FLASHBACK: Saint Jean-Paul II a qualifié les célébrations de «fierté» d’attaque des valeurs chrétiennes

Dorothy Cummings McLean
Dorothy Cummings McLean

VILLE DU VATICAN, 17 juin 2019 (LifeSiteNews) – Le témoignage du pape Jean-Paul II s’oppose aux prêtres et aux évêques catholiques qui encouragent la participation des LGBT aux célébrations du “Mois de la fierté”.

Le 9 juillet 2000, le pontife polonais a qualifié les provocations LGBT qui ont marqué l’année sainte à Rome d'”affront” au Jubilé et d'”offense” aux “valeurs chrétiennes” de la ville.

Dans son discours de l’Angélus dominical, Saint Jean Paul II a reconnu les scènes choquantes après avoir abordé les graves questions de la réforme pénale et du dialogue œcuménique entre l’Église catholique et les Églises orthodoxes.

“Je me sens obligé, maintenant, de mentionner les manifestations bien connues qui ont eu lieu à Rome ces derniers jours”, a-t-il dit.

“Au nom de l’Église de Rome, je ne peux qu’exprimer ma profonde tristesse devant l’affront au Grand Jubilé de l’An 2000 et l’offense aux valeurs chrétiennes d’une ville si chère au cœur des catholiques du monde entier”, a-t-il poursuivi.

“L’Église ne peut pas se taire sur la vérité, car elle manquerait à sa fidélité à Dieu le Créateur et n’aiderait pas à distinguer le bien du mal.”

Le pontife a ensuite lu un passage du Catéchisme, qui soulignait à la fois la compassion pour ceux qui sont attirés sexuellement par des personnes du même sexe et l’obéissance à la volonté de Dieu.

“À cet égard, je voudrais simplement lire ce qui est dit dans le Catéchisme de l’Église catholique qui, après avoir noté que les actes homosexuels sont contraires à la loi naturelle, déclare alors : Le nombre d’hommes et de femmes qui ont des tendances homosexuelles profondément enracinées n’est pas négligeable. Cette inclination, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être acceptés avec respect, compassion et sensibilité. Tout signe de discrimination injuste à leur égard devrait être évité, a-t-il lu.

“Ces personnes sont appelées à accomplir la volonté de Dieu dans leur vie et, si elles sont chrétiennes, à s’unir au sacrifice de la Croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer à cause de leur condition ” (CEC, n. 2358), a-t-il poursuivi.

Le pontife conclut : “Que la Mère céleste nous aide à nous protéger.”

Près de 19 ans plus tard, le P. Robert Chisholm de la paroisse St. Gregory the Great de Picton, Ontario, rappelait aux paroissiens que ” les catholiques et tous les autres chrétiens ne devraient pas assister aux événements LGBTQ2 du mois de la fierté “.

“Ils promeuvent une culture et encouragent des activités contraires à la foi et à la morale chrétiennes. C’est particulièrement néfaste pour les enfants parce que cela pourrait les éloigner de la vérité révélée par Dieu “, écrit-il dans son bulletin paroissial du 9 juin 2019.

À la suite d’une réaction négative des militants LGBT, Mgr Michael Mulhall, évêque de Kingston, en Ontario, a pris ses distances par rapport aux conseils pastoraux, affirmant qu’il n’avait pas approuvé le message et qu’il “ne reflète pas l’esprit de charité et de compassion qui devrait toujours caractériser notre foi”.

Néanmoins, LifeSiteNews documente depuis des années des scènes de défilés LGBT du “Pride Day” et d’autres événements homosexuels de “Pride” qui soulignent qu’ils “font effectivement la promotion d’une culture et encouragent des activités contraires à la foi et à la morale chrétienne”.