L’évêque catholique allemand accueille favorablement l’idée d’une paroisse commune avec les luthériens

LIFE SITE – Par Martin M. Barillas

HANOVRE, Allemagne (LifeSiteNews) – L’évêque catholique allemand Heiner Wilmer a accueilli favorablement la suggestion d’un évêque luthérien de former un jour des paroisses ” œcuméniques ” conjointement catholiques-luthériennes.

L’évêque évangélique luthérien Ralf Meister de Hanovre a récemment déclaré : ” Beaucoup ne demandent plus si quelqu’un est protestant ou catholique, mais seulement s’il est chrétien “, tout en suggérant que des paroisses pourraient être créées qui abriteraient les catholiques et les luthériens sous le même toit.

L’évêque catholique Wilmer de Hildesheim a accueilli l’idée, en disant : “Je crois fermement qu’il y a un lien beaucoup plus grand que la séparation entre les deux principales églises allemandes”.

Selon l’agence de presse luthérienne EPD, l’évêque Wilmer a dit : “En tant que chrétiens, nous sommes tous appelés à témoigner et à prêcher l’Evangile.”

Il a ajouté : ” Comment pouvons-nous marcher ensemble dans la pastorale est une question appropriée et importante pour l’avenir. Nous continuerons certainement à traiter cette question dans l’oecuménisme.”

L’évêque luthérien Meister a suggéré qu’un projet pour les deux Eglises pourrait aller ” jusqu’à la création de congrégations purement œcuméniques “. C’est peut-être un objectif lointain, a dit Meister, “mais vous pouvez encore l’exprimer.”

En ce qui concerne la réalité de la fusion des congrégations, Meister a dit qu’il ne savait pas comment elles seraient constituées : “Nous ne sommes pas si avancés et avons nos différences, par exemple avec le dernier repas [Abendmahl].”

L’Église évangélique luthérienne célèbre les ” mariages ” homosexuels et ” ordonne ” aussi des femmes à des rôles ministériels. La prédécesseure de Meister à Hanovre était Margot Käßmann.

Mgr Wilmer a fait partie des évêques allemands qui ont plaidé pour la modification des règles concernant le célibat des prêtres, remettant ainsi en question la longue tradition du célibat sacerdotal dans le rite latin de l’Église.

Il a déclaré au Hannoversche Allgemeine Zeitung en 2018, par exemple, que l’avenir pourrait voir “d’autres formes de vie [sacerdotale] que nous avons déjà aujourd’hui, par exemple avec des pasteurs protestants mariés qui se convertissent à l’Église catholique”.

Le célibat ” pourrait développer une puissance rayonnante plus importante si certains groupes de personnes en étaient exemptés “, a-t-il dit.

Wilmer est apparemment enthousiasmé par l’actuelle ” voie synodale ” de l’Eglise allemande pour la réforme. Wilmer a été nommé dans son diocèse par le pape François et a assumé le siège en 2018.

En ce qui concerne l'”ordination” des femmes à la prêtrise, Wilmer est d’un esprit ouvert, dit-il au service officiel d’information catholique allemand : “Je suis très enthousiaste à l’idée d’engager une discussion ouverte et de voir comment l’Esprit Saint nous guidera.”

Il voit un besoin de réforme de la discipline du célibat dans le sacerdoce, soutenant que beaucoup de prêtres sont seuls.

En 2019, M. Wilmer a déclaré qu’il espère que le chemin synodal actuel entre les évêques allemands introduira ” une nouvelle façon de penser dans l’Église “, même s’il reconnaît que les changements peuvent prendre du temps : “Cela peut prendre plus de temps que certains le voudraient, mais je suis confiant.”

Wilmer s’est fait connaître au niveau international lorsqu’il a déclaré dans une interview au quotidien Kölner Stadt-Anzeiger en référence à la crise des abus sexuels : “Je pense que l’abus de pouvoir est dans l’ADN de l’église.”

Une réforme profonde de l’Église est nécessaire, a dit Wilmer, tout en suggérant qu’une nouvelle théologie pourrait être nécessaire : Les catholiques, a-t-il dit, devraient dire “adieu” à l’affirmation selon laquelle “l’Église en elle-même est pure et immaculée”.

“Jusqu’à présent, cependant, nous n’avons aucune idée des conséquences que cela doit avoir pour la théologie.”

Il a dit au journal que les catholiques doivent comprendre que leur “église sainte” est “aussi une église pécheresse”. En suggérant qu’il y a des “structures du mal” dans l’Église, en plus des individus pécheurs, il a dit qu’il faut contrôler le pouvoir au sein de l’Église.

“Nous avons besoin de la séparation des pouvoirs.”

L’ancien prêtre catholique Eugen Drewermann, âgé de 79 ans, est une source d’inspiration pour la pensée de Wilmer. Il est l’auteur de Kleriker : Psychogramme eines Ideals (Clergé : Psychogramme d’un idéal), qui remettait en question l’idée même d’un clergé célibataire. L’évêque a parlé de son inspiration : “Eugen Drewermann est un prophète de notre temps qui est incompris par l’Eglise.”

Après un long débat avec les évêques allemands sur ses livres et ses déclarations controversées, Drewerman a été interdit de prêcher, et également interdit d’enseigner au séminaire catholique de Paderborn dans les années 1990. Le cardinal Joseph Ratzinger a alors écrit une lettre à l’évêque de Drewermann pour exprimer son inquiétude au sujet de l’auteur controversé, qui a finalement été suspendu de la prêtrise. En 2005, il a annoncé dans une émission de télévision qu’il quittait l’Église catholique.