Le vent tourne

Par James Howard Kunstler – Le 9 mars 2020 – Source kunstler.com

A peu près au même moment où la plupart des Américains ont avancé leurs horloges ce week-end, quelque chose de plus important a poussé le monde dans un changement de phase épique, et l’ère moderne, de toute sa puissance, a finalement été balayée, en même temps que cette seule heure d’obscurité perdue. Nous sommes dans un monde nouveau, et une nuit plus tard, sur l’autoroute de l’histoire, le moteur de l’économie mondiale a coulé une bielle. Le chauffeur se tient toujours à côté du véhicule accidenté dans le fossé, se grattant la tête pendant qu’une fumée à l’odeur âcre sort du capot.

On pourrait penser que de tels événements bouleversants pourraient changer le soi-disant récit, mais le New York Times était encore là ce matin avec cet éditorial en première page qui prétend expliquer tous les chagrins de notre époque :

C’est ainsi que sont ces narrateurs, complètement à l’ouest, même si une réalité violente les a frappés à plusieurs reprises sur la tête avec un madrier pendant les semaines qui ont précédé. Non, Dean Baquet, chef de la rédaction du NYT, la transphobie n’explique pas les dilemmes de notre époque, pas plus que la sorcellerie ou la méchanceté des chats noirs n’expliquent les fléaux des années 1300 qui ont mis fin à un chapitre de l’histoire humaine et en ont commencé un nouveau. Cette machine complexe de globalisation n’a jamais imaginé une situation où tant de gens, aux quatre coins du monde, devraient courber l’échine sur place pour attendre l’une des super-armes de Gaïa – bien qu’on ne sache toujours pas si le virus corona vient vraiment d’un hôpital de Gaïa ou des Homo sapiens eux-mêmes, qui sentent soudain le retour de bâton.

Beaucoup de choses nous retombent dessus maintenant, en particulier les patchs, les ajustements et les solutions de contournement que nous avons appliqués au système si fragile pendant que le voyant « vérifier le moteur » clignotait ces douze dernières années. Après l’effroyable dérapage de 2008, on pourrait penser que les gestionnaires de fonds du monde entier ont appris quelque chose sur les dangers d’appuyer sur l’accélérateur lorsque ces voyants clignotent. Malheureusement, les dizaines de milliers de doctorants en économie qui se trouvaient sur la banquette arrière n’ont pas pu trouver autre chose à faire qu’accélérer. Et l’histoire les considérera comme ne valant pas mieux que les prêtres cagoulés des années 1300 qui balançaient leurs encensoirs fumants dans les rues sombres pendant que les citadins infectés empaquetaient leurs morts.

La nouvelle disposition des choses est à notre portée, et plus vite nous nous mettrons au travail, mieux ce sera. Bienvenue dans la « Longue Urgence«  et ses suites, « un monde fait à la main ». Attendez-vous à ce que beaucoup de choses qui cassent, s’arrêtent et tombent en morceaux, ne soient pas réparées et redémarrées. Lorsque la poussière sera retombée sur tout cela, nous découvrirons l’une des principales conditions de la nouvelle ère : nous sommes plus pauvres – une grande partie de ce que nous prenions pour de l’argent, ou des choses qui représentaient de l’argent, étaient factices. L’« argent » lui-même, tel qu’il se manifeste dans les monnaies, peut devenir un concept fuyant, peu crédible. Si c’est le cas, les gens devraient se demander : comment puis-je être utile ou aider les autres autour de moi de manière à augmenter mon propre capital social et à bénéficier, au moins, de la bonne volonté de ces autres personnes, et peut-être même une partie de leur aide ou de leur service en échange du mien ? C’est le début de la construction d’une communauté locale – des gens liés par des obligations, des responsabilités, des devoirs et des récompenses mutuelles.

À quelque chose malheur est bon : cette crise de civilisation avancée frappe au tout début de la saison des plantations. Si vous êtes prudent, vous pouvez commencer immédiatement à prévoir de sérieux efforts de jardinage, si vous vivez dans une partie du pays où cela est possible. J’opterais pour les pommes de terre, les choux, les courges d’hiver et les haricots, car ce sont tous des protecteurs en hiver. Les poussins se vendent maintenant dans les magasins agricoles locaux pour quelques dollars chacun et vous leur serez très reconnaissants pour leurs œufs. Achetez un coq – même s’il peut être pénible – et vous n’aurez plus besoin d’acheter de poussins.

Si vous vivez dans une région du pays où le terrain est accidenté et bien arrosé – comme c’est mon cas – commencez à chercher des sites hydroélectriques locaux qui pourraient éventuellement produire de l’électricité ou faire fonctionner des machines directement à partir de l’énergie hydraulique. Nous aurons probablement besoin de plus de ces machines. Par ici, beaucoup de ces sites sont repérables aux ruines d’usines et de centrales hydroélectriques désaffectées il y a à peine plus d’un siècle. Elles ont été construites à l’origine avec beaucoup moins de puissance que les machines que nous utilisons aujourd’hui, et beaucoup plus d’activité humaine travaillant en groupe. Nous avons oublié à quel point les hommes peuvent être efficaces en travaillant ensemble avec des outils assez simples. Nous étions trop occupés à dévaloriser les hommes ces dernières décennies au nom d’une croisade morale pour effacer les différences « entre les sexes ». Ce deviendra du passé si vite que la tête vous en tournera.

Les grandes villes ne se porteront pas bien si les chaînes d’approvisionnement restent en panne pendant un mois ou plus. Cela devrait aller de soi. Si vous avez des amis ou des parents dans des endroits où l’on peut cultiver de la nourriture, ou dans les petites villes favorablement situées près des terres productives et de l’eau courante, c’est peut-être le bon moment pour commencer à négocier de nouveaux arrangements et à vous y déplacer, si vous le pouvez. Personne ne sait encore à quel point les effets du virus corona vont bouleverser la vie quotidienne dans les semaines à venir. Le potentiel de désordre n’est pas faible, si l’on considère la situation actuelle, du moins en termes de relations commerciales rompues et de flux de biens vitaux. Il semble que nous soyons entrés dans la phase d’enracinement de la crise. Préparez-vous à l’action lorsque vous ne courberez plus l’échine, et que la faim commencera à tirailler.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone