“Priez pour nous!” Le secret des âmes du purgatoire

Le nouveau compas quotidienNon seulement le Purgatoire existe, mais il est plein d’âmes – peut-être de nos morts – qui attendent nos prières pour être libérés. Cette vérité est réaffirmée par le Catéchisme de l’Église catholique et apparaît dans les Saintes Écritures. Mais il y a aussi une foule de saints et de mystiques qui nous ont vraiment parlé avec les “âmes saintes”, comme Maria Simma, qui a offert sa vie pour envoyer autant que possible au Paradis. Et que, précisément sur les morts, elle nous a révélé un secret important…

Seul Dieu peut savoir avec certitude où se trouve l’âme d’un défunt, que ce soit au Paradis, au Purgatoire ou en Enfer. Nous, les hommes, n’avons pas le droit de le savoir. Mais nous avons un pouvoir vraiment énorme sur les âmes elles-mêmes. En fait, nous pouvons choisir d’envoyer rapidement une “âme sainte” au Paradis, ou de la faire attendre longtemps au milieu de terribles souffrances. Et ce n’est pas tout. Faire cela est pour nous une facilité désarmante : il suffit de prier. Eh bien, si vous ne connaissez toujours pas l’incroyable secret des âmes du purgatoire, lisez ce qui suit car cela pourrait changer votre perspective sur la vie.

LE PURGATOIRE EXISTE

Avant d’entrer dans cette dimension particulière de la Vie Éternelle, il est fondamental de clarifier : le Purgatoire, avec la bonne paix des négateurs, existe. Tout comme le Paradis et l’Enfer existent. Qui l’a dit ? Le Catéchisme de l’Église catholique (1030-1032) définit l’existence de la “doctrine de la foi relative au purgatoire”, telle qu’elle est formulée principalement dans les Conciles de Florence et Trente. De plus, les Saintes Écritures sont riches de références qui justifient leur existence. Par exemple, l’Évangile de Matthieu (Mt 12, 32) parle de “feu purificateur” pour les soi-disant “péchés légers”, par opposition au “blasphème contre l’Esprit Saint, qui ne sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le futur. Encore une fois. Dans le deuxième livre des Maccabées, nous lisons le “sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils soient absous du péché” (2 Mac 12,45). Le Catéchisme rappelle alors la Tradition de l’Église, où le “sacrifice eucharistique”, mais aussi “l’aumône, les indulgences et les œuvres de pénitence” sont fortement recommandés, “afin que le défunt, purifié, puisse venir à la vision béatifique de Dieu”.

Ceci dit, la bonté infinie de Dieu, qui fait tout pour notre salut, nous a donné un défilé de saints et de mystiques qui ont vraiment été là au Purgatoire et qui, avec les âmes du Purgatoire, ont eu des visions et des conversations révélatrices. A cet égard, on peut citer, par exemple, Sainte Geltrude, Sainte Catherine de Gênes, Sainte Marguerite Marie Alacoque, le Saint Curé d’Ars, Saint Jean Bosco, Saint Pio de Pietrelcina, Sainte Gemma Galagani….. Mais c’est la mystique autrichienne Maria Simma qui nous éclaire le plus sur le sujet, ayant offert toute sa vie uniquement pour entraîner les âmes des morts au Paradis.

“AU PURGATOIRE NE T’ENVOIE PAS DIEU”.

Née à Sonntag (Autriche) le 5 février 1915, dans une famille nombreuse et tout aussi pauvre, Marie ressent rapidement le désir de se consacrer à Dieu. A cause de sa santé fragile, trois couvents la refusèrent, de sorte que, dès la mort de son père, elle commença à vivre seule dans la maison de son père, faisant vœu de virginité à Notre Dame et s’offrant à Dieu avec le vœu d'”âme victime” d’amour et d’expiation. Évidemment, le Seigneur l’a immédiatement prise au sérieux, de 1940 jusqu’à sa mort en 2004, les âmes des défunts lui ont rendu visite sans interruption, afin de se libérer des souffrances du purgatoire et d’aller ainsi au paradis.

“La première fois que je me suis réveillé parce que quelqu’un marchait dans ma chambre. J’ai dit : “Hé, qui êtes-vous ?” Pas de réponse. Puis j’ai sauté du lit, j’ai couru vers lui et j’ai essayé de l’attraper, mais je me suis retrouvé sans rien à la main. Simma dit que, dans la même nuit, un tel épisode se répète une deuxième fois. C’est donc son confesseur qui lui a donné la bonne suggestion : “Si cela devait vous arriver à nouveau, ne demandez pas : “Qui êtes-vous ?” mais plutôt : “Que voulez-vous de moi ? Ça pourrait être une âme du purgatoire. Ainsi en est-il : l’homme répondit qu’il fallait célébrer trois saintes messes en sa faveur, “alors je serai libre”.

Mais qu’est-ce que le purgatoire ? “Le purgatoire – dit Marie – est un lieu et une condition que chaque âme vit quand elle a encore besoin d’expier et de réparer les péchés qu’elle a commis durant sa vie, avant de pouvoir atteindre Jésus au Paradis. (…) On dit souvent que le purgatoire est une condition. Ce n’est vrai qu’à moitié parce que c’est certainement aussi un lieu. C’est aussi un temps d’attente où les âmes aspirent à Dieu, et ce désir inassouvi est leur plus grande souffrance. Le mysticisme continue en expliquant qu’il y a différents niveaux de souffrance au purgatoire, par exemple : ce n’est que dans les niveaux inférieurs que Satan peut attaquer les âmes, qui sont plutôt protégées dans les niveaux supérieurs. Une autre vérité fondamentale qu’il nous révèle concerne le placement des âmes : “Ce n’est pas Dieu qui envoie les âmes au purgatoire. Mais ce sont les âmes elles-mêmes qui jugent et se placent au niveau approprié. Ce sont eux qui veulent se purifier avant d’atteindre Dieu !

Il y a plus : malgré les très dures souffrances auxquelles ils sont soumis, aucune âme au purgatoire ne veut abandonner sa condition pour retourner dans les ténèbres de la terre. Au contraire, ils sont patients et veulent souffrir, parce qu’ils savent qu’ainsi ils peuvent se purifier pour arriver totalement lumineux devant Dieu. Ceci est motivé par le fait que la vision partielle de Dieu que les âmes ont au purgatoire est suffisante pour leur insuffler la Lumière de la Vérité.

POURQUOI ENTRE-T-ON AU PURGATOIRE ?

Les péchés qui font que les âmes vont plus souvent au purgatoire, selon Simma, sont ceux “contre la charité, contre l’amour du prochain, la dureté du cœur, l’hostilité et la calomnie. Je sais que la calomnie et la calomnie – dit Marie – sont parmi les péchés les plus graves qui nécessitent une longue purification. À cet égard, elle raconte l’histoire d’un homme et d’une femme. Au grand étonnement de ceux qui les avaient connus, la femme était déjà au Paradis, tandis que l’homme était au Purgatoire. Cette femme était morte après un avortement, mais l’homme allait souvent à l’église et menait une vie apparemment très digne et pieuse. Les deux étaient morts en même temps, mais la femme s’était sincèrement repentie de ce qu’elle avait fait, et avait été très humble ; l’homme, au contraire, bien que religieux, se plaignait toujours, parlait du peuple et critiquait. C’est pourquoi son purgatoire était très long. D’autres péchés contre la charité sont certainement le refus de faire la paix et les diverses rancunes qui sont portées dans le cœur : Simma donne beaucoup d’exemples d’âmes qui sont au Purgatoire précisément pour avoir refusé obstinément leur pardon.

En ce qui concerne les prêtres, cependant, le mysticisme rapporte que les premières raisons qui lui viennent à l’esprit, pour lesquelles ils doivent servir le purgatoire, sont : “la désobéissance au Saint-Père, le peu d’amour pour la Sainte Messe, pour la prière et le jeûne, l’incapacité à lire l’office et la distribution de la communion en main”. Sur ce dernier point, la voyante fait état de nombreux cas auxquels elle a assisté et, surtout, de la gravité du comportement des prêtres qui “n’ont pas contribué au respect de l’Eucharistie, car c’est toute la foi qui en souffre.

POUR NOUS AIDER À ALLER AU CIEL

“La manière la plus efficace de faciliter la libération d’une âme du purgatoire – dit Simma – est la Sainte Messe. Parce que c’est le Christ lui-même qui s’offre par amour pour nous. C’est l’offrande du Christ lui-même à Dieu, la plus belle de toutes les offrandes. Puis il ajoute que “si dans la vie nous réalisions la valeur d’une seule Messe pour l’éternité, les églises seraient pleines même les jours de semaine”. La raison en est vite dite : “A l’heure de la mort, les messes que nous avons entendues seront notre plus grand trésor, elles ont plus de valeur pour nous que les messes qui sont célébrées pour nous après la mort”.

D’autres moyens très efficaces pour aider les âmes du purgatoire sont les offrandes à Dieu de nos souffrances : les volontaires, comme le jeûne, la privation etc… et les involontaires, comme les maladies, les humiliations, le deuil, l’abandon etc…

Eh bien, tout cela donne un sens extraordinaire aux souffrances et aux sacrifices que la vie demande à chacun de nous : si nous les acceptons avec humilité, si nous les offrons et si nous les vivons avec patience, ils peuvent avoir un pouvoir incroyable pour aider nos chers morts et toutes les “âmes saintes” (mais aussi les âmes en vie). “Les souffrances sont la plus grande preuve de l’amour de Dieu et si elles sont bien offertes, elles peuvent gagner beaucoup d’âmes. L’important – poursuit Simma – est d’unir nos souffrances à celles de Jésus et de les remettre entre les mains de sa Mère qui saura les utiliser au mieux.

A cet égard, il faut dire que les âmes nous ont dit que lorsque la Gospa arrive au Purgatoire, elle apporte un souffle d’air frais et beaucoup, beaucoup de consolation. En effet, c’est la Mère de Dieu elle-même qui descend au Purgatoire pour libérer les âmes et c’est pourquoi on l’appelle “Mère de miséricorde”. Inutile donc de dire qu’une prière très efficace pour servir le purgatoire est le Rosaire prié pour les morts. Il en va de même pour les Indulgences et, plus généralement, pour toute forme de prière qui leur est dédiée.

Il y a beaucoup d’autres choses intéressantes à dire, mais en conclusion il est nécessaire de révéler un secret, qui peut nous lier aux âmes du purgatoire d’une manière vraiment puissante. Les âmes du purgatoire ne peuvent rien faire pour elles-mêmes : elles sont totalement impuissantes et, si les vivants ne prient pas pour elles, elles sont complètement abandonnées. Par conséquent, notre pouvoir sur eux est immense. Mais d’un autre côté, s’il leur est interdit de prier pour eux-mêmes, ils peuvent au contraire intercéder pour nous, et ils le font, nous encourageant à de nombreuses grâces et nous rapprochant de notre Paradis ! C’est pourquoi la foi au purgatoire est vraiment fondamentale : parce que, comme le dit Marie Simma, “elle nous aide à aimer Dieu de toutes nos forces et en Lui notre prochain”.