SCHÖNBORN DÉPLORE L’EXODE CATHOLIQUE AUTRICHIEN

par Martina Moyski ChurchMilitant

L’implosion de l’Église fait suite à des décennies d’agitation libérale

VIENNE (ChurchMilitant.com) – L’archevêque de Vienne exprime sa déception de voir un grand nombre de catholiques autrichiens quitter l’Eglise.

Le cardinal Christoph Schönborn a décrit la défection comme “ceux qui tournent silencieusement le dos à l’Église” dans une récente interview aux journaux de l’Église autrichienne publiée par l’Agence de presse catholique (CNA).

Une nouvelle analyse révèle une augmentation de près de 15% d’une année sur l’autre de ceux qui tournent le dos à l’Église entre 2018 et 2019. CNA rapporte un total de “67.583 personnes sont parties en 2019, alors que 58.807 sont parties en 2018”.

Malgré ces chiffres, le cardinal a minimisé la perte, en disant “Mais cela fait partie de la liberté religieuse”, a-t-il déclaré. “Nous ne sommes pas une communauté obligatoire. C’est la liberté que Dieu nous a donnée”.

Il n’a pas non plus exprimé d’inquiétude sur les conflits qui font actuellement rage dans l’Eglise, affirmant qu’ils étaient “normaux parce que les gens ont des modes de vie différents, des habitudes culturelles et religieuses de base différentes”, selon l’interview.

Schönborn a prédit qu’un schisme formel dans l’Eglise était peu probable, notant qu’il avait entendu dire que l’Eglise était sur le point de se diviser depuis un demi-siècle, mais “cela n’est pas venu parce que les forces de l’unité sont plus fortes”.

Position pro-LGBT
Les critiques notent cependant que les propres politiques du cardinal – et sa négligence des catholiques traditionnels parmi son troupeau – ont alimenté le déclin du nombre de catholiques autrichiens.

Par exemple, Schönborn est connu pour sa position pro-LGBT – caractérisée par son soutien aux représentations de drag queens à l’intérieur de la cathédrale Saint-Étienne de Vienne.

Lors d’un de ces événements, le concert de bienfaisance pour le sida “Believe Together” en novembre 2019, la drag queen Conchita Wurst, également connue sous le nom de Tom Neuwirth, a chanté avec une chorale, accompagnée par l’orgue à tuyaux de l’événement. Le militant homosexuel Gery Keszler, organisateur du concert, a déclaré que Schönborn avait invoqué en privé une bénédiction sur sa relation avec sa partenaire de même sexe.


Schönborn soutient également l’ordination des femmes, en contradiction avec l’enseignement de l’Église et la Tradition.


De nombreux fidèles catholiques ont été stupéfaits par l’événement. L’archevêque Carlo Maria Viganò, par exemple, a réagi en le qualifiant de “provocation homoérotique et blasphématoire”.

Image
Cdl. Christoph Schönborn et Gery Keszler
“Nous avons vu l’idolâtrie pénétrer dans le Temple de Dieu et revendiquer le culte dû exclusivement au Dieu vivant et véritable”, a-t-il déclaré, faisant le lien entre le concert “Croire ensemble” dans la cathédrale Saint-Étienne et l’apparition de l’idole Pachamama dans les églises lors du synode amazonien du Vatican en octobre 2019.

Schönborn a également ignoré l’enseignement de l’Église sur l’homosexualité en 2018 lors de la réunion mondiale des familles, où il a applaudi les unions homosexuelles actives.

“Quand ils partagent leurs joies et leurs souffrances, ils s’entraident”, a-t-il déclaré. “Il faut reconnaître que cette personne a fait un pas important pour son propre bien et celui des autres”, en référence à l’incursion d’une personne dans la vie homosexuelle.

Soutien à l’ordination des femmes
Schönborn soutient également l’ordination des femmes en contradiction avec l’enseignement de l’Église et la Tradition.

Image
Abbé Franz Lackner de Salzbourg
Au début de cette année, le prélat autrichien a mis en avant la question de l’ordination et du diaconat des femmes, alors même que la pandémie du virus de Wuhan faisait rage dans le monde entier.

Lors d’une heure de presse à la télévision nationale autrichienne le 22 mars, M. Schönborn a déclaré que “la question du rôle des femmes dans l’Église” reste “ouverte”, qualifiant “l’invisibilité des femmes dans l’Église” d’apparentée à une “blessure”.

Le cardinal a ajouté qu’il s’inquiète de la domination des hommes dans toutes les religions du monde, s’interrogeant sur ce que cela pourrait signifier au vu des changements globaux de la société. “Comment les religions vont-elles gérer cela ?” a-t-il demandé. “Nous devons nous poser cette question.”

“L’Église n’a aucune autorité pour conférer l’ordination sacerdotale à des femmes et ce jugement doit être tenu définitivement par tous les fidèles de l’Église”, a écrit le pape Jean-Paul II dans l’Ordinatio Sacerdotalis en 1994.

Agé de 75 ans, M. Schönborn termine cette année son mandat de 22 ans à la tête de la conférence des évêques catholiques autrichiens.

Son successeur, l’abbé Franz Lackner de Salzbourg, âgé de 63 ans, devrait poursuivre l’abandon radical de l’enseignement de l’Église par Schönborn et gérer le déclin de l’Église autrichienne. Au début de l’année, Lackner a commandé et publié un livre jetant les bases d’une “bénédiction” officielle des couples de même sexe.