Une lettre ouverte à mon évêque

1P5 – Eric Sammons

Récemment, l’archidiocèse de Cincinnati a suspendu deux prêtres de leur ministère actif. Les détails entourant ces deux suspensions sont troublants et montrent clairement que le secret, la corruption et le manque de foi prévalent toujours au sein de l’Église catholique. Voici une lettre ouverte à mon ordinaire, l’archevêque Dennis Schnurr, au sujet de la façon dont il a traité ces suspensions.

Votre Excellence,

J’écris cette lettre ouverte pour exprimer mon dégoût devant votre récente décision de suspendre deux prêtres de l’archidiocèse, les Pères Geoff Drew et Clarence Heis.

Vous avez suspendu le P. Geoff Drew, pasteur de la paroisse St. Ignace de Loyola, pour avoir envoyé un SMS “inapproprié” à un élève de l’école St Ignace. Aucun détail n’a été donné sur ces textes, mais ils étaient manifestement “inappropriés” au point de justifier l’action sérieuse que vous avez entreprise. De plus, il est apparu après sa suspension que le P. Drew avait été sous surveillance lors de sa dernière affectation à la paroisse St. Maximilian Kolbe pour des préoccupations similaires, y compris des plaintes de câlins, de massages d’épaules, de tapotements de genoux, de commentaires à caractère sexuel et de textos. Le directeur de l’école St. Ignatius a déclaré qu’il n’avait pas été informé de ces préoccupations lorsque le P. Drew a été affecté à St. Ignatius l’année dernière. Les plaintes de la paroisse St. Maximilian Kolbe ont apparemment été dissimulées sous le tapis parce que les actions du Père Drew n’étaient pas techniquement criminelles. En se concentrant strictement sur la légalité plutôt que sur le salut des âmes, un loup a été autorisé à errer parmi les moutons.

Mais votre façon de traiter le P. Clarence Heis pourrait être pire que la négligence montrée dans l’affaire du P. Drew. Le P. Heis, directeur de la santé et des ministères hospitaliers de l’archidiocèse, a récemment été suspendu, mais l’archidiocèse n’a donné aucune raison pour cette suspension, ni même aucune annonce publique autre que son inclusion sur une liste des prêtres actuellement suspendus sur le site web de l’archidiocèse. Comme vous le savez, ce n’est pas la première suspension du Père Heis.

Le P. Heis a été arrêté en 2005 pour “trouble à l’ordre public et résistance à l’arrestation”. Ces accusations génériques cachent une affaire sordide. Le P. Heis a été trouvé dans un parc public près de Dayton en train de se livrer à des actes sexuels avec deux autres hommes adultes. Après qu’un policier se soit approché d’eux, le Père Heis s’est enfui des lieux et a été arrêté par la suite. Permettez-moi de le répéter : ce prêtre catholique se livrait à la sodomie avec plusieurs hommes dans un parc public. Le P. Heis n’a pas contesté les accusations, et aucun des faits de l’affaire n’a été contesté par lui ou par l’archidiocèse.

Pour quiconque a ne serait-ce qu’une once de connaissance de la foi catholique (ou même une once de bon sens), de telles actions devraient marquer la fin permanente du ministère sacerdotal du Père Heis. Pourtant, moins de quatre ans plus tard, le P. Heis a été réintégré dans le sacerdoce et le ministère actif dans l’archidiocèse. Cela s’est produit lorsque vous étiez évêque coadjuteur de l’archidiocèse, donc vous n’avez peut-être pas pris cette décision, mais vous avez gardé le P. Heis dans le ministère après avoir été élevé à archevêque, et pendant les dix dernières années, il a été un prêtre en règle dans l’archidiocèse sous votre direction. Depuis quelques années, il occupe même un poste de directeur dans l’archidiocèse. Sa récente suspension démontre probablement ce que n’importe qui aurait pu vous dire il y a dix ans : un homme qui commet une sodomie publique avec plusieurs partenaires n’est pas apte à être prêtre catholique.

Il est difficile de ne pas tirer quelques conclusions troublantes de la façon dont vous et l’archidiocèse avez traité les Pères Drew et Heis. Tout d’abord, la culture du secret et du camouflage est manifestement encore omniprésente dans la chancellerie. Peu de détails ont été donnés sur l’une ou l’autre suspension, et dans le cas du P. Drew, l’archidiocèse l’a transféré dans une autre paroisse après des accusations troublantes – sans en informer sa nouvelle paroisse et son école. Deuxièmement, il est clair que l’homosexualité est toujours considérée comme normative au sein de la hiérarchie catholique et n’est pas un motif de préoccupation pour le clergé catholique. Malgré le fait que l’activité homosexuelle est toujours et partout un péché, c’est l’un des péchés que l’Écriture dit “crie au ciel pour se venger”, et il existe des preuves accablantes que le clergé homosexuel constitue la grande majorité des prêtres (et évêques) coupables de crimes de violence. Pourtant, un prêtre peut apparemment commettre la sodomie dans un parc public, avec pour seul résultat de ralentir légèrement son cheminement de carrière dans votre archidiocèse. Avant sa dernière suspension, le P. Heis était un ecclésiastique de haut rang dans l’archidiocèse, donc clairement ses escapades homosexuelles publiques ne l’ont pas diminué à vos yeux ou à ceux de votre personnel.

Je ne sais pas si vous fermez les yeux sur le comportement homosexuel dans le sacerdoce parce que vous ne croyez pas qu’une telle activité est vraiment troublante ou si vous craignez simplement les répercussions culturelles que vous subiriez pour avoir défendu l’enseignement chrétien traditionnel et vous être opposé au zeitgeist gay actuel. Ou peut-être craignez-vous de ne pas avoir assez de prêtres dans l’archidiocèse si tous ceux qui se livrent à des activités homosexuelles sont retirés ? Quelle qu’en soit la raison, votre inaction ne fait qu’aggraver la dépravation et la corruption évidentes dans l’Église… du moins évidentes pour ceux qui ont des yeux pour voir (cf. Mt 13, 15).

En tant que profane, je ne peux presque rien faire contre vos actes troublants. Je ne peux pas quitter l’Église, car même dans son état actuel, elle est toujours l’Arche du Salut. Les lettres à la chancellerie n’ont aucun impact sur les actions des responsables archidiocésains. Je peux retenir mes dons (et je les retiens de votre appel archidiocésain annuel), mais je soutiens ma propre paroisse et je ne veux pas qu’elle soit punie pour les crimes moraux de l’archidiocèse. Tout ce que je peux faire, c’est de rendre vos actions et celles de votre personnel aussi publiques que possible afin que les gens de bonne volonté partout dans le monde sachent que l’Église catholique abrite des déviants et des criminels en son sein, avec peu de conséquences.

Si quelqu’un veut le salut en Jésus-Christ, il devrait se tourner vers l’Église catholique, mais s’il veut un environnement sûr pour ses enfants et un endroit où les dirigeants vivent réellement et croient ce qu’ils prêchent, alors il doit se tourner vers n’importe quel endroit sauf l’Église catholique. Quelle terrible situation dans laquelle vous et vos confrères évêques avez mis les gens. Je ne peux m’empêcher de croire que les terribles paroles du Christ s’appliquent au centuple à vous et à vos frères épiscopaux : “Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux aux yeux des hommes, mais qui sont remplis au dedans d’os d’hommes morts, et de toute souillure. Ainsi, vous aussi, en apparence, vous paraissez aux hommes justes ; mais au dedans de vous, vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.” (Matthieu 23:27-28).

Mais peut-être ne reconnaissez-vous même pas les profondeurs de la corruption et de la dépravation au sein de l’Église. J’ai moi-même travaillé pour un diocèse, donc je sais à quel point la vie insulaire au sein d’une chancellerie peut devenir insulaire. Vous ne vous rendez peut-être pas compte du niveau de colère et de dégoût que les fidèles catholiques éprouvent à l’égard de nos bergers. Peut-être ne voyez-vous pas à quel point l’Église catholique est peu respectée dans notre société à cause des crimes et de la corruption de ses dirigeants. Peu de catholiques prennent leurs évêques au sérieux, et nous supposons maintenant qu’ils sont soit corrompus, soit complaisants. Il n’y a eu aucune preuve du contraire au cours des dernières décennies.

Qu’est-ce que moi, et beaucoup de catholiques, voudrions voir de nos bergers ? Une vraie repentance et une véritable embrassade de la plénitude de la foi catholique. Je ne suis pas hyperbolique quand je dis que je voudrais vous voir en sac et en cendre devant la cathédrale, implorant le pardon de Dieu et de vos brebis. De plus, je veux voir une dénonciation claire de l’homosexualité dans le sacerdoce et l’expulsion de tous les prêtres qui sont connus (publiquement ou dans les couloirs de la chancellerie) pour se livrer à des activités homosexuelles. Alors je saurais que vous êtes sérieux au sujet de la réforme actuelle, au lieu d’être encore un autre évêque entouré d’avocats qui donnent les mêmes conseils “CYA” que nous avons vus depuis des décennies. Les programmes et les chartes ne convertissent pas les cœurs et ne conduisent pas les gens à Christ, pourtant c’est tout ce qui est offert par les officiels de notre Église, qui ne semblent pas reconnaître le péché et sa force destructive.

Pendant des années, j’ai prié chaque jour pour que vous soyez un berger sage, saint et courageux des âmes, mais dans la divine providence de Dieu, cela ne s’est pas produit, car votre attitude envers ces deux prêtres ne montre ni sagesse, ni désir de sainteté, ni courage. Mais je persévérerai dans ma prière. Je sais qu’en Son temps, Dieu apporte la justice à Son peuple, et je ne peux qu’espérer qu’Il l’apportera bientôt à ceux qui ont fait trébucher les fidèles à cause de leur lâcheté et manque de foi.

Sincèrement,

Eric Sammons