La vérité derrière Luther et le schisme protestant

INFOVATICANA

La chercheuse Elvira Roca démonte certains des mythes créés autour de la figure de Martin Luther et souligne que le mouvement initié par le moine augustinien n’a apporté aucun progrès, mais plutôt le contraire: “Si vous étudiez en détail l’histoire de tous les territoires où le protestantisme a triomphé, on découvre que, dans les siècles qui suivent le schisme, ils se trouvent plongés dans des guerres continuelles qui les gênent dans tous les aspects; économiquement et socialement “

«Tout ce qu’on croit habituellement du mouvement initié par Luther, celui de la liberté d’examen et de la liberté religieuse, si moderne et si beau, est une réduction et une falsification de ce que la nouvelle doctrine signifiait réellement.  Il n’y avait pas de progrès, mais plutôt le contraire. ” Continuer la lecture de « La vérité derrière Luther et le schisme protestant »

Selon Luther, la «foi» n’avait rien à voir avec la foi telle que l’entendaient les catholiques

Portrait de Martin Luther par Lucas Cranach l'Ancien.

National Catholic Register
Revue du livre: Faith in Luther

FOI EN LUTHER: MARTIN LUTHER ET L’ORIGINE DE LA RELIGION ANTHROPOCENTRIQUE

Par Paul Hacker

Emmaüs Académique, 2017

Martin Luther a publié ses “95 thèses” en 1517, et il a été accusé d’hérésie en 1518. En 1521, après que Luther a refusé de se rétracter, le pape Léon X l’a excommunié.

“La foi seule” ( sola fide ) était parmi les cris de ralliement de Luther. La foi – pas de bonnes œuvres, pas même l’amour – était salvifique. Le principe de Luther est devenu un principe cardinal du protestantisme.

Mais la «foi» selon Luther n’avait rien à voir avec la foi telle que la comprenaient les catholiques (ou même le protestant Luther). Il n’avait pas non plus quelque chose en commun avec la tradition chrétienne reçue, que Luther prétendait restaurer, mais dont il s’était finalement amputé lui-même et son mouvement. Continuer la lecture de « Selon Luther, la «foi» n’avait rien à voir avec la foi telle que l’entendaient les catholiques »

Luther dans son époque

Le pape Léon X (1513-1521).

Enfoncée dans les querelles italiennes, mangée par des familles insatiables, la papauté de la Renaissance a eu, trop souvent, des représentants peu édifiants, et leur laxisme, leur népotisme, leur insuffisance, fruits amers de la situation de l’Église, ont ouvert un boulevard à Luther et aux affirmations centrales de son message : autorité souveraine de la Bible, justification par la foi, sacerdoce universel des croyants. Continuer la lecture de « Luther dans son époque »