Le texte intégral de la méditation du Pape lors de sa bénédiction Urbi et Orbi historique

Au milieu de la « tempête » que peut représenter l’épidémie de covid-19, le Seigneur souhaite « réveiller et raviver notre foi pascale », a souligné le pape François vendredi 27 mars lors d’une méditation centrée sur le miracle de la tempête apaisée prononcée sur place Saint-Pierre lors d’une veillée de prière exceptionnelle et avant une bénédiction Urbi et Orbi historique

Continuer la lecture de « Le texte intégral de la méditation du Pape lors de sa bénédiction Urbi et Orbi historique »

Appel depuis la Pologne pour la consécration au Cœur Immaculé de Marie

Le blog de Jeanne Smits

L’Association “Marche pour l’indépendance” en Pologne lance une initiative nationale, mais qui a vocation à devenir internationale, pour la consécration individuelle et collective des catholiques au Cœur Immaculé de Marie. Je vous invite à la relayer le plus possible autour de vous, via les réseaux sociaux. – J.S.

Acte de consécration collective de la Pologne et de nous-mêmes au Cœur Immaculée de Marie

Face aux circonstances extraordinaires qui touchent notre Patrie, la Pologne, et toute l’Europe, nous sommes témoins des changements inédits : fermeture des cours de justice, des universités, des écoles, des centres commerciaux, les services médicaux surchargés, des ressources partiellement épuisées ; des millions de personnes poussées au confinement à la maison, dont un nombre non négligeable privé de ressources de leur gagne-pain quotidien… du jamais vu en Europe depuis la IIe Guerre mondiale ! Plus encore, probablement jamais dans l’histoire du monde autant de millions de catholiques ne se sont retrouvés dans autant de lieux à la fois privés de pouvoir participer à la Messe dominicale. Mais les dangers qui guettent la Pologne, tout comme le monde entier, sont bien plus vastes que la seule crise du coronavirus.
Au temps des périls et des crises, la prière la plus fervente ne peut dispenser d’une action prudente et persévérante, qui fait partie de l’ordre normal des choses. En même temps affirmer que la prière est dans ces circonstances inutile reviendrait à rejeter d’une manière impie l’aide de Dieu, dont la Providence est seule à maîtriser totalement les évènements.
C’est pourquoi dans cette situation extraordinaire nous faisons appel à tous les Polonais, notre clergé et nos autorités publiques à effectuer un acte commun de confier et consacrer la Pologne et nous-mêmes au Cœur Immaculé de Marie lors de la fête de l’Annonciation, le 25 mars prochain. A l’heure des moyens de communication modernes, effectuer un tel acte d’une manière commune ne nécessite pas de briser notre confinement particulier, ne réclame pas de forme unique pour tout le monde, mais requiert seulement le même esprit de foi et de cœur sincère et contrit, quelque soit le lieu où nous soyons.
Nous invitons également les catholiques du monde entier à rejoindre cette initiative avec leur clergé et leurs autorités publiques, afin de confier eux-mêmes et leur patrie au Cœur Immaculé de Marie au jour de l’Annonciation, en union avec nous. Notre-Dame a en effet dit à Fatima face aux tribulations à venir : Mon Cœur Immaculé sera votre refuge et le chemin qui vous conduira surement à Dieu.
Les clercs souhaitant nous signaler la participation de leur paroisse ou communauté dans cette initiative peuvent nous en informer par voie électronique à l’adresse : kontakt@niepokalanesercemaryi.pl
Afin de témoigner de notre foi de par le monde et de notre confiance dans le Cœur de notre Mère du Ciel, nous publierons au fur et à mesure la liste de toues les paroisses et communautés engagées.

Acte de consécration de la Pologne au Cœur Immaculé de Marie

(peut être adapté aux besoins des nations francophones, en mentionnant particulièrement le vœu de Louis XIII en ce qui concerne la France)

Vierge Immaculée, Mère Très Pure de Notre-Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, regardez avec miséricorde Votre peuple polonais, qui recourt aujourd’hui à Vous de tout le pays et du monde entier.

Souvenez-Vous qu’autrefois notre roi Jean-Casimir, après l’invasion suédoise, Vous a choisie pour Patronne et Reine de notre État, et a confié notre pays à Votre protection et défense particulière (cardinal August Hlond).

À l’heure des grands dangers et périls, spirituels et temporels, nous recourons à Votre Cœur Immaculée et nous nous confions à Lui, Notre-Dame et Notre Reine, ravivés par la Foi et la confiance, car on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à Votre protection, imploré Votre assistance ou réclamé Vos suffrages, ait été abandonné (saint Bernard de Clairvaux).

Afin que notre consécration Vous soit, ainsi qu’à Dieu, agréable, donnez-nous, Mère de la divine grâce, un cœur pur et sincèrement contrit de nos péchés, ainsi que de ceux de notre nation. Secours des chrétiens, prodiguez-nous conseil et force, pour que nous puissions rendre droits les voies de nos vies, celles de nos familles et du pays, dans la fidélité à la loi de Dieu inscrite dans le Décalogue, dans l’obéissance à l’enseignement de l’Évangile et aux lois de l’Église fondée par Votre Fils.

Vierge très puissante, inspirez-nous l’esprit d’humilité, de générosité et d’abnégation, nécessaire à pratiquer la pénitence, à laquelle le Rédempteur nous a solennellement appelés, sans laquelle nous périrons tous (Lc 13, 5). Miroir de justice, ne permettez pas que nous devenions indifférents aux péchés criants vengeance au Ciel, surtout ceux commis à l’égard des plus vulnérables – des enfants à naître et des enfants abusés.

Vierge très chaste, obtenez pour toute notre société la grâce des mœurs pures ainsi que la vertu de tempérance, de façon à ce que notre Patrie Vous soit réellement soumise et agréable, ô notre Reine ! Mère du bon conseil, remplissez nos autorités de sagesse et de prudence, afin qu’ayant en vue le bien commun véritable et la justice authentique, ils gouvernent notre pays dans la vérité et l’équité. Reine de la paix, obtenez à toutes les nations la paix divine, que seul peut instaurer le Prince de la paix – le Christ Roi (Is 9, 5). Salut des infirmes et Consolatrice des affligés, entourez de Votre maternelle et très miséricordieuse protection tous les membres souffrants de notre peuple. Refuge des pécheurs, ouvrez les cœurs polonais fermés jusqu’à présent à la grâce de Votre Fils et guidez-les aux sources de la vie éternelle.

Reine du très Saint Rosaire, Vous avez promis à Fatima, que face aux périls à venir Votre Cœur Immaculé sera notre refuge et le chemin qui nous conduira surement à Dieu, aussi avons-nous confiance que Vos regards miséricordieux s’abaisseront sur nos misères et nos angoisses, sur nos luttes et nos faiblesses (Pie XII). Désirant obtenir Votre protection, et par Votre intercession obtenir de Dieu la force et la persévérance dans le bien au milieu des peines, épreuves et toutes sortes de périls, voici qu’aujourd’hui nous confions et consacrons à Votre Cœur Immaculée nous-mêmes, nos familles ainsi que toute la Pologne, avec nos autorités, notre clergé et tous nos compatriotes. Dès aujourd’hui, et pour tous les jours de notre vie, nous sommes tout à Vous. Prenez-nous comme nous sommes, et rendez-nous ce que Vous voulez que nous soyons, pour la gloire de Dieu, maintenant et dans l’éternité, car en Vous seule, incomparablement, Dieu a été davantage glorifié qu’en aucun de Ses saints (saint Maximilien Kolbe).

Cause de notre joie, obtenez-nous la soumission à la volonté de Dieu dans la croix et la souffrance, ô Reine du Ciel qui nous attendez dans notre Patrie céleste de la béatitude sans fin.

Très Sainte Mère de Dieu : que Son Règne arrive par Votre Cœur Immaculé ! Reine de Pologne : priez pour nous !
 
 

 

Symbolisme masculin-féminin dans les rôles liturgiques : pas bizarre, juste catholique

1P5 – Peter Kwasniewski 

Note de la rédaction : OnePeterFive a republié aujourd’hui et hier sous le nom de leur auteur une paire d’articles qui sont apparus pour la première fois en 2015 sous le pseudonyme de Benedict Constable. Avec la discussion progressiste sur la question de savoir si les femmes peuvent être “diacres” ou “prêtres” (malgré les déclarations répétées du Magistère), il est crucial de mettre un frein et de se demander : pourquoi allons-nous dans cette voie pour commencer ? Il y a une question préalable : Les femmes doivent-elles exercer des fonctions liturgiques dans le sanctuaire ? Hier, le Dr Kwasniewski a abordé la question des femmes conférencières ; aujourd’hui, nous republions sa réponse aux objections. Il a repris la question des femmes servants d’autel à la NLM (1, 2).

Continuer la lecture de « Symbolisme masculin-féminin dans les rôles liturgiques : pas bizarre, juste catholique »

La liturgie et l’Église se tiennent mutuellement ou chutent ensemble

Tiré du blog  de l’association liturgique américaine Adoremus traduit par l’Association Pro Liturgia.

Il est difficile de rester indifférent à la crise ecclésiale que nous connaissons actuellement. La peine, la confusion, les questions sont en chacun d’entre nous, même si elles se présentent de façons variées suivant les personnes. Comme le faisait remarquer le cardinal Ratzinger, l’Eglise est « une entreprise toujours en cours de réforme », c’est-à-dire toujours à purifier. Mais la crise actuelle s’avère complexe et la réforme doit être menée en conséquence. Dans ce contexte difficile, il est nécessaire de parler – une fois encore – de la liturgie. Continuer la lecture de « La liturgie et l’Église se tiennent mutuellement ou chutent ensemble »

Sur la sagesse d’emmener les enfants aux funérailles

THE CATHOLIC THING – Par Filipe Avillez

L’autre jour, quelqu’un m’a alerté d’un podcast d’un psychologue pour enfants. On lui a demandé si les enfants devaient assister aux funérailles et il a répondu fermement qu’ils ne devaient pas le faire.

Les funérailles sont des affaires très privées, intimes et laides, a-t-il raisonné. Même les adultes n’y assistent que parce qu’ils le doivent, et lorsqu’ils y assistent, les enfants peuvent voir leurs parents dans un état de fragilité, ce qui peut être traumatisant.

Bien sûr, il y a beaucoup de cela de nos jours : cela fait partie de la vision post-chrétienne de la mort. Mais j’admets que j’ai été choqué de l’entendre de la bouche d’un thérapeute professionnel. Continuer la lecture de « Sur la sagesse d’emmener les enfants aux funérailles »

LE SENTIMENTALISME ET LA SENSIBLERIE EN LITURGIE UN CONSTAT ALARMANT

Pro Liturgia – parGeorges ALSWILLER Il faut le dire sans ambages : le principal venin qui empoisonne la vie ecclésiale en général et la liturgie en particulier à notre époque, c’est le sentimentalisme. Le sentimentalisme aujourd’hui s’immisce partout, s’infiltre partout, déforme tout, défigure tout. Au cours de l’immense majorité des célébrations, c’est le sentimentalisme qui imprègne les chants (plus encore lors des mariages et des funérailles), qui force l’attitude des ministres comme celle des fidèles, qui impose les choix « décoratifs », les manières de prier, de proclamer la Parole de Dieu, etc. Le sentimentalisme va parfois même jusqu’à déformer l’interprétation du chant grégorien, y compris dans les rares endroits où celui-ci est encore interprété. Continuer la lecture de « LE SENTIMENTALISME ET LA SENSIBLERIE EN LITURGIE UN CONSTAT ALARMANT »

50 ANS APRÈS, LA “NOUVELLE MESSE” A MAL VIEILLI

L’année 1969 fut marquée par une petite révolution au cœur de l’Église, qui lançait une grande refonte de la messe. Pensée pour « faire jeune », elle voit aujourd’hui le public même qu’elle visait la déserter pour revenir aux rites traditionnels.

Il y a plus de 50 ans, Rome appelait à « ouvrir les fenêtres » de l’Église catholique. Au cœur de l’Avent de 1969, les fidèles découvraient les effets de cette ouverture à travers une nouvelle messe promulguée par le pape Paul VI. Elle pensait qu’en s’adaptant à la modernité, le « monde » se réconcilierait avec elle. Les fruits de cette générosité se font encore attendre. Malgré les efforts de François pour embrasser toutes les causes « humanistes », jamais l’Église n’a paru si éloignée d’un monde qui n’écoute plus la voix qu’elle porte. Continuer la lecture de « 50 ANS APRÈS, LA “NOUVELLE MESSE” A MAL VIEILLI »

Tenez cet arbre: Noël n’est pas encore fini

1P5Drew Belsky 

Le nouveau calendrier est l’un des plus subtils corrosifs que le Vatican post-conciliaire a versé sur la foi d’une population catholique peu méfiante. De l’introduction de la confusion quant à l’existence de saints respectés à l’oblitération d’octaves en passant par le chaos d’étranges cycles lectionnaires concentriques asymétriques, le pandémonium du nouveau calendrier fait qu’on se languit des jours de semi-double.

Pire encore, le nouveau calendrier creuse une brèche entre les catholiques qui assistent au Novus de l’ordre et ceux qui se sentent chez eux dans les traditions liturgiques de l’Église. Continuer la lecture de « Tenez cet arbre: Noël n’est pas encore fini »

Veilles bibliques et pourquoi nous n’en avons pas (ou n’en avons pas besoin)

1P5Sharon Kabel 

Il peut être déconcertant, en lisant sur les réformes liturgiques modernes dans l’Église catholique, de comparer la réalité (comme la disparition du chant grégorien dans la liturgie) avec l’intention, la raison d’être ou le récit officiel (le chant grégorien devrait être à l’honneur dans la liturgie). Si les fruits de ces réformes sont de mieux en mieux documentés, ce qui peut être plus difficile à documenter, ce sont les points manquants : les origines, les histoires et les justifications qui peuvent expliquer les associations et les fruits d’une réforme.

Un curieux cas de points manquants est celui des veillées bibliques, ou paraliturgies, discutées en détail ici au Nouveau mouvement liturgique. Malgré leur importance unique – le Pape Paul VI a clôturé le Concile par une veillée biblique – et le soutien du Concile Vatican II (Sacrosanctum Concilium, 35.4), ces paralysies ont été presque complètement inexplorées dans la littérature des réformes modernes. Continuer la lecture de « Veilles bibliques et pourquoi nous n’en avons pas (ou n’en avons pas besoin) »