La destitution de Trump et le scénario de la guerre de Sécession

Par Brandon Smith − Le 12 novembre 2019 − Source Alt-Market.com

On a beaucoup parlé l’année dernière d’une guerre civile aux États-Unis, à tel point que même les médias grand public poussent le concept dernièrement. Selon un sondage réalisé par Rasmussen en 2018, 31 % des électeurs américains croyaient que l’Amérique connaîtrait une deuxième guerre civile au cours des cinq prochaines années. Un sondage plus récent de l’Institute Of Politics And Public Service montre que 7 électeurs sur 10 estiment que les États-Unis sont engagés aux deux tiers sur la voie de la guerre civile.


Le nouveau discours de « destitution » sur la question ukrainienne a encore aggravé la situation, car certains conservateurs affirment que si Trump est destitué de ses fonctions, une guerre éclatera.

Je tiens à être absolument clair et à dire que je reste très sceptique quant au fait que le cirque de la destitution n’est rien de plus qu’une distraction de plus pour le public, et je pense qu’il n’ira nulle part (tout comme pour le RussiaGate). Cela dit, je pense qu’il y a peu de chances que les globalistes jouent un jeu de guerre de 4e génération ici. Une guerre civile, si elle est dirigée et manipulée de la bonne façon, pourrait être très bénéfique pour les élites tant qu’elle est combinée avec quelques autres ingrédients.

Tout d’abord, nous devons comprendre quelle est la situation réelle. Comme mes lecteurs le savent bien, j’avais prédit bien avant les élections de 2016 que Trump, en tant que président, serait le bouc émissaire parfait pour l’implosion de la « bulle de Tout ». Cette implosion se produit actuellement autour de presque tous les indicateurs économiques fondamentaux, comme je l’ai souligné dans mon dernier article. Il y a deux questions à se poser à ce stade : les marchés boursiers suivront-ils les fondamentaux à la baisse avant les élections de 2020 ? Et, si les marchés demeurent élevés, est-ce que cela aura de l’importance alors que le reste du système sombrera dans la récession ?

En janvier 2016, au cours de sa campagne électorale, Donald Trump a déclaré que l’économie américaine était « dans une bulle dont il craignait qu’elle éclate et qu’il ne voulait pas faire face à un effondrement financier s’il était élu à la Maison Blanche ». Il a appelé la Réserve fédérale à relever les taux d’intérêt et à cesser de soutenir les faux marchés.

En 2019, Trump a attaché son administration à la performance des marchés avec des commentaires sans fin sur Twitter, s’attribuant tout le mérite de la bulle financière qu’il avait précédemment² critiquée. Il a également demandé à la Fed de ramener les taux d’intérêt à zéro pour soutenir artificiellement l’économie une fois de plus (évidemment, nous devons nous poser la grande question – si c’est la « plus Grande économie américaine jamais vue », alors pourquoi Trump voudrait-il que la Fed introduise plus de stimulus pour l’aider ?) Je crois que ce comportement bizarre est entièrement délibéré de la part de Trump et qu’il a l’intention d’endosser la responsabilité du crash en cours. Si les actions chutent avec le reste de l’économie d’ici la fin de 2020, il est peu probable que les globalistes prévoient de le garder pour un second mandat. Son rôle de bouc émissaire de la crise créée par les banques centrales sera accompli.

Deuxièmement, mes lecteurs savent aussi que j’ai souligné les liens entre Trump et les globalistes, y compris comment une grande partie de sa fortune et de son image a été sauvée par un sauvetage grâce à la famille Rothschild dans les années 1990. Wilber Ross, l’agent de Rothschild qui a arrangé l’affaire, est maintenant le secrétaire au commerce de Trump. La présence de Ross dans le cabinet de Trump avec de nombreuses autres élites, telles que Pompeo, Mnuchin, Lightheizer, Kudlow et une foule d’autres membres du Council on Foreign Relations indique que Trump est et a probablement toujours été une opposition contrôlée. Quand une de ces élites quitte le cabinet de Trump, une autre prend sa place.

J’entends souvent l’argument selon lequel les prétendues procédures de destitution sont la « preuve » que les globalistes tentent de détruire Trump. C’est clairement absurde, car Trump continue à travailler en étroite collaboration avec ces élites sur une base quotidienne. L’explication la plus probable est que, comme le RussiaGate, la destitution elle-même est une farce destinée à maintenir l’opinion publique américaine fortement divisée et prête à partir en guerre à l’improviste. En fait, les chances que la débâcle ukrainienne se retourne contre Joe Biden et sa campagne dans les primaires démocratiques sont élevées.

Biden n’est évidemment PAS le candidat que les élites ont l’intention de présenter du côté démocrate, et le théâtre ukrainien lui donne une raison de se retirer tout en suscitant de plus en plus de colère des deux côtés du canyon politique. Mais cela signifie-t-il que Trump ne sera pas mis en accusation ? Pas nécessairement….

Trump est dans la position où il se trouve pour une raison. Trump est un pion utile à bien des égards tant que son influence sur les conservateurs reste forte et que sa position peut être exploitée au maximum. Par exemple, dans mon scénario le plus probable, un krach boursier suit rapidement la chute actuelle des fondamentaux avant les élections de 2020. Cela assure globalement la défaite de Trump en novembre, tandis que ses partisans conservateurs et ses principes conservateurs en général sont responsables de la catastrophe. Mais que se passerait-il si les élites cherchaient à ajouter encore plus de chaos au chaudron ?

Une destitution menant à une élection, qu’elle soit réussie ou non, pourrait être utilisée pour faire enrager les conservateurs et déclencher une réaction violente contre les démocrates en particulier. Si Trump perd l’élection ou ne participe jamais à cette élection en raison d’une destitution, cela donnerait une foule de résultats bénéfiques pour les globalistes même si Trump est une de leurs marionnettes :

  1. Le scénario de destitution fera en sorte que les gauchistes enragés se sentiront justifiés dans leur comportement insensé de ces dernières années. Cela les récompensera et les incitera à agir encore plus bizarrement.
  2. Les conservateurs pourraient être poussés à l’extrême dans l’action directe, mais malheureusement, si cette action directe vise au hasard la gauche politique et les démocrates, les conservateurs se seront fait avoir. Les globalistes VEULENT que nous nous battions pour une marionnette insignifiante comme Trump. Ils VEULENT que nous dirigions notre colère contre les démocrates plutôt que contre eux.
  3. Si nous sommes assez stupides pour mener une guerre pour Trump, cela mènera à des résultats préjudiciables. Bien qu’ils se sentent justifiés dans leurs actions, les conservateurs auront l’air des méchants, luttant pour protéger un dirigeant qui a détruit l’économie américaine et causé d’indicibles souffrances publiques, ainsi qu’un dirigeant que la plupart des gens dans le monde verront comme personnellement corrompu. Trump n’est pas une inspiration résiliente à long terme pour une rébellion, il n’est même pas une bonne inspiration à court terme.
  4. Les rébellions ont besoin de se concentrer d’un ensemble forts de principes et de vertus afin de rester en vie. S’il s’agit de combattants de la liberté, l’establishment cherchera à leur donner l’impression qu’ils ne sont pas des combattants de la liberté, mais des terroristes ou des agents d’une puissance étrangère qui se servent eux-mêmes. Ce processus a déjà été entamé par les élites. Trump est l’outil de cooptation du mouvement pour la liberté. La destitution pourrait être un déclencheur pour inciter le mouvement à se rebeller sous de faux prétextes et à attaquer les mauvaises personnes (les gauchistes ne sont qu’un symptôme de la maladie, les globalistes sont la maladie).
  5. Une guerre civile qui ne cherche pas à cibler les globalistes en tant que problème fondamental pourrait facilement être modelée par les globalistes en bouc émissaire pour la calamité qu’ils désirent. Un krach économique sous Trump jetterait le blâme sur les conservateurs. Mais, un krach économique et une guerre civile autour de la destitution de Trump attribuerait TOUT le blâme aux conservateurs. Les conservateurs deviendraient les méchants de l’époque, les gens qui ont failli mettre fin à notre monde, les gens dont on apprendra aux générations futures qu’il faut les mépriser comme exemples des « maux du nationalisme et du populisme ».
  6. Une guerre menée au nom de principes erronés et d’un dirigeant raté serait une raison pour les globalistes de chercher une réponse internationale à la crise. Et encore une fois, il ne s’agirait pas d’un pillage de la souveraineté américaine, mais d’une tentative globale de « maintenir la paix ».

Quelle est donc la solution ? S’agit-il d’un piège sans issu auquel les conservateurs ne peuvent échapper ? J’ai longtemps soutenu qu’une guerre entre les militants de la liberté et les globalistes est inévitable, si ce n’est qu’elle se fait attendre depuis longtemps. Les globalistes savent aussi que cette guerre arrive. Les tactiques de guerre de 4ème génération dictent que les globalistes vont essayer d’amener les militants de la liberté à mener cette guerre sur leur terrain. En d’autres termes, les globalistes chercheront à faire de nous (leurs adversaires) des alliés involontaires. La stratégie de mise en accusation de Trump pourrait très bien leur fournir ce genre de levier psychologique.

De nombreux conservateurs y verraient un coup d’État du parti Démocrate et une violation de la Constitution. Avec des activistes de gauche si cruellement sectaires et au-delà de toute logique ou raison, la gauche politique et la droite politique pourraient finir par se tirer dessus de toute façon. Il s’agit de la narration sous laquelle cela se produit.

Si les militants de la liberté restent concentrés sur l’objectif premier (retirer les globalistes du pouvoir), au lieu d’être amenés à concentrer toute leur énergie sur les Démocrates, alors le scénario change. Si les conservateurs restent sceptiques et critiques à l’égard des associations et des activités de Trump, il est difficile pour les élites de nous présenter comme « les chemises brunes de Trump ». Certaines personnes au sein du mouvement pour la liberté n’ont pas été utiles à cet égard, défendant aveuglément Trump à chaque fois, peu importe combien d’élites il amène dans son cabinet ou combien de fois il s’attribue le mérite de la bulle économique. Certaines de ces personnes ont en effet appelé à une guerre civile au nom de l’arrêt de la destitution de Trump. Ils sont devenus des idiots utiles pour l’agenda globaliste.

Si une guerre est menée, elle doit porter sur un ensemble concret de différends. Si un Démocrate entre à la Maison-Blanche après les élections de 2020 et tente d’instaurer d’importantes mesures de contrôle et de confiscation des armes à feu, alors c’est une raison parfaitement solide de lutter. S’ils essaient d’imposer des restrictions sur le carbone qui détruiraient ce qui reste de notre économie et causeraient des souffrances à la population, alors c’est une autre bonne raison de lutter. S’ils essaient de légiférer encore plus de programmes socialistes, en usurpant les paramètres constitutionnels et en taxant la population pour la garder dans une pauvreté perpétuelle, alors oui, nous devrions lutter. Mais Trump ? Non, Trump est un joueur de flûte à bec, pas un leader ou une justification pour la guerre civile.

Maintenant, je me rends compte que le scénario que je décris ci-dessus est extrême, mais je le vois comme une possibilité, alors il est important de reconnaître qu’il est là en attendant d’être utilisé par l’establishment contre nous. Cela dit, il y a d’autres résultats plus probables.

La destitution pourrait inciter les conservateurs à voter en plus grand nombre en 2020, et si les marchés se maintiennent tout au long de l’année, alors Trump est probablement prévu pour un second mandat. Un second terme indiquerait que les élites ont besoin de Trump pour un autre événement (peut-être une guerre régionale) en plus du krach boursier, qui aurait lieu immédiatement après la réélection de Trump.

La question de l’Ukraine pourrait simplement être conçue pour miner la candidature de Joe Biden, ouvrant la voie soit à Bernie Sanders, soit à Elizabeth Warren (je ne vois pas sérieusement une autre course à l’investiture d’Hillary Clinton dans les cartes, Bloomberg est une blague même parmi de nombreux Démocrates et je prévois toujours qu’Elizabeth Warren sera la candidate démocrate en 2020). Si les marchés s’effondrent, ou si les fondamentaux qui s’effondrent actuellement frappent assez durement les gens de la rue, alors Trump sera évincé et les Démocrates prendront le pouvoir, le blâmant lui et les conservateurs pour tout le gâchis financier pendant les quatre prochaines années (ou davantage).

À ce stade du jeu, il est difficile de dire quelle option les globalistes vont utiliser. Il est vital, cependant, que nous nous rappelions que la mise en accusation est une farce à plus d’un titre. La cible n’est pas Trump, la cible c’est nous.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone