La police chilienne fait une descente au siège de l’église catholique dans le cadre d’une enquête sur des abus sexuels

  • Frères Maristes accusés de dizaines de cas d’abus
  • “L’impunité de la hiérarchie chilienne a pris fin”
Un membre de la police chargée des enquêtes criminelles quitte l’épiscopat chilien à Santiago, lors d’un raid mardi.
 Un membre de la police chargée des enquêtes criminelles quitte l’épiscopat chilien à Santiago, lors d’un raid mardi. Photo: Dragomir Yankovic / AFP / Getty Images

Les autorités chiliennes ont fait une descente au siège de la Conférence épiscopale de l’église catholique dans le cadre d’une enquête généralisée sur les abus sexuels commis par des membres de l’ordre des Frères Maristes, ont indiqué les procureurs.

La perquisition menée par les procureurs enquêteurs et l’équivalent chiliendu FBI a eu lieu dans l’un des bâtiments les plus importants de l’église chilienne de la capitale, Santiago. Le procureur Raul Guzmán, qui a confirmé le raid, enquête sur plus de 35 accusations d’abus commis à l’encontre d’anciens élèves dans des écoles dirigées par des maristes, qui sont des frères religieux et non des prêtres. Continuer la lecture de « La police chilienne fait une descente au siège de l’église catholique dans le cadre d’une enquête sur des abus sexuels »

Cardinal Burke: Nous sommes confrontés à une grave crise touchant le cœur de l’Église

CRUX

Cardinal Burke: Nous sommes confrontés à une grave crise touchant le cœur de l'Église

Le cardinal Raymond Burke, préfet émérite de la signature apostolique, lors de la Marche pour la vie à Rome, le 10 mai 2015. (Crédit: Martha Calderon / CNA.)

WASHINGTON, DC – Le cardinal Raymond Burke a déclaré jeudi que l’Eglise catholique était confrontée à “une crise très grave” due à “l’échec grave” de certains évêques et qu ‘”une grave perte de confiance dans nos bergers” devait être rétablie après des scandales d’abus sexuels aux États-Unis.

“Nous sommes confrontés à une crise très grave, qui touche au coeur même de l’Eglise, car notre Seigneur agit au nom du troupeau à travers ces bergers qui sont ordonnés pour agir en sa personne, enseignant, célébrant les sacrements, et gouverner l’Eglise “, a déclaré Burke dans une interview sur le monde de Raymond Arroyo le 16 août. Continuer la lecture de « Cardinal Burke: Nous sommes confrontés à une grave crise touchant le cœur de l’Église »

Cardinal Burke – Il y a un problème d’homosexualité chez les évêque

Suite à la crise des abus sexuels de 2002 aux Etats-Unis, il est apparu que la grande majorité des abus religieux commis dans le pays étaient des actes homosexuels commis contre des adolescents, a déclaré le cardinal Raymond Burke à CatholicAction.org le 16 août.

Burke révèle qu’il existe une culture homosexuelle, “non seulement parmi le clergé mais même au sein de la hiérarchie”. Il insiste sur le fait que cette situation déplorable “doit être purifiée à la base”.

Cette question doit être abordée avec honnêteté et efficacité, a-t-il ajouté.

Il souligne que séparer l’acte sexuel de l’union conjugale, tel que le suggère la culture de la contraception, a considérablement aggravé le problème homosexuel.

fr.news

Pennsylvanie: une culture ecclésiale d’abus qui a fait 1000 victimes

Le procureur général de Pennsylvanie, Josh Shapiro, s’adresse aux médias lors du dévoilement du rapport d’un grand jury sur la culture d’abus sexuels dans six diocèses de l’État, le 14 août 2018.   (CNS photo/Reuters video)
Agence Catholic News Service – PRESENCE

Le rapport commence de manière dramatique: «Nous, les membres de ce grand jury, avons besoin que vous entendiez ceci.»

Essentiellement, au moins 1 000 enfants identifiés dans cette enquête ont été violés dans des lieux de culte catholiques, dans des écoles et dans des véhicules diocésains et ont été entretenus par des programmes et des retraites diocésaines afin de faciliter leur abus. C’est ce qu’a établi un grand jury composé de vingt-trois personnes qui a entendu ces témoignages pendant près de deux ans, après avoir enquêté sur des abus sexuels commis par des membres du clergé pendant sept décennies dans six diocèses de l’État de Pennsylvanie. Leurs conclusions ont été dévoilées le 14 août.

Dans près de 1400 pages, ils décrivent des récits précis sur les abus qui ont commis dans les diocèses catholiques de Pittsburgh, Harrisburg, Allentown, Scranton, Greensburg et Erie.

Ils détaillent les récits qu’ils ont entendus de garçons et de filles dont les organes génitaux ont été touchés, qui ont été violés ou contraints d’exécuter divers actes sexuels. Le rapport indique qu’un prêtre a molesté cinq filles dans une même famille. Dans certains cas, précise le rapport, les filles sont tombées enceintes après avoir été violées. Un prêtre était «devenu irrégulier» après avoir aidé à organiser un avortement pour une mineure qu’il avait mis enceinte.

Certains cas étaient pires que d’autres, précise le rapport, donnant comme exemple le cas d’un garçon qui avait reçu de l’eau bénite d’un prêtre pour lui laver la bouche après avoir demandé au garçon d’effectuer un acte sexuel. Selon le rapport, la plupart des enfants étaient des adolescents et certains étaient des préadolescents.

Les cas présentés proviennent de documents internes mis à disposition par les diocèses, de témoignages de victimes et, à plus d’une douzaine d’occasions, de prêtres qui ont comparu devant le grand jury.

Lorsque les enfants ou leurs familles ont rapporté ce qui s’était passé, «tous ont été repoussés, à travers l’État, par les dirigeants de l’Église qui préféraient protéger les agresseurs et leur institution», indique le rapport.

«Les évêques n’étaient pas seulement au courant de ce qui se passait, ils y étaient plongés. Et ils ont fait de grands efforts pour garder le secret. Le secret a aidé à propager la maladie», indique le rapport.

La plupart des crimes sont trop vieux pour être poursuivis, en raison des délais de prescription, mais «pour beaucoup de victimes, ce rapport est une justice», a déclaré le procureur général de Pennsylvanie, Josh Shapiro, lors d’une conférence de presse le 14 août.

«Nous allons faire la lumière», a ajouté Shapiro. «Nous pouvons dire à nos citoyens ce qui s’est passé.»

Le rapport indique qu’il reconnaît que «beaucoup de choses ont changé au cours des quinze dernières années».

Les membres du grand jury ont déclaré avoir entendu les rapports des six diocèses faisant l’objet de l’enquête, «afin qu’ils puissent nous informer des développements récents dans leurs juridictions».

«En réponse, cinq des évêques nous ont soumis des déclarations et le sixième, l’évêque d’Erie, a comparu devant nous en personne. Son témoignage nous a impressionnés comme étant direct et sincère», ont-ils écrit. «Il semble que l’Église avise désormais les forces de l’ordre plus rapidement des abus. Des processus de révision internes ont été mis en place. Les victimes ne sont plus aussi invisibles. Mais le tableau complet n’est pas encore clair.»

Même si le rapport est long et ses détails douloureux, savoir ce qui s’est passé est «la seule façon de résoudre ces problèmes», écrivent-ils.

Le rapport recommande que la législature de Pennsylvanie abandonne le délai de prescription pour les abus sexuels commis sur des enfants. Ils demandent également une loi sur la «fenêtre civile» qui permettrait aux victimes âgées de poursuivre les diocèses «pour les dommages infligés […] quand ils étaient enfants». Il dit que de meilleures lois pour la «déclaration obligatoire d’abus» sont nécessaires et que l’accord de confidentialité ou les accords de non-divulgation ne devraient pas s’appliquer aux enquêtes criminelles.

Le grand jury a déclaré qu’il gardait à l’esprit qu’il y avait probablement plus de 1 000 victimes identifiées et probablement plus de prêtres agresseurs dont il ne sait rien. Il a identifié 301 prêtres dans le rapport.

«Ce que nous pouvons dire, cependant, c’est que malgré certaines réformes institutionnelles, les dirigeants individuels de l’Église ont largement échappé à la responsabilité publique», indique le rapport. «Les prêtres violaient les petits garçons et les filles, et les hommes de Dieu qui en étaient responsables n’ont non seulement rien fait, mais ils les ont tous cachés. Pendant des décennies, des prélats d’honneur, des évêques auxiliaires, des évêques, des archevêques et des cardinaux ont surtout été protégés. Plusieurs, y compris certains nommés dans ce rapport, ont été promus. Jusqu’à ce que cela change, nous pensons qu’il est trop tôt pour tourner la page sur le scandale sexuel de l’Église catholique.»

Un grand jury ne détermine pas la culpabilité ou l’innocence, mais sa démonstration de preuves peut mener à des accusations criminelles.

Rhina Guidos

Les universitaires font appel aux cardinaux: ils conseillent au pape de retirer le changement “scandaleux” au catéchisme

par Dan Hitchens – CATHOLIC HERALD

Dans une lettre ouverte, les érudits et le clergé disent que les Écritures enseignent que la peine de mort peut être légitime

Quarante-cinq philosophes, théologiens et écrivains ont signé un appel ouvert au Collège des cardinaux. Ils demandent aux cardinaux de conseiller au pape François de retirer un changement récent au catéchisme, dans lequel la peine de mort a été décrite comme “inadmissible”. Continuer la lecture de « Les universitaires font appel aux cardinaux: ils conseillent au pape de retirer le changement “scandaleux” au catéchisme »

Peu importe à quel point vous pensez que la corruption est, c’est pire

Un observateur de longue date de la scène ecclésiastique moderne m’a écrit pour partager son point de vue sur la portée plus large du scandale McCarrick. Avec sa permission, je publie ici ses pensées, qui ont été légèrement modifiées pour publication.

La plupart des commentateurs ne commencent pas à comprendre la véritable nature du problème.

L’anneau de la criminelle Nancy Boys est le même qui travaille depuis des décennies pour saper l’intégrité de l’Eglise doctrinale, morale, sacramentelle et liturgique. Ces hommes – McCarrick, McElroy, Wuerl, O’Malley, Mahony, Cupich, Tobin, Farrell, Lynch, Weakland, Paglia, Maradiaga, leur adorable porte-parole James Martin, Thomas Rosica et beaucoup d’autres, y compris ceux décédés. à leur destin éternel, comme Lyon, Boland, Brom – sont les mêmes qui ont déstabilisé et falsifié la catéchèse, la théologie, la liturgie et, bien évidemment, l’engagement de l’Église envers la loi morale immuable, comme nous l’avons vu dans la débâcle Amoris Laetitia cela a entouré et a réussi. Nous devons relier les points et ne pas prétendre être choqués quand nous voyons, par exemple, des tentatives en cours pour «réinterpréter»Humanae Vitae à travers un faux enseignement sur la conscience, ou pour supprimer le célibat clérical, ou pour introduire des femmes diacres. Continuer la lecture de « Peu importe à quel point vous pensez que la corruption est, c’est pire »

Avortement en Argentine : ce n’est pas fini

Alors que le Sénat a repoussé à une courte majorité le projet de loi dépénalisant l’avortement dans la patrie du Pape, le Président Macri s’apprête à prendre de nouvelles initiatives pour neutraliser ce refus. En filigrane, l’hostilité de François. Et le rôle du FMI. Un article de Giuseppe Nardi (16/8/2018)

Le président Macri en visite au Vatican: l’expression du pape est éloquente…

L’ARGENTINE, LE PRESIDENT MACRI, LE FMI ET LE PAPE FRANÇOIS
L’avortement bientôt à nouveau à l’ordre du jour

Giuseppe Nardi
www.katholisches.info

(Buenos Aires) Hier, le Sénat argentin a rejeté l’avortement. Mais la joie de ce refus n’a pas duré : le président et chef du gouvernement Mauricio Macri a déjà annoncé la prochaine initiative en vue de la légalisation de l’avortement. Faut-il voir, derrière cette hâte présidentielle, la main du FMI ? Maintenant se paie la mauvaise entente, du fait du pape François, avec Macri.  Continuer la lecture de « Avortement en Argentine : ce n’est pas fini »

La papauté terminale


L’éloge de cet homme est l’avertissement catholique

Dans un article qu’il a constamment maintenu sur son site internet “Salt and Light”, même l’agence libérale catholique Zenit a été contrainte de censurer ses lignes les plus sensationnelles, le père Thomas Rosica, pro-gay, attaché de langue anglaise au service de presse du Vatican, soulève des éloges sur le pape François qui est rien moins que idolâtre. Le thème de la pièce est une célébration de la spiritualité soi-disant ignatienne de François, une revendication que le catholique catholique Ignatius de Loyola rejetterait sans aucun doute avec horreur, étant donné le naufrage d’un pontificat dans le train moderniste. Continuer la lecture de « La papauté terminale »

Un prélat a écrit le document du Vatican contre les séminaristes gay

Le jésuite et psychologue français Tony Anatrella, 77 ans, a été suspendu du ministère public après avoir été accusé d’agression homosexuelle, a annoncé en juillet l’archevêque de Paris, Michel Aupetit, à l’AFP.

Pendant des années, des rumeurs ont circulé selon lesquelles Anatrella aurait touché de manière inappropriée les séminaristes et d’autres. En 2006, trois patients l’ont accusé d’abus homosexuel. Les accusations ont été renouvelées en 2016 et les autorités de l’Église ont commencé à enquêter.

Anatrella était conseiller des départements de la Curie romaine et est considérée comme l’un des rares auteurs de l’Instruction du Vatican sur les critères de discernement des vocations (2005). L’instruction signée par le cardinal Zenon Grocholewski de la Congrégation pour l’éducation catholique a été publiée dans le’Osservatore Romano à côté du commentaire d’accompagnement écrit par Anatrella.

Sidenote, Anatrella a été nommée en 2010 membre de la commission d’enquête chargée d’examiner les prétendues apparitions de
Medjugorje.

fr.news

Le conseiller du Vatican Rosica dit aux critiques du pape François «d’aller en confession»

L'image sélectionnée

Dans un reproche à ceux qui ont cité l’article de Rosica comme preuve que Francis cherche à miner et même à modifier la foi catholique, Rosica a dit aux critiques de “se confesser” dans un tweet de colère qui impliquait que son article avait été sorti de son contexte . Continuer la lecture de « Le conseiller du Vatican Rosica dit aux critiques du pape François «d’aller en confession» »