Abu Dhabi, « Fratelli Tutti »: en route vers la fraternité universelle

Les francs-maçons aiment (trop) François. On trouve une énième confirmation de cette connivence catho-maçonnique dans cet article paru dans le dernier numéro de la revue « Hiram » du Grand Orient italien, qui formule un jugement très élogieux sur le Document d’Abu Dhabi – dont on risque de beaucoup reparler à l’occasion de la sortie dans moins de 3 semaines de l’Encyclique, justement sur la Fraternité humaine!, « Fratelli Tutti » . Edward Pentin passe en revue l’article sans commentaires personnels mais en évoquant le Magistère Catholique relatif à la Franc-maçonnerie, encore tout récemment rappelé par Mgr Schneider

La magazine de la franc-maçonnerie italienne défend avec force le document de François sur la Fraternité Humaine

Edward Pentin

Le document sur la fraternité humaine que le pape François et le cheikh Ahmed el-Tayeb, grand imam de l’université d’Al-Azhar, ont cosigné l’année dernière à Abu Dhabi, a reçu une approbation retentissante dans le magazine de la plus grande fraternité franc-maçonnique d’Italie.

Le document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et le vivre ensemble est « novateur » et constitue un « médicament à libération lente » qui pourrait annoncer une « nouvelle ère » et représenter un « tournant pour une nouvelle civilisation », écrit Pierluigi Cascioli, journaliste à Nuovo Hiram, le magazine trimestriel de la loge maçonnique du Grand Orient en Italie.

Il ajoute que le texte « est important à la fois en raison des deux signatures conjointes qui font autorité et pour son contenu ».

Le document de cinq pages « Fraternité humaine » a été salué lors de sa publication comme un effort pour repousser une dérive vers un « choc des civilisations », mais il a également été critiqué pour ses éléments syncrétiques et un passage controversé qui affirme que la « diversité des religions » est « voulue par Dieu ».

Les opposants ont dit que ces mots semblaient contredire la croyance centrale de l’Église selon laquelle la foi chrétienne est la seule religion valide et la seule religion voulue par Dieu par laquelle l’homme peut être sauvé et que Dieu, étant la vérité elle-même, ne peut pas vouloir de fausses religions.

Dans son article, Cascioli conseille de donner au document une « lecture approfondie », et affirme qu’il propose « des valeurs capables de construire un monde meilleur ». Le document, écrit-il, comporte des « pages nobles » qui « devraient être soigneusement examinées » non seulement par les chrétiens et les catholiques, les musulmans et les musulmans sunnites, mais par l’ensemble de l’humanité.

« L’appel à une plus grande fraternité s’adresse à l’ensemble de l’humanité, et même aux cinq milliards de personnes qui ne partagent pas une de leurs deux religions », poursuit Cascioli, ajoutant qu’il estime que l’appel « se fonde à la fois sur les croyances des auteurs du document » et sur celles de quiconque a la capacité de « raisonner ». C’est un « appel à tous », écrit-il, « erga omnes [vers tous] ».

Cascioli se demande combien de personnes au sein de l’Église ou de l’Islam ont lu le document qui, selon lui, donne une impulsion à l’Église et à l’Islam pour « faire plus pour assurer une égalité effective entre les femmes et les hommes ».

Se référant à la préface du document, il demande si sa condamnation de la discrimination et son appel au « respect mutuel » conduiront au « respect des femmes et des hommes qui ont des tendances homosexuelles ou bisexuelles » ?

« Chaque être humain est unique et inimitable », affirme-t-il, et devrait avoir « le droit (ou, mieux, le devoir) de vivre son propre érotisme selon sa propre nature ». Il fait ensuite référence aux nations qui criminalisent l’homosexualité, en particulier dans le monde musulman.

Il se concentre sur le document qui affirme que « Dieu a créé tous les êtres humains égaux en droits, devoirs et dignité » et l’utilise pour critiquer certains catholiques qui font partie d’une noblesse catholique, ou comme le voit Cascioli : « Différent des autres êtres humains dans le sens d’être supérieur aux autres ». Il se demande si les catholiques continueront à « accepter la noblesse catholique » alors que le document d’Abu Dhabi « indique à plusieurs reprises que tous les êtres humains sont égaux en dignité », et spécule même que l’Église pourrait chasser les nobles qui n’acceptent pas un tel égalitarisme.

Il se demande en outre si la structure « monarchique » de l’Eglise est en contradiction avec l’égalitarisme qu’il voit dans le document, et spécule sur la nécessité de « mettre à jour » la doctrine sociale de l’Eglise à la lumière des « valeurs novatrices du document ».

Positions d’avant-garde

Le pape François et le Grand Imam expriment des « positions d’avant-garde », observe-t-il, et il se demande combien de catholiques et de musulmans les suivront. « A quelle distance de leurs ‘bases’ respectives se trouvent les deux leaders ? » médite Cascioli. « Le pape François est loin de sa base, le Grand Imam est très loin de la sienne. »

Mais il préfère adopter une vision à long terme, estimant que le document de la Fraternité humaine est « comme une drogue à libération lente ». Il serait « illusoire de s’attendre à un grand bouleversement immédiat, mais cela pourrait ouvrir une nouvelle ère » [on retrouve le concept d’ouverture de processus, cher à François, ndt], affirme-t-il.
Cascioli affirme que Francis et el-Tayeb ont « construit une piste d’aéroport » pour les valeurs du document, mais pour que le contenu « décolle », il faut une « forte impulsion » qui leur permette de « surmonter la force de gravité ». Les gens doivent avoir le « courage de la fraternité », dit-il, et ainsi « décoller vers un monde meilleur ».

 

S’il est mis en œuvre, il considère le document comme « un tournant pour la civilisation car il ouvrira une nouvelle ère ».
Cascioli passe ensuite en revue ce qu’il appelle les différentes « époques spirituelles », ou couches de civilisation, en commençant par ce qu’il appelle « les religions mythiques pré-chrétiennes » (paganisme) jusqu’au Siècle des Lumières, Martin Luther, la Déclaration d’indépendance des États-Unis, la constitution des Nations unies (qui, selon lui, a été conçue par « le président franc-maçon des États-Unis, Roosevelt », et réalisée par le président Truman, « également franc-maçon »). Il inclut ensuite le Concile œcuménique Vatican II, où l’Église « a cru à nouveau au respect de la liberté de conscience de tout être humain, comme elle l’avait fait au cours des quatre premiers siècles ».

Cascioli voit une grande promesse pour le Document, le comparant à un « champignon sur une prairie » faisant partie d’une « conscience » croissante pour l’humanité, « nourrie par une conscience humaine plus élevée ».

« Les francs-maçons, qui ont la fraternité en leur centre, ne pourront pas éviter de discuter de ce Document », estime-t-il, et il attire l’attention sur la page 4 où l’on souligne l’importance d’ »adopter une culture du dialogue ».

« En appliquant ce principe, les catholiques et les sunnites voudront-ils dialoguer avec les francs-maçons ? » s’interroge Cascioli.


L’Église catholique condamne depuis longtemps la franc-maçonnerie, en soulignant que ses principes sont inconciliables avec la foi catholique, et en enseignant que l’appartenance à la franc-maçonnerie est un « grave péché » qui empêche automatiquement le catholique de recevoir la Sainte Communion.
Le pape Clément XII a décrété en 1738 que ceux qui rejoignaient les francs-maçons étaient excommuniés, bien que depuis le Code de droit canonique de 1983, cette peine ne s’applique plus.

Les rituels maçonniques sont hostiles au catholicisme et un fort anticatholicisme imprègne même la franc-maçonnerie, selon le père William Saunders dans un article publié en 1996 sur le site web d’EWTN.

Certains critiques particulièrement virulents, comme l’évêque Athanasius Schneider d’Astana, au Kazakhstan, pensent également que ses hauts responsables sont impliqués dans le culte de Satan.

« Hélas, en fin de compte, la franc-maçonnerie est proche du satanisme », a-t-il écrit dans son livre-interview de 2019 « Christus Vincit » (traduit en français par Jeanne Smits) . « Tous les groupes maçonniques ne sont pas sataniques, mais les racines sont sataniques et mènent au satanisme dans les plus hauts grades de la franc-maçonnerie ».

Il a noté que le pape Pie VIII, dans son encyclique Traditi Humilitati Nostrae, publiée en 1829, « a donné l’une des définitions les plus succinctes et les plus précises de l’idéologie et du travail de la franc-maçonnerie, en déclarant : ‘Leur loi est la contrevérité, leur dieu est le diable, et leur culte est la turpitude‘ ».

L’évêque Schneider a également souligné qu’un des principes clés de la franc-maçonnerie est de créer le chaos, et à partir de ce chaos, de créer leur propre ordre. De manière significative », a-t-il dit, « l’une des devises idéologiques et stratégiques de la franc-maçonnerie est ‘ordo ab chao‘ [l’ordre à travers le chaos] »

Benoît & moi