Le cardinal Zen qualifie le discours de Parolin sur la chine de « dégoûtant »

INFOVATICANA – « Parolin sait qu’il ment, il sait que je sais que c’est un menteur, il sait que je vais dire à tout le monde qu’il est un menteur, donc en plus d’être effronté, il est aussi audacieux. »

Le cardinal Joseph Zen, archevêque émérite de Hong Kong, a rejeté les allégations selon lesquelles le pape Benoît XVI aurait approuvé, sous forme de projet, l’accord secret de 2018 entre le Vatican et la Chine, et accusé le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, de “manipuler” le pape François en ce qui concerne l’engagement de l’Église envers la Chine, rapporte CNA.

Dans un article publié hier sur son blog, le Chinois pourpre a critiqué le discours de Parolin du 3 octobre sur l’histoire et l’avenir de l’activité missionnaire de l’Église en Chine. “J’ai lu le discours du cardinal Parolin”, a déclaré Zen. “C’est dégoûtant !” s’est-il exclamé. Comme la paroline “n’est pas stupide et ignorante”, le cardinal chinois a déclaré qu’il ne pouvait que déduire que l’Italien violet “a raconté une série de mensonges sans cligner des yeux”.

“Le plus dégoûtant est l’insulte faite au vénérable Benoît XVI lorsqu’il dit avoir approuvé l’accord signé par le Saint-Siège il y a deux ans, sachant que notre plus doux et plus gentil Benoît ne viendra certainement pas le nier”, a déclaré Zen.

Le cardinal Parolin a déclaré dans son discours du 3 octobre, selon le CNA, que l’objectif pastoral de l’accord était de libérer les églises locales pour qu’elles se consacrent “à la mission d’annoncer l’Evangile”. Parolin a réitéré l’engagement du Vatican en faveur du renouvellement provisoire de l’accord, qui expire le 22 octobre.

Dans son discours, Parolin a cité le pape Benoît XVI – en fait une citation de Jean-Paul II en 2001 – qui a écrit à l’Église en Chine en 2007 : “Ce n’est un mystère pour personne que le Saint-Siège, au nom de toute l’Église catholique et, je crois, pour le bien de l’humanité tout entière, souhaite ouvrir un espace de dialogue avec les autorités de la République populaire de Chine, dans lequel, ayant surmonté les malentendus du passé, ils peuvent travailler ensemble pour le bien du peuple chinois et pour la paix dans le monde.

Parolin a également cité le cardinal Giovanni Battista Re, doyen du Collège des cardinaux, qui a déclaré en mars, selon Parolin, que le pape Benoît XVI avait approuvé “le projet d’accord sur la nomination des évêques en Chine, qui ne pourra être signé qu’en 2018”.

Zen a remis en question les prétendus commentaires de Re, qualifiant de “très ridicule et humiliant” le fait que Re “soit une fois de plus “utilisé” pour soutenir les mensonges du Très Éminent Secrétaire”. Il a accusé Parolin de mentir sur Benoît et de manipuler Francisco au sujet de l’accord. “Parolin sait qu’il ment, il sait que je sais qu’il est un menteur, il sait que je vais dire à tout le monde qu’il est un menteur, donc en plus d’être effronté, il est aussi audacieux”, a déclaré Zen.

“Tous les évêques légitimes, mais dans une Église objectivement schismatique, est-ce que c’est bien ? Est-ce un progrès ? Est-ce le début de quel genre de voyage”, s’est demandé Zen.