La franc-maçonnerie italienne applaudit les initiatives interconfessionnelles de la « fraternité » du Vatican

INFOVATICANA – par Carlos Esteban

Le Grand Orient d’Italie a consacré un article de l’organe maçonnique Nuovo Hiram à l’initiative papale de “fraternité entre les religions”, qui coïncide avec la journée interreligieuse de jeûne et de prière appelée de Rome contre le coronavirus.
“La fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune ; un document novateur et prometteur avec deux signatures autorisées, celles de ‘Pontifex_it’ et du Grand Imam Ahamad al-Tayyeb”, lit le commentaire publié par le Grand Orient d’Italie sur son compte Twitter, ‘GrandeOrienteit’. #Massoneria #Culture.

Ce n’est pas la première fois dans ce pontificat que les maçons – membres de la société qui a fait l’objet d’un plus grand nombre de condamnations papales – applaudissent les initiatives du Vatican, et en particulier celle de la “fraternité interreligieuse”. La Grande Loge d’Espagne l’a fait en janvier dernier, assurant que “tous les Maçons du monde se joignent à la pétition du Pape pour la “fraternité entre les personnes de religions différentes”.

Les mouvements de rapprochement mutuel entre la Franc-maçonnerie et l’Église ont été nombreux sous ce pontificat, bien que la condamnation officielle des catholiques contre l’appartenance à la société secrète, qui jusqu’au pontificat de Saint Jean-Paul II entraînait l’excommunication automatique, latae sententiae, n’ait pas été levée.

Dans cet essai, Pierluigi Cascioli se concentre sur le document d’Abou Dhabi, d’où est né le Haut Comité qui a demandé la journée de jeûne et de prière du 14 mai. L’auteur maçonnique affirme, comme l’a déclaré Edward Pentin du Vatican, qu’il s’agit d’une “drogue à effet retard” qui pourrait annoncer une “nouvelle ère” et représenter un “tournant pour une nouvelle civilisation”.

Cascioli insiste sur le fait que, logiquement, pour remplir la promesse de ce document égalitaire, l’Église devra procéder à de profondes réformes doctrinales et morales, ainsi qu’à des réformes de la structure ecclésiale, mais il est convaincu que l’initiative elle-même est un premier pas vers cette transformation intégrale qui libérerait le catholicisme des dogmes et de sa structure hiérarchique.

L’Église a toujours soutenu que les principes de la franc-maçonnerie sont incompatibles avec la foi catholique, et le fait d’y appartenir reste un “grave péché” qui empêche la réception de la Sainte Eucharistie.

L’historien Alberto Bárcena, de l’Université San Pablo-CEU, a écrit plusieurs ouvrages dans lesquels il expose le caractère luciférien de la franc-maçonnerie sous toutes ses formes acceptées.