LES CRIMES HAINEUX CONTRE LES CATHOLIQUES POLONAIS AUGMENTENT APRÈS DES DÉFILÉS PROFANES GAYS

par Jules Gomes  • ChurchMilitant.com

«Les catholiques sont harcelés en toute impunité» en Pologne

VARSOVIE, Pologne (ChurchMilitant.com) – Les catholiques polonais sont témoins d’une forte augmentation des crimes haineux à la suite des marches LGBTI+, avec des incidents de violence, de profanation, de destruction des biens de l’Église, de harcèlement au travail et de violence contre le clergé partout dans le pays.

“Presque tous les jours, nous apprenons des attaques contre l’Eglise et les croyants. Les catholiques sont harcelés en toute impunité. Le nombre de profanations obscènes en public n’a jamais été vu auparavant. Ils nous écrivent de toute la Pologne”, a déclaré l’avocat Jerzy Kwaśniewski, président d’Ordo Iuris, dans le dernier bulletin de l’institut juridique.

“Il n’y a pas une semaine où nous ne recevons pas de rapports d’une autre profanation, de la destruction de biens de l’Église ou de harcèlement contre quelqu’un sur le lieu de travail pour avoir confessé sa foi. De nombreuses plaintes nous parviennent après les prochaines ” Parades de l’égalité “, a déclaré Kwaśniewski.

“Ce n’est que la semaine dernière que nous avons pris des mesures dans cinq nouvelles affaires concernant des attaques contre des croyants”, a-t-il ajouté, notant qu’Ordo Iuris avait également informé le bureau du procureur de l’affaire Dominika K. de Wrocław, pour avoir vendu des figurines obscènes combinant l’image de Notre-Dame avec le “logo LGBT six couleurs et des organes génitaux féminins”.

Image
Fr. Aleksander Ziejewski

Ordo Iuris cite l’attaque du 28 juillet contre le P. Aleksander Ziejewski, 68 ans, par trois hommes qui sont entrés dans la sacristie de la basilique Saint-Jean-Baptiste de Szczecin en demandant des vêtements liturgiques pour célébrer la messe.

TVP News a affirmé que les auteurs voulaient célébrer un “mariage homosexuel”. Le père Ziejewski a ensuite nié ces rapports. Cependant, il a dit que l’un des hommes a commencé à blasphémer, a poussé un sacristain et un garde de sécurité et l’a agressé en utilisant un chapelet comme joint en laiton.

Dans une lettre pastorale au P. Ziejewski, président de la Conférence épiscopale polonaise, Abp. Stanisław Gądecki, écrit : “Les actes de haine de plus en plus fréquents contre les croyants, y compris les prêtres, et les actes de profanation d’objets sacrés, lieux et objets de culte, si importants pour les catholiques en Pologne, suscitent ma plus grande préoccupation.

Plus tôt le 10 juin, lors d’un autre incident, le P. Ireneusz Bakalarczyk était en route pour célébrer la messe à l’église de la Bienheureuse Vierge Marie sur le sable, à Wrocław centre-ville, quand un homme de 57 ans a commencé une conversation sur les scandales d’abus sexuels dans l’église catholique avant de sortir un couteau et de poignarder le prêtre dans la poitrine et l’abdomen.

Plus tard en juillet, l’église St Maximilien, Konin, dans le diocèse de Włocławek, a été profanée et le monument à côté de l’église a été détruit. Parallèlement, une inscription blasphématoire a été peinte sur le mur d’une autre église à Brzeźno près de Konin.

Le 26 juillet, quatre personnes ont attaqué le curé du Sacré-Cœur de Jésus à Turek. Les trois femmes et un homme voulaient déposer un “acte d’apostasie” – déclarer leur séparation de l’Église.

Nous ne pouvons jamais accepter que les barbares se moquent de nos ordonnances et objets sacrés.

Après avoir expliqué que seul un curé de la paroisse pouvait accepter et signer le document conformément à la loi, le P. Vicente Remigiusz Zacharek a été attaqué par un homme qui a saisi une croix sur une étagère et a jeté le prêtre du fauteuil au sol. Les agresseurs blasphémaient aussi contre le prêtre et l’Église.

“Ces actes honteux sont de plus en plus fréquents. Il semble que leur but soit de pousser les catholiques effrayés dans les catacombes “, a dit Mirosław Milewski, évêque auxiliaire de Płock, dans son homélie sur le jubilé d’argent de la chapelle Notre-Dame de Częstochowa à Garlin.

Milewski a ajouté :

Image
Bp. Mirosław Milewski

Nous devons exprimer clairement notre désaccord avec de tels actes et actions anti-chrétiens. Nous ne pouvons jamais accepter que les barbares se moquent de nos ordonnances et objets sacrés. Prions pour la repentance de ceux qui ont été étranglés par le mal, mais aussi, dans la mesure du possible, protestons contre les actes de profanation.

Une douzaine d’églises catholiques ont été profanées au cours des deux derniers mois à travers le pays, selon l’association Polonia Christiana de Cracovie.

En réponse aux allégations de violence de la droite contre les homosexuels lors du défilé de la fierté de Bialystok le 21 juillet, le porte-parole de l’archidiocèse de Bialystok, le P. Andrzej Dębski, a déclaré que la marche avait “libéré des actions du mal” dans les deux camps. Il a rejeté les affirmations selon lesquelles l’Église elle-même aurait “causé l’agression”.

Image
La police utilise des grenades lacrymogènes au défilé de la fierté de Bialystock.

“D’autres marches pour l’égalité cette année à Varsovie, Gdańsk et Poznań, organisées au nom de la tolérance et de l’antidiscrimination, ont montré exactement le contraire : l’hostilité des cercles LGBT envers le christianisme “, a déclaré Dębski dans un communiqué publié par l’Agence catholique d’information de Pologne, KAI.

“N’y a-t-il pas deux poids, deux mesures lorsque des symboles sacrés sont profanés lors de ces défilés, à côté des blasphèmes contre Dieu “, a-t-il demandé.

Pendant ce temps, le P. Paweł Gużyński, militant LGBTI+, a appelé à la démission de Marek Jędraszewski, archevêque métropolitain de Cracovie.

Sur sa page Facebook, le prêtre dominicain a appelé les catholiques à protester contre l’archevêque pour avoir décrit l’activisme LGBTI+ comme un “fléau arc-en-ciel”.

Dans un sermon prononcé à l’occasion du 75e anniversaire du soulèvement de Varsovie par les résistants polonais contre l’occupation nazie, Jędraszewski a déclaré que la Pologne n’était plus affectée par le fléau rouge des marxistes ou des bolcheviks, mais a averti que le drapeau arc-en-ciel LGBTI+ était né dans le même esprit.