D’après un sondage: la plupart des catholiques aux États-Unis rejettent les enseignements de l’Église sur la cohabitation

CATHOLIC HERALD

Pew rapporte que 74% des catholiques n’ont aucune objection à la cohabitation des couples

Près des trois quarts des catholiques aux États-Unis ne s’opposent pas à ce que les couples cohabitent avant le mariage, malgré l’enseignement moral de l’Église.

Une nouvelle enquête du Pew Research Center, publiée le 6 novembre, rapporte que les Américains dans leur ensemble acceptent très bien que les couples non mariés vivent ensemble, même s’ils n’ont aucun projet de mariage. De plus, Pew a constaté qu’un pourcentage décroissant d’adultes se marient et qu’un nombre croissant d’adultes ont décidé de cohabiter.

Seulement 14 % des adultes interrogés ont déclaré qu’ils ne croyaient pas qu’il était acceptable que deux adultes non mariés vivant en couple vivent ensemble. De plus, 16 % ont dit qu’ils étaient d’accord avec la cohabitation seulement s’il y avait des plans pour que le couple se marie un jour.

Parmi les personnes interrogées, 69 % ont déclaré qu’elles croyaient qu’il était acceptable qu’un couple non marié vive ensemble, sans projet de mariage à terme.

En 2002, l’Enquête nationale sur la croissance des familles a révélé que 54 % des adultes de 18 à 44 ans avaient déjà cohabité avec un partenaire romantique, mais que 60 % avaient déjà été mariés. En 2017, le nombre d’adultes qui avaient déjà été mariés a chuté à 50 %, tandis que le nombre d’adultes qui avaient cohabité est passé à 54 %.

Pew a constaté que la race et la religion jouaient un rôle dans le fait qu’une personne approuvait ou non l’idéal de la cohabitation. Un total de 72 % des répondants blancs ont déclaré que la cohabitation sans plan de mariage était acceptable, et 13 % ont dit qu’ils approuvaient la cohabitation sans plan de mariage. Parmi les répondants noirs à l’enquête, 23 %, soit le groupe ethnique le plus important, ont déclaré qu’ils ne croyaient pas que la cohabitation ait jamais été acceptable. Seulement 55 % des répondants noirs ont dit qu’ils approuvaient la cohabitation sans avoir l’intention de se marier.

Pour les Hispaniques, seulement 10 % des répondants ont déclaré qu’il n’était jamais acceptable de cohabiter. Un peu plus d’un cinquième des répondants hispaniques – 21 % – ont déclaré qu’ils trouvaient la cohabitation acceptable tant qu’il y aurait des cloches de mariage dans l’avenir.

La religion était également un facteur. Les catholiques et les protestants de souche blanche avaient des taux presque identiques d’approbation de la cohabitation – l’enquête a révélé que 74 % des catholiques et 76 % des protestants blancs qui ne prétendent pas être nés de nouveau ou évangéliques étaient d’accord avec un couple non marié qui cohabitait. Inversement, ce chiffre est tombé à 47% pour les protestants noirs et 35% pour les protestants évangéliques blancs.

Au moins 90 % des personnes non affiliées à une religion approuvent la cohabitation, et moins du tiers de ce groupe estime que la société serait mieux lotie si un plus grand nombre de couples qui cohabitaient se mariaient.

Les chrétiens évangéliques blancs étaient plus susceptibles que tout autre groupe de dire qu’ils croyaient que l’augmentation des taux de mariage était meilleure pour la société.

L’enquête a également montré que les adultes mariés sont plus satisfaits de leur relation que ceux qui cohabitent et qu’ils sont plus confiants envers leur partenaire.

Les données de cette enquête proviennent de l’American Trends Panel, qui a été réalisé du 25 juin au 8 juillet. Au total, 9 834 personnes ont été interrogées. Pew a dit que la marge d’erreur était d’environ 1,5 point.

Lors de l’Assemblée générale de l’automne 2013 de l’USCCB, le Cardinal Sean O’Malley a parlé à l’AIIC des raisons pour lesquelles les couples se tournent de plus en plus vers la cohabitation. O’Malley a cité l’instabilité financière – en particulier les prêts étudiants – ainsi que les normes culturelles pour expliquer pourquoi c’était le cas.

“Les préoccupations au sujet du mariage – les gens qui ne se marient pas, l’échec de la participation à la messe, (et le) défi de catéchiser les jeunes catholiques” sont quelques-unes des tendances les plus troublantes auxquelles le catholicisme américain est confronté, a déclaré l’archevêque de Boston le 11 novembre devant l’ANC, à l’Assemblée générale de la Conférence épiscopale nationale à Baltimore.

Le cardinal a noté que “toute la notion de famille est tellement minée par la mentalité de la cohabitation”, et que ces tendances sociales ont un impact énorme sur les communautés ouvrières “qui furent autrefois l’épine dorsale de l’Église”.

“La moitié des enfants nés de ce groupe démographique sont nés hors mariage “, une statistique qui, selon le cardinal O’Malley, aurait été ” inconcevable ” il y a quelques décennies.