Le naturalisme maçonnique et la quasi-occasion du péché

1P5 – par John Henderson 

L’acceptation généralisée du mensonge promu par Jean-Jacques Rousseau et d’autres francs-maçons influents concernant la prétendue bonté naturelle de l’homme a entraîné une corruption morale extrême et la dévastation des âmes. Dans sa première encyclique sur la société secrète, le Pape Léon XIII écrivait : “Les francs-maçons, n’ayant aucune foi en ce que nous avons appris par la révélation de Dieu, nient que nos premiers parents aient péché, et par conséquent pensent que le libre arbitre n’est en rien affaibli et incliné vers le mal. Au contraire, exagérant plutôt le pouvoir et l’excellence de la nature, et y plaçant seuls le principe et la règle de justice, ils ne peuvent même pas imaginer qu’il y ait besoin d’une lutte constante et d’une ténacité parfaite pour surmonter la violence et la règle de nos passions.” Le déni ou l’oubli de notre condition déchue a conduit à négliger la discussion sur le concept important des occasions de péché. Continuer la lecture de « Le naturalisme maçonnique et la quasi-occasion du péché »

Francs-maçons : “Notre-Dame à profaner et à devenir un temple culturel”.

Les francs-maçons français veulent profiter de l’incendie dévastateur de Notre-Dame de Paris pour profaner la cathédrale et saccager l’Etat.

KATHOLISCHES – Nous sommes en 2019, au Cameroun, la politique et les affaires sont secrètement contrôlées par la franc-maçonnerie. En France, les francs-maçons font de plus en plus pression pour prendre la cathédrale Notre-Dame détruite de l’église et la reconstruire en un temple culturel “séculier”.

La Conférence épiscopale du pays a déploré cet état de fait dans un appel public. Le premier signataire est le Président de la Conférence épiscopale, Mgr Abraham Boualo Kome, évêque de Bafang et administrateur apostolique de Bafia. Continuer la lecture de « Francs-maçons : “Notre-Dame à profaner et à devenir un temple culturel”. »

Les évêques africains fustigent la franc-maçonnerie et la sorcellerie dans une nouvelle lettre pastorale

(LifeSiteNews) – La Conférence épiscopale du Cameroun (CENC) a récemment publié une lettre pastorale condamnant la franc-maçonnerie, le rosicrucianisme et la sorcellerie, par laquelle la conférence a appelé tous les catholiques à s’opposer à ces groupes et croyances. La signature de ce texte apparaît comme l’un des premiers actes publics du nouveau président de la Conférence épiscopale nationale, Mgr Abraham Bialo Kome de Bafang (ouest du Cameroun). Tous les autres évêques camerounais ont également soutenu le texte à travers leur conférence nationale.

Elle fait suite à une initiative similaire dans les années 1990, lorsque l’épiscopat camerounais a publié pour la première fois un document condamnant les “sectes ésotériques”.

La nouvelle de la lettre parue fin juin a été publiée dans la presse locale le 4 juillet et a ensuite attiré l’attention des médias internationaux. Selon cameroun.web, il a été signé le 4 mai, lors de l’assemblée générale du CENC.

Les évêques se sont inquiétés du succès grandissant de ces mouvements anti-chrétiens, qu’ils n’hésitent pas à démontrer comme incompatibles avec l’appartenance à l’Église catholique.

“Actuellement, dans certaines paroisses de nos diocèses, dans les conseils paroissiaux et même dans certaines organisations diocésaines, il y a de plus en plus de personnes qui occupent des postes de responsabilité, des personnes appartenant à la Franc-maçonnerie, aux Rose-Croix, ou qui sont en sorcellerie, auxquelles les sacrements que Jésus Christ a confié à notre Sainte Mère, l’Église, sont administrés sans scrupules, ont-elles écrites. “Une telle situation nécessite une clarification.”

Leurs paroles montrent très clairement que ces pratiques rendent impossible de recevoir dignement la Sainte Communion tant que des liens n’ont pas été coupés avec ces organisations ou pratiques.

Cameroun.web a commenté, citant éventuellement une partie du document qui n’est pas disponible sur internet : “Au fil du temps, les pratiques ésotériques trouvent de plus en plus leur place dans la société. Les naïfs et les ignorants sont les principales victimes des adeptes de ces pratiques occultes. Voyant le phénomène poser ses jalons au sein des églises pour détourner les chrétiens de la voie de la vérité, les évêques ont décidé d’abandonner leur réserve pour empêcher que de tels actes ne s’épanouissent”.

L’assimilation de la franc-maçonnerie et du rosicrucianisme à la sorcellerie traditionnelle, comme l’ont fait les évêques, ne peut être agréable pour les francs-maçons et les rosicruciens qui sont fiers de leur rejet de tout dogme ou comportement anti-rationnel, comme ils l’auraient dit. Le fait d’être catalogués comme des sorciers africains, comme des profiteurs sans scrupules de l’ignorance et de la crédulité des gens simples, a dû leur faire encore plus de mal.

Mais l’occultisme est en effet le point commun : ces groupes travaillent comme des sociétés secrètes afin de poursuivre des buts qu’ils ne révèlent pas complètement au public ordinaire, tout en faisant appel à une certaine forme de monde spirituel qui ne peut être opposée à Dieu Tout-Puissant.

Comme le disent les évêques, “au nom de notre devoir d’enseignement, nous vous donnons cette lettre pastorale non seulement pour vous rappeler les grandes lignes du Magistère sur la Franc-maçonnerie, les Rose-Croix et la croyance en la sorcellerie, mais aussi pour vous donner des directives pastorales pour éclairer et soutenir votre foi en Jésus Christ, mort et ressuscité des morts”.

Le document explique ensuite les graves griefs de l’Église contre les trois groupes occultistes.

La franc-maçonnerie, rappellent les évêques, est une “société initiatique”. “Pour devenir membre d’une loge, le candidat doit d’abord être accepté et ensuite initié à l’observance des secrets des sociétés fermées ; les membres ou frères, se reconnaissent par des signes ; eux seuls possèdent les secrets sous serment.

C’est totalement contraire à ce que l’Église enseigne et comment : l’Église catholique n’est pas une société gnostique qui offre des connaissances privées merveilleuses ou lucratives à un groupe choisi d’illuminati, mais appelle tous ses membres à écouter ses enseignements et à atteindre la pleine vérité de Jésus Christ.

Mais ce n’est pas seulement la culture du secret qui rend la Franc-maçonnerie incompatible avec la foi catholique.

“La franc-maçonnerie se présente comme une philosophie humaniste, naturaliste et essentiellement rationaliste dédiée à la recherche de la vérité. Mais elle considère que la vérité n’est accessible que par la raison. Elle rejette donc la lumière de la foi et les dogmes de l’Église”, écrivent les évêques, expliquant que les francs-maçons fondent leur façon de penser sur le rejet de tous les dogmes catholiques qui trouvent leur source dans la révélation même de Dieu.

Cameroun.web a de nouveau commenté avec des citations indirectes probables du texte original :

La religion chrétienne n’est pas notre invention, mais une religion révélée par Dieu lui-même à Moïse, et amenée à l’accomplissement par Jésus Christ. Notre foi est basée sur toutes les vérités révélées par Dieu. Ces vérités sont aussi appelées dogmes. Aucun catholique ne peut les défier sans renier sa foi : ce sont les dogmes de la Sainte Trinité, de l’Incarnation, de la Résurrection, de l’Ascension, de l’Immaculée Conception et de l’Assomption de la Vierge Marie.

Le rosicrucianisme, un ordre ésotérique fondé au début du XVIIe siècle qui n’est pas sans rappeler la franc-maçonnerie, repose plus évidemment sur l’idée qu’une science secrète transmise de l’antiquité peut donner à ses initiés un aperçu du fonctionnement de la nature et aussi du monde spirituel. Elle a également été condamnée par les évêques du Cameroun.

Ils ont rappelé que les chrétiens catholiques ne peuvent adhérer à une telle doctrine car elle est contraire aux vérités évangéliques. Ils ont également condamné le fait que les Rose-Croix considèrent Dieu “comme une sorte d’énergie spirituelle, la source ultime de toutes les vibrations spirituelles et matérielles”. Son approche est proche du “panthéisme”, ont-ils précisé.

Quant à la sorcellerie, demandant aux catholiques camerounais d’en considérer les effets, les évêques l’ont qualifiée de “phénomène dangereux”, insistant sur le fait que “le discernement est urgent pour que les peuples africains puissent grandir dans la lucidité”.

Ils ont aussi exhorté les fidèles ordinaires “à continuer à réaffirmer carrément la foi en Jésus-Christ mort et ressuscité, les prudents et à ne pas se laisser entraîner par ces doctrines contraires à la foi chrétienne”.

La lettre pastorale des évêques du Cameroun ne saurait être plus opportune en matière de sorcellerie. Au moins l’un des objectifs du prochain Synode pour l’Amazonie, tel qu’énoncé dans le document de travail récemment publié (Instrumentum laboris), est clairement de valoriser et de promouvoir les rites et la médecine traditionnels autochtones, même si ceux-ci sont souvent liés ou même identiques à la sorcellerie et aux cérémonies panthéistes. Ce faisant, il favorise également le relativisme, qui est la marque de fabrique de la franc-maçonnerie.

Un missionnaire traditionnel en Afrique a récemment parlé à LifeSite de sa crainte que le Synode amazonien ne coupe les jambes aux prêtres catholiques pour promouvoir des pratiques “traditionnelles” auxquelles un nombre toujours plus grand d’Africains reviennent, alors que ces prêtres essaient si fort de les détourner de ce qui est en fait des actes idolâtres.

Les évêques du Cameroun demandent en particulier à tous les responsables de l’enseignement de la foi aux croyants catholiques de faire leur devoir à cet égard. Ils devraient “intensifier l’enseignement solide et sans ambiguïté de la doctrine catholique, car l’ignorance est un facteur décisif pour l’adhésion des fidèles du Christ aux sectes et aux groupes gnostiques”, ont écrit les évêques.

Ce n’est pas la première fois que les évêques africains se prononcent clairement contre la franc-maçonnerie, le rosicrucianisme et la sorcellerie. En mai 2018, par exemple, la Conférence épiscopale de Côte d’Ivoire a publié un document de 53 pages expliquant l’incompatibilité entre le catholicisme et la franc-maçonnerie, offrant également des conseils pour résister à la tentation d’entrer dans un grand. Ils ont également condamné le “relativisme” propre à la Franc-maçonnerie et sa considération de Jésus-Christ comme un homme exceptionnel, mais pas comme Dieu le Fils. Ils ont notamment rappelé que la position de l’Eglise catholique à l’égard de la Franc-maçonnerie n’a jamais varié et que le code de droit canonique de 1983 a confirmé le “jugement négatif de l’Eglise” quant aux associations maçonniques.

La Martinique sous emprise maçonnique

MPI – La télévision martiniquaise pose une question intéressante : la Martinique est-elle sous l’influence des Francs-Maçons ? Au vu du reportage, la réponse affirmative ne fait aucun doute. Politique, justice, police,… C’est dit, la secte maçonnique y détient une influence encore supérieure à ce qu’on rencontre en Métropole ! Qu’une chaîne de télévision officielle puisse déjà en dire autant, voilà qui est intéressant.

Selon un franc-maçon qui témoigne, la majorité des maires de Martinique sont francs-maçons. A l’approche des élections municipales de mars 2020, le combat antimaçonnique se joue aussi à cet échelon.

Les évêques camerounais condamnent l’essor de la franc-maçonnerie, de la Rose-Croix et de la sorcellerie

MPI – Cameroun – C’est dans un climat de méfiance de plus en plus grande de l’opinion publique camerounaise à l’égard du rôle occulte joué par la franc-maçonnerie en politique et dans les affaires que Mgr Abraham Kome Bouallo, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc), a signé au nom des prélats camerounais un appel à barrer la route à la Franc-Maçonnerie, la Rose-Croix et la sorcellerie. Continuer la lecture de « Les évêques camerounais condamnent l’essor de la franc-maçonnerie, de la Rose-Croix et de la sorcellerie »

L’Église et la loge seulement “apparemment” incompatible?

KATHOLISCHES – (Rome) Dans la revue Nuovo Hiram du Grand Orient d’Italie (1/2019) a été publié l’article “Foi catholique et franc-maçonnerie : une incompatibilité apparente”[1] de Fabio Amici, Maître du Président de la Loge “Gugliemo Miliocchi” No. 1020 de Pérouse. Le catholique Fabio Cancelli répond à la franc-maçonnerie.

Amici admet que “tous les documents considérés comme valables par le Saint-Siège expriment une incompatibilité radicale, objective et fondamentale entre la foi chrétienne et l’appartenance à la Franc-maçonnerie, tant sur le plan théologique que moral”. Puis il poursuit avec la lettre ouverte du Cardinal Gianfranco Ravasi qui, le 14 février 2016, dans le journal économique Il Sole 24 Ore, exprimait le désir d’un dialogue entre l’Eglise et la Franc-maçonnerie sur la base de “nombreuses valeurs communes”.

En ce qui concerne l’histoire des relations entre l’Eglise et la Loge de 1738 à nos jours, le franc-maçon Amici dit que la période post-conciliaire immédiate de 1965 à 1983 fut une période de “réconciliation ratée”. Malgré divers dialogues et les efforts des érudits, des représentants de l’Eglise et des conférences épiscopales, la Congrégation Romaine pour la Doctrine de la Foi a affirmé l’incompatibilité entre l’Eglise et la Franc-maçonnerie, d’abord en 1981 et de nouveau en 1983.

Nuovo Hiram, Ausgabe 1/2019

Nuovo Hiram, Ausgabe 1/2019

Amici décrit l’argument d’incompatibilité de l’Église comme “arguments non fondés” parce que la Franc-maçonnerie n’est ni rationaliste ni relativiste ni déiste. Il cite deux passages de Gaudete et exultate, la troisième et dernière exhortation apostolique du pape François, pour convaincre que l’adhésion à l’idée d’une doctrine catholique sûre et irréversible aboutirait à l’isolement, au rétrécissement spirituel, à la dureté et au “néo-gnosticisme”. Lui, Amici, en revanche, préférait “une approche ouverte et dialogique de l’Église post-conciliaire de François, compatible avec la vision également ouverte de la Franc-maçonnerie et non en conflit avec elle”.

Ipse dixit !

Mais nous voulons répondre à Freemason Amici en reprenant les étapes de son article. Amici cite le jésuite Jean Baptiste Beyer (1914-2002), doyen de la faculté de droit canonique de l’Université pontificale grégorienne de Rome. Depuis le début des années soixante-dix du siècle dernier, le P. Beyer affirmait que l’on ne pouvait généralement pas parler d’incompatibilité entre foi chrétienne et franc-maçonnerie, mais qu’il fallait la déterminer “au cas par cas et sur la base de la situation réelle et objective de toute obéissance maçonnique”.

La Congrégation pour la Doctrine de la Foi contredit le Père Beyer sur ce point.

En reprenant la théorie de cas en cas, nous voulons regarder le Grand Orient d’Italie, auquel appartient Amici. Le Maître du Président de la Loge No. 1020 affirme qu’il n’y a ni relativisme ni déisme dans la Franc-maçonnerie. Mais le franc-maçon Santi Fedele nous donne autre chose à comprendre. Depuis 2014 Fedele est Assistant Grand Maître du Grand Orient d’Italie et depuis 2019 membre de la Commission italienne de l’UNESCO. Santi écrit dans Nuovo Hiram (2/2017) que dans le Grand Orient italien, le frère de la loge est libre de comprendre le “grand maître bâtisseur de tous les mondes” au sens théiste ou déiste, transcendant ou immanent, comme “être créatif” ou comme “pouvoir ordonnateur”.

Loge des Großorients von Italien: Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit

Loge du Grand Orient d’Italie : Liberté, Egalité, Fraternité

Amici écrit que dans la Franc-maçonnerie “le rejet du dogmatisme ne concerne pas les dogmes de la “foi” religieuse parce que – comme nous le savons – la Franc-maçonnerie ne traite pas de religion ni n’offre de voies religieuses. La référence se réfère au “dogmatisme philosophique, compris dans le sens moderne et dialectique de l’aversion pour ceux qui tendent à rendre leurs théories absolues sans être prêts à en discuter de manière critique (et certainement pas à les reconsidérer ou les rejeter)”.

En réalité, l’antidogmatisme philosophique défendu par les Amici mine aussi les dogmes religieux qui sont tôt ou tard mis en discussion ou remis en question par l’esprit maçonnique et ainsi relativisés. Le rejet du “dogmatisme” est l’un des anciens devoirs du franc-maçon et comme un devoir à nouveau prévu à l’article 9 des Constitutions révisées du Grand Orient d’Italie, adoptées en 2018.

Amici, nous nous opposons aussi au fait que la Gnose et la Néo-Gnose n’ont rien à voir avec nous, catholiques, qui sommes ancrés dans les dogmes de la foi et de la morale. La Gnose et la Néo-Gnose prétendent plutôt vaincre ces dogmes au nom d’une connaissance initiatique, ésotérique ou alchimiste en pratiquant des rites initiatiques de la “mort symbolique” ou du “complexio oppositorum”.

En ce qui concerne l’aspect ésotérique de la Franc-maçonnerie, les écrits du Grand Président Claudio Bonvecchio, qui devint alors Assistant Grand Maître du Grand Orient italien (par exemple son essai “Franc-maçonnerie et ésotérisme, in : Nuovo Hiram, 3/2017), sont éclairants. Et en effet, si l’on ouvre la porte à la dimension initiatique et ésotérique, on saisit plus clairement la véritable incompatibilité entre Loge et Église.

Le Franc-maçon Amici ouvre aussi un peu cette porte dans son article lorsqu’il écrit : “Le seul but véritable de l’initiation maçonnique est d’éveiller et de renforcer chez l’homme le “pouvoir du sacré”, c’est-à-dire une dimension qui dépasse l’ordinaire, tant sur le plan éthique (la valeur sacrée) que spirituel (la divine sacrée)”.

Erzbischof Riccardo Fontana, Bischof von Arezzo, bei der Freimaurertagung.

Mgr Riccardo Fontana, archevêque d’Arezzo, à la Conférence maçonnique de 2019.

Dans le même numéro 1/2019 du Nuovo Hiram, outre l’article d’Amici, l’essai du franc-maçon Marco Rocchi sur la contribution des francs-maçons aux cultes naturels pendant la Révolution française est également intéressant[2] Comment ne pas voir l’affinité de pensée entre les cercles maçonniques et ceux qui sacralisent la nature, c’est-à-dire élèvent “la Terre mère” au “lieu théologique” et tiennent des anciens cultes païens pour être les épiphanies de l’esprit ?

Toujours dans la même édition du Nuovo Hiram, le franc-maçon Ottorino Catani explique que “nos rituels maçonniques” permettent d’accéder au “temps sacré”, c’est-à-dire au “centre”, l'”espace sacré”, où “la communication avec le ciel ou l’enfer” est possible.

Et toujours dans Nuovo Hiram 1/2019, le franc-maçon Francesco Simonetti fait allusion à “la renaissance de la mort initiatique” dans le rituel maçonnique[4] Simonetti écrit : “L’initiation mène à une transformation profonde du moi” (p. 61).

Cela nous amène à la question rhétorique : les rites du Grand Orient d’Italie sont-ils aussi magiques ?

En effet, le Grand Maître du Grand Orient par intérim, Stafano Bisi, a la préface du livre récemment publié par le franc-maçon Salvatore Luca d’Ascia, “Magic and Freemasonry. Dans une interview, d’Ascia explique que la Franc-maçonnerie est liée à l’Egypte ancienne de deux façons. Dans l’avant-propos, le Grand Maître Bisi écrit que le livre “ouvre les portes à la compréhension du monde vaste, diversifié et complexe de l’initiation et (…) veut être un instrument fructueux et utile d’analyse et d’approfondissement pour ceux qui abordent la magie et la Franc-maçonnerie avec soin, intérêt, prudence et respect”. Le huitième et dernier chapitre du livre est consacré au thème “La magie des francs-maçons”[6].

Que reste-t-il donc des affirmations apaisantes du franc-maçon Fabio Amici, alors que même dans le même numéro de Nuovo Hiram, elles sont réfutées de manière aussi flagrante ?

Une question.

L’Archevêque d’Arezzo, qui a participé le 18 mai 2019 à une cérémonie marquant le 150e anniversaire de la fondation de la Loge “Benedetto Cairoli” n° 119 du Grand Orient d’Italie, sait-il ces choses ?

Großmeister Bisi (links) und Erzbischof Fontana bei der Freimaurertagung 2019.

Le Grand Maître Bisi (à gauche) et l’Archevêque Fontana à la Conférence Maçonnique 2019.

Texte : Fabio Cancelli
Übersetzung : Giuseppe Nardi
Bild : grandeoriente.it (Captures d’écran)

1] Fabio Amici : Catholic Faith and Freemasonry : An Apparent Inconciliability, New Hiram, 1/2019, S. 21-28.

2] Marco Rocchi : The Masonic contributions to revolutionary cults (Die freimaurerischen Beiträge zu den Revolutionskulten), New Hiram, 1/2019, S. 4-13.

3] Ottorino Catani : The mythical time and the Masonic time (Die mythische Zeit und die freimaurerische Zeit), in : New Hiram, 1/2019, S. 32.

4] Francesco Simonetti : Origine des pratiques initiatiques et fonction du Rituel (Ursprung der Initiationspraktiken und Funktionen des Rituals), in : Nuovo Hiram, 1/2019, S. 32 : New Hiram, 1/2019, S. 60.

5] Salvatore Luca d’Ascia : Magie et Franc-maçonnerie. Comprendre le monde initiatique, Editions de la Méditerranée, Rome 2019).

6] Ibid. La magie des francs-maçons.

“La franc-maçonnerie de Satan” (Mgr Léon Meurin)

ADELANTE LA FE – Effedieffe (Proceno di Viterbo) réimprime enfin, environ 120 ans après la première édition italienne, le magnifique volume lui-même (bien que controversé dans une certaine partie historique qui fait référence aux “révélations” de l’agent trompeur et mélangeur Léo Taxil) de Mgr Léon Meurin, La Frammassoneria Sinagoga di Satana (Sienne, Office della biblioteca del clero, 1895). Continuer la lecture de « “La franc-maçonnerie de Satan” (Mgr Léon Meurin) »

La Franc-maçonnerie égyptienne

Commission d’Histoire Maçonnique
Compte rendu de la réunion du 24 janvier 2012
Ouverte à 18 heures sous la présidence de son Président Jean-Yves GOÉAU-BRISSONNIÈRE,
Assisté du secrétaire Richard BRUNOIS.

L’influence de l’Egypte antique sur la Franc-maçonnerie à de nombreuses et diverses sources: les écrits des anciens auteurs grecs et romains, les traités astrologiques, magiques, kabbalistiques, gnostiques et alchimiques qui fleurirent au moyen-âge (« Corpus hermeticum » de Marsile Ficin en 1450), et qui furent longuement commentés au cours du seizième et dix-septième siècle par les hermétistes ; puis sont intervenues  la campagne d’Italie de Napoléon et la découverte de la stèle bilingue de Rosette par Jean-François Champollion, découverte qui permit de donner vie au monde  de l’Egypte antique en accédant aux écrits authentiques et en restituant sa grammaire et sa langue. Continuer la lecture de « La Franc-maçonnerie égyptienne »