LES CATHOLIQUES ALLEMANDS REPOUSSENT LE « CHEMIN SYNODAL »

par Paul Murano ChurchMilitant

Une pétition appelle à la résistance contre l’hétérodoxie des évêques

BONN, Allemagne (ChurchMilitant.com) – La décision des évêques allemands de remettre en question les enseignements moraux infaillibles de l’Église catholique ne va pas sans résistance en Allemagne. D’éminents catholiques allemands ont maintenant mis le pied à terre contre les tentatives futiles de leurs évêques de changer la doctrine inchangeable sur les questions de sexualité humaine.

Image
Le Cdl Ranier Woelki met en garde contre la voie du schisme

 

Les Allemands ne sont pas étrangers à de tels mouvements dans leur histoire. Au VIe siècle, le clergé allemand s’est révolté contre la doctrine de la foi, et au XXIe siècle, le clergé allemand se révolte maintenant contre la doctrine morale. La première s’est terminée par une véritable révolution qui a créé un grand schisme. Les Allemands fidèles qui ont signé une pétition intitulée “Nous restons catholiques – Un appel à la résistance contre la voie synodale” ne veulent pas qu’une autre grande scission se produise dans l’Église, en recommençant en Allemagne.

Des cardinaux allemands tels que Gerhard Müller, Paul Josef Cordes, Walter Brandmüller et Rainer Woelki ont averti que cette “voie synodale” pourrait provoquer un schisme. Par la suite, un groupe de 21 éminents universitaires, journalistes, militants pro-famille et représentants d’organisations catholiques fidèles allemands se sont publiquement opposés à la voie synodale des évêques allemands en raison de leur désaccord avec l’enseignement catholique sur le célibat, l’autorité cléricale, l’interdiction de l’ordination des femmes, la contraception, la cohabitation, l’homosexualité et la théorie du genre.

Ils voient leurs évêques emportés par les ravages de la révolution sexuelle et sont inspirés à y résister. Ils craignent que le plan de leurs évêques ne “protestantisent” l’Église, sonnant ainsi le glas de l’Église catholique en Allemagne.

La pétition a été rédigée par le professeur Hubert Windisch, prêtre et professeur de théologie pastorale à la retraite de l’Université de Fribourg. Chacun des signataires maintient une bonne réputation parmi les fidèles catholiques en Allemagne. Fribourg et les autres signataires encouragent tous les fidèles catholiques à signer la pétition qui, au moment où nous écrivons ces lignes, compte près de 7 000 noms.

L’appel à la résistance est la première initiative largement laïque émanant de l’Allemagne contre ces développements dans l’Église en Allemagne. Ses signataires déclarent que la voie synodale mène l’Église en Allemagne “vers le bas”. Ils appellent les évêques à quitter ce “chemin” errant.

Avertissement : “Division” dans l’Église
La pétition officielle est adressée aux évêques allemands et cc’d au Pape François. Son paragraphe d’introduction met en garde contre un schisme potentiel : “La première assemblée de la voie dite synodale suscite des inquiétudes, tant dans la forme que dans le fond, quant au fait que l’Église catholique en Allemagne est sur la voie de la division.”


Nous nous opposons à cette voie synodale. Nous restons catholiques.


Les derniers mots de la pétition implorent les évêques d’arrêter la trajectoire de la protestantation de l’Église catholique, qui finirait par détruire sa présence en Allemagne : “Les membres de la soi-disant voie synodale semblent presque passionnés par les projets qu’ils poursuivent, voulant en fin de compte protester l’Église catholique. Ceux qui veulent le faire doivent cependant être conscients que cela détruirait la substance de l’Église catholique. Nous nous opposons à cette voie synodale. Nous restons catholiques”.

Dans sa récente exhortation à la suite du synode d’Amazonie, le pape François n’a pas accepté l’ordination des femmes au diaconat ou l’ordination des hommes mariés à la prêtrise dans le rite latin – au grand dam de la conférence des évêques allemands et d’autres qui espéraient que ce pape romprait avec la tradition catholique. Néanmoins, ces évêques allemands ne se sont pas encore rendus.

Cette “discussion va continuer”.
Le cardinal Reinhard Marx de Munich, chef sortant de la conférence des évêques allemands, a écrit sa propre réponse à l’exhortation du pape. Il voit cela plus comme un ralentisseur que comme une fermeture, et n’est pas convaincu que ces questions soient résolues.

Image
Cdl. Reinhard Marx (CNS/Harald Oppitz, KNA)

Marx a écrit : “Comme on le sait, la majorité des deux tiers des 280 [pères synodaux] du document synodal final a également plaidé pour des exceptions au célibat obligatoire et a stimulé une réflexion plus approfondie sur l’admission des femmes au diaconat. … Cette discussion va se poursuivre”, a insisté Marx.

Le Comité central des catholiques allemands (ZdK), un groupe de laïcs influents qui gère le processus synodal conjointement avec les évêques allemands, a accusé le pape François d’un “manque de courage pour de véritables réformes” dans son exhortation amazonienne.

“Malheureusement”, ont-ils écrit, “il ne trouve pas le courage de mettre en œuvre de véritables réformes sur les questions de la consécration des hommes mariés et des compétences liturgiques des femmes qui sont débattues depuis 50 ans”, ont-ils déclaré.

Ils ont également déploré : “Nous regrettons beaucoup que le pape François n’ait pas fait un pas en avant dans sa lettre. Au contraire, il renforce les positions existantes de l’Église romaine, tant en termes d’accès à la prêtrise que de participation des femmes aux ministères et aux œuvres”.

De plus en plus de laïcs catholiques fidèles s’engagent à combler le vide laissé par le clergé non orthodoxe dans l’Église. Signer cette pétition est une façon pour eux de participer à ce mouvement de charité et de justice.