LE PAPE CROIT QUE LE VIRUS CHINOIS EST LA COLÈRE DE LA NATURE

par Kristine Christlieb ChurchMilitant

Le pape François se penche sur l’une des questions théologiques les plus troublantes de tous les temps : Dieu provoque-t-il des catastrophes naturelles et d’autres épreuves pour punir les humains de leurs péchés ? Sa réponse est “Non”.

Image
Dr. Gavin Ashenden

Mais Mère Nature le fait.

Dans une interview sur Skype diffusée à la télévision espagnole, Francis a suggéré que la pandémie mondiale est la réponse de la nature aux péchés écologiques de l’homme : “Dieu pardonne toujours. Nous pardonnons de temps en temps. La nature ne pardonne jamais. Les incendies, les tremblements de terre… la nature intervient pour que nous prenions soin d’elle”.

Certains analystes notent que les remarques du pontife contiennent des enseignements importants – et pas tous utiles. Par exemple, malgré ce qu’affirme le pape, il n’est pas évident que Dieu pardonne dans le cadre de la confession des pécheurs – ou du moins de la repentance contrite – des péchés passés, associée à un objectif ferme d’éviter ces péchés à l’avenir.

Sans ces paramètres catholiques bien connus, la revendication du pape, bien que réconfortante à première vue, finit par échouer. La revendication serait alors le frère jumeau de la croyance du Bp. Robert Barron selon laquelle tous les hommes ont un espoir raisonnable de salut.

En outre, le théologien catholique Gavin Ashenden – un converti de l’anglicanisme – a récemment déclaré à Church Militant que cette position risquait de “transformer Dieu en un thérapeute du 21ème siècle qui ne juge pas en prétendant qu’il ne nous châtie jamais”.

En se référant au premier chapitre de l’épître aux Romains, où le châtiment divin est le résultat de l’apostasie de Dieu due à l’idolâtrie et à des comportements sexuels inversés et pervers, Ashendon dit que nous “faisons de Dieu une figure thérapeutique plutôt qu’un Père connu dans la crainte et reçu dans la miséricorde” et que “le premier approfondit notre tendance innée au narcissisme, un regard vers l’intérieur, tandis que le second dirige plus correctement notre regard au-delà de nous-mêmes dans une adoration plus authentique et une pénitence approfondie”.

Le pape François nous dit également qu’une entité appelée “Nature” contrôle l’univers physique. Cette entité, qui ne se soucie pas de l’humanité, a la capacité de déclencher la colère et d’autres émotions négatives lorsqu’elle se sent menacée par les actions humaines. La croyance en de tels pouvoirs supérieurs a conduit les humains à rechercher l’apaisement de ces faux pouvoirs et à les vénérer.


Votre méchanceté vous châtiera, et votre apostasie vous réprimandera.


Certains des évêques du pape ne sont pas d’accord avec lui.

L’évêque Ramón Castro Castro de Cuernavaca, au Mexique, affirme que le coronavirus est le moyen qu’a Dieu d’empêcher l’homme d’essayer d’être Dieu. Dans son homélie du 22 mars, Mgr Castro a averti : “Dieu ne parle pas, il crie”.

Comme l’a rapporté Gloria.tv, l’évêque a souligné

  • Rien qu’en 2019, il y a eu 50 millions d’avortements alors que les hommes agissent “comme si de rien n’était, proclamant leur pseudo-liberté”.
  • En Hollande et en Belgique, les parents peuvent décider de faire euthanasier leurs enfants. Les enfants peuvent “décider” s’ils veulent être un garçon ou une fille.

L’évêque a souligné le besoin de l’humanité d’être humble devant Dieu, ajoutant : “Hé, tu es fragile, tu es vulnérable. Ni votre succès, ni votre argent, ni votre pouvoir ne vous aideront. Réalisez qui vous êtes. Ne jouez pas à Dieu”.

L’évêque Castro n’est pas le seul à croire au virus chinois. Selon un militant de l’Église, le Cdl Gualtiero Bassetti, président de la Conférence épiscopale italienne, “a concédé que la pandémie peut être interprétée comme un châtiment que nous nous sommes infligé par notre mal et notre rébellion contre Dieu.

Bassetti a cité la première partie d’un verset du prophète Jérémie dans une interview au journal italien de gauche La Repubblica : “Ta méchanceté te châtiera, et ton apostasie te châtiera” (2:19 RSV).