Pas de funérailles publiques pour Mgr. Stefano Li Side, évêque de Tianjin

par Wang Zhicheng
L’évêque du sous-sol est décédé le 8 juin dernier. Depuis 1992, il avait été exilé dans un village de montagne en résidence surveillée. Mais beaucoup de prêtres officiels lui ont exprimé leur obéissance. Li a été emprisonné pendant des années pour avoir refusé d’appartenir à l’Association patriotique et a passé 17 ans dans des camps de travail forcé.

Tianjin (AsiaNews) – Aucun enterrement public n’est prévu pour Mgr Stefano Li Side, évêque de Tianjin, reconnu par le Saint Siège, mais pas par le gouvernement. Mgr Li est décédé le samedi 8 juin, après une longue maladie, à l’âge de 92 ans. L’Association patriotique, à laquelle Mgr Li a toujours refusé d’appartenir, interdit d’enterrer son corps dans le cimetière catholique.

En ce moment, les fidèles de la communauté souterraine de Tianjin négocient avec le gouvernement local pour une éventuelle cérémonie funèbre au niveau de la ville. L’un des fidèles a déclaré à AsiaNews que ” le gouvernement local est beaucoup plus civilisé que l’ACIPR “. Jusqu’à présent, seules les messes et les services funéraires étaient autorisés dans chaque église du diocèse. Le corps de l’évêque, après sa mort, a été déposé dans un salon funéraire (une morgue séculière) et non dans la cathédrale Saint Joseph (Xikai) à Tianjin.

Il y a deux jours, des prêtres clandestins qui voulaient honorer le corps ont été autorisés à entrer dans le salon funéraire et à faire une prière funèbre pendant seulement 10 minutes. Ce matin, ils n’ont pas été autorisés à assister à la messe à l’église.

Mgr Stefano Li Side est né le 3 octobre 1927 à Zunhua (Tangshan, Hebei), dans une famille catholique de longue tradition, avec six frères et sœurs. Dès son enfance, il sentit la vocation de se consacrer au Seigneur et en 1940, il entra au petit séminaire local. En 1945, il entra au petit séminaire de Tianjin ; en 1949 il entra au grand séminaire de Wen Sheng à Pékin et le 10 juillet 1955 il fut ordonné presbytre du diocèse de Tianjin.

Lorsque Mao Zedong prit le pouvoir et avec le lancement de l’Association patriotique, pour le contrôle de l’Eglise et la construction d’une communauté “indépendante”, il fut arrêté en 1958. Libéré le 16 février 1962, il est retourné au service de la cathédrale Saint-Joseph de Tianjin, mais a de nouveau été arrêté et emprisonné de 1963 à 1980, condamné à des camps de travail forcé.

De retour à la cathédrale Saint-Joseph, il fut ordonné évêque du diocèse de Tianjin en secret le 15 juin 1982, mais ne fut pas reconnu par le gouvernement. En 1989, après sa participation à l’Assemblée de la Conférence épiscopale chinoise à Zhang Er Ce – qui demandait au gouvernement une plus grande liberté religieuse – il fut emprisonné pour la troisième fois. En 1991, il fut libéré et retourné à la cathédrale Saint-Joseph de Tianjin. En 1992, les autorités l’ont contraint à se rendre dans le village de Liang Zhuang Zi, en montagne, dans le district de Ji Xian (Tianjin), en résidence surveillée, où il est resté jusqu’à sa mort.

Depuis 1992, le gouvernement a réussi à placer comme évêque officiel de Tianjin Mgr Giuseppe Shi Hongchen, qui venait de l’Église souterraine et a été ordonné évêque auxiliaire par Mgr Li en 1982. Mgr Shi Hongchen est décédé en 2006. Depuis 2007, la plupart des prêtres de l’Église officielle ont exprimé leur obéissance à Mgr Li Side. L’église de Tianjin a également un évêque coadjuteur (clandestin), Mgr Melchiorre Shi Hongzhen, 92 ans, qui est également assigné à résidence dans les montagnes de la région.

Le diocèse de Tianjin compte environ 100 000 fidèles, pris en charge par 40 prêtres officiels et 20 prêtres non officiels. Plus de 40 religieuses officielles et 20 non officielles sont également présentes.