CÉLÈBRE EXORCISTE: LES ÉVÊQUES AMÉRICAINS ACCOMMODENT LE PÉCHÉ

par Martin Barillas – ChurchMilitant

Les prélats ne répondent pas si le coronavirus est une punition divine

Réfléchissant à la pandémie mondiale, un prêtre espagnol a accusé certains évêques des États-Unis et d’Europe de ne plus se préoccuper de savoir s’il existe un châtiment divin, alors qu’ils s’accommodent de tout péché, aussi grave soit-il.

Image
Un des nombreux livres du Père Fortea

Le père José Antonio Fortea Cucurull, célèbre exorciste et expert en matière de possession occulte et démoniaque, a déclaré que de nombreuses personnes lui ont demandé si la propagation du virus mortel est une punition divine, une question à laquelle il a tenté de répondre dans une vidéo en ligne.

“Vous savez déjà que j’aime les évêques”, a-t-il dit, “mais si nous interrogeons certains évêques d’Europe centrale et de pays tels que les États-Unis, nous sommes fréquemment confrontés à une tendance à être sympathique à l’égard de tout péché, indépendamment de ce que dit la Bible, au lieu de répondre clairement à cette question : Dieu punit-il ?”

“Etre politiquement correct est souvent préféré à ce que la Bible nous dit : Ne prenez pas ce chemin ; C’est un péché ; C’est une transgression ; Ce n’est pas agréable à Dieu. C’est une abomination”, a expliqué le prêtre.

Il a dit que c’est souvent que beaucoup de gens préfèrent offrir “mille excuses pour que Dieu ne punisse pas, même si la Bible dit à plusieurs reprises que Dieu punit”.

Le père Fortea a rappelé à ses auditeurs la lettre de Saint Paul aux Ephésiens (5:6), qui met en garde les chrétiens contre “la fornication, et toute impureté, ou la convoitise … l’obscénité, ou les propos insensés ou la calomnie, qui ne servent à rien”. Saint Paul a écrit que “ni le fornicateur, ni l’impur, ni le cupide (qui est un serviteur des idoles), n’a d’héritage dans le royaume du Christ et de Dieu”.

Fortea a également rappelé ce que St. Paul a dit à propos de la colère divine : “Que personne ne vous trompe par de vaines paroles. Car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les enfants de l’incrédulité”.


Demandez d’abord le pardon de Dieu afin que sa main soit retenue.


Le prêtre a déclaré que dans le livre de Samuel, Dieu a offert trois options au roi David pour avoir incité à la colère divine : la faim, la guerre et la peste, qui sont des préfigurations de l’Apocalypse.

Ces châtiments historiques, a dit le père Fortea, ont été permis par Dieu et ont un lien avec le péché. “La majeure partie du mal”, a-t-il dit, “est humaine et non naturelle”, ajoutant que “le péché a ses répercussions dans la nature, non pas parce que le péché provoque un tremblement de terre ou un raz-de-marée, mais parce que Dieu a permis qu’il se passe quelque chose qu’il n’aurait pas permis autrement”.

Ce que Dieu dit, a noté l’exorciste, c’est que les mauvaises choses arrivent parce qu’il les permet.

“Dire le contraire serait supposer que les choses se produisent naturellement et que Dieu n’a rien à voir avec elles”, poursuit le père Fortea, “et ce serait comme si Dieu n’avait rien à faire ou que Dieu se limitait à empêcher certaines choses de se produire”.

Dieu a appelé le roi David à construire un autel et à faire un sacrifice en expiation de ses péchés, a dit le prêtre. Quant aux gens modernes, ils doivent “demander d’abord le pardon de Dieu pour que sa main soit retenue”.

En ce qui concerne l’épidémie actuelle, il a déclaré :

Ce n’est pas que Dieu ait directement causé le virus. Le virus a été créé par des moyens naturels, pour des raisons qui sont biologiques. Ce virus aurait pu expirer dans un foyer après avoir infecté 15 personnes, et nous n’aurions jamais connu son existence. Le virus a proliféré parce que Dieu l’a permis. Il ne l’a pas créé. Cette fois, Dieu a permis qu’il prolifère. Il y a peut-être eu d’autres virus de ce type auxquels Dieu a dit : “Non, il ne se répandra pas.”

Cette fois, Dieu a peut-être vu que l’humanité lui a tourné le dos et a donc permis au virus de se répandre pour que nous revenions à Lui, a-t-il dit.

“Maintenant, vous allez voir quelle petite chose vous êtes”, a affirmé le père Fortea, qui a ajouté : “pour que les gens reviennent à Dieu, sinon avec amour, du moins après des châtiments”.


Un Dieu aimant nous envoie des châtiments et des épreuves pour que nous puissions retourner à Dieu.


“Nous avons parfois besoin d’une dure leçon”, a averti le prêtre, “pour comprendre, pour changer.”

Il a souligné qu’il ne se sent supérieur à personne, étant donné qu’il devra également rendre compte de ses propres actes : “Pour celui qui ne croit pas en un Dieu d’amour qui nous protège, le mal qui lui arrive n’a pas de sens. Mais pour nous, il a un sens : C’est une punition ou une épreuve. Parfois, l’homme juste est mis à l’épreuve”.

Un Dieu aimant nous envoie des punitions et des épreuves pour que nous puissions revenir à Dieu, a-t-il expliqué.

L’exorciste, qui est aussi un aumônier d’hôpital qui a oint les mourants du virus de Wuhan, a conclu par cette prière :

Je demande, Seigneur, tant que dure ce fléau, de me donner l’intelligence pour que mes frères et sœurs puissent comprendre. Le monde est comme un livre : Apprends-nous à lire. En fin de compte, le message est clair – la conversion. Tout le reste n’est que vanité. La seule chose qui compte, c’est Dieu.

Le père Fortea est un exorciste actif à Madrid et l’auteur de plus d’une douzaine de romans et de volumes de théologie.