Il parle des « dubia » un an après leur publication

Amoris laetitia : le Cardinal Burke en appelle au Magistère de Pierre
Cardinal Burke

Sommaire

En souhaitant honorer deux Cardinaux récemment décédés, le Cardinal Américain présente un dernier plaidoyer au Saint-Père pour obtenir de la clarté, affirmant que la « grave » situation s’aggrave continuellement et qu’il est « urgent » que le Pape « confirme ses frères dans la Foi » ».


Mise en contexte

Un an jour pour jour depuis que les dubia ont été rendus publics, le Cardinal Raymond Burke a fait un plaidoyer final au Saint-Père pour clarifier les principaux aspects de son enseignement moral en parlant de la gravité de la situation qui « s’aggrave sans cesse ».

Dans une interview le 14 novembre avec le National Catholic Register, le Cardinal Burke dit qu’il se tournait à nouveau vers « le Saint-Père et à toute l’Église » pour souligner « combien il est urgent que, dans l’exercice du ministère, il a reçu du Seigneur, le Pape devrait confirmer ses frères dans la Foi avec une expression claire de l’enseignement concernant à la fois la morale Chrétienne et le sens de la pratique sacramentelle de l’Église ».

Le 19 septembre l’année dernière, le Cardinal Burke ainsi que le Cardinaux Walter Brandmüller, et les Cardinaux Joachim Meisner et Carlo Caffarra, ces deux derniers étant récemment décédés ont signé les dubiaau Pape. Ils ont rendu cette initiative publique le 14 novembre 2016, quand il est devenu clair que le Saint-Père ne répondrait pas.

Destiné à clarifier les passages contestés du Chapitre 8 de son Exhortation Apostolique post-synodale Amoris Laetitia , les cinq questions appelées dubia — une pratique ancienne et coutumière visant à clarifier les domaines de la Doctrine — a cherché à déterminer, entre autres, si l’enseignement précédent de l’Église interdisant les divorcés et « remariés » civilement ayant des relations sexuelles de recevoir les Sacrements sont restés en vigueur .

Depuis qu’Amoris Laetitia a été publié en avril 2016, des Conférences Épiscopales, tirant des conclusions à partir de cette Exhortation, ont dit que certaines personnes divorcées remariées civilement peuvent maintenant recevoir les Sacrements en fonction de leur situation personnelle tandis que d’autres Conférences Épiscopales, en appuyant leur position sur l’enseignement pérenne de l’Église, disent que ces personnes divorcées remariées ne le peuvent pas.

« Le souci était et est de déterminer précisément ce que le Pape voulait enseigner en tant que Successeur de Pierre » a déclaré le Cardinal Burke.

« Loin de diminuer l’importance de nos questions », la situation actuelle les rend « encore plus pressantes » a-t-il ajouté.

Il a également précisé dans cette nouvelle entrevue qu’il a l’intention d’honorer les deux défunts Cardinaux en soulignant la position des signataires dubia et en donnant un résumé de la situation.

 

Par : Edward Pentin

SOURCE : National Catholic Register 

L’interview

Votre Eminence, à quel stade sommes-nous depuis que vous, le Cardinal Walter Brandmüller, et les deux Cardinaux récemment décédés, Carlo Caffarra et Joachim Meisner, avez rendu les dubia publics il y a un an cette semaine ? Continuer la lecture de « Il parle des « dubia » un an après leur publication »

Entrevue : Joseph Seifert sur le débat d’Amoris Laetitia avec Rocco Buttuglione

Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five

Présentation de l’entretien par Maike Hickson : Comme le Professeur Claudio Pierantoni l’a récemment déclaré , il y a un débat en cours entre lui et le Professeur Josef Seifert d’un côté et le Professeur Rocco Buttiglione de l’autre en ce qui a trait à l’Exhortation Apostolique Amoris Laetitia. Buttiglione, qui est connu comme un des premiers défenseurs de l’Exhortation, a aussi été publiquement critiqué dans la récente Correction Filiale à François. Les trois philosophes — chacun l’étant à part entière — se connaissent depuis des années. Seifert et Buttiglione ont travaillé ensemble pendant deux décennies à l’Académie Internationale de Philosophie (AIP) au Liechtenstein. Pour sa part, le Professeur Pierantoni était étudiant au campus de l’AIP au Chili (AIP-IFES, 2004-2012) et était un étudiant du Professeur Seifert. L’entretien suivant vise à mieux comprendre la discipline théologique et philosophique entre ces trois hommes. Cette fois, c’est le Professeur Seifert qui explique sa position. Continuer la lecture de « Entrevue : Joseph Seifert sur le débat d’Amoris Laetitia avec Rocco Buttuglione »

Cardinal Brandmüller : “une note de bas de page ne peut annuler la Tradition de l’Église”

Dans un entretien donné au Frankfurter Allgemeine, le Cardinal Walter Brandmüller, l’un des auteurs des dubia  au pape François et président émérite du Comité pontifical des Sciences historiques, s’est exprimé sur la question du divorce et du remariage, soulevée par l’exhortation apostolique Amoris Laetitia. Il a rappelé que le concile de Trente a érigé l’indissolubilité du mariage en véritable dogme. Cela signifie donc qu’entrer dans une nouvelle union après un divorce civil, tout en ayant une activité sexuelle, constitue un péché grave. Ainsi, il y a une conséquence pour l’accès à l’eucharistie : “quiconque est conscient d’avoir commis un péché grave peut seulement recevoir la communion s’il a été à la confession, a confessé ses péchés et a été absous”.

Continuer la lecture de « Cardinal Brandmüller : “une note de bas de page ne peut annuler la Tradition de l’Église” »

Rappel : RÉSUMÉ DE LA « CORRECTION FILIALE »

Une lettre de 25 pages signée par 40 clercs catholiques et universitaires laïcs a été remise au pape François le 11 août. Puisqu’aucune réponse n’a été reçue du Saint-Père, elle est rendue publique aujourd’hui, le 24 septembre, Fête de Notre-Dame de la Merci et de Notre-Dame de Walsingham. La lettre, ouverte aux nouveaux signataires, a maintenant les noms de 62 clercs et universitaires laïcs de 20 pays, qui représentent également d’autres personnes qui n’ont pas la liberté d’expression nécessaire pour signer. Son titre est en latin : Correctio filialis de haeresibus propagatis (littéralement : « Une correction filiale concernant la propagation d’hérésies »). Elle affirme que le pape, par son Exhortation apostolique Amoris laetitia ainsi que par d’autres paroles, actions et omissions en rapport avec celle-ci, a effectivement soutenu sept propositions hérétiques par rapport au mariage, à la vie morale et à la réception des sacrements, et qu’il a été à l’origine de la diffusion de ces opinions hérétiques au sein de l’Eglise catholique. Ces sept hérésies ont été exprimées par les signataires en latin, langue officielle de l’Eglise. Continuer la lecture de « Rappel : RÉSUMÉ DE LA « CORRECTION FILIALE » »

Les « dubia » sont plus vivants que jamais. Et le cardinal Müller en ajoute un de son cru

Deux livres viennent récemment de sortir, tous deux sous la plume d’auteurs prestigieux et tous deux se voulant une réponse aux « dubia » exprimés il y a un an par quatre cardinaux au Pape François concernant l’exhortation post-synodale Amoris laetitia.

Le premier de ces livres, édité en Italie par Ares, a déjà beaucoup fait parler de lui.  C’est celui de Rocco Buttiglione, philosophe célèbre et interprète autorisé de la pensée philosophique de Jean-Paul II, aujourd’hui grand défenseur des « ouvertures » introduites par François concernant la communion aux divorcés remariés et héraut tout aussi déterminé de la parfaite continuité entre le magistère du pape actuel en matière de morale et celui de l’encyclique « Veritatis splendor » du pape Karol Wojtyla. Continuer la lecture de « Les « dubia » sont plus vivants que jamais. Et le cardinal Müller en ajoute un de son cru »

La gifle de François au cardinal Sarah. Les dessous de l’affaire

La lettre dans laquelle François a dernièrement contredit et humilié le cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le culte divin, est à nouveau emblématique de la façon dont ce pape exerce son magistère.

Lorsque François veut introduire des nouveautés, il ne le fait jamais par des mots clairs et univoques. Il préfère faire naître des discussions, mettre en œuvre des « processus » au sein desquels les nouveautés vont peu à peu s’affirmer.

L’exemple le plus parlant, c’est Amoris laetitia qui a donné à des interprétations et des mises en œuvre disparates sur le terrain alors que des conférences épiscopales optaient pour l’un ou l’autre camp. Continuer la lecture de « La gifle de François au cardinal Sarah. Les dessous de l’affaire »

Fin de partie pour le cardinal Müller: il se range derrière Amoris Laetitia !

Voilà ! L’étonnante résistance du moderniste cardinal Müller par rapport à Amoris Laetitia, c’est finie ! Le prélat allemand profite de sa longue préface au livre d’un philosophe et politicien italien, Rocco Buttiglione, Risposte amichevoli ai critici di Amoris laetitia (Ripostes amicales aux critiques d’Amoris Laetitia), pour se ranger sagement au côté des apologistes de morale familiale bergoglienne. Assez normal d’ailleurs, pour un ecclésiastique dont certains ont oublié, un peu vite, les idées très progressistes, voire hérétiques sur certains points de doctrine…

Poussé par son désir dit-il « de contribuer à rétablir la paix dans l’Église », le cardinal prend ses distances avec les signataires de la Correctio filialis qui attribue à l’exhortation sur la famille 7 hérésies et répond aux cinq dubia des quatre cardinaux publiés il y a déjà un an et qui n’ont jamais reçu de réponse de la part de François. Continuer la lecture de « Fin de partie pour le cardinal Müller: il se range derrière Amoris Laetitia ! »

Un théologien écrit au pape : « C’est le chaos dans l’Église et vous en êtes une des causes »

La Porte Latine rapporte ce fait suivant qui montre l’étendue de la confusion dans l’Eglise :

Thomas G. Weinandy est l’un des théologiens les plus célèbres, il vit à Washington au Collèges des Capucins, l’ordre franciscain auquel il appartient. Il est membre de la Commission Théologique Internationale – cette même commission que Paul VI avait accolée à la Congrégation pour la doctrine de la foi pour qu’elle bénéficie de l’élite des théologiens du monde entier – depuis que le Pape François l’y a nommé en 2014.

En mai dernier, alors qu’il se trouvait à Rome pour une session de la commission, l’idée commença à germer en lui d’écrire à François une lettre ouverte pour lui faire part non seulement de sa propre inquiétude mais également de celle de nombreuses personnes face au chaos croissant au sein de l’Eglise, chaos qu’il attribue en bonne partie au Pape lui-même. Continuer la lecture de « Un théologien écrit au pape : « C’est le chaos dans l’Église et vous en êtes une des causes » »

Amoris lætitia : la Rome conciliaire a parlé, la cause est bien entendue !

Amoris Laetitia, document du pape François qui abat la morale conjugale et ouvre la communion au divorcés-remariés, semble d’avantage gêner ses opposants que le pape François. En effet, ils accusent le pape François de ne pas répondre aux dubia, pointant ce silence comme une gêne permettant de « maintenir une ambiguïté favorable aux interprétations les plus contradictoires ».

Mais il y a une ambiguïté seulement chez ceux qui veulent voir une ambiguïté, et il en va de même concernant les soit-disantes contradictions. On a d’ailleurs du mal à saisir comment les sept hérésies pointées dans la Correctio Filialis deviendraient des ambiguïtés ! Et même en admettant qu’Amoris Laetitia soit un texte ambiguë pouvant bénéficier de certaines « précisions », il doit être replacé dans son contexte et dans la perspective de l’intention de son auteur. Or, dans la perspective du Synode sur la Famille, d’un pape François à l’évidence homosexualiste et à la praxis pro-genderAmoris Laetitia ne laisse place à aucune ambiguïté. Et les actes répétés de destruction du pape François au jour le jour sont tout sauf un silence, mais une réponse quotidienne à ceux qui veulent ménager l’Eglise conciliaire avec l’Eglise catholique, qui veulent concilier la tradition avec cette Eglise conciliaire anti-catholique. Continuer la lecture de « Amoris lætitia : la Rome conciliaire a parlé, la cause est bien entendue ! »