Les Juifs « innocentés » de la mort de Jésus ?

MPI – Nous connaissons tous la nouvelle offensive antichrétienne, mais singulièrement anticatholique de certains israélites, et particulièrement des Usraéliens, (Israéliens et Américains, juifs comme protestants évangéliques) pour « laver le judaïsme » de toutes les accusations considérées à tort ou à raison comme portées par le christianisme depuis deux mille ans, et principalement par le catholicisme romain qui a montré sa faiblesse avec le Concile Vatican II et la déclaration Nostra Aetate dont les juifs extrapolent les termes ad nauseam avec – il faut hélas le reconnaître – la complicité de nombre de prêtres et de prélats catholiques d’aujourd’hui. Continuer la lecture de « Les Juifs « innocentés » de la mort de Jésus ? »

L’ESPRIT RÉVOLUTIONNAIRE JUIF, et son impact sur l’histoire du monde

L’ESPRIT RÉVOLUTIONNAIRE JUIF,
et son impact sur l’histoire du monde
,
par le Dr. E. Michael JONES
Site américain de l’auteur : Culture Wars

Traduction professionnelle de l’américain au français par François Thouvenin, et préface de Pierre Hillard.

Très belle édition, reliée en cahiers cousus, papier ivoire,
couverture cartonnée rigide pelliculée
Format 18×26, 1132 pages, 49
Lire des extraits et la table en ligne

Vidéo de présentation de la qualité.

Au-delà de ce qui explique les mouvements révolutionnaires juifs sous l’angle strictement politique, le dernier livre d’Eugene Michael Jones explore le substrat théologique d’une histoire trop souvent ignorée ou déformée. Cet ouvrage polémique, qui paraît à son heure, vise à recadrer le débat œcuménique, nous aide à comprendre le monde moderne et, peut-être surtout, nous parle de ce que nous sommes.

Continuer la lecture de « L’ESPRIT RÉVOLUTIONNAIRE JUIF, et son impact sur l’histoire du monde »

La Pravda américaine. Singularités de la religion juive

Par Ron Unz – Le 16 juillet 2018 – Source Unz Review

Il y a une dizaine d’années, je parlais à un éminent universitaire qui s’était fait connaître pour ses critiques acerbes de la politique israélienne au Moyen-Orient et pour le ferme soutien que l’Amérique lui apportait. J’ai dit que j’étais moi-même arrivé à des conclusions très semblables quelque temps auparavant, et il m’a demandé quand cela s’était produit. Je lui ai dit que c’était en 1982, et je pense qu’il a trouvé ma réponse assez surprenante. J’ai eu l’impression que cette date était des décennies plus tôt que ce qu’auraient donné presque tous ceux qu’il connaissait. Continuer la lecture de « La Pravda américaine. Singularités de la religion juive »

La politique anti-chrétienne israélienne

MPI – En Israël, la décision du gouvernement de Benjamin Netanyahu d’abattre le pluri-centenaire Imperial Hotel de Jérusalem a suscité une profonde indignation.

Situé dans la vieille ville de la cité sainte, le centre historique, l’Imperial Hotel, construit par l’Église grecque orthodoxe, héberge depuis plus de 130 ans les pèlerins chrétiens venus en Terre Sainte : des milliers d’entre eux ont dormi dans ses chambres. A sa place, s’érigeront des « colonies de peuplement juives ». Cette initiative a été présentée par Yifat Shasha-Biton, le ministre des Travaux publics et de l’Urbanisme, et a pour but de satisfaire la « croissante demande de logements populaires » provenant de la population israélienne.

Les autorités juives justifient la démolition de l’ancien hôtel situé dans le quartier chrétien de la cité sainte en soulignant « la nature abusive » du palais en question, reconnue officiellement par les juges il y a 14 ans. L’exécutif de Netanyahu, en ordonnant la démolition de la structure qui a accueilli pendant plus d’un siècle les pèlerins, ne serait en train que d’actualiser une sentence « pendant trop longtemps restée inappliquée ».

Le ministre Shasha-Biton, en parlant de la fin de l’Imperial Hotel a scandé qu’il s’agit là d’une « victoire des citoyens israéliens honnêtes » désireux de trouver une maison dans la ville de Jérusalem, mais qui auraient jusqu’à maintenant subi « trop d’injustices » perpétrées par « des constructeurs sans scrupules »…

Colère et indignation ont immédiatement saisi et les responsables de l’hôtel historique et l’entière communauté chrétienne de Terre Sainte. Abu Walid Dajani, le directeur de l’Imperial Hotel, a mis en lumière « l’illégitimité » du projet de colonies de peuplement juives dans la Ville sainte puisque adopté par un exécutif « inhabilité à faire des choix politiques aussi importants puisque démissionnaire ». Le gouvernement de Netanyahu est en effet en charge seulement pour régler les affaires courantes, dans l’attente des élections générales de septembre.

La conférence des évêques de rite latin du Moyen-Orient s’est également prononcée contre la disparition de cet hôtel des pèlerins en publiant un communiqué dans lequel la déclaration du ministre des Travaux publics est commentée comme « l’expression d’une intolérance envers la présence en Israël de minorités religieuses ».

Francesca de Villasmundo

Un ministre israélien considère que les mariages entre Juifs et non-Juifs sont « une seconde Shoah »

MPI – Le ministre israélien de l’Education Rafi Peretz a déclaré que les mariages de Juifs américains avec des non-Juifs sont comme « une seconde Shoah ».

Rafi Peretz, ancien grand-rabbin de l’armée israélienne, devenu dirigeant du bloc de l’Union des partis de droite, a fait cette déclaration lors d’une réunion de son cabinet ministériel dans la journée du 1er juillet. Cette réunion devait permettre à Dennis Ross, président du JPPI (Jewish People Policy Institute), d’expliquer les tendances observées chez les communautés juives à travers le monde et en particulier en Amérique du Nord. La question des mariages mixtes est intervenue au cours de ce compte-rendu.

C’est à ce moment que le ministre Rafi Peretz a expliqué que, selon lui, l’assimilation des Juifs à travers le monde et particulièrement aux États-Unis était « comme une seconde Shoah », ajoutant qu’en raison des mariages mixtes ces 70 dernières années, le peuple juif avait « perdu 6 million de personnes ».

Reconnaissance LGBT par le rabbinat !

Cette ordination historique vient rompre le tabou autour de l’homosexualité dans la communauté orthodoxe.

LGBT – C’est une première dans la communauté juive orthodoxe. Daniel Atwood, un étudiant ouvertement gay, a été ordonné à Jérusalem alors que son université new-yorkaise avait refusé de lui remettre son ordination, rapporteHaaretz.

Après s’être vu refuser la semikha de la Yeshivat Chovevei Torah de New York, après s’être fiancé à un homme, Daniel Atwood a été nommé rabbin dans la capitale israélienne, dimanche 26 mai, par Daniel Landes, rabbin israélo-américain.

Si les positions du judaïsme orthodoxe évoluent doucement, le cas d’Atwood montre toutefois que cette tolérance connaît des limites. Le mariage entre personnes du même sexe est interdit dans la communauté juive orthodoxe, rappelleLe Point.

“Je suis ravi de recevoir une semikah et je suis très reconnaissant au rabbin Landes et à son organisation Yashrut de me prendre sous leur aile”, a expliqué le jeune rabbin, cité par Haaretz.

L’homme de 27 ans s’est dit toutefois triste de “ne pas être entouré des amis et des enseignants avec qui (il a étudié) pendant de nombreuses années à YCT”.

Le grand rabbin de Jérusalem contre les drapeaux LGBT

Interrogé sur le fait qu’il allait désormais représenter la communauté LGBT juive dans l’orthodoxie, Daniel Atwood a confié qu’il espérait devenir “une présence rabbinique pour les LGBT et tous les juifs, quelle que soit leur orientation, qui se sentent marginalisés”.

Son fiancé, Judah Gavant, a confié à la Jewish Telegraphic Agency que l’ordination de Daniel faisait partie d’un processus “de progression pour rendre le monde juif plus accessible à ceux qui veulent en faire partie”. En 2018, plusieurs rabbins orthodoxes israéliens et américains avaient signé une lettre ouverte de soutien à la communauté LGBT alors que 200 rabbins orthodoxes israéliens qualifiaient ses membres de “pervers”.

Cette ordination intervient alors même que le grand rabbin de Jérusalem, Aryeh Stern, a demandé au maire Moshe Lion d’interdire les drapeaux arc-en-ciel alors que la marche des Fiertés de Jérusalem aura lieu début juin. Une requête que la municipalité a rejetée.

“Je sais qu’au niveau légal, le maire n’est pas habilité à interdire la parade, et c’est pourquoi je vous demande de donner au moins l’ordre de ne pas accrocher de drapeaux, qui gâchent la ville”, a demandé Aryeh Stern.

Vendredi 31 mai, la parade de la ville de Kfar Saba viendra inaugurer le début du mois des Fiertés en Israël. Une cinquantaine d’autres marches auront lieu dans l’ensemble du pays considéré comme avancé en matière de visibilité et d’égalité pour la communauté LGBT. La parade de Tel Aviv, qui cultive l’image d’une ville gay-friendly, aura elle lieu le 14 juin.

HUFFPOST

Conversion des juifs : la viscérale haine antichrétienne des ultra-orthodoxes

https://infos-israel.news/de-nombreux-juifs-pieges-ils-adoptent-une-vie-en-tant-quultra-orthodoxe-et-incitent-les-juifs-a-se-convertir-au-christianisme/

Histoire de jouer au plus malin, les gens de info-israel.news (juifs orthodoxes installés en bordure de la bande de Gaza, anciennement rédacteurs de alya-express.news) cryptent leurs écrits pour empêcher (!) une reprise en copier/coller et la diffusion de leurs « œuvres »…

(En fait on y arrive très bien avec un retraitement du texte via Java, mais c’est une perte de temps et c’est assez fastidieux à remettre en forme) Continuer la lecture de « Conversion des juifs : la viscérale haine antichrétienne des ultra-orthodoxes »