Pourquoi Luther est l’hérésiarque par excellence

500 ans de Révolution Protestante — Luther, Prince de l’Hérésie

SOURCE : Rorate Caeli

NOTE DE L’ÉDITEUR : En souvenir solennel et triste des événements entourant les actions graves de Martin Luther, qui a divisé l’Europe et privé des centaines de millions d’âmes des bienfaits de la Vie Sacramentelle, nous publierons à nouveau des articles importants sur la question.

C’est une publication spéciale en deux parties pour ce mois de la Révolte Protestante basée sur une conférence livrée par Don Pietro Leone Monselice * sur l’oeuvre théologique de l’homme qui a alors blessé et causé tant de douleur à la Sainte Mère Église, le « prince des hérésiarques », comme Don Pietro l’appelle de manière appropriée.

Continuer la lecture de « Pourquoi Luther est l’hérésiarque par excellence »

Mgr Blaquart fait la promotion de la réforme protestante

Le diocèse d’Orléans a gravé dans le marbre “le renouveau occasionné par la Réforme” le 21 octobre par une célébration à la cathédrale en présence de Mgr Jacques Blaquart.

Jeanne Smits a traduit sur Réinformation.tv la réponse du cardinal Müller à Mgr Nunzio Galantino sur la Réforme de Luther. Cette réponse peut s’adresser aussi à tous ceux qui, comme Mgr Blaquart, s’imaginent que la Réforme a été sources de dons…

Il y a une grande confusion aujourd’hui dans le discours sur Luther, et il faut dire clairement que du point de vue de la théologie dogmatique, du point de vue de la doctrine de l’Eglise, il n’y eut pas en réalité une réforme mais une révolution, c’est-à-dire un bouleversement total des fondements de la foi catholique. Il n’est pas réaliste de prétendre que son intention était de lutter contre certains abus relatifs aux indulgences, ou contre les péchés de l’Eglise de la Renaissance. Les abus et les mauvaises actions ont toujours existé dans l’Eglise, et pas seulement à la Renaissance, – il en existe même de nos jours. Nous sommes la Sainte Eglise par la grâce de Dieu et des sacrements, mais tous les hommes d’Eglise sont pécheurs, tous ont besoin de pardon, de la contrition et de la pénitence. Continuer la lecture de « Mgr Blaquart fait la promotion de la réforme protestante »

Un évêque demande aux laïcs de ne pas “attendre les bergers”

La doctrine de l’Eglise condamne l’idéologie homosexuelle et de genre et les catholiques doivent être en accord avec ce que l’Eglise enseigne, écrit Mgr Fernando Rifan, qui dirige l’Administration apostolique du Vieux Rite de Campos, Brésil, le 30 setptembre sur son blog.

Selon Rifan, il est temps pour les laïcs d’agir : “N’attendez pas les bergers. Les moutons ont le droit de se défendre contre les loups qui les attaquent.”

Il ajoute : “Parlez, protestez, écrivez, alertez vos enfants et vos amis.” Et “Il est nécessaire que le monde entende la voix du bien et sache qu’il existe encore de bonnes familles et de bonnes personnes courageuses qui ne sont pas d’accord avec l’imposition de ces idéologies. “

fr.news

“Motus in fine velocior”

Le 12 novembre à Syracuse, une conférence est annoncée sur le rapprochement entre catholicisme et maçonnerie, en présence de plusieurs prélats (30/10/2017)

L’affiche (malheureusement rognée) de l’évènement

Marco Tosatti – décidément très actif en ce moment (mais ce n’est qu’une confirmation de plus du titre qu’il a choisi), a reçu une lettre très alarmiste de son invité récurrent “Pezzo Grosso”. On se croirait dans le roman (de plus en plus prophétique) de Malachi Martin “Windswept House”! Sauf que cela se passe ici et maintenant…

* * *

Mon cher Tosatti, ce que je vais vous écrire cette fois-ci n’est pas destiné à vous faire rire. Je ne suis pas seulement bouche bée, désormais je ne m’étonne plus de rien dans ce pontificat; cette fois-ci, je suis terrifié. L’accélération de ces derniers jours est surprenante, comme si nous étions face à un délai urgent et ne voulions pas perdre de temps avec des “suppositoires” à la glycérine diplomatique. Après les préliminaires à l’interprétation ambiguë, nous sommes passés à quelque chose qui n’a plus besoin d’interprétation, ce sont des déclarations de guerre contre la foi catholique, contre Jésus-Christ, contre l’Immaculée Conception. D’abord les déclarations d’estime à Luther, (la dernière est la conférence de Mgr Bruno Forte le 30 octobre), puis les déclarations d’un théologien préféré du Pape (Andrea Grillo) qui explique (sans être démenti par le Saint-Siège) que la “transsubstantiation n’est pas un dogme” [cf. “Ennemis” du pape contre gardiens du pouvoir], et encore la surprenante et inquiétante correction publique du Pape au Cardinal Sarah[cf. Le Pape “corrige” le cardinal Sarah], et enfin la conférence sur le rapprochement entre Eglise et franc-maçonnerie (12 novembre à Syracuse, avec grands maître, un prélat et l’évêque de Noto), dont l’affiche représente un Christ inquiétant avec le compas en main. Certes, après les déclarations sur le rapprochement avec les frères maçons du Cardinal Ravasi [cf. benoit-et-moi.fr/2016/actualite/leglise-et-la-loge], on ne devrait pas être surpris, mais Ravasi est Ravasi, quand il ne parle pas araméen et grec ancien, il est même possible de l’entendre sans le comprendre….. Continuer la lecture de « “Motus in fine velocior” »

La vie et les erreurs de Luther  par l’Évêque William Adrian


Luther sur son lit de mortPar : Évêque William Adrian
SOURCE : Rorate Caeli

NOTE DE L’ÉDITEUR : Il y a cinquante ans, à l’occasion du 450e anniversaire de la Révolte Protestante, le journal The Wanderer publiait le récit détaillé de l’Évêque William Adrian sur la vie de l’hérésiarque Allemand Martin Luther. En quelques mots : Luther était un pervers obsédé par ses propres péchés et tentations, qui pensait qu’il était impossible d’essayer d’être une meilleure personne : de là surgissent tous ses problèmes.

Nous avons reçu une permission spéciale de The Wanderer pour réimprimer cet article, qui devrait être lu par tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des cinq derniers siècles. Continuer la lecture de « La vie et les erreurs de Luther  par l’Évêque William Adrian »

Honte vaticane

DNc9o9TWAAARWq4.jpg

La Poste de la Cité du Vatican édite ce timbre, commémorant le « 5e centenaire de la Réforme protestante ».

C’est le crucifix qui se trouve au-dessus du portail de l’église de Wittemberg où Luther, le 31 octobre 1517, afficha ses 95 thèses, aujourd’hui gravées dans le bronze.

A gauche, Luther et la Bible. A droite, Mélanchton et la Confession d’Augsbourg…

luther-1821498_1920.jpgLe blog d’Yves Daoudal

 

QUAND CEUX QUI SONT FIDÈLES À LA DOCTRINE SONT ACCUSÉS D’ÊTRE DES ENNEMIS DU PAPE

Carlos Esteban

* * *

Des cardinaux comme Sarah et Burke, des évêques comme Luigi Negri et des laïques comme Gotti Tedeschi subissent des attaques personnelles permanentes de la part de presque toujours les mêmes, parce qu’ils défendent la doctrine catholique. Parmi les agresseurs on retrouve aussi toujours les mêmes : Spadaro, Tornielli, James Martin…

L’Église militante, celle qui souffre et qui rampe ici-bas dans les ténèbres, sans être du monde, vit immergée en lui et ses fidèles ne sont pas invulnérables aux modes et aux tendances du monde. C’est peut-être pourquoi il n’est pas surprenant de voir dans l’entourage ecclésial le reflet d’un phénomène singulier que nous expérimentons chaque jour dans le panorama politique de l’Occident. Continuer la lecture de « QUAND CEUX QUI SONT FIDÈLES À LA DOCTRINE SONT ACCUSÉS D’ÊTRE DES ENNEMIS DU PAPE »

Cardinal Müller : « Risque de schisme dans l’Église ». Le « cercle magique » autour du pape réagit

Les récentes paroles du cardinal Müller au quotidien Il Corriere della Sera sur « un risque de schisme » au sein de l’Église actuelle ont suscité de vives réactions indignées de la part de ce que le prélat allemand nomme « le cercle magique » du pape.

Les amis du pape se sont empressés de se serrer autour de François et de bastonner l’ancien préfet de la Congrégation pour laDoctrine de la foi qui, dans ce même entretien, avait pourtant réaffirmé sa fidélité au pape argentin tout en exprimant, il est vrai, ses inquiétudes sur certaines dérives vaticanes. Continuer la lecture de « Cardinal Müller : « Risque de schisme dans l’Église ». Le « cercle magique » autour du pape réagit »

Amoris lætitia : la Rome conciliaire a parlé, la cause est bien entendue !

Amoris Laetitia, document du pape François qui abat la morale conjugale et ouvre la communion au divorcés-remariés, semble d’avantage gêner ses opposants que le pape François. En effet, ils accusent le pape François de ne pas répondre aux dubia, pointant ce silence comme une gêne permettant de « maintenir une ambiguïté favorable aux interprétations les plus contradictoires ».

Mais il y a une ambiguïté seulement chez ceux qui veulent voir une ambiguïté, et il en va de même concernant les soit-disantes contradictions. On a d’ailleurs du mal à saisir comment les sept hérésies pointées dans la Correctio Filialis deviendraient des ambiguïtés ! Et même en admettant qu’Amoris Laetitia soit un texte ambiguë pouvant bénéficier de certaines « précisions », il doit être replacé dans son contexte et dans la perspective de l’intention de son auteur. Or, dans la perspective du Synode sur la Famille, d’un pape François à l’évidence homosexualiste et à la praxis pro-genderAmoris Laetitia ne laisse place à aucune ambiguïté. Et les actes répétés de destruction du pape François au jour le jour sont tout sauf un silence, mais une réponse quotidienne à ceux qui veulent ménager l’Eglise conciliaire avec l’Eglise catholique, qui veulent concilier la tradition avec cette Eglise conciliaire anti-catholique. Continuer la lecture de « Amoris lætitia : la Rome conciliaire a parlé, la cause est bien entendue ! »

Un ancien sataniste choqué de voir les parents chrétiens célébrer Halloween avec leurs enfants

John Ramirez était autrefois un « adorateur du diable » comme il se qualifie lui-même. Il se souvient de l’importance toute particulière que revêtait la nuit d’halloween pour les satanistes, et se dit « choqué » de voir les chrétiens célébrer cette fête avec candeur.

Car pour cet ancien prêtre sataniste, cette fête n’a rien d’innocent. Elle est selon lui « spirituellement démoniaque”, et l’engouement croissant des familles chrétiennes pour cette fête l’interpelle. Il semble que le fondateur de l’Eglise de Satan lui- même, Anton LaVey ne le contredise pas. Il aurait en effet déclaré :

« Je suis heureux que les parents chrétiens laissent leurs enfants adorer le diable au moins une nuit de l’année. »

infocatho.fr