LES CATHOLIQUES DE MALTE CRITIQUENT LES ÉVÊQUES POUR LEUR LÂCHETÉ

par Philip Beattie • ChurchMilitant

Le groupe demande également de consacrer l’île à Jésus et Marie

L’organisation laïque catholique maltaise Pro Malta Christiana a publié un manifeste payant d’une page entière dans l’édition du 21 juin de l’hebdomadaire Malta Independent du dimanche.

Image
Arch Charles Scicluna

L’article dénonçait les restrictions imposées par l’État et l’Église sur la réception des sacrements à Malte (qui étaient en place pour une période de trois mois, à partir du 12 mars), qui ont été levées par les évêques maltais récemment, le 14 juin.

Tout en rendant grâce à Dieu, le groupe de laïcs catholiques a posé un certain nombre de questions concernant la nécessité de priver les catholiques des îles maltaises des grâces des sacrements.

Le groupe s’est demandé pourquoi les services religieux n’étaient pas jugés “essentiels” par l’église ou l’État à Malte, surtout lorsque l’enseignement catholique est clair que la santé de l’âme prime sur la santé du corps.


Le manifeste s’interroge sur les raisons pour lesquelles l’Église maltaise a accepté le diktat du gouvernement socialiste imposant la fermeture des églises.


La raison invoquée par l’archevêque de Malte Charles Scicluna pour la fermeture des églises à l’échelle nationale était une “charité” laconique. Mais le manifeste de Pro Malta Christiana souligne à juste titre que la charité consiste avant tout à assurer l’accès aux sacrements – en particulier en temps de crise.

Le groupe a souligné l’attitude proactive d’un cardinal archevêque renommé de Milan – Saint Charles Borromée – lorsque la peste a éclaté dans la ville en 1576, en la juxtaposant à celle des autorités ecclésiastiques locales contemporaines. Malgré la virulence et l’omniprésence de la peste, le grand saint a insisté sur les cérémonies religieuses publiques et les processions pénitentielles, ce qui contraste fortement avec l’attitude adoptée par les autorités ecclésiastiques dans la plupart des pays (y compris Malte) lors de l’épidémie de COVID-19.

Image

Notant que Malte est officiellement une nation laïque avec une séparation complète de l’Église et de l’État, le manifeste s’interroge sur les raisons pour lesquelles l’Église maltaise a accepté le diktat du gouvernement socialiste maltais imposant la fermeture d’églises alors que l’Église est soi-disant “libre” dans toutes les questions sur lesquelles elle a une compétence exclusive.

Dans l’article, Pro Malta Christiana estime que la séparation entre l’Église et l’État s’est avérée être une imposture à Malte, ne servant qu’à donner du pouvoir à un État omnipotent aux dépens de la liberté de l’Église.


La séparation entre l’Église et l’État s’est avérée être une imposture à Malte.


En effet, selon le groupe, l’expérience vécue contredit les affirmations constantes des politiciens maltais selon lesquelles Malte est un pays avec une Église libre. Le manifeste demande explicitement pourquoi les évêques maltais n’ont pas pris de mesures de sécurité sanitaire plus modestes au cours des trois mois précédents, et ont plutôt eu recours à la “décision radicale” de fermer les églises de Malte et de son île soeur, Gozo – une décision qui a été acceptée avec la “résignation” des catholiques maltais.

Image
Le coronavirus a fermé des églises à Malte

Le manifeste, bien que respectueux, a placé les évêques maltais dans une position difficile. Il sollicite des réponses sur le verrouillage par les autorités ecclésiastiques de la nation à la lumière des restrictions “prudentielles” en matière de santé (par exemple, masques faciaux, utilisation de désinfectants, contrôle de la température et autres mesures imposées à tous les lieux de culte catholiques maltais) qui ont été mises en place avec la levée de l’interdiction des cultes publics le 14 juin.

En réponse à la confusion et à la crise atmosphérique causées par la pandémie COVID-19, le manifeste de Pro Malta Christiana se conclut par un appel “filial et respectueux” à l’épiscopat maltais pour qu’il consacre publiquement les îles maltaises au Sacré-Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie – en présence des fidèles – ce mois-ci, le mois du Sacré-Cœur.