La prison ardente du purgatoire et comment l’éviter

1P5 – Nishant Xavier :  L’enseignement commun des saints et des médecins est que les moindres douleurs endurées dans le terrible feu du Purgatoire seront plus douloureuses que toutes les douleurs de la vie présente. L’Encyclopédie catholique note : “[Saint] Augustin (Énarration sur le Psaume 37, n° 3) parle de la douleur que le feu purgatoire cause comme étant plus grave que tout ce qu’un homme peut souffrir dans cette vie (P.L., col. 397). Grégoire le Grand parle de ceux qui, après cette vie, ” expieront leurs fautes par des flammes purgatoires “, et il ajoute : ” que la douleur soit plus intolérable que n’importe qui dans cette vie ” (Ps. 3 poénit., n. 1). Suivant les traces de Grégoire, saint Thomas enseigne (IV, dist. xxi, q. i, a.1) qu’en plus de la séparation de l’âme de la vue de Dieu, il y a l’autre châtiment du feu… et saint Bonaventure est non seulement d’accord avec saint Thomas mais ajoute (IV, dist. xx, p.1, a.1, q. ii) que cette peine par feu est plus sévère que toute peine qui vient aux hommes dans cette vie.

Saint Thomas enseigne aussi que le feu du purgatoire est le même que le feu de l’enfer, la différence étant dans la manière dont le feu agit sur ceux qui meurent en grâce avec seulement des péchés véniels, qui peuvent encore être purifiés, et sur ceux qui meurent dans le péché mortel et morts à la grâce, qui sont irrévocablement, définitivement perdus : “Comme dans ce même feu l’or luit et la paille fumée, ainsi dans ce même feu le pécheur brûle et les élus est purifié”. C’est pourquoi, “le feu du purgatoire est le même que le feu de l’enfer, et c’est pourquoi ils sont au même endroit”.

5 étapes pratiques pour éviter ou minimiser le purgatoire
Certes, la vérité dogmatique du purgatoire, sa réalité et son importance, nous devons tous nous poser deux questions : (1) Que dois-je faire pour m’assurer que moi et mes proches évitons le purgatoire ? (2) Comment puis-je secourir les âmes déjà présentes ?

Par la grâce de Dieu, la Sainte Mère l’Église nous offre de vastes et abondants trésors pour ces deux choses.

Le premier et le plus grand moyen de tous : Aider et offrir de nombreuses messes pour les pauvres âmes
La Sainte Messe, en particulier la Messe tridentine, est le trésor des trésors pour les âmes saintes du Purgatoire. Nous ne pouvons jamais avoir trop de saintes messes offertes pour les âmes saintes, et nous devons nous résoudre à demander à nos pasteurs, bergers et prêtres d’offrir beaucoup de messes pour les âmes du Purgatoire. Nous devons aussi penser à offrir le sacrifice avec le prêtre pour les âmes saintes, surtout pendant l’Offertoire.

Ainsi, comme nous le lisons dans le livret de prière de la Pietà, la Sainte Messe a ces bénédictions surabondantes :

LA VALEUR DE LA MESSE

A l’heure de la mort, les saintes messes que vous avez entendues avec dévotion seront votre plus grande consolation. Chaque messe vous accompagnera au Jugement et plaidera pardon pour vous. Par chaque Messe vous pouvez diminuer le châtiment temporel dû à vos péchés, plus ou moins, selon votre ferveur. En assistant pieusement à la Sainte Messe, vous rendez le plus grand hommage possible à la Sainte Humanité de Notre Seigneur. Par le Saint Sacrifice, Notre Seigneur Jésus-Christ pourvoit à plusieurs de vos négligences et omissions. Il vous pardonne tous les péchés véniels que vous êtes déterminés à éviter. Il te pardonne tous tes péchés inconnus que tu n’as jamais confessés. Le pouvoir de Satan sur vous est diminué. En écoutant pieusement la Sainte Messe, vous offrez aux âmes du purgatoire le plus grand soulagement possible. Une sainte messe entendue au cours de votre vie vous sera plus bénéfique qu’un grand nombre entendue pour vous après votre mort. Par la sainte messe, vous êtes préservés de nombreux dangers et malheurs qui vous seraient autrement arrivés. Vous raccourcissez votre Purgatoire à chaque Messe.

Le deuxième grand moyen : Offrandes quotidiennes, matinales, horaires et perpétuelles du sang précieux
Une prière préférée des saints est celle de Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même enseigné à sainte Gertrude la Grande : “Père éternel, je t’offre le Précieux Sang de ton Divin Fils Jésus, en union avec les saintes messes dites dans le monde aujourd’hui[ou ce mois-ci], pour toutes les saintes âmes du Purgatoire, pour les pécheurs du monde entier, pour ceux de l’Église universelle, spécialement ceux de ma propre maison et famille. Amen.” La sainte a vu 1000 âmes aller au Ciel pendant qu’elle priait la prière, et nous pouvons espérer que quelques âmes seront libérées de cette terrible prison même quand nous, les non-saints, la prions.

Les prières d’un an et de douze ans que Notre Seigneur Jésus a enseignées à une autre grande sponsa Christi, Sainte Bridget, respectivement, ont aussi ces promesses expresses : “Je délivrerai 15 âmes de sa lignée du purgatoire.” Et “l’âme qui les prie ne souffrira pas du purgatoire.” Les prières offrent le Précieux Sang de Jésus.

Sainte Marguerite Marie, l’apôtre bien-aimé de la dévotion du Sacré-Cœur, qui nous a enseigné les secrets de ce Cœur toujours aimant, glorieux et adorable, nous a donné l’Acte héroïque qui sera traité au No. 5.

Alors que le Précieux Sang et l’Eau qui coulaient du Sacré-Cœur de notre Sauveur transpercé sur la Croix tombent sur les âmes saintes, de plus en plus d’entre elles iront joyeusement et rapidement pour jouir à jamais de la gloire de la vision béatifique.

Le Troisième Grand Moyen : Le Saint Rosaire et le Scapulaire
Le Saint Rosaire de Notre-Dame et de la Reine est un autre grand moyen, car l’intercession de l’Immaculée est infailliblement efficace devant le trône de Dieu pour la libération de toutes les âmes. Saint Jean-Marie Vianney ose demander au Seigneur de dire à sa Mère : “Si l’enfer pouvait se repentir, vous obtiendriez son pardon.” Il n’y a pas de repentance en enfer, mais les âmes du purgatoire peuvent encore être purifiées avec bonheur. Le chapelet de notre Mère porte la promesse étonnante : “Je délivrerai du purgatoire ceux qui se consacrent à mon chapelet”. Le chapelet a aussi des indulgences étonnantes qui peuvent être appliquées aux âmes saintes. Par exemple, tous les 15 décennies, le chapelet complet, a une indulgence plénière. Toutes les cinq décennies, vous aurez une indulgence plénière si vous la récitez dans une église ou en famille. Sinon, c’est partiel.

Le scapulaire, en plus de la grande promesse de la persévérance finale en grâce à tous ceux qui la portent avec dévotion et révérence, a aussi le privilège du sabbat : “En tant que tendre mère, je descendrai au purgatoire le samedi après leur mort et je les livrerai et les amènerai à la montagne sainte, dans l’heureux séjour de la vie éternelle.” Même le simple fait d’embrasser le scapulaire apporte plus d’indulgences !

Le quatrième grand moyen : Indulgences, Indulgences, Indulgences, Indulgences !
Le moyen le plus direct d’aider les âmes saintes est d’obtenir les abondantes indulgences que la Sainte Église nous accorde précisément pour ces raisons. Alors que la Confession pardonne la culpabilité du péché mortel et ses douleurs éternelles, les indulgences sont instituées précisément comme une rémission miséricordieuse des peines temporelles. Or, ces peines doivent être subies soit dans cette vie par la pénitence, soit au purgatoire.

La tradition d’avant le Concile Vatican II de faire référence aux indulgences en termes de jours et d’années est plus défendable parce que, par exemple, une indulgence de 300 jours et une indulgence de sept ans ne sont pas la même chose, bien que les deux soient “partielles” dans la mesure où elles ne sont pas plénières. Que les fidèles soient encouragés à gagner des milliers et des milliers d’années d’indulgence, car nous ne connaissons pas la relation précise entre les années de Pénitence sur Terre et les années de souffrance au Purgatoire. Il se peut bien que le fait de ne pas faire une pénitence de dix ans sur Terre mène à une pénitence de cent ans au purgatoire ou même plus. Quelle tragédie ! Et elle serait presque irréparable sans les grâces des indulgences.

Nous ne mentionnerons qu’une des nombreuses indulgences qui ont précédé Vatican II :

Seigneur, mon Dieu, en ce moment, j’accepte volontiers et volontiers de Ta main n’importe quelle sorte de mort qu’il Te plaise de m’envoyer, avec toutes ses douleurs, ses peines et ses peines. (Sept ans à chaque fois dit. L’indulgence plénière au moment de la mort à tous ceux qui, à tout moment de leur vie, avec un amour sincère envers Dieu et dans les conditions habituelles, font ce genre d’acte.)

Le Cinquième Grand Moyen : Consécration totale, acte héroïque, offrande de vie
La Consécration Totale à Jésus par Marie telle qu’enseignée par saint Louis Montfort est abondamment enrichie par les indulgences de nombreux papes.

En outre, le Saint-Père[Sa Sainteté le Pape Saint Pie X, esclave consacré de Jésus par Marie] a accordé une indulgence plénière (le 24 décembre 1907), dans les conditions habituelles, à gagner en la fête de l’Immaculée Conception, le 8 décembre, et en la fête de Saint Louis de Montfort, le 28 avril, à ceux qui récitent la formule montfortaine de consécration intitulée “La Consécration de soi à Jésus Christ, la sagesse incarnée, par les mains de Marie”. Cette indulgence plénière, que Léon XIII (également “esclave de Marie”) n’avait accordée que pour sept ans, est maintenant accordée “à perpétuité”.

Il y a aussi l’Acte héroïque pour les âmes saintes, qui permet d’obtenir une indulgence plénière chaque fois que l’on reçoit la Sainte Communion !

Ô MON DIEU ! pour Ta plus grande gloire, et pour imiter le plus fidèlement possible le Cœur généreux de Jésus, mon Rédempteur, et aussi pour témoigner de ma dévotion à la Sainte Vierge, ma Mère, qui est aussi la Mère des âmes au Purgatoire, je mets entre ses mains toutes mes œuvres satisfaisantes, ainsi que le fruit de toutes celles qui peuvent être offertes pour mon intention après ma mort, qu’elle les applique aux âmes du Purgatoire selon sa sagesse et sa bonne volonté. Amen.

L’Encyclopédie catholique dit :

L’Acte héroïque a été enrichi de nombreuses indulgences par Benoît XIII (1728), Pie VI (1788) et Pie IX (1852). Les prêtres qui le font reçoivent le privilège personnel d’obtenir une indulgence plénière pour une âme de leur choix chaque fois qu’ils disent la messe (voir ALTARME PRIVILEGIQUE). Les laïcs obtiennent la même indulgence chaque fois qu’ils reçoivent la Sainte Communion, et chaque lundi ils entendent la messe pour les défunts ; dans les deux cas, la visite habituelle à une église et les prières pour l’intention du pape sont nécessaires.

Une récente offrande de vie enseignée par les Jumeaux Cœurs de Jésus et de Marie, avec des imprimaturs épiscopaux, peut servir le même but :

Mon cher Jésus, devant la Sainte Trinité, Notre Mère du Ciel et toute la Cour Céleste, unie à ton très précieux Sang et à ton sacrifice au Calvaire, j’offre toute ma vie à l’intention de ton Cœur Sacré et au Cœur Immaculé de Marie. Ensemble avec ma vie, je mets à votre disposition toutes les saintes messes, toutes mes saintes communions, toutes mes bonnes actions, tous mes sacrifices et les souffrances de toute ma vie pour l’adoration et la supplication de la Sainte Trinité, pour l’unité dans notre Sainte Mère l’Église, pour le Saint-Père et les prêtres, pour les bonnes vocations sacerdotales, et pour toutes les âmes jusqu’au bout du monde. Ô mon Jésus, accepte mon sacrifice de vie et mes offrandes et donne-moi ta grâce pour que je persévère dans l’obéissance jusqu’à ma mort. Amen.

Avec l’approbation de l’Église, la Gospa a promis : “Le jour où ils offriront leur vie, leurs proches qui souffrent au purgatoire seront libérés”. Ne retardons pas l’offre, mais faisons-le immédiatement !

Conclusion
Pendant chacun des huit jours du 1er au 8 novembre, la Sainte Mère l’Église nous accorde des indulgences plénières spéciales lorsque nous nous rassemblons près des tombes de nos proches et prions pour leur repos éternel. La veille de la Toussaint, à la Toussaint et à la Toussaint, prenons la résolution de ne pas participer aux célébrations païennes comme le font les mondes, mais de rester chez nous ou d’aller à l’église ou à la chapelle pour les heures saintes et l’adoration eucharistique. Là, nous réparerons les péchés des fidèles défunts et prierons pour leur libération rapide. Nous pouvons à peine douter que si l’Église Militante réussit à vider le Purgatoire, comme nous l’a ordonné saint Padre Pio, alors une grande grâce serait donnée au monde entier.

Quel beau cadeau à la Mère de Dieu ce serait si nous pouvions le faire pour le triomphe de son Cœur Immaculé ! Décidons-nous tous à consacrer notre temps et à sacrifier notre vie pour cet objectif héroïque.