Les États-Unis paient pour les manifestations dans le monde

Blondet & Friends

Et cela est révélé par le Congrès américain, sans le vouloir

Le contre-espionnage étranger biélorusse (SVR) a accusé les États-Unis de financer les manifestations “spontanées” et les manifestations de rue pour la démocratie qui ont fait rage dans le pays contre la réélection de Loukachenko, en y investissant 20 millions de dollars et en opérant par l’intermédiaire d’ONG alimentées, disons, par cette force de corroboration.

Cette circonstance, loin d’être le lieu de naissance du secteur non informé du SVR, a reçu une confirmation inattendue – d’une source américaine. La plus autorisée.

Présentons ici Michael Pack, un cinéaste à succès que Trump a récemment (juin) nommé PDG d’une agence fédérale que je ne connaissais pas (je ne sais pas pour vous), l’Agence américaine pour les médias mondiaux (USAGM), qui gère des diffuseurs et des médias tels que Voice of America, Radio Free Asia et autres, bref, de puissants moyens d’influence internationale.

Dès qu’il a pris la présidence, Pack a licencié les directeurs et les cadres supérieurs de ces deux organismes de propagande américains, et a gelé les fonds.

C’est pourquoi il a été convoqué par la commission des affaires étrangères du Sénat le 22 septembre, où des représentants des deux partis ont mis Pack sur le grill : “Il a renvoyé les meilleurs experts pour contrer la propagande chinoise dont disposait le gouvernement américain, et a porté atteinte aux efforts américains pour soutenir le mouvement démocratique à Hong Kong”, les accusations semblaient parfaitement bipartisanes.

Il a donc été confirmé que même le mouvement démocratique à Hong Kong n’est pas exactement spontané ; mais en outre, on a compris de quelle manière le revigorant à base de dollars, sans lequel les révolutions de couleur resteraient éteintes, atteignait les jeunes.

Les sénateurs étaient particulièrement en colère contre la décision de Pack de geler les fonds d’un autre corps inconnu des mortels ordinaires, l’Open Technology Fund (OTF). L’OTF a été créée en 2012 et fonctionne depuis sept ans dans le cadre de Radio Free Asia. En 2019, la FTO est devenue une organisation indépendante à but non lucratif, bien qu’elle soit financée par l’argent des contribuables américains par l’intermédiaire de l’USAGM.

Les accusateurs ont appelé les hauts fonctionnaires de l’USAGM qu’il avait licenciés à témoigner contre Pack. Le plus empoisonné, Grant Turner, ancien chef financier de l’USAGM, a révélé : “La FTO apporte son soutien aux manifestants dans de nombreux endroits, partout dans le monde… Ce sont les outils de la FTO qui protègent l’identité des manifestants à Hong Kong ; des manifestants en Iran ; nous l’avons vu à Beyrouth… “Beyrouth ? Malheureusement, Turner n’a pas complété la phrase, nous ne saurons donc pas ce que nous aurions dû voir dans la capitale libanaise récemment dévastée par la méga explosion spontanée.

D’autre part, il est entendu que ce fonds technologique ouvert fournit des “outils de contournement et de formation numérique” aux manifestants. “L’OTF soutient depuis longtemps les efforts en faveur de la liberté de l’Internet et était prête à étendre ses efforts à Hong Kong, a déclaré l’ambassadrice Karen Kornbluh, qui siège au conseil d’administration de l’OTF. Elle avait mis en place une “équipe de réponse aux incidents de cybersécurité” qui analyserait les techniques de surveillance chinoises à Hong Kong. L’équipe partagerait les informations avec les développeurs qui concevraient des applications destinées à être utilisées par les manifestants. “Le gel des fonds a rendu impossible la réalisation de ce projet”. “Et puis l’USAGM a gelé son financement – et l’a fait quelques semaines avant que les nouvelles lois sur la sécurité n’entrent en vigueur”, a déclaré M. Kornbluh, “de sorte que la FTO n’a pu soutenir aucun de ces efforts.

En juin déjà, le magazine Time avait révélé qu’un autre projet de la FTO gelé à zéro était un “fonds de réponse rapide de 500 000 dollars destiné à apporter une aide rapide aux groupes de la société civile, aux manifestants, aux journalistes et aux défenseurs des droits de l’homme”. Selon Time , cette initiative a déjà permis d’effectuer plusieurs paiements à des groupes de Hong Kong depuis le début des troubles civils en juin 2019. Ainsi, l’OTF a non seulement fourni aux chefs de l’insurrection les moyens techniques d’échapper à la surveillance numérique à Pékin, mais a également joué le rôle d’agent payeur.

Il est intéressant de noter que la Révolution des parapluies à Hong Kong s’est éteinte, que les médias ont cessé de l’alimenter et que plusieurs chefs de la révolte étudiante ont tenté de s’échapper sur des hors-bord et autres bateaux de fortune à destination de Taïwan.

Comme Trump a choisi la Chine comme principal ennemi de son agression verbale et de ses tirs, il n’a pas pu donner à Pack l’ordre de manquer de fonds pour l’opération Hong Kong ; en fait, Donald a confié à son ami Pack la responsabilité de l’USAGM après avoir accusé Voice of America de diffuser la propagande chinoise. Il est plus probable, selon Zero Hedge, que ce soit un effet involontaire du pressapochisme impulsif de l’un – Donald aura ordonné de réduire les dépenses – et de l’incompétence de l’autre.

Il est certain que ces dommages colossaux auront grandement renforcé la décision des puissants et mortels ennemis de Trump dans le secteur des services de l’éliminer s’il est réélu.

Génie et stupidité

Que puis-je dire ? Reconnaissez au moins The Donald, un mélange unique, explosif et imprévisible de stupidité et de génie. C’est certainement un coup de génie qu’il se soit déclaré “positif et mis en quarantaine” par Covid : en pleine campagne électorale, il a échappé aux débats, qui peuvent mal se terminer pour lui, et à tout autre risque de perdre dans les sondages. L’absence, d’ailleurs, est très justifiée : ou vous tous qui avez rempli tous les médias de données de la Terreur sur les centaines de milliers de morts que la pandémie a fauchées aux États-Unis et dans le monde, vous qui avez donné des démentis à ceux qui doutaient de la réalité et de la létalité de ce nouveau fléau, oseriez-vous douter que Trump simule la maladie ? La maladie est-elle réelle ou non ? Bien sûr, il est asymptomatique, tout comme Mélanie. Ils s’adresseront aux Américains depuis la cheminée de la Maison Blanche, tendrement unis, sans contestation.