Le Forum économique de Davos utilise le coronavirus pour promouvoir l’homosexualité et la théorie du genre

MPI – Un article publié par le Forum économique mondial, organisation non gouvernementale basée à Davos, en Suisse, qui comprend des centaines de grandes entreprises, a fait valoir qu’une meilleure inclusion des personnes transgenres et homosexuelles “est le secret du succès post-pandémique des villes”.

«Il existe de plus en plus de preuves que les villes LGBT + inclusives ont des « écosystèmes d’innovation » plus forts, des niveaux plus élevés d’entrepreneuriat, et qu’elles sont mieux en mesure d’attirer des talents et de fournir une qualité de vie élevée – ce qui les rend bien placées pour la reprise économique», affirme cet article du Forum économique mondial. “Une nouvelle analyse de la résilience économique offre un indice potentiel sur lequel les économies pourraient être en mesure de récupérer plus rapidement : l’inclusion LGBT + est corrélée à la résilience de l’économie d’un pays.”

«L’analyse d’Open For Business, une coalition d’entreprises faisant progresser l’égalité LGBT +, montre une forte corrélation positive (0,67) entre la résilience d’une économie et l’acceptation des personnes LGBT +», a écrit Jon Miller, qui se trouve être le fondateur d’Open For Business.

Un examen plus approfondi de l’ analyse donne une image différente.

Les villes répertoriées comme ni «inclusives» ni compétitives sont, entre autres, situées en Iran, au Maroc, au Qatar, en Indonésie et en Biélorussie. Aucun de ces États n’est aussi développé sur le plan économique ou aussi stable sur le plan politique que les États-Unis et une grande partie de l’Europe, où les villes ont obtenu les meilleures notes.

L’analyse n’a en fait pas démontré de lien de causalité entre «l’inclusion LGBT +» et la «résilience économique». Les pays ayant la meilleure «résilience économique» selon le classement du Forum de Davos sont ceux qui ont un système économique capitaliste fort comme l’aime le Forum économique mondial.

Ce que nous dit le Forum économique mondial, c’est donc qu’ultra-capitalisme et promotion LGBT font bon ménage.

«La Banque mondiale décrit les « communautés inclusives » comme une dimension clé des villes durables et résilientes», a écrit Miller. «L’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques] identifie la« société inclusive »comme un moteur de résilience dans une ville. Le FMI [Fonds monétaire international] soutient qu’une économie est «plus fragile et moins résiliente lorsqu’elle n’est pas inclusive». Un rapport de l’ONU [Nations Unies] Habitat constate que l’inclusion est nécessaire pour un «programme de résilience urbaine réussi». »

Le Forum économique mondial a par ailleurs consacré une section entière de son site Web au «Mois de la fierté 2020», entendez par là le mois des défilés LGBT à travers l’Occident décadent.

En janvier 2019, plusieurs sociétés, dont MasterCard et Microsoft, avaient lancé un «Partenariat pour l’égalité LGBTI» lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial, visant à recruter au moins 100 autres sociétés d’ici 2020. Au moment d’écrire ces lignes, 17 sociétés ont suivi, dont Coca-Cola, PepsiCo et Procter & Gamble.

L’objectif officiel est de créer un «cadre de diligence raisonnable» pour aider les entreprises à évaluer leur propre niveau de conformité aux normes des Nations Unies mais aussi d’avoir un impact sur la société dans son ensemble, au niveau mondial, en vue de «l’inclusion» des LGBTI.

Les membres du «Partenariat pour l’égalité des LGBTI» visent à mettre en œuvre «les cinq normes de conduite des Nations Unies pour lutter contre la discrimination à l’égard des personnes LGBTI en fournissant des outils et des ressources aux entreprises pour faire progresser et mettre en œuvre l’inclusion des LGBTI à l’échelle mondiale».

Ils souhaitent également soutenir «les chefs d’entreprise par le biais du Forum économique mondial pour accélérer l’inclusion des LGBTI sur le lieu de travail et promouvoir les droits de l’homme pour tous», ainsi que promouvoir «les meilleures pratiques et les références pour aider les entreprises à respecter leurs engagements et leurs responsabilités en matière d’égalité mondiale des LGBTI».

Le coronavirus est prétexte à une offensive des mondialistes pour accentuer leur travail de sape de la société par la promotion de la subversion LGBTQI et des revendications mortifères. Avant de pousser l’idéologie de genre au milieu de la pandémie de coronavirus, les militants de l’avortement avaient tenté d’ exploiter la crise sanitaire pour exiger un accès plus facile aux avortements chimiques, également connus sous le nom de pilule abortive.

Vingt procureurs généraux des États-Unis ont soutenu fin mars que la stratégie d’évaluation et d’atténuation des risques (REMS) pour la pilule abortive crée «des retards inutiles pour les femmes qui ont besoin d’accéder à des soins de santé sensibles au facteur temps», mettant les femmes en danger en les «forçant» à se rendre à un état où les avortements n’ont pas été suspendus.

«Ces femmes se mettent elles-mêmes et leurs familles en danger lorsqu’elles recherchent les soins de santé dont elles ont besoin, et le gouvernement fédéral doit veiller à ce que, peu importe où elles vivent, elles puissent continuer de recevoir des soins d’avortement nécessaires, sûrs et légaux. . “

En réponse, 159 membres pro-vie de la Chambre des représentants des États-Unis et du Sénat ont appelé Stephen Hahn, commissaire de la Food and Drug Administration (FDA), “à continuer d’appliquer vigoureusement” le REMS en raison du risque pour la mère. pendant la procédure d’avortement.

Le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, avait évoqué la pandémie de coronavirus en relation avec l’action politique sur le changement climatique, cette fois lors d’une levée de fonds le 23 avril.

Le coronavirus sert aussi de prétexte au soi-disant antiracisme, qui se révèle de plus en plus comme un racisme anti-Blancs. Edward-Isaac Dovere, qui écrit pour The Atlantic , a cité Biden comme disant : «COVID met en lumière le racisme structurel qui sévit dans nos lois, nos institutions et notre culture. Et c’est un signal d’alarme, un signal d’alarme pour agir face au changement climatique en général et à la justice climatique. »

Auparavant, Biden avait identifié la reprise nécessaire après la pandémie de COVID-19 comme une «opportunité» de «changer fondamentalement la science relative au réchauffement climatique».

Bref, pour les mondialistes, le coronavirus est la justification de tous leurs délires révolutionnaires.