Ceux qui disent que Judas est en enfer sont des «hérétiques» et les prêtres peuvent «accompagner» les suicides assistés

Diane Montagna
Diane Montagna

 LIFESITE – Dans une déclaration difficile à réconcilier avec les Écritures et la Tradition, Mgr Vincenzo Paglia, Président de l’Académie pontificale pour la vie, a affirmé au nom de l’Église catholique que quiconque dit que Judas Iscariot est en enfer est un hérétique.

Dans une déclaration encore plus troublante, l’archevêque italien a également affirmé qu’un prêtre peut légitimement rester à côté de quelqu’un qui se suicide assisté afin de “tenir sa main” et de “l’accompagner”.

Les commentaires de Mgr Paglia sont arrivés le 10 décembre, lors de la présentation d’un Symposium international multiconfessionnel sur la religion et l’éthique médicale : Soins palliatifs et santé mentale des personnes âgées, qui aura lieu à Rome les 11 et 12 décembre. Le symposium, coparrainé par l’Académie pontificale pour la vie et le Sommet mondial de l’innovation pour la santé (WISH), une initiative de la Fondation du Qatar, est principalement axé sur les perspectives chrétiennes et musulmanes en matière de fin de vie.

A la suite de la présentation officielle au bureau de presse du Saint-Siège mardi, un journaliste a demandé à Mgr Paglia son avis sur une déclaration publiée le 5 décembre par les évêques de Suisse, demandant aux prêtres et aux pasteurs catholiques de quitter la salle avant qu’une injection mortelle ou un autre moyen de suicide soit pratiqué.

Le document de 30 pages des évêques suisses, intitulé “Comportement pastoral en matière d’aide au suicide”, répond à l’augmentation du taux d’aide au suicide en Suisse. Il affirme que le suicide assisté “est radicalement contraire au message évangélique” et que sa pratique “est une atteinte grave à la préservation de la vie de la personne humaine qui doit être protégée de la conception à la mort naturelle”.

L’archevêque Paglia, qui est chancelier du nouvel Institut Jean-Paul II des sciences du mariage et de la famille à Rome (et qui a présidé à la démolition de l’ancien Institut), a déclaré ne pas avoir lu “en détail” la déclaration des évêques suisses, mais ne pas croire que “personne ne devrait jamais être abandonné”.

“Nous sommes contre le suicide assisté parce que nous ne voulons pas faire le sale boulot de la mort et parce que nous sommes tous bien conscients que, pour les croyants, la vie continue “, a-t-il poursuivi. “Accompagner et tenir la main de ceux qui sont en train de mourir ” est donc la ” grande tâche ” de tout croyant, dit-il, tout comme la lutte contre la culture du suicide assisté, qui représente ” une grande défaite pour la société “.

“Nous ne pouvons pas faire du[suicide assisté] un choix judicieux, a-t-il dit.

Mgr Paglia a ensuite clarifié la situation : “Je célèbre toujours les funérailles de ceux qui se suicident, car le suicide est toujours une question d’amour inassouvi. Nous devons aussi nous rappeler que, pour l’Église catholique, si quelqu’un dit que Judas est en enfer, c’est un hérétique.”

L’affirmation selon laquelle dire Judas est en enfer équivaut à de l’hérésie est surprenante étant donné l’enseignement clair des Saintes Écritures, des Pères et Docteurs de l’Église et de la liturgie. Comme le Cardinal Avery Dulles l’a un jour expliqué dans un article intitulé ” La population de l’enfer ” :

“Le Nouveau Testament ne nous dit pas en tant de mots qu’une personne en particulier est en enfer. Mais plusieurs déclarations sur Judas peuvent difficilement être interprétées autrement. Jésus dit qu’il a gardé tous ceux que le Père lui a donnés sauf le fils de perdition (Jean 17:12). À un autre moment, Jésus appelle Judas un diable (Jean 6:70), et il dit encore une fois de lui : “Il vaudrait mieux pour cet homme qu’il ne soit jamais né ” (Matthieu 26:24 ; Marc 14:21). Si Judas était parmi les sauvés, ces affirmations pourraient difficilement être vraies. De nombreux saints et docteurs de l’Église, y compris saint Augustin et saint Thomas d’Aquin, ont considéré comme une vérité révélée que Judas a été réprimandé. Certains des Pères placent le nom de Néron dans la même compagnie choisie, mais ils ne donnent pas de longues listes de noms, comme le ferait Dante.

En effet, l’Écriture Sainte, le Pape saint Léon le Grand, saint Augustin, saint Thomas d’Aquin, sainte Catherine de Sienne, le Catéchisme du Concile de Trente et la liturgie de l’Église sont tous d’accord sur le sort de Judas Iscariot.

Interrogé sur la question de savoir si un prêtre peut donc “accompagner une personne qui se suicide assisté”, Mgr Paglia a déclaré que la question “va au-delà des lois” et qu’il “ne voulait pas donner une règle à contredire et ainsi de suite”.

“J’aimerais retirer l’idéologie de ces situations pour toujours et pour tous “, a dit l’archevêque. “Pour moi, ceux qui se suicident manifestent l’échec de toute la société, mais pas de Dieu. Et Dieu n’abandonne jamais personne.”

“Évitons de nous enliser dans des débats idéologiques”, a-t-il dit. “Le plus important, c’est l’accompagnement. Nous pensons à des lois où la chose la plus grave est l’abandon de milliers et de milliers de malades, même lorsqu’il y a une loi. Peut-être parce qu’ils n’ont pas de voix.”

Dans des commentaires à LifeSite, un prêtre proche du Vatican, parlant sous couvert de l’anonymat, a déclaré : “Franchement, le premier abandon dont un catholique et un prêtre devraient s’inquiéter est l’abandon possible ou probable d’une âme d’une telle personne en enfer, c’est-à-dire l’abandon surnaturel provoqué et le suicide de son âme pour avoir volontairement abandonné la loi de Dieu, son plan et son amour… alors nous pouvons parler d’autres choses….”.

“Le véritable accompagnement, dans ce cas, c’est chercher à être proche, oui, mais surtout à sauver une âme, à lui dire ce qui est en jeu, et à ne pas l’abandonner à son mauvais jugement. En effet, ce serait un véritable abandon, même si ce serait peut-être moins gênant pour un prêtre et lui permettrait de continuer à être loué par le monde”, a-t-il dit. “Mais notre esprit n’est pas l’esprit ou le critère du monde. Nous sommes des créatures du royaume des cieux qui veulent atteindre notre vraie maison.”