamais été, à aucun moment, plus dangereux que la grippe. Les gens croient seulement qu’elle l’est, et cette croyance est basée sur à peine plus que des statistiques et des propos alarmistes de la part des médias.

Néanmoins, cette année, la mortalité de toutes les causes a connu un pic significatif qui ne correspond pas aux schémas saisonniers habituels. Une mortalité qui correspond précisément aux politiques de confinement de l’État britannique visant à créer les conditions nécessaires au Grand Reset. La réalité inquiétante semble être qu’il s’agit de décès dus au confinement, et non de décès dus à la COVID-19.

Il semble qu’au moins 29 000 des personnes les plus vulnérables de notre société soient mortes avant leur heure. J’ai perdu mon père très récemment et, bien que la plupart des vies perdues, faussement attribuées à la COVID-19, n’aient peut-être été raccourcies que de quelques mois, je parle avec un profond chagrin dans la certitude que chaque moment passé avec un être cher est précieux au-delà de toute mesure.

Fixer le récit

Au départ, l’État a déclaré que le but de ses mesures de confinement était d’aplatir la courbe. L’affirmation étant que cela empêcherait le NHS d’être débordé par l’augmentation prévue du nombre de cas. Cependant, cette histoire n’a été déployée qu’avant que les manigances statistiques ne commencent sérieusement. Lorsque le nombre de décès déclarés a fait la une des journaux, l’argument « aplatir la courbe » a été écarté.

L’augmentation prévue ne s’est jamais produite parce que les modèles prédictifs sur lesquels elle était censée reposer n’étaient pas valables. Il y avait quelques points chauds COVID-19 notables, mais au niveau national, le NHS était effectivement fermé à pratiquement toutes les conditions sauf à la COVID-19.

Les hôpitaux Nightingale, très médiatisés, n’étaient rien d’autre que des éléphants blancs coûteux et, au plus fort de la pandémie mondiale, les hôpitaux du NHS était pratiquement désert au Royaume-Uni. Cependant, la fable « aplatir la courbe » a suffi à l’État britannique pour fermer l’économie productive et propulser le pays dans un état de panique totalement inutile.

Après la fable « aplatir la courbe », l’attention du public a été fermement attirée sur les décès, plutôt que sur les taux de survie non déclarés. Ceux-ci ont été livrés avec les feux clignotants des grands titres alarmants des médias (MSM), les chiffres insignifiants étant rendus accessibles par les mises à jour quotidiennes « d’urgence » de la COVID-19. Un apport constant de slogans simples et percutants (rester chez soi, protéger le NHS, sauver des vies, etc.) a permis aux décideurs de rester fermement ancrés dans le contexte modifié de leur environnement de choix.

Données du gouvernement britannique et de Google – Collectées par The Human Unleashed

Il n’y a jamais eu de justification de santé publique pour les politiques de confinement de l’État britannique. Plutôt que d’exposer le virus à une extinction rapide sous le soleil d’été, l’État britannique a plutôt ordonné aux gens de rester chez eux, là où les infections communautaires étaient les plus graves. En 2019, cela était bien connu de l’OMS.

L’OMS a indiqué que, pour les infections respiratoires virales, la mise en quarantaine des personnes exposées (mise en quarantaine des personnes en bonne santé – en plaçant les familles en résidence surveillée), n’était « pas recommandée parce qu’il n’y a pas de raison évidente pour cette mesure » ; l’isolement des personnes malades ne devrait être fait que pour des périodes limitées et n’était pas recommandé pour « les personnes qui doivent consulter un médecin » ; les fermetures de lieux de travail ne devraient être envisagées que dans le cas de « pandémies extraordinairement graves » ; il n’y a « pas de raison évidente » de rechercher les contacts et le port de masques faciaux n’était pas recommandé parce que « rien ne prouve que cela est efficace pour réduire la transmission« .

La politique de verrouillage de l’État britannique était l’antithèse complète de la procédure de l’OMS, précédemment recommandée, pour gérer une pandémie respiratoire virale. La mise en quarantaine des personnes en bonne santé, puis la réorientation des services de soins de santé ont maximisé le risque pour les plus vulnérables, ce qui n’a jamais eu aucun sens. Du moins, pas si la priorité était de sauver des vies.

Une étude récente du Queen’s Nursing Institute a révélé les pratiques suivantes, couramment utilisées dans les maisons de soins, au plus fort du confinement  pendant la pandémie :

Devoir accepter des patients provenant d’hôpitaux dont le statut Covid-19 est inconnu, être informé des projets de ne pas réanimer les résidents sans consulter les familles, les résidents ou le personnel des maisons de soins… 21% des répondants ont déclaré que leur maison acceptait des personnes sortant de l’hôpital et dont le test de dépistage de Covid-19 était positif… un nombre important d’entre eux ont trouvé difficile d’accéder aux services de soins infirmiers de district et aux services de médecins généralistes.. 25% au total ont déclaré qu’il était assez difficile ou très difficile d’y accéder au cours de la période mars-mai 2020.

Ces pratiques mettant la vie en danger sont le résultat direct des directives officielles, émises par les organismes d’enregistrement et les services de santé, en réponse aux politiques de confinement de l’État britannique.

Le NHS a publié des directives stipulant que les résidents des maisons de soins ne devaient pas être conduits à l’hôpital ; il a appliqué une politique apparente de renvoi des patients positifs à la COVID-19 dans les maisons de soins ; il a conseillé aux médecins généralistes de ne pas se rendre dans les établissements de soins, les consultations étant menées sans examen physique, par appels vidéo ; les délais d’intervention des ambulances ont augmenté considérablement, ce qui a pratiquement supprimé les soins d’urgence vitaux pour les plus vulnérables ; le PPE essentiel pour le personnel des maisons de soins n’a pas été fourni, ce qui a encore réduit leur capacité à s’occuper des personnes les plus à risque ; les tests de la COVID-19 n’ont pas été étendus aux établissements de soins, laissant le personnel de soins confus et incertain du risque, avec une réduction supplémentaire des niveaux de personnel ; il y a eu de nombreux rapports de résidents ayant des avis « ne pas tenter la réanimation » (DNAR) joints à leurs plans de soins, sans leur connaissance ou leur consentement, et cette pratique semble s’être étendue à d’autres adultes vulnérables, tels que ceux ayant des difficultés d’apprentissage.

Il y a peu ou pas de preuves que les enfants soient exposés à la COVID-19 ou qu’ils propagent le SRAS-CoV-2 aux adultes. Cependant, il existe des preuves que des enfants meurent suite aux politiques de confinement de l’État britannique. Pourtant, les médias persistent à diffuser de fausses nouvelles dangereuses, que la COVID-19 est un risque pour l’enfance. La vie des enfants ne signifie rien dans la poursuite du Grand Reset.

À la mi-juin, le risque de mortalité lié dû à la COVID-19 était négligeable et la soi-disant pandémie était effectivement terminée. Il n’y a pas eu de surmortalité significative en Angleterre et au Pays de Galles depuis plus de 13 semaines. Depuis la mi-juin, les décès dans les établissements de soins ont atteint ou dépassé les niveaux normaux et la COVID-19 a été à l’origine de moins de maladies et de décès que la grippe et la pneumonie combinées.

Par conséquent, la propagande des médias s’est déplacée vers les cas et la distraction des masques faciaux. Les propagandistes des médias nous disent que le port de masques nous protégera du virus respiratoire SRAS-CoV-2. Cependant, ils n’ont clairement aucun effet contre la grippe.

Pendant des mois, l’État britannique n’a cessé de dire au public que les masques faciaux étaient totalement inutiles. Après des années de recherche scientifique de référence, démontrant que le port d’un masque facial ne présentait aucun avantage viral, il est soudainement devenu obligatoire. Il s’agissait d’une décision purement politique, qui n’était certainement pas guidée par la science.

L’OMS n’a pas recommandé les masques faciaux, mais les gouvernements nationaux ont ensuite fait pression sur elle pour qu’elle modifie ses conseils. En l’absence de données scientifiques pour étayer cette décision, l’OMS s’est empressée de réaliser une méta-analyse qui, d’une manière ou d’une autre, a raté tous les essais contrôlés randomisés montrant l’inefficacité des masques, afin de prétendre à tort que les données scientifiques avaient récemment changé.

Comme pratiquement tous les autres aspects de la pandémie supposée de la COVID-19, la seule base scientifique de cette politique est la science du comportement. La ruse du masque facial est utilisée pour détourner l’attention du public du fait qu’il n’y a maintenant aucune justification pour des restrictions. Peu importe ce que l’État britannique prétend être le niveau d’alerte. L’objectif est d’éloigner les gens de la prise de décisions rationnelles pour les amener à devenir des décideurs « influencés par la situation ». Cela permet de déplacer l’environnement de choix vers le contexte modifié redouté de la « deuxième vague ».

La deuxième vague câblée

L’État britannique n’est pas seul. Il n’est que l’un des nombreux États mondialistes qui se sont entendus pour imposer l’arnaque de la COVID-19 au monde entier. Le Grand Reset est un objectif mondial conçu et contrôlé de manière centralisée pour tous les États partenaires.

Dire que la COVID-19 est une escroquerie n’est pas prétendre qu’il ne s’agit pas d’une maladie mortelle. Elle a causé des pertes humaines terribles, mais loin d’être sans précédent, et chaque décès laisse un trou béant qui ne pourra jamais être réparé. Notre seul espoir est que nous apprenions à vivre avec la douleur.

C’est un grand club et vous n’en faites pas partie

Dans l’effort visant à créer les conditions sociales, économiques et politiques pour le Grand Reset, l’État britannique fait partie de ceux qui ont condamné des personnes à mourir seules, arrachées à leurs proches. La vérité écœurante de cette escroquerie est que ces pertes déchirantes ont été exploitées pour contrôler les vivants.

Cela a été fait au seul bénéfice d’une classe de parasites méprisable et insensible. Ils ont un contrôle mondial uniquement parce que nous le permettons et que la grande majorité donne passivement son consentement sans même le savoir. Constamment dirigés en tant que décideurs « influencés par la situation », ils n’ont nourri que de la propagande pour assurer leur comportement automatique.

Nous ne nous débarrasserons pas de la règle malveillante de la classe parasitaire en utilisant un système politique de parti construit pour les protéger et faire avancer leurs intérêts. D’autres solutions pacifiques existent et nous devons les poursuivre ou subir cette malignité pour toujours.

Il ne leur suffit pas que les gens meurent isolés et effrayés, ni que des populations entières vivent dans une peur gratuite. Le Grand Reset leur offre la promesse de la technocratie du Nouvel Ordre Mondial et de l’État de biosécurité mondiale contrôlé par les vaccins. Ils ne se soucient tout simplement pas de savoir qui sera un dommage collatéral en cours de route.

Il semble que nous ayons tous été préparés pour la deuxième vague, câblés sur l’escroquerie dès le départ. L’effort final pour encadrer de façon permanente l’environnement de choix.

L’analyse montre que l’expression « deuxième vague » était en vogue depuis le jour où le PHE a déclassé la COVID-19, en raison des faibles taux de mortalité. La tendance a connu un pic significatif lorsque la mortalité a baissé en dessous de toutes les moyennes de cause et à nouveau lorsqu’elle s’est approchée du zéro statistique.

Données du gouvernement britannique et de Google – Collationnées par The Human Unleashed

Le groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE) de l’État britannique a récemment divulgué un rapport aux médias affirmant que 85 000 personnes pourraient mourir de la COVID-19 au Royaume-Uni cet hiver. Cette fuite fait suite aux déclarations de l’ancien président de la R&D de GlaxoSmithKline et actuel conseiller scientifique en chef de l’État britannique, Sir Patrick Vallance, qui a affirmé que 120 000 personnes allaient mourir.

Les preuves scientifiques montrent que la COVID-19 atteint le seuil d’immunité de groupe (HIT) à environ 20% de la population, voire moins. À ce stade, il semble que le virus se soit éteint et qu’il soit incapable d’infecter ou de rendre plus de gens malades, à l’exception de la minuscule minorité dont le système immunitaire est gravement compromis. Le Royaume-Uni a depuis longtemps dépassé ce seuil.

D’autres preuves montrent qu’une proportion importante d’êtres humains, peut-être jusqu’à 60 %, sont déjà porteurs d’une immunité aux cellules T contre le SRAS-CoV-2 à la suite d’infections antérieures par des coronavirus ou par le SRAS. Cette partie de la population n’a jamais été exposée à un risque significatif.

Il n’y a pas de besoin apparent de vaccin et, malgré la suppression évidente de traitements qui auraient pu potentiellement sauver des milliers de personnes, le fait que les cas continuent d’augmenter, alors que les admissions à l’hôpital et les décès sont pratiquement inexistants, démontre que la pandémie de la COVID-19 est terminée. La seule chose que les programmes de tests de l’État britannique auraient découvert sont des infections résiduelles qui ne présentent pratiquement aucun risque pour quiconque. L’augmentation des « cas » est directement proportionnelle au nombre croissant de tests.

Pourtant, rien de tout cela ne compte pour les planificateurs de l’État et les colporteurs propagandistes de cette escroquerie. Leurs messages émotionnels percutants sont dissociés de l’information du public. Une part importante des médias a été cooptée pour ne servir à rien et à personne d’autre que la classe des parasites.

Malgré le fait qu’il est maintenant certain que les confinement sont la pire réponse possible à la COVID-19, les « experts » de SAGE plaident toujours pour d’autres mesures de confinement qui ne fonctionnent absolument pas. La seule raison plausible pour cela est de poursuivre les préparatifs du Grand Reset. Soit cela, soit SAGE sont collectivement, scientifiquement illettrés.

Une étude récente menée par Medefer, une entreprise de technologie de la santé, a estimé que la réponse du confinement, à la menace de faible niveau de la COVID-19, a laissé plus de 15 millions de personnes en attente de soins de santé vitaux. Ce rapport doit être considéré avec une certaine prudence, car Medefer est l’une des nombreuses entreprises privées qui espèrent se lancer dans la destruction accélérée du NHS par le confinement et en tirer profit, mais il ne fait aucun doute que des millions de personnes subiront des dommages irréparables pour leur santé du fait du confinement. Les organisations caritatives pour la santé mentale sont parmi les nombreuses à avoir mis en garde contre les effets dévastateurs du confinement.

Totalement inutile

La réponse politique à cette situation a consisté à débattre de la définition des listes d’attente. La raison en est que la classe politique est la marionnette de la classe parasitaire et qu’en tant que telle, elle n’apporte aucun bénéfice public. Dans tous les sens du terme, elles ne sont que l’illusion coûteuse de la démocratie.

Le nombre de sans-abri a atteint 320 000 au Royaume-Uni et les demandes de liberté d’information révèlent que, rien qu’en Angleterre, près de 20 000 ménages ont été techniquement sans abri pendant le confinement. Comme nous l’avons vu dans la première partie, la destruction économique provoquée par le confinement est sans précédent. Le lien entre la pauvreté et un large éventail d’inégalités en matière de santé est incontestable.

Avec le confinement, l’État britannique a créé une crise sanitaire qui fera passer les décès actuels liés au confinement et à la COVID-19 pour un léger contretemps de santé publique. Compte tenu de ce qui semble être l’effroyable tromperie statistique et la propagande rance sur lesquelles l’État britannique s’est appuyé jusqu’à présent, il est facile de voir comment la deuxième vague de tromperie pourrait émerger.

Cet automne, avec la mise en place d’un processus d’enregistrement des décès désorientant et une population immunodéprimée, portant des masques, de  détenus récemment libérés et confrontés aux risques habituels de grippe saisonnière et de pneumonie, l’État britannique et ses médias suppliant ont tout préparé pour créer une opération psychologique au-delà de l’imagination. L’objectif probable sera de consolider le travail déjà accompli et de transformer de façon permanente la population d’une population d’individus autonomes, capables de pensée rationnelle, en un troupeau de décideurs « influencés par la situation » dont le comportement est automatique et influencé par leur « environnement de choix ».

L’impact actuel du confinement sur les traitements du cancer, des maladies cardiaques et d’une série de maladies graves et mortelles, combiné à d’énormes listes d’attente, à des services de santé en difficulté et aux pressions hivernales normales qui pèsent sur le NHS, sera plus que suffisant pour créer une crise sanitaire effroyable. Tout cela a été attribué à la deuxième vague de la COVID-19.

J’espère vraiment que je me trompe. Cependant, il n’appartient en aucun cas à l’État britannique de le faire.

S’il prétend à nouveau que des personnes doivent être placées en résidence surveillée ; s’il insiste sur le fait que nous ne pouvons pas être avec nos proches, que nous devons nous éviter, littéralement comme la peste ; s’il qualifie de « négationniste de la COVID-19 » quiconque n’est pas d’accord et commence à « mettre en quarantaine » les personnes qui ne se conforment pas, alors vous aurez un choix à faire.

Vous pouvez être un décideur « influencés par la situation », ou vous pouvez être un individu autonome, prenant des décisions rationnelles. Ce n’est pas difficile. Arrêtez simplement de croire tout ce qu’on vous dit, en particulier ce que je vous dis, faites des recherches indépendantes, examinez attentivement les preuves et décidez vous-même si vous pouvez accorder un quelconque crédit aux affirmations de l’État britannique et de ses partenaires mondiaux.

Iain

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone