REGARDER: Un prêtre catholique brûle l’effigie de Pachamama ‘satanique’ en réparation de l’idolâtrie au Vatican

Fr. Hugo Valdemar brûle l’effigie de Pachamama à Mexico, le 3 novembre 2019.

LIFE SITE – par Pete Baklinski

4 novembre 2019 (LifeSiteNews) – Un prêtre catholique de l’archidiocèse de Mexico a brûlé les effigies des statues païennes “Pachamama” tout en conduisant les fidèles dans la prière pour expier le péché d’adoration des statues au Vatican pendant le Synode Amazonien récemment conclu.

La vidéo de l’événement a capturé le P. Hugo Valdemar devant une église dédiée à Notre-Dame de Guadalupe où des flammes se sont échappées d’une cheminée en métal à quatre pattes qui était sur une table couverte d’une nappe blanche. Les effigies colorisées de Pachamama ont ensuite été placées sur la table près du feu.

Le P. Valdemar se tenait à côté d’un enfant de chœur qui tenait une image de Notre-Dame de Guadalupe et expliquait ce qui allait se passer, comme le montrait la vidéo du 3 novembre. Le prêtre était également flanqué d’une icône de saint Michel Archange.

Image

“La très sainte Vierge[Marie] de Guadalupe, comme nous le savons, est une jeune femme enceinte. Elle a Jésus dans son sein qui doit donner naissance au nouveau continent (le nouveau monde). Elle dit qu’elle vient accorder son amour à tous les habitants de ce continent entier (pas seulement au Mexique). Elle est enceinte et porte Jésus qui nous apportera l’Evangile et chassera les ténèbres de l’idolâtrie et du diable “, a-t-il dit.

Le P. Hugo a ensuite pris une des effigies de la Pachamama et, la tenant à côté de l’image de la Vierge, il a expliqué la différence entre les deux.

“Un exorciste ami dit que cette idole (Pachamama) est en fait la figure de l’antéchrist. C’est un blasphème et une parodie de Marie. Pachamama est enceinte mais porte l’antéchrist pour le mettre au monde dans l’église maçonnique, pour détruire les sacrements, c’est-à-dire pour revenir à l’idolâtrie et à la superstition. Ainsi, cet antéchrist qui va donner naissance à une église au ” visage amazonien ” est une abomination, une contradiction avec la doctrine de l’Église, qui est la dynamique dans laquelle ces idolâtres veulent entrer maintenant “, a-t-il dit.

“Ainsi, en signe de répugnance aux offenses qu’ils ont faites à la Très Sainte Vierge Marie à Rome, dans son église de Traspontina, nous brûlons, en signe de protestation et de réparation, cette idole satanique de la Pachamama, a-t-il ajouté.

Le prêtre a ensuite jeté la Pachamama dans le feu où elle a été consumée par les flammes. Deux autres effigies ont été brûlées par la suite.

Image
Effigie de Pachamama en flammes à Mexico, le 3 novembre 2019.

Les catholiques du monde entier ont été outrés le mois dernier de voir une cérémonie païenne se dérouler dans les Jardins du Vatican où les gens se prosternaient devant les idoles de la Pachamama sous les yeux du pape François et d’autres prélats de haut rang. Le rituel du 4 octobre, filmé en vidéo, montre le pape François bénissant la statue païenne avant de la recevoir en cadeau.

Image

Trois cardinaux et quatre évêques ont condamné les rituels païens au Vatican, les qualifiant d'”idolâtrie” et contrairement au premier commandement de ne pas avoir de “dieux étrangers”.

Le 21 octobre, plusieurs répliques des statues ont été saisies dans l’église Santa Maria in Traspontina près de la basilique Saint-Pierre à Rome et jetées dans le Tibre.

Alexander Tschugguel, 26 ans, de Vienne, Autriche, a révélé le 4 novembre qu’il était le jeune homme qui a saisi les statues et les a jetées dans la rivière.

“J’ai vu dans ces statues et dans ces idoles… une rupture du Premier Commandement”, a-t-il dit, ajoutant qu’il était motivé par le désir de “faire sortir les choses païennes d’une Église catholique”.