UN PRÊTRE DU VATICAN RECRUTE DES FRANCS-MAÇONS À LA CURIE

par Jules Gomes ChurchMilitan

La franc-maçonnerie ouverte du P. Weninger confirme l’infiltration de Taylor Marshall

Un membre du personnel administratif du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux utilise sa position pour recruter des francs-maçons dans la Curie romaine, ont révélé des sources bien placées.

Des catholiques indignés ont demandé l’excommunication du père Michael Weninger, après que Church Militant ait rapporté que le clerc du Vatican, un franc-maçon, avait publié un livre de 500 pages affirmant avec défi que les catholiques pouvaient rejoindre une loge maçonnique et “certainement pas” être excommuniés.

Le prêtre autrichien, qui a été démasqué en tant qu’aumônier franc-maçon de trois loges, a lancé sa thèse de doctorat de 500 pages au format populaire Loge und Altar : Über die Aussöhnung von Katholischer Kirche und regulärer Freimaurerei (Loge et autel : Sur la réconciliation de l’Église catholique et de la franc-maçonnerie régulière) mercredi dernier à Vienne, en compagnie du Grand Maître de la Loge autrichienne Georg Semler sur l’estrade.

Image
Le regard maçonnique de la Grande Loge Unie d’Angleterre

 

Weninger a affirmé de manière fallacieuse que la confusion sur la question de savoir si les francs-maçons catholiques sont excommuniés provient d’une contradiction entre le Code de droit canonique de 1983 – qui, selon lui, a supprimé la condamnation de la franc-maçonnerie contenue dans le code de 1917 – et une déclaration accablante de 1983 de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF).

Cependant, un expert en droit canonique a démoli la déclaration de Weninger en la qualifiant de “non-sens”. S’adressant à Church Militant sous la condition de l’anonymat, le canoniste a insisté sur le fait que “le Code de droit canonique de l’Église catholique romaine prévoit toujours qu’une censure d’excommunication pour les francs-maçons est encourue automatiquement (“latae sententiae”) en vertu du canon 1364, par. 1 CIC 1983, car les francs-maçons constituent une secte hérétique et la franc-maçonnerie est universellement un système de croyance hérétique”.

Le canon 1364 §1 dit : “Un apostat de la foi, un hérétique ou un schismatique encourt une excommunication latae sententiae, sans préjudice de la disposition du Can. 194 §1, n. 2 ; un ecclésiastique, en outre, peut être puni des peines mentionnées au Can. 1336 §1, nn. 1, 2 et 3”.

“Cela résulte clairement de la Relatio de la Commission du Code Pontifical publiée en 1981”, explique-t-il.


La franc-maçonnerie vit dans l’Église comme un parasite
sur son organisme hôte.


“Il est absurde de faire référence à l’abrogation de la canette. 2335 CIC 1917 [sur l’affiliation aux sociétés maçonniques ou similaires] comme réhabilitant d’une certaine façon la franc-maçonnerie parce que le can. 1374 punit toujours tout catholique qui est enregistré comme franc-maçon d’une peine de ferendae sententiae”. L’excommunication des ferendae sententiae est prononcée après un procès canonique officiel et est souvent de notoriété publique.

Le canoniste a déclaré à Church Militant que la peine était en fait le double de ce qu’elle était en vertu du Code de droit canonique de 1917.

“Le Code de 1983 prévoit donc deux peines, et pas seulement la seule censure que le Code de 1917 prévoyait auparavant”, a-t-il déclaré catégoriquement.

Des sources ont également mis en garde contre les affirmations bombardantes sur la position du Père Weninger au Vatican, qui seraient vantées pour justifier ses récentes revendications sur la compatibilité entre le catholicisme et la franc-maçonnerie.

Le P. Weninger figure à la page 1214 de l’édition de 2019 de l’Annuaire du Pontificat comme “Addetto di Segreteria” (secrétaire). Il n’est ni membre, ni supérieur, ni même fonctionnaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. C’est un employé de premier échelon”, a déclaré une source.

L’expert en droit canonique a également mis en doute les qualifications de M. Weninger en matière de droit canonique – une discipline très complexe et spécialisée.

“Le doctorat de Weninger est en spiritualité, il n’a aucune expertise en droit canonique. Il affirme que les croyances de la “secte maçonnique” sont conciliables avec le catholicisme, que les francs-maçons peuvent recevoir la Sainte Communion en violation du droit canonique. 915 CIC 1983, et surtout que les francs-maçons ne sont pas automatiquement excommuniés est dangereux, sinon intenable”, dit-il.

L’apologiste catholique et épiscopalien converti au catholicisme, le Dr Taylor Marshall, a déclaré à Church Militant que l’ouverture de Weninger sur sa propre franc-maçonnerie et son livre recommandant la religion maçonnique aux catholiques était une justification de son livre sur l’infiltration maçonnique de l’Église.

“Quand l’infiltration : The Plot to Destroy the Church from Within a été publié pour la première fois en 2019, certains experts de gauche se sont empressés de rejeter le livre en le qualifiant de “théorie du complot””, a observé Marshall.

“En moins d’un an, nous avons vu de nouveaux fruits pourris exposés sur la place publique, des détails de McCarrick au culte de la Pachamama. Et maintenant, nous avons la confirmation explicite de ce dont St Pie X nous avait mis en garde : La franc-maçonnerie vit au sein de l’Église comme un parasite sur son organisme hôte”, a-t-il confirmé.


Le Code de 1983 prévoit donc deux sanctions, et pas seulement la seule censure que le Code de 1917 prévoyait auparavant.


Marshall a raconté comment “les papes Pie IX, Léon XIII et Saint Pie X, ces trois papes, ont parlé ouvertement et dans des documents du Magistère contre la ‘Franc-maçonnerie’ et les sociétés secrètes qui font la guerre à l’Eglise catholique et à ses doctrines”.

Image
Suspension du “prêtre maçon” Pascal Vesin

En 200 ans, huit papes ont émis 20 interdictions légales condamnant la franc-maçonnerie et aucune de ces déclarations n’a jamais été révoquée.

En 2013, l’évêque Yves Boivineau d’Annecy, dans le sud-est de la France, a suspendu le père Pascal Vesin, 43 ans, pour son appartenance à une loge maçonnique du Grand Orient de France. Le prêtre n’a été relevé de ses fonctions ministérielles qu’après avoir refusé à plusieurs reprises de renoncer à la franc-maçonnerie.

Le Père Vesin a été démasqué en tant que franc-maçon à la suite d’une lettre anonyme envoyée à la nonciature apostolique de Paris, et suspendu sur ordre de la Congrégation du Vatican pour la doctrine de la foi. Il a rejoint la loge en 2001, cinq ans après son ordination en 1996.

Dans une effronterie d’impudence, Vesin a fait un “pèlerinage” de 40 jours à Rome pour plaider sa cause auprès du Saint-Père.

Le pape François a refusé de le rencontrer et, grâce à certains contacts à la Curie, Vesin n’a pu obtenir qu’une rencontre avec le sous-secrétaire de la CDF.

“Il me considérait comme une quantité négligeable”, et ne faisait que “me rappeler la loi” et le célèbre texte de 1983, déplorait le maçon, qui espère toujours un rapprochement entre le catholicisme et la franc-maçonnerie.

Un livre publié en 2013 par les journalistes d’investigation italiens Giacomo Galeazzi et Ferruccio Pinotti décrit l’ampleur de l’infiltration maçonnique au Vatican.

Dans Vaticano Massone : Un patto segreto e una finta inimicizia (La Franc-maçonnerie du Vatican : un pacte secret et une fausse inimitié), les auteurs ont explicitement demandé au Grand Maître catanien Vincenzo Di Benedetto, chef de la Grande Loge très sereine de la Piazza del Gesù :

“‘Diverses sources indiquent l’existence de loges maçonniques également au Vatican ; estimez-vous que cela soit possible ? Il a répondu sans hésitation : “Oui, absolument, que vous utilisiez ou non le nom [de franc-maçon]”.