Nouvelles allégations d’abus homosexuels contre l’ancien cardinal Theodore McCarrick

INFOVATICANA – Par Carlos Esteban

En attendant le rapport promis (et attendu) de Rome sur Theodore McCarrick, le cardinal américain autrefois puissant, lâché sans procès pour abus homosexuels, une nouvelle inculpation est en cours dans le New Jersey pour pédophilie commise contre lui il y a quarante ans.

L’espoir d’enterrer l’affaire McCarrick avec sa suspension et son enfermement dans une vie de prière et de pénitence n’a jamais eu beaucoup de chance de se réaliser. C’est trop de temps d’impunité, trop de collusion et trop de pouvoir. C’est pourquoi il n’est pas trop surprenant qu’une plainte vienne d’être déposée dans le New Jersey par un homme qui prétend avoir été abusé sexuellement par McCarrick, avec d’autres, entre 1982 et 1983, alors qu’il avait 14 ans.

Selon le New York Daily News, McCarrick a emmené le plaignant et d’autres mineurs le week-end dans une maison de plage de la ville de Sea Girt, où il “a choisi ses victimes parmi les garçons, les séminaristes et le clergé présents.

Dans la plainte, le plaignant affirme que McCarrick, alors évêque de Metuchen, dans le New Jersey, avait prévu des endroits où tout le monde pouvait dormir “et, à ces occasions, les garçons mineurs étaient affectés à des chambres différentes et jumelés avec des membres adultes du clergé.

La victime présumée, aujourd’hui âgée de 53 ans, a également dénoncé l’archidiocèse de Newark, le diocèse de Metuchen et les écoles, instituts et institutions catholiques par lesquels il a passé son enfance dans le New Jersey. Son avocat, Jeff Anderson, a tenu une conférence de presse sur Internet au cours de laquelle il a indiqué que d’autres prêtres “fournissaient” des victimes à McCarrick, aujourd’hui âgé de 90 ans, dans ce qu’il considère comme une “toile” d’abus sexuels dans laquelle sont tombés au moins sept enfants et qui s’est déroulée sur une décennie et à la connaissance de l’Église.

Si cette dénonciation est fondée, la ligne officielle selon laquelle “personne ne savait rien” des agissements du pédophile violet, du moins parmi ses collègues du clergé, est complètement brisée et nous serions face à un tissu de complicités actives et silencieuses qui coïncide avec le réseau des homosexuels et des homosexualistes du clergé américain dénoncé par l’ancien nonce aux États-Unis, l’archevêque Carlo Maria Viganò.