DES DÉMOCRATES LAÏQUES DÉSIREUX DE FAIRE AVORTER LE CHRISTIANISME

Paul Murano  •  ChurchMilitant

L’agenda de gauche s’attaque à la vie, à la liberté et à la recherche de la vérité

Une éventuelle présidence Biden comptera des laïcs progressistes de gauche aux plus hauts niveaux du gouvernement fédéral. De nombreux constitutionnalistes et conservateurs religieux estiment que cela promet d’être néfaste pour la cause de la vie et de la liberté.

Image
(de gauche à droite) L'”escouade” des démocrates est composée de Rashida Tlaib, Ilhan
Omar, Alexandria Ocasio-Cortez et Ayanna Pressley

Le gouvernement comprendrait des catholiques anti-catholiques comme président, président de la Chambre, juge à la Cour suprême, chef de l'”Escouade” anti-américaine du Congrès, et le gouverneur de New York, qui serait le prochain secrétaire d’État américain. C’est pourquoi les groupes de gauche réclament à cor et à cri de profiter de cette occasion.

L’un de ces groupes, le Secular Democrats of America (SDA), est un réseau et un comité d’action politique (PAC) qui incarne l’essence du Parti démocrate actuel. Ils ont récemment envoyé un document de 28 pages à la campagne Biden, proposant un programme qui pousse à encore plus de laïcité dans la société.

Une grande partie de ce qui est proposé dans le document, intitulé “Restaurer la laïcité constitutionnelle et le pluralisme patriotique à la Maison Blanche”, fait reculer les protections pro-vie, pro-famille et liberté religieuse de l’administration Trump.


Au cours des deux dernières décennies, la proportion de personnes au sein de la coalition démocrate qui ne s’identifient à aucune religion a doublé.


Le préambule l’indique clairement : “Le Secular Democrats of America PAC a préparé ce document pour la campagne Biden-Harris afin de fournir des recommandations qui non seulement répareront les dommages causés par l’administration Trump,” déclare-t-il, “mais qui restaureront audacieusement une vision de la laïcité constitutionnelle …”.

Sur son site web, le SDA se présente comme un défenseur des non-religieux.

“Nous sommes un réseau de démocrates qui plaide pour l’inclusion des Américains non religieux et qui se mobilise pour protéger notre démocratie laïque”, peut-on y lire. “Nous nous organisons pour protéger la liberté de religion (sic) et défendre la séparation constitutionnelle de la religion et du gouvernement”.

Le document demande que Biden et Harris “annulent tous les décrets, règles, mémorandums et autres actions qui exemptent les organisations confessionnelles qui passent des contrats avec le gouvernement fédéral de l’obligation de non-discrimination, y compris la discrimination en matière d’emploi”.

Cela signifierait que les écoles et les églises catholiques seraient obligées par la loi d’engager des partisans de l’avortement ainsi que des personnes dites transgenres, homosexuelles, divorcées et remariées – qui contredisent ouvertement la doctrine de l’Église dans leurs paroles et/ou leur mode de vie.


Les codes culturels profondément ancrés, les croyances religieuses et les préjugés structurels doivent être modifiés.


Le document dépeint les conservateurs religieux, et non les faux médias, comme l’ennemi du peuple :

Nous vous invitons à ne pas sous-estimer la force institutionnelle de ce que nous appelons (de façon interchangeable) dans ce document le “mouvement nationaliste chrétien” ou la “droite religieuse”. … Ce programme extrémiste et sectaire est constamment affiché sous l’administration Trump-Pence. Son idéologie politique est anti-démocratique et anti-scientifique. Elle couvre constamment la suprématie blanche.

Parmi les autres choses proposées dans le document, on trouve l’appel à

  • L’élimination de tout soutien gouvernemental aux centres de crise pour femmes enceintes et aux programmes d’éducation à l’abstinence
  • Restriction de la liberté d’expression et de la liberté religieuse
  • Abrogation des exemptions non médicales aux vaccinations obligatoires pour les enfants en bas âge et les enfants d’âge scolaire
  • Suppression de la mention “In God We Trust” sur la monnaie
  • Abrogation de la loi sur le rétablissement de la liberté religieuse (RFRA)

Sarah Levin, directrice des programmes de la SDA, a déclaré dans un communiqué de novembre : “Des dizaines de millions d’Américains laïques se sont joints à Joe Biden et Kamala Harris le jour des élections parce qu’ils veulent un gouvernement qui reflète leurs valeurs”.

Image
Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis

Ces valeurs, on le comprend bien, commencent par le maintien de la légalisation du meurtre des enfants à naître et le statut légal des couples homosexuels contre-nature en tant que “mariage”, a poursuivi Levin : “Le président Trump a placé le privilège religieux au-dessus de la liberté individuelle et de notre mode de vie démocratique”.

Les observateurs politiques ont vu le Parti démocrate devenir de plus en plus laïque au cours des dernières décennies. Une enquête menée en 2016 par fivethirtyeight.com confirme ce mouvement :

Les [Démocrates religieux] en sont venus à constituer un sous-ensemble de plus en plus restreint du parti. Au cours des deux dernières décennies, la proportion de personnes au sein de la coalition démocratique qui ne s’identifient à aucune religion a doublé, passant de 14 % en 1998 à 28 % en 2018, selon l’enquête sociale générale. Il en résulte que le Parti démocrate d’aujourd’hui est de plus en plus laïque.

En outre, de nombreux démocrates qui s’identifient à une religion sont religieux au sens où Joe Biden, Nancy Pelosi, Andrew Cuomo, Sonia Sotomayor et Alexandria Ocasio-Cortez sont “religieux”.

L’histoire récente a vu la sénatrice Dianne Feinstein s’adresser à la juge de la Cour suprême Amy Coney Barret en ces termes : “Le dogme vit bruyamment en vous”, Hillary Clinton avertissant que “les codes culturels profondément ancrés, les croyances religieuses et les préjugés structurels doivent être changés”, et Barack Obama caractérisant les conservateurs comme “s’accrochant aux armes ou à la religion ou à l’antipathie pour les gens qui ne sont pas comme eux”.


Une présidence Biden pourrait marquer la fin de la liberté.


Des catholiques fidèles et courageux comme le père James Altman de La Crosse (Wisconsin), le père Richard Heilman de Madison (Wisconsin) et le père Joseph Strickland de Tyler (Texas) ont averti les fidèles que voter démocrate pouvait mettre en danger leur âme éternelle. Michael DeLance Thomas a écrit un livre intitulé “Pourquoi les chrétiens ne peuvent pas être démocrates”. Pourtant, parce que les évêques, les prêtres et les laïcs ont trahi la foi, les catholiques autoproclamés ont voté pour l’anti-vie Biden et son colistier anti-catholique Harris contre Trump-Pence par 52% à 47%, selon un sondage Edison.

Des experts politiques avisés craignent que, puisque la gauche marxiste a déjà pris le contrôle du journalisme, du divertissement, de l’académie et de la Big Tech, une présidence Biden pourrait signaler la fin de la liberté telle que nous la connaissons aux États-Unis d’Amérique.