Le cardinal Woelki met en garde contre le “schisme allemand”

INFOVATICANA – Par Carlos Esteban

L’archevêque de Cologne, le cardinal Rainer Woelki, a exprimé sa crainte que le ” chemin synodal ” entrepris par l’épiscopat allemand ne conduise à un schisme dans l’Église universelle, et même au sein même de l’Église allemande.

“Partout où je trouve des gens préoccupés par ce qui se passe actuellement en Allemagne”, confesse Woelki dans des déclarations au journal diocésain de son archidiocèse, Cologne, le Kirchenzeitung Cologne.

ans de nombreuses réunions, l’alarme est palpable que la ” voie synodale ” nous conduit à une voie allemande séparée, que, dans le pire des cas, nous risquons la communion avec l’Église universelle et devenons une Église nationale allemande.

“Personne ne peut vouloir cela, ajoute le Cardinal. “C’est pourquoi nous devons prendre cet avertissement très au sérieux.

Woelki n’est ni le seul ni le premier cardinal allemand à voir les risques de cette étape capitale de l’épiscopat germanique. L’évêque d’Augsbourg, Konrad Zdarsa, en est venu à le qualifier de “fraude à l’étiquetage” ; l’ancien préfet de la doctrine de la foi, Gerhard Müller, l’a mis en garde et Walter Brandmüller, l’un des deux survivants des signataires originaux de Dubian, l’a averti que cette voie “mène à la catastrophe”.

C’est ce qu’a annoncé en mars dernier le cardinal Reihard Marx, président de la Conférence épiscopale allemande, lors d’une conférence de presse après l’assemblée de printemps du CEA : ils sont déterminés à suivre une “voie synodale contraignante” sur des questions comme la contraception, la cohabitation extraconjugale, les relations homosexuelles, la masturbation, la théorie du genre ou le célibat sacerdotal.

A cette fin, trois sessions de discussion auront lieu, l’une animée par Mgr Felix Glenn (qui a annoncé à l’époque qu’il n’ordonnerait pas un séminariste traditionnel) sur le célibat, une autre sur la morale sexuelle animée par Mgr Josef Bode, et une dernière modérée par Mgr Wiesemann sur les questions de pouvoir et de participation. Le tout en coordination avec le Comité central des catholiques allemands (ZdK), dont le président, le professeur Thomas Sternberg, est célèbre pour ses positions progressistes sur les prêtres mariés, la communion pour les divorcés remariés et de nombreuses autres questions.

Woelki dit qu’il s’est entretenu avec des prélats et des laïcs aux Etats-Unis qui sont choqués que “en Allemagne, nous semblons disposés à changer le dépôt de la Foi qui nous a été confié parce que nous le réclamons à haute voix. Le Cardinal rappelle que ses interlocuteurs ont exprimé leur crainte que cela “ne conduise à un schisme au sein de l’Église universelle ou même de l’Église allemande elle-même”.