LE VATICAN SALUE LE BLM COMME « NON VIOLENT »

par Jules Gomes ChurchMilitant

L’archevêque africain salue la lutte de BLM contre le racisme

Vatican News fait l’éloge de Black Lives Matter (BLM) comme étant un “mouvement dédié à la désobéissance civile non-violente par le biais de protestations contre les violences policières dirigées contre les personnes noires ainsi que contre toutes les formes de racisme”.

“Le mouvement a commencé en 2013 avec l’utilisation du hashtag #BlackLivesMatter sur les médias sociaux”, a déclaré mercredi le service d’information officiel du Saint-Siège, fournissant le contexte pour les commentaires du président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), l’abbé Marcel Utembi Tapa, qui a déclaré qu’il “se félicitait de la lutte contre le racisme menée par le mouvement Black Lives Matter”.

Image
Les médias du Vatican saluent l’initiative “Black Lives Matter
“Aujourd’hui, Black Lives Matter s’est décentralisé en un réseau plus large et mondial de mouvements militant contre la violence policière envers les minorités, la militarisation de la police ainsi que contre le racisme systémique dans le monde entier”, a rapporté Vatican News.

Les médias du Vatican n’ont fait aucune référence à l’implication du BLM dans les émeutes, à sa campagne visant à “défaire la police” ou aux objectifs du mouvement de “perturber l’exigence de structure familiale nucléaire prescrite par l’Occident”, comme cela est explicitement indiqué sur la page “Ce que nous croyons” du site web du BLM.

Le BLM se déclare également déterminé à “démanteler les privilèges des cisgenres”, à être pro-transgenre et à “affirmer queer” : “Lorsque nous nous réunissons, nous le faisons dans l’intention de nous libérer de l’emprise de la pensée hétéronormative, ou plutôt de la croyance que tous les gens dans le monde sont hétérosexuels (à moins qu’ils ne révèlent le contraire)” – un programme en contradiction flagrante avec l’enseignement catholique sur la sexualité et la famille.

“Il est ridicule que le Vatican prétende que Black Lives Matter est un mouvement non-violent”, a déclaré l’homme politique britannique David Kurten à Church Militant. “Ils sont, au mieux, naïfs – et au pire, complices – en faisant l’autruche et en ignorant sa véritable nature, radicale et marxiste”.

Kurten, membre de l’Assemblée de Londres et candidat au poste de maire de Londres, a déclaré : “Les manifestations de rue du BLM/Antifa ont été caractérisées par la violence et le vandalisme partout où elles ont eu lieu, que ce soit dans les rues de Londres, Seattle, Atlanta ou de nombreuses autres villes”.

Il a souligné que “plusieurs personnes noires ont été tuées par des voyous violents, mais elles ne sont pas mentionnées et ne font pas l’objet d’une indignation sélective de la part des progressistes de gauche que le Vatican semble si désireux d’apaiser et d’imiter”.

L’archevêque Tapa a admis aux Nouvelles du Vatican “qu’il ne connaissait pas très bien les idées de l’organisation [BLM]” et qu’il ne pouvait donc pas “en parler en détail”.

“La réalisation d’un monde pluriel et multiculturel doit être une priorité en ce 21ème siècle”, a souligné Mgr Tapa.


Il est ridicule pour le Vatican de prétendre que Black Lives Matter est un mouvement non-violent. Ils sont, au mieux, naïfs – et au pire, complices – en faisant l’autruche et en ignorant sa véritable nature, radicale et marxiste.


Church Militant a contacté Vatican News – Section anglaise pour l’Afrique pour demander si les médias représentant le pontife avaient l’intention de s’en tenir à son évaluation positive du BLM, malgré le fait que le BLM se présente comme une organisation pro-LGBT et pro-avortement, déterminée à détruire la famille et la civilisation occidentale et n’hésitant pas à recourir à la violence pour atteindre ses objectifs.

Nous avons également attiré l’attention des médias du Vatican sur un rapport spécial des militants de l’Église qui révèle que deux des trois co-fondatrices – Patrisse Cullors et Alicia Garza – s’identifient comme lesbiennes et, contrairement au mouvement des droits civils des années 60, se déclarent “sans aucune excuse féministe, féministe et queer”.

Jusqu’à présent, aucune déclaration du Vatican ni aucun fonctionnaire n’a condamné ou même identifié l’idéologie marxiste anti-catholique qui sous-tend le mouvement BLM.

Au lieu de cela, les évêques ont exprimé leur soutien aux protestations du BLM, le pape Francis ayant passé un coup de fil pour féliciter le Bp. Mark Seitz d’El Paso Texas après s’être agenouillé avec des collègues du clergé en brandissant des pancartes du BLM.

Image
Bp. Mark Seitz avec des collègues du clergé
Le 8 juin, les évêques auxiliaires de Washington Roy E. Campbell et Mario E. Dorsonville ont participé à un rassemblement où un certain nombre de membres du clergé portaient des pancartes BLM.

“Je crois que l’Église doit déclarer explicitement Black Lives Matter”, écrit Olga Segura dans le National Catholic Reporter, un journal de gauche qui prône une relation forte entre l’Église et le BLM.

“Cet alignement ne signifierait pas que l’Eglise deviendrait une institution pro-avortement ou changerait son enseignement sur le mariage, comme de nombreux critiques le pensent s’il y avait une quelconque relation entre l’Eglise catholique et le mouvement Black Lives Matter”, affirme-t-elle.

Kurten a réitéré sa désapprobation de la relation entre la hiérarchie cléricale et le mouvement BLM : “Au lieu de chercher à s’attirer les faveurs des médias de droite, le Vatican devrait se montrer ferme et condamner la violence, la brutalité et l’anarchie qui sont perpétrées dans le monde entier sous le couvert du meurtre de George Floyd.

“A moins qu’ils ne résistent à la vague de marxisme qui tente d’engloutir la civilisation occidentale dans sa destruction culturelle, les primates couchés sur le dos et sans courage tomberont aussi, quand ils viendront pour les églises”, a averti M. Kurten.

Church Militant n’a reçu aucune réponse des médias du Vatican au moment de la mise sous presse.

CatégoriesUSA