Spectacles de lumière inquiétants projetés dans les églises de Rome à la clôture du synode amazonien

Martin M. Barillas
Martin M. Barillas

ROME, le 1er novembre 2019 (LifeSiteNews) — Des spectacles de lumières bizarres ont de nouveau été projetés sur les façades de certaines des églises catholiques les plus célèbres de Rome pendant deux week-ends d’octobre, le dernier week-end correspondant à la clôture du Synode de l’Amazonie qui a secoué l’Église catholique dans le monde pour son utilisation des rituels païens lors des événements officiels auxquels le pape François était présent.

Dans la basilique de Santa Maria Rotonda, dédiée à la Vierge Marie et à tous les martyrs, également connue sous le nom de Panthéon, un faisceau de lumière a explosé de l’oculus ouvert dans le toit en dôme de l’ancien bâtiment.

Le faisceau atteignait le ciel à l’infini à partir de l’ouverture centrale du toit et était visible à au moins 25 milles de distance. Ce qui était autrefois un temple romain dédié à tous les dieux païens, l’église servait de toile pour le spectacle de lumière. L’exposition présentait des images qui changeaient rapidement, allant de l’architecture au mystérieux. Utilisant les imposantes façades de trois célèbres basiliques et de plusieurs autres monuments architecturaux de Rome, le spectacle a débuté le 20 octobre et s’est répété le dimanche.

Les organisateurs du spectacle de lumière ont déclaré : “Le projet de lumière artistique rappelle la géométrie parfaite de la structure architecturale du Panthéon et donc de la Basilique de Santa Maria ad Martyres, transformant l’oculus en une source lumineuse puissante : la lumière, prise comme symbole de la révélation de Dieu et de sa présence dans l’histoire, émane de la basilique comme pont entre la terre et le ciel, comme élément de communion entre réalité historique et transcendance divine.

Le projet a bénéficié de la coopération du ministère italien de la Culture et du Vicariat de Rome, assurant ainsi l’approbation du Vatican.

Solid Light et Spacecannon ont formé le collectif qui a monté le spectacle. Ils se sont inspirés de l’expérience acquise lors d’une installation lumineuse similaire à Ground Zero, à New York, qui a servi de mémorial illuminé en souvenir des milliers de vies perdues lors des attaques terroristes perpétrées contre les tours jumelles en 2001. Les techniciens lumière étaient dirigés par Michele Cinque et Valerio Ciampicacigli.

L’année dernière, une projection similaire d’images sur la basilique Santa Maria Sopra la Minerva a suscité l’opposition des catholiques qui ont condamné ce qu’ils croyaient être des images et des messages diaboliques. La célèbre basilique abrite les tombes et les monuments funéraires des saints et des grands catholiques de l’histoire. Par exemple, Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), docteur de l’Eglise, dominicaine du Tiers Ordre, et le bienheureux dominicain Jean de Fiesole, plus connu comme l’artiste Fra Angelico (1395-1455). Thomas d’Aquin, dont les restes y furent conservés jusqu’en 1511, date à laquelle ils furent emmenés à Naples. Plusieurs papes y sont également enterrés, ainsi que le philosophe byzantin George de Trebizond.

En 2015, le Vatican a accueilli un spectacle de lumières sur le “changement climatique” projeté sur la basilique Saint-Pierre, avec des cris, des grognements et des rugissements d’animaux, ainsi que des images de centres urbains surpeuplés, des représentations de la pollution et des représentations négatives de l’industrialisation. De nombreux critiques ont noté le lien entre les spectacles et le paganisme, l’occultisme et la spiritualité du nouvel âge.