La Pâque du cardinal Pell. Avec les commentaires des cardinaux Ruini et Müller

« C’est que je désire par-dessus tout, c’est de célébrer une messe », a déclaré le cardinal George Pell à peine retourné en liberté après avoir passé plus de 400 jours en prison, dans un entretien exclusif à Catholic News Agency.  « La Semaine Sainte est le temps le plus important dans l’Eglise et je suis particulièrement heureux que le jugement soit arrivé à ce moment.  Le triduum pascal, tellement central pour notre foi, sera encore plus précieux pour moi, cette année ».

Le cardinal (sur la photo de Quinn Rooney pour Getty Images alors qu’il quitte la prison de Barwon) a déclaré avoir reçu un nombre « bouleversant » de messages depuis l’Australie et du monde entier.

En effet, ce 7 avril, jour du Mardi saint, certains cardinaux se sont publiquement réjouis de son acquittement.

En Italie, le cardinal Camillo Ruini a déclaré à l’ANSA :

« Je suis très heureux de l’acquittement du cardinal George Pell des accusations de pédophilie.  Je suis lié à lui par une amitié profonde et une grande estime.  Je n’ai jamais douté de son innocence, aujourd’hui enfin reconnue.  Pell est un authentique témoin de Jésus Christ qui a payé très chèrement sa fidélité au Seigneur et à l’Église.  Son exemple de courage et de générosité est une lumière pour toute l’Église ».

Depuis l’Afrique du Sud, le cardinal Wilfrid Napier a tweeté un « Deo gratias! »

Depuis l’Allemagne, le cardinal Gerhard Müller a quant à lui déclaré à LifeSite News :

« Maintenant que le cardinal Pell est à nouveau libre, en cette Semaine Sainte, nous nous rappelons le Christ qui « dans la souffrance, nous a laissé un modèle : ‘insulté, il ne rendait pas l’insulte mais il s’abandonnait à Celui qui juge avec justice.’ (1 Pierre 2, 21-23) ».

Il a poursuivi en disant : « Même si les ennemis de l’Église ont longtemps triomphé, en tordant ouvertement la loi en leur faveur, le cardinal Pell et tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi s’en sont remis au Dieu de la justice.  Même si les persécuteurs de l’Église raillent notre espérance en la justice céleste, ils ne pourront pas se soustraire à leurs responsabilités au jugement dernier ».

Et il a conclu : « Beaucoup sont à présent en train de prier pour qu’on rende justice au cardinal Pell également devant le tribunal ecclésiastique.  Même si ce ne sont que des humains qui sont à l’œuvre, il s’agit toutefois de personnes qui sont ou qui devraient être plus proches de la justice divine ».

Le cardinal Pell a raconté à CNA qu’il avait appris la nouvelle de son acquittement à la télévision, enfermé dans sa cellule.  « Naturellement, il n’y avait personne avec qui je pouvais en parler.  Mais j’ai senti une grande clameur monter quelque part dans la prison et trois autres prisonniers dans des cellules proches de la mienne ont crié qu’ils étaient contents pour moi. »

Il a vécu son temps en prison comme « une longue retraite », pour réfléchir, écrire et surtout prier :

« La prière a été pour moi une grande source de force pendant tout ce temps, y compris la prière des autres, et je sais incroyablement gré à tous ceux qui ont prié pour moi et qui m’ont aidé pendant toute cette période vraiment difficile ».

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.