Mgr Viganô: Des dictatures surgissent parce qu’il n’y a pas assez de voix qui s’y opposent

LIFESITENEWS – MAIKE HICKSON

L’archevêque répond à un rabbin qui a été «choqué» par son appel mettant en garde contre le gouvernement un monde

L’archevêque Carlo Maria Viganò a répondu à un rabbin allemand, Jehoschua Ahrens, qui a qualifié de “choc” l’appel de Viganò concernant la crise de la couronne et ses dangers pour les libertés constitutionnelles, ajoutant qu’il était heureux que les évêques allemands aient pris leurs distances par rapport à cette crise.

Le prélat italien s’est défendu en publiant l’appel du 7 mai, en déclarant “Je pense qu’il est du devoir de chacun d’entre nous d’exprimer nos préoccupations face à une situation qui, profitant de la crise de Covid, va bien au-delà des mesures de sécurité raisonnables, imposant à des nations entières la privation des libertés constitutionnelles”.

L’archevêque Viganò a averti que l’histoire allemande récente a beaucoup à apprendre sur la montée d’une “dictature infernale” à laquelle peu de gens s’opposaient et dénonçaient à l’époque où elle se produisait.

“Il fut un temps où, avec l’obéissance des masses, une dictature infernale a commis un crime très grave, se rendant responsable de la déportation et de la mort de millions d’innocents, uniquement en raison de leur foi et de leur lignée”, a-t-il déclaré.

“Même à cette époque, les grands médias faisaient l’éloge des personnes au pouvoir et gardaient le silence sur leurs crimes ; même à cette époque, les médecins et les scientifiques prêtaient leurs travaux à un plan de domination illusoire ; même à cette époque, ceux qui osaient élever la voix étaient accusés de “théories de conspiration”. Il a fallu attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour découvrir avec horreur la vérité sur laquelle beaucoup étaient restés silencieux jusqu’alors”, a-t-il ajouté.

L’archevêque a averti que ceux qui aujourd’hui “délégitiment” l’Appel comme une expression de “théories de conspiration” ne “réalisent pas les dangers réels auxquels toute la famille humaine est exposée”.

“Mais je suis certain que tant les catholiques que tous les hommes de bonne volonté – et parmi eux je pense pouvoir inclure les enfants d’Abraham – ont à cœur la plus grande gloire de Dieu, le respect de la dignité des individus et les libertés des peuples”, a-t-il déclaré.

Les critiques du rabbin Ahrens concernant l’appel de Viganò ont été rapportées le 20 mai par Katholisch.de, le site officiel d’information des évêques allemands. Les paroles originales du rabbin sont apparues pour la première fois dans le journal Jüdische Allgemeine.

Katholisch.de a notamment mis en évidence les propos suivants du rabbin concernant les prétendues “théories du complot” :

“Nous savons depuis un certain temps qu’il y a des gens dans les églises qui adhèrent à de telles théories. Mais maintenant, elles ont le courage d’exprimer ces opinions encore plus ouvertement”.

Tout en soulignant la bonne collaboration avec l’Église catholique en Allemagne, Ahrens souligne qu’il existe encore une “minorité” parmi les catholiques en Allemagne qui ont des théories de conspiration. Tout en insistant sur le fait que les Juifs eux-mêmes sont moins “enclins aux théories du complot”, il déclare que “nous savons, après tout, qu’en général ces théories nous concernent”.

Tout en rejetant l’idée que Dieu nous punisse avec cette crise de la couronne, le rabbin Ahrens souligne que “c’est une intention des juifs : transformer un négatif en positif, transformer une malédiction en bénédiction”, c’est-à-dire tirer les leçons de cette crise.

La réponse de l’archevêque Viganò au rabbin n’a été que partiellement couverte par Katholisch.de (en ajoutant un lien vers la lettre complète seulement à la fin du courrier), bien que l’archevêque ait demandé que sa lettre soit publiée dans son intégralité. Katholisch.de n’a même pas mentionné qu’ils avaient reçu la lettre du prélat italien avec cette demande. LifeSiteNews est heureux de fournir la lettre complète ci-dessous.

L’appel Viganò du 7 mai – qui a également été signé par les cardinaux Gerhard Müller, Joseph Zen et Janis Pujats, ainsi que par les évêques Athanasius Schneider et Joseph Strickland – avait remis en question la réaction mondiale de verrouillage et de fortes restrictions des libertés des citoyens comme mesures contre l’épidémie de coronavirus.

Les signataires de cet Appel, parmi lesquels figurent également des journalistes, des experts et d’autres membres du clergé, ont montré leur inquiétude pour l’Eglise et le monde, en constatant que la pandémie de COVID-19 est utilisée comme “prétexte” par les dirigeants mondiaux pour “contrôler” les gens, les dépouiller de leurs droits fondamentaux, tout en fournissant un “prélude inquiétant à la réalisation d’un gouvernement mondial échappant à tout contrôle”. Ils ont également rappelé au public la liberté de l’Église catholique qui “affirme fermement son autonomie pour gouverner, prier et enseigner”, précisant ainsi que l’État n’a pas le pouvoir de décider de la fermeture d’églises. À ce jour, plus de 51 000 personnes ont signé ce document.

***

Lettre complète de l’archevêque Viganò en réponse au rabbin Ahrens :

Cher Rabbin Ahrens,
Comme j’ai été critiqué pour mon Appel pour l’Eglise et le monde, je demande à Katholisch.de de me donner la permission de vous répondre.
Je dois vous dire, Dr. Ahrens, que je ne suis pas un peu surpris par vos paroles : “Nous savons depuis un certain temps qu’il y a des gens au sein des églises qui adhèrent à de telles théories. Mais maintenant, elles ont le courage d’exprimer ces opinions encore plus ouvertement”.

Je pense qu’il est du devoir de chacun d’entre nous d’exprimer nos préoccupations face à une situation qui, profitant de la crise Covid, va bien au-delà des mesures de sécurité raisonnables, imposant à des nations entières la privation des libertés constitutionnelles : cela n’a peut-être pas été le cas en Allemagne, mais cela s’est certainement produit dans de nombreux pays.

Je vous demande, cher Rabbin Ahrens : à votre avis, est-il encore permis de s’exprimer librement, ou y a-t-il des sujets qui ne peuvent plus être discutés de manière civile ? Si vous pouvez exprimer votre désaccord avec le contenu de l’appel, pourquoi les “personnes au sein des églises” ne pourraient-elles pas s’exprimer librement, elles aussi ? Et pourquoi pensez-vous qu’il faudrait “avoir du courage” pour le faire, comme s’il s’agissait de simples divagations sans aucune référence à la réalité ?

Rejeter ces préoccupations – qui ont d’ailleurs été exprimées par des personnalités réputées – comme des “théories du complot” ne me semble pas une attitude constructive : surtout si l’on n’a pas le mérite de réfuter ce qui est considéré comme faux. Je vous demande donc : en quoi, précisément, êtes-vous en désaccord avec le texte de l’appel ? Qu’est-ce qui, dans l’Appel, représente pour vous un “choc” ?

Croyez-moi : Je n’aurais jamais pensé que l’Appel pouvait vous offenser ; d’autre part, pourquoi un rabbin lui-même devrait-il se sentir critiqué alors qu’il est maintenant question du Nouvel Ordre Mondial ? Le Messie qu’Israël attend est Rex pacificus, Princeps pacis, Pater futuri saeculi [Roi de la Paix, Prince de la Paix, Père du monde à venir] : pas un tyran sans morale qui domine le monde en soumettant les hommes comme des esclaves. Cela s’applique plutôt à l’Antéchrist.

Venons-en maintenant à la signification spirituelle de Covid. Dans l’Ancien Testament, il existe de nombreux exemples de châtiments envoyés par Dieu au peuple élu, et les prophètes ont maintes fois averti les Juifs d’abandonner l’idolâtrie, de ne pas se contaminer avec les païens, et de rester fidèles au seul vrai Dieu. Je rappelle ici les paroles du prophète Jérémie, après l’incendie de Jérusalem par les troupes babyloniennes en 585 avant J.-C. : “Ses adversaires ont pris le dessus, ses ennemis prospèrent ; car le Seigneur l’a affligée pour ses innombrables péchés” (Lam. 1:5).

Cette vision, que l’Église du Christ partage, nous montre un Dieu juste et miséricordieux, qui récompense les bons et punit les méchants ; qui, comme un Père aimant, punit aussi ses enfants désobéissants, pour les ramener à suivre sa sainte Loi. Pour cette raison, “transformer le négatif en positif, transformer une malédiction en bénédiction” est réalisé en reconnaissant que l’on a commis un péché, que l’on a rompu l’alliance avec Dieu, que l’on a mérité Ses châtiments. L’épidémie devient alors aussi une occasion de revenir au Seigneur, de l’adorer dans son temple saint, de suivre ses préceptes.

Il fut un temps où, avec l’obéissance des masses, une dictature infernale a commis un crime très grave, se rendant responsable de la déportation et de la mort de millions d’innocents, uniquement en raison de leur foi et de leur lignée. Même à cette époque, les grands médias faisaient l’éloge des personnes au pouvoir et gardaient le silence sur leurs crimes ; même à cette époque, les médecins et les scientifiques prêtaient leurs travaux à un plan de domination illusoire ; même à cette époque, ceux qui osaient élever la voix étaient accusés de “théories du complot”. Il a fallu attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour découvrir avec horreur la vérité sur laquelle beaucoup étaient restés silencieux jusqu’alors.

Je suis sûr que ceux qui, aujourd’hui, délégitiment l’Appel comme expression de “théories du complot” ne se rendent pas compte des dangers réels auxquels toute la famille humaine est exposée. Mais je suis certain que tant les catholiques que tous les hommes de bonne volonté – et parmi eux, je pense pouvoir inclure les enfants d’Abraham – ont à cœur la plus grande gloire de Dieu, le respect de la dignité des personnes et des libertés des peuples. Beatus populus, cujus Dominus Deus ejus (Ps 143, 15).

+ Carlo Maria Viganò, archevêque, nonce apostolique

22 mai 2020, Fête de l’Ascension de Notre Seigneur

Traduction par le Dr. Maike Hickson de LifeSite