La grande machine de propagande progressiste

THE CATHOLIC THING – Par David Carlin

une société stable est composée de personnes qui sont largement d’accord sur certaines “vérités évidentes”. Or, il se peut que ces croyances communes ne soient pas vraiment évidentes, la façon dont, par exemple, la proposition “le tout est plus grand que chacune de ses parties” est évidente. Mais elles sont considérées comme évidentes. Presque personne n’en doute. Et si vous êtes l’une des rares personnes à en douter, les gens vous trouveront au moins très bizarre et peut-être même dangereux. Ils voudront peut-être vous punir pour votre dissidence. Ils voudront peut-être même vous mettre à mort.

Pendant la plus grande partie de l’histoire de l’humanité, ces croyances considérées comme allant de soi ont été le résultat d’une croissance lente et largement spontanée. Mais au XXe siècle, le Parti communiste (PC) en Union soviétique a démontré qu’il était possible de fabriquer un consensus social de manière soudaine et intentionnelle. (Quelque chose de très similaire s’est produit dans l’Allemagne nazie). En URSS, tous les organes de propagande – journaux, magazines, maisons d’édition, films, radio, télévision, écoles, collèges, universités et autres – étaient contrôlés soit par le PC, soit par l’État, qui était à son tour totalement contrôlé par le PC. Seuls les messages approuvés par le PC étaient accessibles au grand public ; toute dissidence politique était effectivement réduite au silence.

Bien sûr, la propagande officielle ne persuadait pas tout le monde. Mais en l’absence de contre-propagande, elle a persuadé un grand nombre de personnes. Quant aux personnes non persuadées, elles étaient généralement assez prudentes pour se taire. Et s’ils étaient si imprudents qu’ils ne le faisaient pas, ils étaient soit abattus, soit envoyés au goulag.

Cette situation ne peut se produire aux États-Unis, car nous ne sommes pas un État à parti unique et nous accordons une grande importance à la liberté d’expression, de pensée, de presse et de religion. En grande partie en raison de notre héritage protestant, nous apprécions le droit de jugement privé ; en d’autres termes, le droit à la dissidence, à penser par soi-même.

Mais si le modèle soviétique (ou nazi) ne peut pas exister ici, quelque chose de semblable peut exister – et existe. Permettez-moi de l’appeler la Grande machine de propagande progressiste (GPPM). Elle est composée d’un certain nombre d’éléments apparemment indépendants : (1) les principaux médias journalistiques, tant imprimés qu’électroniques ; (2) l’industrie du divertissement : cinéma, télévision, musique populaire ; (3) nos principaux collèges, universités et écoles de droit ; (4) la plupart de nos écoles publiques ; (5) les confessions libérales protestante et juive ; (6) le parti démocratique.

Le message de propagande diffusé par ce GPPM est si bien coordonné que certains pensent qu’il y a un appareil de commandement et de contrôle conspiratoire derrière tout le système. Je n’y crois pas moi-même, mais je ne suis pas surpris que beaucoup y croient. Cela donne certainement l’impression d’être contrôlé depuis les coulisses.

Et quel est le contenu de la propagande que le GPPM diffuse auprès du public américain, en particulier auprès des jeunes générations ?

  1. Qu’à l’exception de l’adultère (ou de l’infidélité équivalente), il n’y a rien de moralement mauvais dans les relations sexuelles entre (ou parmi) deux (ou plusieurs) adultes consentants, à condition qu’ils prennent des précautions raisonnables contre les maladies et les grossesses non désirées.
  2. Quant à l’adultère, il n’est pas intrinsèquement mauvais ; il n’est mauvais que dans la mesure où il implique une tromperie et une rupture de promesse. Pour autant qu’il ait lieu avec le consentement exprès ou tacite du conjoint trompé, il est tout à fait acceptable.
  3. L’avortement est moralement irréprochable, et souvent admirable.
  4. Cette conduite homosexuelle est naturelle pour de nombreuses personnes – celles qui sont “nées comme ça”. C’est pourquoi la conduite homosexuelle n’est pas seulement moralement acceptable pour ces personnes, elle est pratiquement obligatoire ; car ce serait une perversion de la nature pour une personne ayant une orientation homosexuelle donnée par la nature (ou par Dieu) de s’abstenir de toute conduite conforme à cette orientation.
  5. Ce mariage homosexuel est une chose splendide, tout aussi splendide que le mariage hétérosexuel.
  6. Que si vous vous opposez à l’homosexualité ou au mariage entre personnes du même sexe, vous êtes un détestable.
  7. Et que si vous vous opposez, non pas parce que vous ressentez personnellement de la haine, mais parce que votre religion vous dit de vous y opposer, alors vous avez une religion de haine.
  8. Qu’un homme/garçon trans est un homme/garçon, et qu’une femme/fille trans est une femme/fille.
  9. Que l’euthanasie volontaire est moralement irréprochable, souvent admirable.
  10. Que l’euthanasie involontaire est moralement inacceptable dans de nombreux cas.
  11. Que toute conduite moralement acceptable ne causant pas de préjudice direct et évident à autrui est acceptable.
  12. Que les États-Unis sont – non seulement dans un passé lointain, mais encore aujourd’hui – un pays profondément raciste ; ils sont et ont toujours été une société “systématiquement” raciste.
  13. Que si vous n’êtes pas d’accord avec la proposition n° 12, vous êtes vous-même un raciste.
  14. Que le policier blanc typique a de forts préjugés contre les hommes noirs, en particulier les jeunes hommes noirs, et qu’il est psychologiquement prêt à harceler ces hommes et même à leur infliger des blessures corporelles.
  15. Que le partisan typique de Donald Trump est au minimum déplorable et au maximum barbare ou fasciste.
  16. Que le christianisme – au moins dans ses formes anciennes, par exemple le catholicisme et le protestantisme évangélique – est une religion dépassée et méchante (comme le laissent entendre les points 1 à 11 ci-dessus).

Combien d’Américains croient réellement les éléments de cette liste de doctrines des GPPM ? Eh bien, la plupart des personnes qui gagnent leur vie au sein du GPPM sont des croyants, ou du moins des demi-croyants – bien que quelques-uns d’entre eux fassent sans doute simplement semblant de croire afin de conserver leur emploi.

De plus, la plupart des jeunes (17-29 ans) sont croyants, surtout ceux qui aspirent à être “cool”. De nombreux dirigeants d’entreprise, en particulier ceux de très grandes sociétés, soit croient aux articles, soit n’y voient aucune objection ; car s’ils s’y opposaient, leurs entreprises feraient l’objet d’une dénonciation publique et peut-être même d’un boycott. Il vaut mieux “acheter une protection” en étant d’accord avec les doctrines et en contribuant financièrement à la cause.

Quant au reste de la population américaine – la plupart d’entre nous sont intimidés. Comme les anticommunistes en Russie (et les antinazis en Allemagne), nous avons décidé que la discrétion est la meilleure partie de la valeur. Nous avons décidé de nous taire et de nous occuper de nos affaires.

Mais comme des millions de personnes l’ont appris sous le communisme et le nazisme, la lâcheté – tôt ou tard – ne vous protégera pas.

*Image : Le matin de notre pays par Fyodor Shurpin, 1948 [Galerie Tretiakov, Moscou, Russie]