5E ANNIVERSAIRE DU MARTYRE DE 21 COPTES EN LIBYE

INFOCATHOLICA

Le 15 février, le cinquième anniversaire de la mort des 21 martyrs coptes décapités par le groupe terroriste Daesh sur une plage libyenne en 2015 a été célébré. La mémoire de leurs noms, qui fait déjà partie du livre des martyrs de l’Église copte, a été officiellement célébrée samedi.

(ACN) L’Aide à l’Église en détresse a contacté les familles des martyrs et recueilli leur témoignage direct, après 5 ans de leur martyre.

“Je suis la mère des martyrs et je suis fière d’eux” Continuer la lecture de « 5E ANNIVERSAIRE DU MARTYRE DE 21 COPTES EN LIBYE »

Dialogue de deux islamologues : Rémi Brague et Souleymane B. Diagne

Le Salon Beige – De Marion Duvauchel à propos du livre La Controverse, entre Rémi Brague et Souleymane Bachir Diagne :

Récemment, les éditions Stock ont eu l’idée de faire en sorte que se rencontrent deux philosophes sur la question, polémique s’il en est, de l’islam. Rémi Brague, professeur à la Sorbonne, explore les traditions philosophiques arabes, juives et gréco-latines et Souleymane Bachir Diagne est spécialiste de philosophie islamique et d’histoire des sciences, professeur à l’université de Columbia, (New York). Le résultat est un petit livre où chaque chapitre s’ouvre sur une question polémique : l’islam et la violence, pas de contrainte en religion, l’islam est-il hostile aux autres religions, (…) quelle différence entre islam et islamisme, sujets sur lesquels ces deux distingués professeurs discutent avec courtoisie, non sans une touche d’impertinence, ici et là. Pour faire bref, on a un homme favorable à l’islam et un autre qui est considéré dans son pays comme un universitaire islamophobe. Continuer la lecture de « Dialogue de deux islamologues : Rémi Brague et Souleymane B. Diagne »

Des musulmans en révolte

Clarifier – Dans le prolongement des dernières Petites Feuilles Vertes qui, depuis le n° 61, présentent la situation du monde musulman aux prises avec la créativité et la modernité, ce n°67 présente l’état de révolte dans laquelle se trouve une partie croissante de musulmans désireux d’échapper à cette religion qui mêle croyances spirituelles et idéologie. Ce mouvement de rébellion qui se développe préfigure-t-il le crépuscule de l’islam ? Il est certes trop tôt pour l’affirmer mais il est certain que l’on se trouve à un tournant historique sur cette question. Il vaut donc bien la peine de s’y intéresser, compte tenu de ses répercussions sur la paix dans le monde.

________________________________________________________________________

Au-delà de la lucidité exprimée par des intellectuels musulmans sur la crise qui affecte l’Oumma (la Communauté mondiale des musulmans) (cf. PFV n° 66), un phénomène nouveau se manifeste : le rejet catégorique de l’islam par une partie de ses membres qui en dénoncent la nocivité. Continuer la lecture de « Des musulmans en révolte »

Le ‘Jésus’ vénéré par les musulmans n’est pas le même Jésus adoré par les chrétiens que Dieu

Des étudiants musulmans en Indonésie lisent le Coran au milieu de la nuit.

LifeSiteNews – Par William Kilpatrick

Il y a 1 400 ans, Muhammad a détourné Jésus des évangiles, l’a rétrogradé au rang de prophète et l’a placé dans le Coran. Le christianisme était le principal concurrent de l’islam à l’époque, et Muhammad semble avoir raisonné qu’il valait mieux coopter Jésus que le dénoncer.

Si l’on avance de 1400 ans, on constate que certains musulmans manipulent encore la figure de Jésus à des fins politiques et religieuses. Par exemple, les musulmans de Cisjordanie proclament depuis plusieurs années que Jésus était le “premier Palestinien”. Continuer la lecture de « Le ‘Jésus’ vénéré par les musulmans n’est pas le même Jésus adoré par les chrétiens que Dieu »

Chrétiens persécutés. L’islam, toujours le plus grand bourreau

La Nuova Bussola QuotidianaWorld Watch List 2020, la liste des pays où les chrétiens sont persécutés. Le pire état dans lequel un chrétien puisse vivre est toujours la Corée du Nord communiste. Mais, dans le monde, le plus grand persécuteur du christianisme reste l’Islam. C’est dans 23 des 34 États où la persécution est «très élevée» et dans 4 des 5 où la persécution est «élevée».

Le 15 janvier, Open Doors USA a publié comme d’habitude la liste des 50 états où les chrétiens sont le plus durement persécutés. Les données de la World Watch List 2020 se réfèrent à la période du 1er novembre 2018 au 31 octobre 2019 et couvrent une centaine de pays. Selon les méthodes d’enquête adoptées par Open Doors, 73 d’entre elles présentent des niveaux de persécution allant de élevés à extrêmes : élevés dans cinq États, très élevés dans 34 et extrêmes dans 11.

Pour la 18e année consécutive, la situation la plus dramatique reste celle des chrétiens vivant en Corée du Nord, dont des dizaines de milliers – de 50 000 à 70 000 – sont confrontés au ” crime ” d’avoir prié chez eux, signalé par quelqu’un, ou d’avoir été trouvés avec du matériel religieux interdit. Nous connaissons les conditions de vie épouvantables dans ces camps grâce aux récits des quelques prisonniers qui ont réussi à survivre et à s’échapper du pays. C’est un régime communiste délirant qui interdit toute pratique religieuse en Corée du Nord. Une autre dictature, au pouvoir depuis 26 ans, est responsable de l’extrême persécution des chrétiens en Erythrée, un pays qui occupe la sixième place dans le classement 2020, gagnant une place par rapport à 2019. En Inde, par contre, ce sont les radicaux hindous qui font rage contre les chrétiens, d’autant plus depuis 2014, date à laquelle le parti nationaliste hindou, le parti Bharatiya Janata, est au gouvernement. Dans les huit autres États où des formes extrêmes de persécution se produisent, c’est l’Islam qui les inflige : dans l’ordre, ce sont l’Afghanistan, la Somalie, la Libye, le Pakistan, le Soudan, le Yémen, l’Iran et la Syrie. Ce sont des pays où les chrétiens sont minoritaires : de plus en plus petits, comme en Syrie, réduits à quelques centaines, comme en Somalie. Mais la liste 2020 comprend aussi des pays où les chrétiens représentent une part importante de la population : le Nigeria, où ils sont environ 46% (et les musulmans 53%), et le Burkina Faso, où ils sont près de 30% (et 61% de musulmans) ; ou sont majoritaires : le Cameroun, avec près de 70% de chrétiens, et le Kenya, avec 83%.

Dans ces quatre États, respectivement en 12e, 28e, 48e et 44e place sur la liste de Word Watch, c’est l’Islam qui persécute les chrétiens, cette année comme les précédentes, qui se confirme comme la menace la plus grave et la plus répandue pour les fidèles. Il en est ainsi dans 23 des 34 États où la persécution a été qualifiée de ” très élevée ” et dans quatre des cinq où elle est définie comme ” élevée “. Là où les chrétiens sont minoritaires, il y a presque toujours deux formes de persécution qui rendent leur existence difficile : la persécution institutionnelle, avec des lois qui discriminent, marginalisent et limitent la pratique religieuse, et celle des groupes et mouvements radicaux. Ailleurs, c’est l’extrémisme islamique qui constitue une menace que les gouvernements ne peuvent pas ou ne tentent pas de contrer. Au Sahel, en Afrique de l’Ouest et de l’Est, le danger croissant est représenté par la propagation et l’enracinement du jihad, la guerre sainte islamique, avec des dizaines de cellules armées actives liées à Al-Qaïda et à Isis, l’État islamique. Il ne figure pas encore parmi les 50 premiers pays de persécution, mais depuis 2017, le djihad a atteint, pénétrant profondément au cœur du continent africain, le Mozambique : et déjà il y a des centaines de morts et des dizaines de milliers de personnes déplacées.

L’Afrique a enregistré une forte augmentation de la violence djihadiste contre les chrétiens en 2019. L’Asie reste cependant le continent le plus hostile aux fidèles : un chrétien asiatique sur 2,5 souffre d’un niveau élevé de persécution. Les effets de la politique de synicisation du régime chinois et les nouvelles règles introduites pour limiter la liberté religieuse à partir de février 2018 ont été particulièrement douloureux pendant la période en question.

Le rapport qui illustre la Liste de surveillance mondiale identifie cinq grandes dynamiques de persécution : la propagation du militantisme islamique violent dans les États faibles d’Afrique subsaharienne ; la propagation du militantisme islamique violent en Asie du Sud et du Sud-Est ; l’augmentation de l’influence du crime organisé en Amérique latine ; le risque de voir la persécution devenir numérique : la montée de la surveillance étatique ; la disparition continue du christianisme en Irak et en Syrie en raison des conflits et de l’instabilité.

Le rapport résume la situation mondiale avec quelques chiffres. Il y a 260 millions de chrétiens menacés de persécution, soit 15 millions de plus qu’en 2018, c’est-à-dire un chrétien sur huit (ils étaient un sur neuf en 2018, un sur 12 en 2017). Les églises, structures et bâtiments religieux, attaqués, endommagés ou fermés, étaient au nombre de 9 488, soit une augmentation impressionnante par rapport aux 1 847 de 2018. La seule note positive est la diminution significative du nombre de chrétiens tués, 2.983, huit par jour, par rapport à 4.136 en 2018. D’autre part, les chiffres relatifs à la violence et aux abus sexuels sont tels qu’ils sont définis à juste titre comme “effrayants” : 8.537 cas signalés, dont presque tous voient les femmes et les jeunes filles comme des victimes, “la partie émergée de l’iceberg”, commente Open Doors, qui depuis quelques années accorde une attention particulière à la condition des femmes chrétiennes, objet de persécutions qu’elle définit comme “complexes, violentes et cachées” et qui les touchent souvent aussi dans la sphère sociale et familiale.

De Charlie Hebdo à aujourd’hui : le terrorisme évolue et s’envenime

Daily CompassIl y a cinq ans, à Paris, a eu lieu l’attentat qui a tué 17 personnes et a inauguré la saison des massacres djihadistes d’ISIS. Aujourd’hui, il y a moins de victimes, mais en faisant de l’attaque au couteau la technique privilégiée, il est plus facile de frapper et de maintenir une guerre qui devient sans fin.

Le terrorisme et la radicalisation djihadiste. Chaque nouvelle année commence par la commémoration du massacre de Charlie Hebdo, qui a eu lieu à Paris le 7 janvier 2015, aux mains des impitoyables exécutants d’ISIS. Les morts étaient au nombre de 13, mais le score final est passé à 17 avec l’ajout des victimes du 9 janvier au supermarché casher de la Porte de Vincennes, dans le vingtième arrondissement de la capitale. Continuer la lecture de « De Charlie Hebdo à aujourd’hui : le terrorisme évolue et s’envenime »

L’Islam, le Réalisme et l’Eglise

THE CATHOLIC THING – Par William Kilpatrick

Dans des commentaires l’année dernière, Marcello Pera, un éminent intellectuel italien et non-croyant, a critiqué le Pape François pour “être allé ouvertement contre la tradition, la doctrine, et avoir introduit des innovations, des comportements et des gestes inexplicables”.

Philosophe des sciences, ancien président du Sénat italien et ami proche du Pape Benoît XVI, Pera a affirmé que François avait fait du catholicisme ” une Église si ouverte qu’on ne la trouve plus nulle part “. Continuer la lecture de « L’Islam, le Réalisme et l’Eglise »

Le cardinal Schönborn sur l’islam en Europe: “Il est normal de se sentir menacé”

INFOVATICANA – Par Carlos Esteban

Le cardinal archevêque de Vienne, Christoph Schönborn, met en garde dans des déclarations au journal allemand Die Welt sur la domination démographique musulmane croissante en Europe, la même que celle que le pape François promeut avec sa défense de l’immigration sans restriction à temps et à temps.

Dans trente ans, si le taux de croissance actuel est maintenu, un tiers de Vienne – cette capitale impériale qui, il y a un peu plus de trois siècles, était sur le point de tomber aux mains des Turcs – sera musulmane. Et le cardinal archevêque du diocèse et président de l’épiscopat autrichien met en garde dans Die Welt : La démographie est effrayante, l’Europe est un fruit mûr pour l’Islam. Continuer la lecture de « Le cardinal Schönborn sur l’islam en Europe: “Il est normal de se sentir menacé” »