Redécouvrir les dons du Saint-Esprit

THE CATHOLIC THING – Nous avons reçu les Dons du Saint-Esprit quand nous avons été confirmés, apportant à la plénitude les grâces du Baptême. Mais les cadeaux sont faciles à négliger. (Combien d’entre eux pouvez-vous identifier ?) Il est donc utile de reconsidérer et de redécouvrir les dons promis par le prophète Isaïe et accomplis à la Pentecôte : sagesse, compréhension, conseil, courage, connaissance, piété, et crainte du Seigneur.

Le don de la Sagesse illumine l’esprit et insuffle une attirance pour le divin. Mais notre trouble de déficit de l’attention spirituelle nous distrait facilement. Les Israélites, impatients du retour de Moïse de la montagne, se détournèrent de Dieu et adorèrent un veau d’or. Même le travail éphémère des mains humaines peut nous distraire – et les distractions d’aujourd’hui sont plus sophistiquées que jamais.

Des années avant de recevoir un chapeau de cardinal, le grand Carlo Caffarra accompagnait un prêtre ami à New York. Il a été impressionné par les gratte-ciel : “Comment est-il possible pour un homme d’avoir la foi avec une telle magnificence ?” Hélas, comme nous le savons depuis le 11 septembre, même ces tours peuvent s’effondrer. Le don de la sagesse demeure – et il est nécessaire – pour que nous restions concentrés sur le Prix.

Le don de la compréhension relie les différentes vérités et ordonne notre pensée dans une direction céleste. Avec compréhension, nous commençons à voir la main de Dieu dans chaque événement de notre vie et à reconnaître que la Croix est la clé pour percer le mystère de notre souffrance. La providence de Dieu peut être temporairement contrecarrée par l’abus de notre liberté, mais jamais vaincue. Renouveler le désir du don de l’intelligence ravive notre confiance en sa providence.

Le don du conseil perfectionne en nous la vertu de la prudence, éclairant la volonté de Dieu dans des circonstances particulières. Jésus enseigne : “Si tu m’aimes, tu garderas mes commandements.” (Jean 14:15). Mais dans bien des situations, il est difficile d’appliquer ses lois : questions brûlantes de guerre, d’immigration, ou même de simples questions telles que travailler tard ce soir et manquer le repas familial. Nous devons demander à l’Esprit Saint d’enflammer le don du conseil pour fortifier notre prudence.

Le don de la force morale est le courage sous le feu de l’ennemi, endurant le mal tout en s’accrochant à la vérité. Quand Jésus dit de pardonner à ses ennemis, c’est troublant de penser que nous avons (et devrions avoir) des ennemis. Endurer, résister et affronter les ennemis de Dieu est nécessaire pour toute vie chrétienne. Mais nous nous recroquevillons souvent en silence, espérant que les démons nous laisseront en paix ; et parfois même, nous passons à l’ennemi. Le Diable n’abandonnera pas tant que sa victoire ne sera pas terminée. Avec la grâce de Dieu, nous non plus. Le don de la force morale est vital si nous voulons éviter le péché mortel et affronter le mal selon nos moyens et notre état de vie.

*

Le don de la Connaissance nous permet de percevoir la réalité telle que Dieu la voit. Dans le premier chapitre de la Genèse, Dieu regarde Son œuvre : “Et Dieu vit que c’était bon.” Le don de la connaissance nous conduit à nous réjouir avec le Psalmiste : “Je te loue parce que je suis craintif et merveilleusement fait.” (Psaume 139:14). Si, grâce au don de la connaissance, nous nous voyions comme Dieu nous voit, combien de mariages resteraient intacts ? Combien de bébés à naître verraient la lumière du jour ?

Le don de la piété révère Dieu tout-puissant et élève les pratiques religieuses avec humilité, confiance et amour pour Sa Majesté. Dans la Genèse, Abel sacrifie “les premiers-nés de son troupeau et de leurs parties grasses”. (Gen. 4:4) Dieu accepte les sacrifices d’Abel parce qu’il les offre avec dévotion. Mais le Seigneur rejette l’offrande de Caïn. Saint Augustin spécule que Caïn a donné ses offrandes à Dieu, mais pas entièrement parce que son cœur était divisé. (Cité de DieuXV.7).

Caïn a menti à Dieu ; il vient de passer par les mouvements rituels. Mais l’holocauste extérieur d’Abel exprimait sa disposition intérieure, tout comme la Croix représente l’obéissance parfaite de Jésus. La célébration de la messe, selon les rubriques, est digne d’éloges. Mais si les extériorités sont sans révérence intérieure, notre adoration est vaine. Les prêtres et les gens ont besoin de prier pour le don de la piété.

La crainte du Seigneur est un sentiment de crainte dans la présence divine et nous fait craindre d’être séparés de son amour. Après la pêche miraculeuse, Jésus appelle Pierre à faire partie de sa bande de frères. Dans la crainte, Pierre s’agenouille et s’écrie : “Éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur, Seigneur (Luc 5:8) La crainte que Pierre a du Seigneur est attachante, mais imparfaite, et elle a besoin de purification pour toute sa vie.

Après la Résurrection mais avant la Pentecôte, Jésus encourage Pierre à l’aimer d’un amour sacrificiel. “Simon, fils de Jean, m’aimes-tu[agapas, amour sacrificiel] plus que ceux-ci ?” (Jean 21:15). En se repentant de son triple déni, Pierre semble incapable, sans l’Esprit Saint, d’exprimer son amour pour Jésus au-delà de l’amour filial. “Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime[philō, amitié amour].” (Jean 21:16)

Dans la dernière scène de sa vie, Pierre retourne à Rome et est crucifié, rejoignant son Sauveur bien-aimé dans un amour sacrificiel. L’Esprit Saint, enfin, purifie et élève la peur servile de Pierre.

Les sept Dons du Saint-Esprit ont été profondément enracinés dans nos âmes le jour de notre Confirmation. Ils ne peuvent pas être délogés, seulement supprimés par notre refus de Lui ouvrir nos cœurs. Mais si nous voulons être membres à part entière de Son Église, les dons sont disponibles sur demande : “Demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et il vous sera ouvert.” (Mt. 7:7)

La transformation n’est pas instantanée. Elle vient avec les Dons du Saint-Esprit qui nous sont conférés à notre Pentecôte personnelle, en nous souvenant fréquemment d’eux et en les pratiquant avec audace dans un amour sacrificiel.

Viens Esprit Saint, remplis les cœurs de tes fidèles, et allume en eux le feu de ton amour. Envoie Ton Esprit, et ils seront créés. Et Tu renouvelleras la face de la terre.

*Image : Pentecôte par Jan Joest, 1508[église Saint-Nicolas à Kalkar, Allemagne]. Cette partie de l’autel de Saint-Nicolas, dessinée par Jose, est une partie de l’autel de Saint-Nicolas. La Pentecôte est le carré inférieur gauche du carré droit à quatre panneaux.

Révérend Jerry J. Pokorsky
Le père Jerry J. Pokorsky est prêtre du diocèse d’Arlington. Il est pasteur de la paroisse Sainte Catherine de Sienne à Great Falls, Virginie.